• En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

En algérie, un centre soigne les "accros" d'internet

madalena

Contributeur
salam

«Internet, c'est une Toile qui vous engloutit quand vous n'êtes pas vigilant», raconte un radiologue en thérapie pour se désintoxiquer d'Internet au Cisa (Centre intermédiaire de soins en addictologie) de Constantine. Ce centre est le premier du genre en Afrique et troisième dans le monde après la Corée du Sud et la Chine.

Ouvert en 2012 pour traiter les addictions à la drogue, l'alcool et le tabac, il accueille depuis l'an dernier des patients de 13 à 63 ans accros à Internet, Facebook, Instagram ou Twitter. Les personnes conscientes de leur addiction y ont droit à une thérapie de soutien moral, avec des exercices de relaxation à effectuer quand le manque se fait sentir.

Le déni est traité par la thérapie cognitive et comportementale. Le patient, après une série de tests, raconte ses journées au praticien qui l'aide à «prendre conscience de son addiction puis à changer de comportement». Au départ, deux séances de 45 minutes par semaine sont nécessaires, plus une séance de thérapie de groupe de plus d'une heure qui se déroule dans «la salle bleue» en présence de l'équipe soignante.

Le reste du temps, le patient peut prendre part à un atelier de dessin, une séance d'ergothérapie ou se rendre à la bibliothèque du centre pour reprendre goût à la lecture. Il faut six à huit mois, voire une année, pour reprendre entièrement sa vie en main.

http://www.lexpressiondz.com/autres/de_quoi_jme_mele/265377-en-algerie-un-centre-soigne-les-accros-d-internet.html
 
Haut