1. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences
    Rejeter la notice

Biographie des nouveaux ministres

Discussion dans 'Actualités marocaines' créé par PsychoLution, 16 Octobre 2007.

Biographie des nouveaux ministres (10/16/2007) Amina Benkhadra C¹est dans le secteur minier et pétrolier que Mlle Amina Benkhadra a fait ses...

  1. PsychoLution

    PsychoLution

    Inscrit:
    25 Août 2006
    Messages:
    8 516
    Likes:
    5
    Biographie des nouveaux ministres (10/16/2007)
    Amina Benkhadra

    C¹est dans le secteur minier et pétrolier que Mlle Amina Benkhadra a fait ses preuves. Cette diplômée et ingénieur civil des mines de l¹Ecole nationale supérieure des mines de Nancy en 1978 est également docteur ingénieur en sciences et techniques minières de l¹ENSM Paris.

    Son cursus de formation est aussi riche que son expérience professionnelle. Amina Benkhadra a fait une formation en management à l¹Université de Columbia en 1990. Après un court passage à la chambre de commerce de Paris où elle fait des études sur la prospective des marchés des matières premières. Sa vie professionnelle au Maroc, commence en 1982 période au cours de laquelle elle a intégré le BRPM en tant que chef de service des études minières à la division Etudes et valorisation du Bureau de recherche et de prospection minière (BRPM). Elle occupe de sitôt, le poste de chef du département des Etudes minières pour devenir ensuite chef de la division des participations.
    En 1994, elle a été nommée directrice des mines au ministère de l¹Energie et des Mines puis secrétaire d¹Etat auprès du même département.
    Elle est en même temps, administrateur au sein de conseils d¹administration de plusieurs sociétés minières filiales de l¹ONYHM.
    Depuis, Août 2000, Amina Benkhadra est directeur général de l¹Office national de recherches et d¹exploitations pétrolières (ONAREP).
    Elle est également la présidente de la Fédération de l¹industrie minérale (FDIM).
    En 2003, elle a été décorée de la Légion d¹honneur par l¹ambassade de France à Rabat.

    Khalid Naciri

    Khalid Naciri, que Sa Majesté le Roi Mohammed VI a nommé lundi ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, est un professeur de droit constitutionnel, juriste et membre du bureau politique du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS).

    Il sera appelé à gérer un secteur qui lui tient à c¦ur. Celui de la Communication.
    Ce professeur universitaire à la compétence reconnue est un homme du domaine. Il était toujours en corrélation avec le secteur par ses écrits, ses interventions et ses analyses politiques et autres. «Un journaliste émérite» avait déjà écrit à son adresse un hebdomadaire francophone de la place.
    M. Naciri a été nommé directeur de l'Institut supérieur de l¹administration (ISA) par feu Sa Majesté Hassan II le 20 juin 1996.
    Depuis qu¹il présidait aux destinées de l'ISA, il s'est engagé dans un défi, celui de contribuer au vaste chantier de la réforme de l'administration.
    L¹ISA a pour mission fondamentale, signale-t-on au passage, «de préparer les cadres de la haute fonction publique aux emplois supérieurs de direction et de gestion».
    «J'essaie d'être utile chaque fois que c'est possible», avait dit à la presse ce constitutionnaliste et dirigeant politique, après sa nomination aux commandes de l¹ISA.

