1. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences
    Rejeter la notice

2021 en france, un nouveau bac réformé...

Discussion dans 'Etudiant' créé par mam80, 8 Janvier 2018.

Fin des séries S, ES et L, grand oral, rattrapages supprimés : à quoi pourrait ressembler le bac nouvelle version ? A partir de 2021, le baccalauréat...

  1. mam80

    mam80 Modérateur

    Inscrit:
    23 Septembre 2009
    Messages:
    36 369
    Likes:
    26 979
    Fin des séries S, ES et L, grand oral, rattrapages supprimés : à quoi pourrait ressembler le bac nouvelle version ?

    A partir de 2021, le baccalauréat pourrait offrir un tout nouveau visage. Franceinfo liste les principales pistes envisagées alors qu'un rapport doit être remis fin janvier au ministre de l'Education nationale.


    Pierre Mathiot, ancien président de Sciences Po Lille, est à la tête de la mission chargée de cette réforme. Il doit remettre son rapport d'ici la fin du mois de janvier et le ministre rendra ses conclusions en février. Franceinfo fait le point sur les changements qui se profilent.


    Fin des filières, place à un système de majeures et de mineures ?
    Big bang en vue au lycée !

    Le bac réformé devrait mettre fin aux filières générales S, ES et L, qui structurent l’enseignement secondaire depuis plus de vingt ans, rapporte Le Monde.
    De même pour la distinction entre voies générale et technologique. Le baccalauréat s'inscrit dans un nouveau parcours "personnalisé" pour chaque lycéen.

    En première, les étudiants suivraient un tronc commun de mathématiques, lettres, histoire-géographie, éducation physique et sportive (EPS) et langue vivante 1 (LV1).

    En terminale, le tronc commun serait composé de philosophie, histoire-géographie, EPS et LV1.

    En plus de ces matières obligatoires, les lycéens pourront choisir leur duo de "majeures" dans un menu de
    neuf combinaisons possibles, rapportent Les Echos :
    maths/physique-chimie ; maths/sciences de la vie et de la Terre ; maths/informatique ; maths/sciences économiques et sociales ; sciences de l'ingénieur/physique-chimie ; lettres/langues ; lettres/arts ; sciences économiques et sociales/histoire-géographie ; lettres/philosophie.

    S'ajouteraient deux ou trois "mineures".
    Les lycéens pourraient suivre la même discipline en majeure et en mineure, sous forme d'un enseignement renforcé. Au total, le volume horaire de cours est estimé à 27 heures : 15 heures de tronc commun et 12 heures de spécialité (majeure et mineures) en première, et l'inverse en terminale

    Plus que quatre épreuves en terminale, dont un grand oral ?

    Fini l'avalanche d'épreuves en fin de scolarité.

    Pendant sa campagne, Emmanuel Macron avait évoqué une évaluation composée de quatre épreuves en terminale associes aux notes obtenues en cours de scolarité.

    Deux premières épreuves écrites de "majeures", choisies par les élèves, auraient lieu en milieu d'année, à la fin du premier semestre.
    L'occasion d'en finir, aussi, avec les trimestres, pour se caler sur le tempo semestriel de l'université.

    Les résultats de ces épreuves seront pris en compte dans Parcoursup, la future plateforme d’admission à l’enseignement supérieur, souligne Alternatives économiques.

    La suite sur
    https://www.francetvinfo.fr/bac/fin...c-nouvelle-version_2551299]-20180108-[bouton]


    mam


     
  2. mam80

    mam80 Modérateur

    Inscrit:
    23 Septembre 2009
    Messages:
    36 369
    Likes:
    26 979
  3. mehdi671

    mehdi671

    Inscrit:
    8 Février 2008
    Messages:
    24 418
    Likes:
    28 869
    Ca fait bizarre c'est la qu'on se prend un coup de vieux !! Moi qui rigolais des gens qui ont passé les bac A B C Etc à l'époque mdr
     
    mam80 apprécie ceci.
  4. mam80

    mam80 Modérateur

    Inscrit:
    23 Septembre 2009
    Messages:
    36 369
    Likes:
    26 979
    Nouveau baccalauréat: ce graphique résume les inquiétudes des scientifiques
    Les professeurs de maths, de physique-chimie et de SVT sont très déçus par le projet de Jean-Michel Blanquer.

    En écoutant Jean-Michel Blanquer présenter mercredi sa réforme du baccalauréat et du lycée, ils ont poussé un petit ouf de soulagement. Le ministre de l'Éducation nationale a décidé de ne pas toucher à la classe de seconde.

    Tous les élèves garderont un enseignement scientifique pendant l'intégralité de leur première année de lycée alors que le rapport Mathiot, remis il y a quelques semaines, évoquait l'hypothèse d'un abandon des sciences dès le deuxième semestre de la seconde.

    "Nous étions échaudés pour ne pas dire écœurés", se souvient David Boudeau, porte-parole de l'association des professeurs de biologie et de géologie. À l'époque, il avait écrit une tribune sur Le HuffPost pour sonner l'alerte. "On est à présent satisfait", ajoute-t-il. Mais il ne faut pas chercher longtemps pour trouver des motifs d'inquiétude chez cet enseignant de SVT, comme chez ces collègues de mathématiques et de physique-chimie.
    C'est peu dire que le discours tenu par Jean-Michel Blanquer ne les convainc pas. Le ministre assure en effet que sa réforme redonne leurs lettres de noblesse aux sciences en ayant pour objectif de "donner une culture scientifique" à tous les élèves. Il dit carrément vouloir s'inscrire dans la lignée du rapport que lui a récemment remis le député et mathématicien Cédric Villani.
    Querelle autour des humanités scientifiques
    Cela s'incarne par la création d'une nouvelle matière, intégrée au tronc commun et donc enseignée à tous les élèves en première et en terminale: humanités scientifiques et numériques.
    Les élèves y apprendront notamment à coder et à mettre en perspective "les grandes révolutions scientifiques et technologiques".
    Ce cours aux contours encore bien flous fera intervenir des professeurs de sciences mais aussi des enseignants en philosophie voire en Histoire.
    Voilà donc la réponse du gouvernement
    quand on met en évidence la disparition des mathématiques ou d'une discipline scientifique à part entière du tronc commun (comme c'est le cas aujourd'hui en L et ES).
    Mais la lecture que font les enseignants scientifiques est bien différente. "Cette réforme acte le fait que certains lycéens peuvent obtenir le baccalauréat sans enseignement de mathématiques ni en première, ni en terminale", déplore l'association des professeurs de mathématiques qui fait part de "sa vive inquiétude". Sa présidente Alice Ernoult qui a fait partie de la mission Villani s'étonne des choix ministériels. "Le rapport évoque textuellement la nécessité d'un enseignement de mathématiques. Cela fait partie de la culture citoyenne", affirme-t-elle.

    suite sur http://www.huffingtonpost.fr/2018/0...les-inquietudes-des-scientifiques_a_23364140/

    mam :rolleyes: