Une petite bonne de 14 ans assassinée par ses employeurs

Elles s’appellent Khadija, Zineb, Fatima. Elles ont un point en commun : ce sont des petites bonnes torturées par leurs bourreaux, leurs employeurs. Les...

  1. Elles s’appellent Khadija, Zineb, Fatima. Elles ont un point en commun : ce sont des petites bonnes torturées par leurs bourreaux, leurs employeurs. Les plus chanceuses entres elles vivotent encore. Et en silence. Quant aux autres, elles sont sous la terre, comme c'est le cas d’une mineure de 14 ans à Agadir qui travaillait chez un couple : un gendarme et une institutrice.

    Une nouvelle victime s’ajoute à la longue liste noire des petites bonnes assassinées par leurs employeurs. Cette fois, le drame s’est produit, dimanche dernier à Agadir. La fille, âgée seulement de 14 ans, admise, la veille, au service des urgences de l’hôpital Hassan II a succombé à de graves brûlures sur son thorax, son visage et ses mains. Le site d’information agadir24.info rapporte que ce sont les médecins qui ont alerté la police à la suite du premier diagnostic de l'enfant qui travaillait chez un gendarme marié à une institutrice.

    Apparemment au début de l’enquête, le couple a tenté de nier toute responsabilité dans l’état de la petite bonne, alléguant qu’elle est tombée dans le bain. Une thèse vite écartée par la nature des brûlures qui ne sont pas récentes, comme laissaient entendre les employeurs, mais remontant à une semaine. Apparemment, ils auraient essayé de soigner la mineure dans leur maison avec l’aide de personnes supposées appartenir au corps médical, mais en vain. Ce n’est qu'après qu’ils auraient décidé de l’emmener à l’hôpital.

    La justice est clémente avec les tueurs de petites bonnes

    La victime de 14 ans, est originaire de la ville de Tata à environ 330 km d’Agadir. Son employeur, gendarme de son état, habitant dans un immeuble réservée exclusivement aux hommes de Hosni Benslimane, bénéficierait du soutien de ses collègues. Le site d’actualité agadir24.info avance que le lieu de résidence du présumé coupable, au même titre que son épouse, serait encerclé par les gendarmes qui auraient interdit aux médias d’y accéder pour y glaner quelques informations sur cet incident.

    Ce drame rappelle malheureusement bien des cas. Juillet 2011 à El Jadida, la petite bonne Khadija, à peine 10 ans, trouvait la mort des suites des tortures qu’elle subissait de la part de la fille de ses employeurs. Une injustice que la justice n’a pas réellement sanctionnée. La coupable n’a été condamnée qu’à 10 ans de prison. Une peine ridicule, sachant que l’article 392 du Code pénal marocain prévoit ceci : « quiconque donne intentionnellement la mort à autrui est coupable de meurtre et puni à la réclusion à perpétuité ».

    Eté 2009 à Oujda, c’est Zineb qui occupe, à son corps défendant, la Une de l’actualité nationale. Victime, également, de torture. Ses bourreaux : un juge local et son épouse. En dépit des tentatives du couple d’étouffer l’affaire, cette-dernière finira par éclater grâce à la mobilisation de la société civile, la femme avait écopé de trois ans de prison alors que le mari n’avait même pas été inquiété. Zineb, quant à elle, a eu de la chance. Elle vit toujours.

    adaab1f42ea43439eba654f85d97e4e3350.jpg

    Source
     


  2. C'est souvent la crème de la crème qui montre sa barbarie ,une enseignante épouse d'un gendarme ,un juge et sa femme ,comme quoi il ne faut point se fier aux supposés lettrés.Il y-en a qui incubent une grande sauvagerie.
    Allah yer7am la petite ,que justice soit faite à cette petite fille.
     


  3. les pauvres enfnats cest insoutenable de faire cela a des enfnats et je dit que ces gens sont psychologiquement deranger
     


  4. oui ce sont des victimes oui je déplore ce qu'elles subissent oui je déplore leur malchance d'avoir eu des parents qui ne demandent pas après elles, faut le souligner cela aussi messieurs les journalistes, et qu'ils ne viennent qu'à la fin de chaque mois que pour récupérer les minables dirhams vs son enfance violée.

    Oui tout le système est à revoir et doit sanctionner au plus haut degré les bourreaux!

    Oui messieurs les journalistes haussez le niveau!
     
    apsent et legdali aiment ça.



  5. Alah i r7am toutes ces petites bonnes, des petits anges partis trop tôt sous la barbarie de leurs "employeurs"! Allah i sabar les familles endeuillées, bouffées par la tristesse...

    Ce passage me dégoûte... mais en même temps paradoxalement il ne me choque pas...
     
    doyiah et Titesouris aiment ça.


  6. Les parents de ces petites filles devraient être tout autant jugés!! envoyer leurs petites filles faire le ménage chez un couple de jouhala c'est les envoyer au suicide!!
    La place d'un enfant n'est pas au travail mais sur les bancs de l'école.

    Et qu'on ne me ressorte pas la vieille rengaine du "mais les parents sont pauvres, n'ont pas les moyens de les envoyer à l'école", qu'ils les gardent alors au chaud à leur apprendre la couture et pas à frotter le sol de grosses co***** !!
     


