• En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

Que faire en cas d'arrêt cardiaque ?

madalena

Contributeur
Contributeur
salam

Parfois impressionnants, les symptômes d'un arrêt cardiaque ne doivent pas détourner les proches ou témoins d'une victime de l'urgence qu'il y a à réagir. Découvrez les gestes qui sauvent.

URGENCE. Un arrêt cardiaque - ou arrêt cardiorespiratoire - se caractérise par une perte de conscience soudaine avec disparition du pouls, causée par l'incapacité du cœur à propulser le sang vers le cerveau et le reste du corps. Sans traitement, l'arrêt cardiaque peut entraîner la mort en quelques minutes. Le facteur temps est donc le paramètre principal de la prise en charge d'un arrêt cardiaque.

Appeler les secours, masser et défibriller
Ce sont les trois gestes qui sauvent. L'urgence absolue est de composer le 15. Le Samu enverra la première équipe disponible. Il faudra leur spécifier l'état de la victime et les circonstances de l'accident. Il appartient ensuite aux témoins de l'accident cardiaque de pratiquer un massage cardiorespiratoire qui permettra de faire circuler le sang à partir du cœur et dans tout le corps et ainsi de favoriser le transport de l'oxygène vers les organes. On retarde alors le plus possible la détérioration des fonctions vitales et les lésions dans le cerveau.

S'il y a un défibrillateur disponible à proximité il faut l'apporter immédiatement auprès de la victime et ne pas hésiter à s'en servir. Les défibrillateurs automatisés externes (DAE) sont censés être simples d'utilisation. Leur rôle : délivrer un choc électrique pour permettre au cœur de se remettre à battre efficacement. Ces appareils sont fiables à 99,9 %.


Les étapes à suivre
Ci-dessous, l'algorithme établi par la Société française d'anesthésie et de réanimation (SFAR) pour la réanimation cardio-pulmonaire de base. À noter que la durée de l'insufflation est de 1 seconde, le volume insufflé devant être suffisant pour soulever le thorax. L'alternance compression-ventilation est de 30 compressions pour 2 insufflations. Enfin, si plusieurs personnes sont présentes pour aider la victime, il est recommandé d'effectuer un relais toutes les deux minutes.

Lorsque l'arrêt cardiaque est causé par un infarctus du myocarde, trois symptômes avant coureur doivent alerter la victime et/ou ses proches :
une douleur forte et oppressante au milieu de la poitrine (sensation de serrement, d'écrasement) ;
la douleur peut gagner le cou, la mâchoire, les bras ;
essouflement, sueurs et nausées.

http://www.sciencesetavenir.fr/sante/coeur-et-cardio/20141113.OBS4915/que-faire-en-cas-d-arret-cardiaque.html
 

Pièces jointes

etre2en1

intersex people are cool
VIB
Je me demande toujours si j'aurais pu sauver ma mère, j'ai demandé au téléphone mais ils m'ont demandé d'attendre sans rien faire, j'ai insisté mais rien, aucune consigne de plus, les secours pourtant à 1kms sont venus 1 heure après alors qu'elle a fait une crise cardiaque.

Elle avait emprunté ma voiture sans doute pour aller voir ma sœur, un voisin m'a réveillé en disant que ma mère venait d'arriver avec ma voiture mais qu'elle ne sortait pas et ne semblait plus bouger.

Elle était assise au volant, le moteur arrêté, mal garée pour une maniaque, la clé de contact sur le tapis, elle était bleue mais il gelait et elle avait des problèmes circulatoires et attendait une greffe de cœur.

Ma voiture était très exigu, ma mère obèse, je ne savais pas quoi faire.

J'ai supplié qu'on me dise comment la sauver et les secours au téléphone m'ont insulté et demander d'attendre.

La police est arrivée 10 minutes avant les secours pour semble t il constater un décès, j'ai eu envie de les tuer.
Pendant une heure ils ont fait comme si ils essayaient de la ranimer, moi j'étais en état de choc.
 
Je me demande toujours si j'aurais pu sauver ma mère, j'ai demandé au téléphone mais ils m'ont demandé d'attendre sans rien faire, j'ai insisté mais rien, aucune consigne de plus, les secours pourtant à 1kms sont venus 1 heure après alors qu'elle a fait une crise cardiaque.

Elle avait emprunté ma voiture sans doute pour aller voir ma sœur, un voisin m'a réveillé en disant que ma mère venait d'arriver avec ma voiture mais qu'elle ne sortait pas et ne semblait plus bouger.

Elle était assise au volant, le moteur arrêté, mal garée pour une maniaque, la clé de contact sur le tapis, elle était bleue mais il gelait et elle avait des problèmes circulatoires et attendait une greffe de cœur.

Ma voiture était très exigu, ma mère obèse, je ne savais pas quoi faire.

J'ai supplié qu'on me dise comment la sauver et les secours au téléphone m'ont insulté et demander d'attendre.

La police est arrivée 10 minutes avant les secours pour semble t il constater un décès, j'ai eu envie de les tuer.
Pendant une heure ils ont fait comme si ils essayaient de la ranimer, moi j'étais en état de choc.[/QUOTE

Te faire insulter dans un tel moment de détresse c 'est incroyable!
Comme quoi on devrait tous apprendre les gestes qui sauvent ..On ne peut visiblement pas toujours compter
sur les Spécialistes lol .."Touchez a rien ,on s 'occupe de tout" et ils arrivent 1 heure plus tard! lamentable!
Ne te tourmente pas trop , si tu avais pu la sauver, tu l 'aurais fais..
Qu 'elle repose en paix!
 

etre2en1

intersex people are cool
VIB
Te faire insulter dans un tel moment de détresse c 'est incroyable!
Comme quoi on devrait tous apprendre les gestes qui sauvent ..
On ne peut visiblement pas toujours comptersur les Spécialistes lol ..
"Touchez a rien ,on s 'occupe de tout" et ils arrivent 1 heure plus tard! lamentable!
Ne te tourmente pas trop , si tu avais pu la sauver, tu l 'aurais fais..
Qu 'elle repose en paix!
Je me repasse tout ça dans ma tête, j'en fais des cauchemars, j'essaye d'oublier mais ça me hantera toujours.
Ils m'ont même menacé de porter plainte parce que je saturais le standard en les appellant, je leur ai dit qu'ils n'avaient qu'à venir m'arrêter mais qu'ils viennent.
Ils y a eu d'autres personnes dans la même situation avec le même résultat à l'époque, du personnel pas compétent, des manques de moyens, toujours les mêmes excuses qui ne ramènent pas les morts à la vie.
 
Haut