    Nouzha Skalli

    Nouzha Skalli a vu le jour en 1950 à El Jadida. Cette pharmacienne diplômée de l¹Université de Montpellier en 1974 a su se frayer, sûrement, un chemin en politique.
    Depuis 2002, Nouzha est députée du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) à la Chambre des Représentants et chef du Groupe Parlementaire de l¹Alliance Socialiste (2003/2004).
    Ses fonctions et responsabilités sont multiples. En fait, elle est vice-présidente de la commission des secteurs sociaux à la Chambre des Représentants, membre du Bureau Politique du PPS et aussi membre fondatrice de plusieurs organismes, notamment de l'Association démocratique des femmes du Maroc dont elle est l¹une des responsables nationales, du Centre pour le leadership féminin, de l¹OMDH et du Centre d'écoute et d'assistance juridique aux femmes victimes de violence.
    Et ce n¹est pas tout. Nouzha est également membre du Conseil d'administration d'INSAF (Institution nationale de solidarité avec les femmes en détresse) et fondatrice du Comité national pour la participation des femmes à la vie politique en 1992 à Casablanca.
    Ancienne présidente de la Fédération nationale des syndicats des pharmaciens du Maroc (1993-1997) et du Syndicat des pharmaciens d¹Officine de Casablanca (1993-1998), cette mère de deux enfants a toujours été une femme engagée et exceptionnelle. Membre du Comité de Pilotage du Global Network for Local Governance (GNLG), le Réseau Mondial de la Gouvernance Locale, basé à New Delhi, Nouzha s¹est vue également décernée plusieurs prix. Ainsi, elle a reçu en mars 2005 par ESPODE, le prix «Printemps des Talents Féminins», en décembre 2004 le Prix du Meilleur Leader par «Population Institute» de Washington, en 2002, un prix par l¹ADFM à Casablanca et un autre en 2001 par l¹Union des Pharmaciens.
    Par ailleurs, Nouzha a participé et aussi mené plusieurs activités au Maroc et à l¹étranger en parallèle comme l¹animation de plusieurs conférences et ateliers sur la démocratie, la citoyenneté et les droits des femmes, la migration, les femmes et la politique, ateliers de formation et conférences destinés aux femmes des partis politiques au MarocŠ
     
  2. PsychoLution

    PsychoLution

    Inscrit:
    25 Août 2006
    Messages:
    8 516
    Likes:
    5
    Aziz Akhenouch

    Natif de Tafraout en 1961, Aziz Akhannouch y fait ses études primaires et secondaires, avant de partir pour le Canada, où il décroche un Master in Business Administration (MBA) à l'université de Sherbrooke, au Québec, en 1986.

    Au milieu des années 90, Aziz Akhennouch revient au Maroc après des études de marketing au Canada. Héritier désigné du patrimoine familial bâti au sortir de l'indépendance par son père Haj Ahmed. Le succès est au rendez-vous. Akhennouch contrôle une part de lion du marché énergétique du Maroc, possède le groupe de presse le plus riche du pays et a tisse son réseau dans les hautes sphères du pouvoir.
    Après le décès d¹Ahmed Oulhaj en 1995, Aziz Akhannouch prend la commande du groupe familiale et investira des secteurs qu'il juge indispensables au rayonnement et à la diversification de ses activités. Il s'agit en gros des nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC).
    Une volonté qu'il concrétise, dès 1999, par le rachat du groupe de presse Caractères qui édite, entre autres, La Vie économique.
    En 1999, il élargit ses développements hors du secteur de l¹énergie par une incursion dans les télécommunications, en prenant 10,5% du capital de Méditel qui a remporté la deuxième licence de téléphonie mobile. Actionnaire à part entière, Aziz Akhannouch précise que son groupe ne se contente pas de gérer des participations, mais s'occupe de la distribution des produits GSM pour le compte de ce deuxième opérateur. Grâce à ses deux sociétés spécialisées, il est même devenu leader dans ce segment. Mieux encore, Aziz Akhannouch a créé un pôle intégré sous l'appellation TMT (Telecoms, médias et technologie).
    Toujours en 1999, Aziz Akhannouch introduit en bourse deux de ses sociétés, Afriquia et Maroc Oxygène. Pour mieux s¹ancrer dans l¹espace économique national, le groupe change de nom et s'appellera «Akwa». Sauf que l'étymologie n'explique pas tout. Ce mot a une histoire qui se confond avec celle du groupe.
    La grande opération réalisée par Aziz Akhannouch reste, cependant, sa fusion avec le groupe Oismine, de Mustapha Amhal, qui a permis au groupe Akwa d'être le leader national dans le gaz et le carburant, avec 3.400 employés, 300 camions-citernes et un chiffre d'affaires, à fin 2005, de 15 milliards de dirhams.
    Sous la houlette de Aziz Akhannouch, Akwa gère un portefeuille d'une quarantaine de sociétés.
    En octobre 2003, il a, en effet, été élu à la présidence du Conseil de la région de Souss-Massa-Drâa. En tant que SAP

    Latifa Akharbach

    La directrice de l'Institut Supérieure de l'Information et de Communication (L'ISIC), Latifa Akharbach, est une passionnée.

