Alzheimer : la découverte qui va tout changer !

madalena

Contributeur
Contributeur
salam

Pendant que des millions d’euros sont dépensés afin de trouver des médicaments pour traiter les symptômes de la maladie de Alzheimer, des recherches qui dévoilent les véritables causes de la maladie sont totalement passées sous silence …
Une véritable pandémie la maladie de Alzheimer … mais !

Alors que l’incidence de la maladie de Alzheimer ne cesse d’augmenter dans la population mondiale, ses causes restent encore inconnues. Pire, les traitements jusqu’alors prescrits sont désormais critiqués par les Hautes Autorités de Santé. Quant aux derniers essais cliniques sur de nouvelles molécules, ils ne sont guère encourageants. Les chiffres sont implacables : 35,6 millions d’individus dans le monde souffrent de démence, selon l’Organisation mondiale de la santé. Ils seront deux fois plus nombreux en 2030.

Cette prévision est d’ailleurs optimiste puisqu’en trois ans seulement, le nombre de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et d’autres démences a progressé de près de 14 %. Malgré cela, certaines études mettent en évidence des faits très surprenants.
Et des chercheurs pourraient bien avoir découvert la cause exacte de cette dégénérescence mentale, et les nouvelles qu’ils nous apportent ont de quoi nous réjouir !

La découverte qui change tout …
Premier élément, la différence de prévalence de la maladie en Asie. Le Japon, en particulier, est une exception parmi les pays industrialisés et riches : la maladie y est presque 10 fois plus rare que dans la plus part des pays riches où elle touche 2 à 4 % des adultes après 65 ans.

Intriguant. En Inde, la maladie est nettement moins présente dans les régions rurales (0,51 %) que dans les régions industrielles. Mais quelle différence entre l’Inde rurale, l’Inde industrialisée et le reste du monde ? C’est le Dr Claudio Soto, chercheur et directeur du Centre de recherches des maladies neurodégénératives à l’université médicale du Texas (Houston, États-Unis) qui nous apporte la réponse.

Lui et son équipe travaillent activement à la compréhension de la maladie d’Alzheimer depuis plusieurs années et leur dernière expérience est révolutionnaire. Cette expérience est relatée dans la revue scientifique Molecular Psychiatry : le Dr Soto et son équipe ont prélevé du tissu d’un cerveau d’homme malade atteint d’Alzheimer et l’ont injecté à des souris en bonne santé. Ils ont ensuite observé ce qui se passait en comparant l’évolution de l’état de santé des animaux comparativement à un groupe de souris de contrôle.


En savoir plus sur http://www.jesuisfrancais.net/alzheimer-decouverte-cerveau-tout-changer.html#WGF4KyyWAss3Lejl.99
 

Pièces jointes

Ca c'est le principal défaut de la civilisation Internet...le temps Internet n'est pas celui de la recherche. Les gens veulent être au courant de tout tout de suite...et après ils râlent parce que toutes ces "promesses" ne se concrétisent pas. C'est ça la vraie vie ; 1000 pistes à explorer pour une seule qui va vraiment porter des fruits. Alors forcément, si on met au courant chaque fois qu'on trouve une piste, ben tout le monde est déçu, au final. On communique beaucoup trop et beaucoup trop vite sur ces sujets.
 

mam80

la rose et le réséda
Modérateur
Alzheimer : des conseils pour les proches


La maladie d'Alzheimer et toutes les maladies apparentées sont lourdes de conséquences pour les proches.

Prendre soin d'une personne qui en est atteinte demande du temps, de la patience, de la disponibilité, de l'énergie, mais aussi des connaissances.
PasseportSanté vous livre huit grands conseils pour vous rendre la vie plus facile.

Bien comprendre la maladie d'Alzheimer

Tenant son nom du chercheur qui l’a découverte en 1906, la maladie d’Alzheimer est une maladie neuro-dégénérative évolutive du système nerveux central.
Elle se traduit par des lésions cérébrales majeures qui entraînent petit à petit une diminution des fonctions cognitives.
Des modifications de l’humeur et du comportement apparaissent souvent au cours de son développement.

