1. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences
    Rejeter la notice

La base ou l'origine de la mécréance (shirk)

Discussion dans 'Philosophie, spiritualité et autres religions' créé par TheGoldenboy, 2 Juin 2018.

« et ils ont dit : “n’abandonnez jamais vos divinités et n’abandonnez jamais Wadd, Suwaa, Yagout, Yaouq et Nasr . »[Sorate Nuh :23] Il a été rapporté...

  1. TheGoldenboy

    TheGoldenboy

    Inscrit:
    20 Mai 2015
    Messages:
    232
    Likes:
    87
    « et ils ont dit : “n’abandonnez jamais vos divinités et n’abandonnez jamais Wadd, Suwaa, Yagout, Yaouq et Nasr . »[Sorate Nuh :23]

    Il a été rapporté par un groupe de Salaf (Pieux Prédécesseurs), dans beaucoup de narrations, que ces cinq déités étaient de pieux fidèles. Cependant, quand ils sont morts, Shaytan a chuchoté aux gens de se retirer et de s’asseoir sur leurs tombes. Puis, Shaytan a chuchoté à ceux qui sont venus après eux qu'ils devaient les prendre comme idoles, leur ornant cette idée en disant que c’était un moyen de se rappeler d'eux et de les suivre dans la conduite pieuse. Puis, Shaytan a suggéré à la troisième génération qu'ils devaient adorer ces idoles en plus d'Allah - le Très-Haut - et il leur a dit à voix basse que c’était ce que leurs ancêtres faisaient !!! Puis, Allah leur a envoyé Nuh (‘alaihi salam), leur ordonnant d’adorer Allah seul. Cependant aucun n'a répondu à son appel sauf quelques-uns. Allah - le Puissant et Majestueux – a rapporté cet incident entier dans sourate Nuh.




    Ibn 'Abbas rapporte : « En effet, ce sont cinq noms d'hommes pieux du peuple de Nuh. Quand ils sont morts Shaytan a chuchoté à leur peuple de faire des statues d'eux et de placer ces statues en leurs lieux de réunion comme un rappel, donc ils ont fait cela. Cependant, aucun parmi eux n’a adoré ces statues, jusqu'à ce qu’ils meurent et le but des statues a été oublié. Puis, (la génération suivante) a commencé à les adorer. » [7]


    D’autres choses similaires ont aussi été rapportées par Ibn Jarir At-Tabari et d'autres, d'après un certain nombre de salaf (radiallahu 'anhum).




    Dans Ad-Durral-Manthur (6/269) : 'Abdullaah ibn Humaid rapporte d'Abu Muttahar, qui a dit : Yazid ibn Al-Muhallab a été mentionné à Abu Ja'far Al-Baqir (d.11H), donc il a dit : « Il a été tué là où on a d'abord adoré d’autres en dehors d'Allah, alors il a mentionné Wadd et a dit : « Wadd était un homme musulman aimé de son peuple. Quand il est mort, les gens ont commencé à se réunir autour de sa tombe sur la terre de Babil, pleurant et pleurant. Ainsi quand Iblis a vu leur deuil et lamentation, il a pris la forme d'un homme et est venu à eux en disant : « Je vois que vous pleurez et vous lamentez sur lui. Pourquoi ne faites-vous pas une image de lui (c'est-à-dire une statue) et la placez en vos lieux de réunion pour que vous vous rappeliez de lui. ». Ils ont dit : Oui et ils ont fait une image de lui et l’ont mis en leur lieu de réunion; ce qui le rappelait à eux. Quand Iblis a vu comment ils se le rappelaient excessivement, il dit : « Pourquoi chaque homme parmi vous ne fait-il pas une image semblable à mettre dans vos propres maisons, pour que vous puissiez (constamment) vous rappeler de lui. ». Ils tous ont dit "oui". Chaque ménage a fait une image de lui, qu'ils ont adoré et vénéré et qui le leur rappelait constamment. Abu Ja'far a dit : « Ceux de la génération postérieure ont vu ce que la génération précédente avaient fait........ au point qu'ils l'ont pris comme ilah (divinité) adorée en plus d'Allah. Il a alors dit : « C'était la première idole a être adorée en dehors d’Allah et ils ont appelé cette idole Wadd. » [8]




    Ainsi la sagesse d'Allah - le Béni, le Très-Haut – a été complétée, quand il a envoyé Muhammad (sallallahu 'alayhi wa sallam) comme sceau des prophètes et a fait de Sa Shari'a l'achèvement de toutes les Lois divinement prescrites, dans lesquelles Il a interdit tous les moyens et les voies par lesquels les gens peuvent tomber dans le shirk - qui est le plus grand des péchés.