    Enseignante, elle révolutionne la formation et l'organisation de l'école qu'elle dirige : l¹ESIC. Lève tôt, travailleuse infatigable et femme de conviction, elle ne délaisse pas pour autant sa famille. En particulier ses trois enfants : Taha, Randa et Dorra.
    Elle ne se connaît qu'un seul véritable ennemi : le temps. Mariée et mère de trois enfants, elle trouve le temps pour assumer ce rôle. Pas question pour elle de les sacrifier. Sa propre enfance à Chaouen (née en 1960) l¹a elle même beaucoup marquée. Latifa, l'enfant, a toujours aimé le contact avec la nature.
    L'école l'a aussi beaucoup marquée : « On est toujours l'enfant qu'on a été ».
    Travail, famille... pour optimiser sa journée, Latifa se lève tôt (5h du matin).
    Elle adore voir le soleil se lever. C'est le meilleur moment de la journée, un moment de choix, un moment décisif. « J'aime bien les débuts et jamais les fins»
    L¹enseignement, elle l'exerce depuis 1988 à l'ISIC dont elle est même lauréate. La transmission du savoir, sa grande passion. Elle tire son savoir de sa propre expérience. Après son bac option sciences mathématiques. Elle intègre l'ISIC, avant d'aller préparer son doctorat à Paris en sciences de l'information et de la communication en 1988 à l¹institut français de presse Paris II.
    Mme Akharbach a était entre 1993 et 2000 représentante au Maroc du réseau euro-maghrébin pour la formation aux métiers de la communication (REMFOC).
    Entre 1992 et 1999, elle a assuré la fonction de conseillère de projet à la fondation Friedrich Naumann et animé entre 1990 et 2003 plusieurs ateliers et sessions de formation en communication.
    En octobre 2005, elle a été élue Présidente du réseau Théophraste des écoles de journalisme francophones qui regroupe 18 pays. Elle a co-écrit les livres "Femmes et médias" et "Femmes et politique".

    Mohamed Saâd Hassar

    Mohamed Saâd Hassar a entamé sa carrière en 1980 au ministère de l¹Equipement (Travaux publics) où a il assumé successivement les fonctions de chef de service des infrastructures, puis chef de division à la Division des équipements divers, la division de l¹organisation, de la réglementation et des relations avec la profession et enfin la division de la planification et de la programmation.

    Cet ingénieur d¹Etat de l¹Ecole spéciale des Travaux publics du bâtiment et de l¹industrie de Paris, titulaire d¹une maîtrise en mathématique à l¹Université Paul Sabatier (Toulouse), a participé activement au projet de modernisation du ministère (informatisation, mise en place de tableaux de bord, normes de classification des entreprises, schéma directeur portuaire, programme national d¹analyse de projets...)
    En 1987, il débarque à l¹ODEP (Office d¹Exploitation des Ports) où il occupe la fonction de Directeur attaché au Directeur général Une année plus tard, il est nommé Directeur du Développement.
    En 1990 il est appelé à la tête de la Direction de la Formation des cadres relevant du ministère des Travaux publics. En 1994, il s¹est vu confié la Direction de l¹ensemble de l¹Administration en charge de la Formation professionnelle et de la Formation des cadres au même département.
    Parallèlement à ces responsabilités, Mohamed Saâd Hassar fait partie du corps des Chargés de Mission auprès du Secrétariat Particulier de S.M le Roi. Il y supervise de 1991 à 97 la réalisation de nombreux projets, en particulier celui de l¹Université Al Akhawayn à Ifrane.
    Depuis novembre 1997, il est nommé à la Direction Générale de l¹Administration de la Conservation Foncière, de la Cartographie et du Cadastre, où il conduit un vigoureux plan de restructuration, de dynamisation et de modernisation du système.
    En Novembre 2002, il est nommé Wali Directeur général des collectivités locales au ministère de l'Intérieur.
    Il est également président de l¹Association marocaine des ingénieurs de l¹Ecole des Travaux publics (AMI - ETP), membre fondateur de l¹Association de la promotion, de la productivité et de la qualité ainsi que de plusieurs associations et clubs sportifs.
    Moahmed Saâd Hasasr est né le 21 février 1953. Elle est marié et père de trois enfants.

    http://www.albayane.ma/Detail.asp?article_id=67201
     
  3. wydadi2004

    wydadi2004

    Inscrit:
    13 Janvier 2004
    Messages:
    547
    Likes:
    0
    Elle est marié et père de trois enfants.