La maladie d’Alzheimer en chiffres :


Près de 25 millions de personnes touchées dans le monde
Plus de 850 000 personnes malades en France
Environ 220 000 nouveaux cas par an en France
32 000 personnes sont âgées de moins de 65 ans

Les signes d’alerte sont multiples, mais ne signifient pas forcément que la personne soit atteinte de la maladie d’Alzheimer :


Perte de mémoire récente et difficultés à enregistrer de nouvelles informations
Désorientation dans le temps et l’espace
Perte de raisonnement
Difficultés à planifier et organiser son temps
Modifications fréquentes de l’humeur et du comportement
Problèmes de langage (manques de mot)

Au moindre doute, il ne faut pas hésiter à en parler, voire même à consulter un médecin généraliste qui pourra vous aiguiller vers un médecin spécialiste (neurologue ou gériatre)

Savoir accepter la maladie d'un proche

Apprendre soudainement qu’un proche est atteint de la maladie d’Alzheimer est souvent une expérience difficile. Généralement, la famille passe par plusieurs étapes dans l’acceptation de la maladie, même si chaque cheminement est différent. Le proche peut d’abord nier la réalité : c’est le déni. Il tente alors de se persuader que les symptômes observés chez la personne sont liés au vieillissement et que le médecin a pu faire une erreur de diagnostic. Puis, il existe un stade de négociation au cours duquel il devient conscient que la personne est malade, mais il se persuade qu’une solution existe pour améliorer la situation. Il procède alors à plusieurs changements qui se révèlent malheureusement inefficaces. A l’issue de ce stade, il arrive que le proche traverse une phase de dépression.
Il se rend compte que le processus est inévitable et qu’aucun traitement ne peut améliorer l’état du malade. Pire, il prend conscience qu’avec le temps, les symptômes vont se dégrader.

Cette dernière phase peut être génératrice d’insomnies, d’irritation voire même d’agressivité.
Il s’agit alors de faire< le faire le deuil >d’une personne qui n’est pas morte mais qui, peu à peu, perd des capacités mentales : il ne sera plus jamais possible d’avoir les mêmes échanges avec l’être cher.
Ce deuil de la relation qui existait s’accompagne d’un deuil du rôle : l’enfant devient le parent et vice versa ou le conjoint devient l’aidant et les tâches sont redistribuées. Dans les années à venir, le proche doit s’attendre à devoir accepter de nombreux deuils. Pour l’aider à les vivre au mieux, il devra les reconnaître, les accepter et se centrer sur ce qu’il est encore possible de faire et non sur ce qui n’est plus possible. Il est alors important de rechercher et accepter le soutien de proches et de continuer à s’accorder du temps.

la suite sur http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=alzheimer-conseils-proches-savoir-accepter-la-maladie-d-un-proche

mam

 

mam80

la rose et le réséda
Modérateur
Alzheimer : un test pour connaître l'âge de son apparition

Selon une étude menée par une équipe internationale de chercheurs, il serait possible de prédire l'âge de l'apparition des premiers symptômes de la maladie d'Alzheimer grâce à un test.
Explications

Repousser l'arrivée des premiers symptômes
Nous pourrons bientôt savoir si nous développerons un jour la maladie d'Alzheimer et si oui, à quel âge


. Cette évaluation sera rendue capable grâce à un test génétique qui s'est basé sur l'analyse de mutations dans 26 gènes, trouvées chez plus de 70 000 personnes de 65 ans et plus. Parmi elles, 17 000 étaient atteintes de la maladie d'Alzheimer, qui, rappelons-le, entraîne une dégénérescence neurologique.


Selon ces travaux, publiés dans la revue américaine
Plos Medicine
,
ce test devrait permettre de traiter plus tôt les patients à risque afin de repousser l'arrivée des premiers symptômes
. Actuellement quand on détecte la maladie d'Alzheimer chez un patient, il ne reste que très peu de chances d'inverser les dommages au cerveau et de restaurer les capacités de la mémoire. En anticipant la maladie, certains dégâts pourront être évités.



Évaluer le risque génétique de la maladie


« Mieux évaluer le risque génétique de la maladie d'Alzheimer et l'âge d'apparition des premiers symptômes est utile pour la prévention mais aussi pour un ciblage plus précis des essais cliniques en déterminant quels seront les patients les plus susceptibles de répondre à une nouvelle thérapie », a expliqué le Dr Anders Dale, qui a participé à l'étude. Les travaux autour de ce test devront cependant être approfondis avant toute commercialisation.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 36 millions de personnes souffrent de démence, dans le monde. Parmi elles, une grande majorité seraient atteintes de la maladie d'Alzheimer.

Malgré les progrès de la science, ce nombre devrait doubler d'ici 2030 et tripler d'ici 2050.

Il est donc temps de mettre les moyens nécessaires dans la recherche pour un meilleur dépistage et un meilleur traitement de la maladie.

http://news.radins.com/actualites/alzheimer-un-test-connaitre-age-son-apparition,33892.html?utm_source=newsletter_jt_13h&utm_medium=email&utm_campaign=22-03-17&osde=OSD.axhiuhh_hev_ojxaxdwko_kt_nkxnolp_tqy_au

mam
 
Haut