Quand la justice ne parle pas amazighe, on se retrouve en prison sans raison

La justice est avant tout une histoire d’hommes et de femmes. Caractères, humeurs, ambiance font que les tribunaux se transforment souvent en théâtre,...

  1. La justice est avant tout une histoire d’hommes et de femmes. Caractères, humeurs, ambiance font que les tribunaux se transforment souvent en théâtre, abritant des scènes dont on ne sait plus s’il faut en rire ou en pleurer.

    Dans le sud du pays, voici un jeune homme poursuivi dans une sombre affaire de stupéfiants. La salle d’audience est remplie : s’y pressent les amis du prévenu et sa famille, dont sa vieille mère. Dans le Souss, on parle soussi, et donc cette dernière ne comprend pas grand-chose aux débats, car elle maîtrise mal la langue arabe. La procédure suit son cours, le débat entre le parquet et la défense est parfois virulent, et en fin d’audience, après un rapide délibéré, le président du tribunal annonce le verdict : six mois de prison fermes. Brouhaha et tumulte dans la salle, les policiers essayent de ramener le calme, quand la vieille dame s’approche du président, et l’apostrophe dans son dialecte : «Et mon fils, alors, qu’est-ce qu’il devient ?». Le juge hésite, bien qu’il ait compris la question ; il n’ose parler de prison devant cette personne d’apparence fragile, alors il use d’un subterfuge. A Agadir, donc, la prison est située à Inezgane, non loin de la ville.

    Le magistrat répond donc à la mère du jeune homme condamné : «Et bien voilà, ce n’est pas grave, mais ton fils va aller se reposer quelque temps à Inezgane, avant de rentrer à la maison». La vieille dame le regarde longuement, avant de répondre : «Chouf a wlidi, regarde mon fils, si toi tu as le temps et l’envie d’aller te reposer à Inezgane, cela ne peut que te faire du bien. Mais mon fils lui n’a besoin d’aucun repos et j’ai besoin de lui à la maison : il n’ira nulle part !».
    Cette incompréhension est assez fréquente dans les régions du pays où l’on pratique des dialectes, et où la langue arabe n’est pas constamment utilisée. Mais cela arrive aussi dans les grandes villes, comme à Casablanca.

    Il y a quelques années, des attentats terroristes avaient secoué la ville blanche. Les arrestations s’étaient multipliées, les forces de l’ordre ratissant large. Parmi les personnes interpellées, se trouvait un commerçant soussi, venu régler quelques affaires, mais se trouvant chez une personne suspectée par la police, il se voit embarqué avec son ami, pratiquement en pyjama et sans avoir pu s’expliquer. Mais il est persuadé qu’il sera rapidement relâché après son passage chez le procureur. Sauf que rien ne se passe comme prévu, le procureur se contentant de parcourir rapidement le PV de police, avant de décider d’envoyer notre commerçant devant un tribunal, en flagrant délit...........
     


  2. Le Soussi ne parle que son dialecte, et, en homme pragmatique, se convainc que les juges, eux, comprendront sa situation ; il reste donc serein durant l’audience, attend qu’on lui donne la parole et ne montre aucun signe d’inquiétude, alors que ses codétenus paraissent surexcités. Un des magistrats s’en aperçoit, lui pose une question en arabe, et n’obtient aucune réponse. Le juge prie alors un avocat présent de faire office de traducteur, et demande au commerçant s’il connaît les motifs de son arrestation et de sa comparution devant la cour. La réponse est négative, personne ne lui a parlé depuis qu’on l’a arrêté chez une connaissance à qui il rendait visite ; le juge énumère alors les chefs d’accusation, traduits au fur et à mesure par le juriste : association de malfaiteurs, constitution de bande armée en vue de commettre des attentats terroristes, détention et recel d’armes de guerre…

    A l’écoute de cette énumération, le commerçant est estomaqué, abasourdi, stupéfait ; il tombe des nues, il n’en revient pas, il n’en croit pas ses oreilles, il suffoque, veut parler, mais les mots lui manquent pour exprimer sa stupeur ; alors il hoquète, et n’émet plus que des sons incompréhensibles…avant de perdre connaissance, lorsqu’on daigne enfin lui expliquer que tous ces faits sont passibles de la peine de mort !