  7. en revenant de Zagora certaines scènes m'ont juste scotchées, tout au long du trajet je voyais des hommes affalés sur les bords de route et des femmes chargées pendant que les dits bonhommes eux étaient allongés à l'ombre des dattiers ou devant les portes de maison.. J'ai demandé comment ça se fait, on m'a répondu :

    rjal (les hommes) ici, nhar kamel a3tyen ... lessma (ont le *** en l'air) et le3yalates kayderbou lkerfi (les femmes se tapent les sales tâches quotidiennes).

    ça en dit long sur cette pauvreté dont souffre certaines familles dans cette région, quand on sait qu'à Casablanca par exemple, suffit d'aller à la gare routière et voir le nombre de jeunes filles qui viennent avec leur père de certains de ces villages pour faire petite bonne.

    Les 1ers à comdamner, les vrais bourreaux sont ces parents indignes!
     


  8. Va voir à Kénitra, les usines de poisson ne sont remplies que de femmes pendant que les hommes dorment.

    Une touriste française que je connais me l'a fait fait remarquer un jour, elle avait été choquée par le travail des femmes pendant que les hommes ne foutaient rien! Après je ne généralise pas mais il y a un sérieux truc à faire au niveau du nefs de certains marocains vis à vis de leurs femmes et filles!!
     


  9. rja chmayetes dial mika :)
     
    legdali et Titesouris aiment ça.


  10. C'est facile a dire pour nous qui sommes bien au chaudderrière notre écran! les petites viennent de familles pauvres qui vivent à la campagne. Le moindre dirham est le bien venu. Pour certains, des pères récupèrent le frics et n'en font pas bénéficier leur famille et le crament très vite dans l'alcool... C'est vrai que certains parents en abusent mais faut pas généraliser. certaines familles ont de quoi nourrir leurs enfants mais pas assez pour les scolariser, donc les envoient bosser, heureusement que certaines assoc prennent en charge ces gamines.
     


  11. les hommes sont des faignasses qui attendent que leur filles / soeur ou femme leur apporte le fric à la fin du mois. Si tu parles avec eux, ils te diront qu'ils ne veulent pas bosser parceque c'est pas assez bien payé ou attendent tout simplement de partir en europe
     


  12. Rien que les mots petite bonne me donne des frissons

    Tfou 3lihom eux et leurs gds airs ( les bourreaux)
     


  13. Avant de pondre des enfants il faut savoir si on a les moyens de les entretenir mais il y-a de ces gens qui se marient pour que leurs enfants les nourrissent.
     
    _coucou et Ubermench aiment ça.


  14. Ils vont avoir des filles et ils vont payer pour ca. La roue elle tourne ce n'etait qu'une enfant paix a son ame.
     


  15. Que justice soit faite pour cette innocente.
     
    _coucou et raynox aiment ça.


  16. Coucou!

    Mais le roi il est au courant de ça?
     


  17. Bienvenu au Moyen-Age
     


  18. pas si loin que cela
    j'ai lu des témoignage de personnes qui furent "mis en gage" chez des "patrons" au début du XX eme siècle en France
    La condition humaine des ouvrier gricole était telle que inimaginable pour nos contemporains, on s'imagine la condition humaine des enfants "mis en gage"
    (On trouve parfois des livres sur ce sujet dans les supermarchés de toute petites villes de province)
     


  19. ça me dépasse vraiment ce genre d'histoire...
    Ne peuvent-ils pas considérer cet enfant comme une enfant et faire en sorte qu'elle puisse bénéficier de choses dont elle ne pouvait bénéficier dans sa famille (éducation, nourriture, confort etc..)

    Comment peut-on maltraiter une gamine, je comprends vraiment pas sobhannallah
     


  20. allah ir7mha ou ir7m tous c gosses esclave

    c pas la première qu'attend le gouvernement pour s’occupé de ses enfants

    et surtout punir les criminels comme il se doit que justice soit rendue
     
    Likes reçus MACHISHORLY aime ça.


Chargement...
Discussions similaires Forum Date
Crime d'honneur : un homme de 77 ans assassiné Actualités marocaines 2 Nov. 2014
Une marocaine écope de 20 ans de prison pour avoir tué sa petite bonne à agadir Actualités marocaines 24 Jan. 2014
Maroc, 14 ans sans hassan ii Actualités marocaines 6 Août 2013
Une petite bonne morte de maltraitance à Agadir Actualités marocaines 25 Mars 2013
Les "petites bonnes" Actualités marocaines 21 Sept. 2012
Agadir : meurtrier à......14 ans ! Actualités marocaines 27 Juin 2012
30.000 petites bonnes (de trop) au Maroc Actualités marocaines 1 Juin 2012
Travail des petites bonnes Actualités marocaines 30 Mai 2012
Les petites bonnes au Maroc Actualités marocaines 2 Juil. 2011
60.000 petites bonnes de trop au Maroc Actualités marocaines 1 Nov. 2010
Un an de prison pour avoir torturé une petite bonne de 12 ans Actualités marocaines 31 Août 2010
Petits bonnes : Un couple devant la justice Actualités marocaines 6 Fév. 2007
16 et 11 ans de réclusion pour les assassins de Cédric Actualités marocaines 5 Juin 2006
Le calvaire de Halima, petite bonne martyrisée à 12 ans Actualités marocaines 22 Juin 2005
Palestine: l'armée sioniste a assassiné la petite fille aya de 9 ans Actualités marocaines 19 Sept. 2003

Partager cette page