    Il sera finalement acquitté, mais depuis il a pris plusieurs bonnes résolutions : d’abord ne plus se rendre dans cette ville de fous qu’est Casablanca ; ensuite ne plus commercer avec des gens originaires ou habitant cette ville, et enfin, mieux se renseigner, à l’avenir, sur les gens à qui il rend visite dans cette région !


    Fadel Boucetta. La Vie éco
    http://www.lavieeco.com/news/debat-...-se-retrouve-en-prison-sans-raison-21402.html
     


  3. "Ils n'ont qu'à faire la prière 5 fois par jour, et ils apprendront à parler et comprendre l'arabe".
     


  4. huh !!!???
    ........................
     


  5. Bonne réaction!

    L'indignation m'a poussé à citer ex. IMANYARIN (Moudrousinou).
     


  6. ...................................:indigne:
     
    Likes reçus Assendou aime ça.


  7. Aucun rapport avec le titre du sujet...

    Le premier est condamné et donc coupable mais le juge ne sait pas comment annoncer à la mère que son fils ira en prison. Quant à l'autre il a été acquitté :)

    Qu'est ce que vous devenez gonflant avec votre délire tribal...
     



  8. Merci pour "devenez"! :)

    Il y a longtemps depuis que je voulais citer Mr Moudrousinou. Maintenant, c'est fait. Je me sens mieux. Je me réjouis du fait que Imazighen se font comprendre dans les tribunaux. :rolleyes:
     


  9. Quelques remarques:
    - Que se soit en arabe ou en berbère, nul n'est censé ignorer la loi.
    - Nous sommes en présence de gens vivant à l'état primitif ou primaire, totalement retirés de la civilisation. Leur dialecte est à leur image. Quand on vit en marge de la société, on assume son ignorance.
    - Quand même on passerait au mode amazigh dans toute notre vie courante, les ignares demeureront en tant que tels. Traduire les textes de loi, les accusations, les verdicts, ou les recours en justice n'a vraiment aucun sens.
    - Il faudrait arrêter de victimiser tout azimut la cause amazigh en l'imposant bessif.
    - Une petite pensée à Raissa Tabaamtante qui n'a jamais été à l'école. La nouvelle constitution confère de larges pouvoirs au parlement. Les députés devront légiférer sur les sciences, les mathématiques, les arts et autres disciplines compliquées. Comment un député qui peine à déchiffrer un texte pourrait-il légiférer sur des projets impliquant la nation?
     


Chargement...
Discussions similaires Forum Date
La justice donne raison à l’amdh contre le ministère de l’intérieur Actualités marocaines 24 Nov. 2014
Pays bas:allocations sociales, la justice donne raison aux marocains Actualités marocaines 9 Août 2014
Identité plurielle: le maroc retrouve son amazighité! Actualités marocaines 2 Août 2014
À quand une étoile jaune pour les amazighs ? Actualités marocaines 2 Juin 2014
Justice marocaine: à quand la fin du 7ougra? Actualités marocaines 3 Mars 2014
La justice de nouveau en panne : Les raisons de la colère des greffiers persistent Actualités marocaines 1 Fév. 2013
La langue amazighe interdite au parlement ? Actualités marocaines 14 Mai 2012
Le PAM veut un parlement amazigh Actualités marocaines 11 Jan. 2012
Le Rif se révolte, à quand le Maroc amazigh ? Actualités marocaines 21 Nov. 2011
La presse espagnole a-t-elle retrouvé la raison? Actualités marocaines 16 Nov. 2010
Un Maroc parlant Amazigh Actualités marocaines 10 Nov. 2009
Zahra Boudkour parle de sa prison Actualités marocaines 31 Juil. 2009
Maroc: Les caïds parleront amazigh Actualités marocaines 25 Déc. 2008
Un parlementaire parle en amazigh! Actualités marocaines 11 Nov. 2007
Le ministére de la justice dément les maltraitements dans la prison de salé Actualités marocaines 22 Oct. 2007

Partager cette page