La Chine devient la troisième puissance économique mondiale

LE MONDE | 19.07.07 | 11h26 • Mis à jour le 19.07.07 | 11h


La Chine est devenue théoriquement la troisième puissance économique du monde. Après avoir dépassé en 2005 la France et le Royaume-Uni, elle a détrôné l'Allemagne et se trouve maintenant derrière le Japon et les Etats-Unis. Le produit intérieur brut (PIB) chinois devrait dépasser cette année 3 100 milliards de dollars (2 246 milliards d'euros) contre moins de 3 000 milliards pour celui de l'Allemagne.



Le principal risque aujourd'hui pour l'économie chinoise est celui de la surchauffe. Si l'on en juge par les derniers chiffres de la croissance pour le premier semestre 2007, rendus publics jeudi 19 juillet, Pékin va devoir appuyer vigoureusement sur la pédale de freins.

Le moteur continue de tourner à plein régime : le PIB a progressé de 11,5 % pour les six premiers mois de l'année et, rien que durant le deuxième trimestre, le taux de croissance s'est élevé à 11,9 %, le plus important depuis douze ans. Les investissements en capital fixe ont augmenté de 25,9 % durant la même période, alors que l'inflation est plus conséquente qu'on ne le craignait avec un taux de 3,2 % au premier semestre et même 4,4 % en juin.

A la fin de l'année dernière, en annonçant que le chiffre de la croissance du PIB n'avait été "que" de 10,4 % au troisième trimestre 2006, le porte-parole du bureau des statistiques, Li Xiaochao, se félicitait que "les mesures macro-économiques prises depuis le début de l'année connaissent un premier succès". Jeudi, lors de la conférence de presse rituelle, M.Li a répété la même antienne mais sur un ton dépourvu de triomphalisme : "Nous continuerons à renforcer et améliorer les mesures de contrôle macro-économiques." Le gouvernement chinois, partagé entre la nécessité sociale et politique de maintenir une croissance soutenue et d'éviter les risques de surchauffe, a pris cette année une série de mesures visant à calmer l'activité : deux hausses successives des taux d'intérêts, cinq augmentations des taux de réserve obligatoires des banques pour limiter le crédit, et des réformes fiscales pour freiner les exportations.
Le même porte-parole du bureau des statistiques a admis que la République populaire continuait à faire face à une série de problèmes susceptibles de contrecarrer les efforts déployés pour empêcher un emballement de la machine. Entre autres obstacles, il a cité "le déséquilibre dans le commerce international, la hausse des prix des aliments, la pression pour les économies d'énergie et la réduction de la pollution". Il a ensuite promis que le gouvernement "pour-suivra\[it\] dans la voie de l'ajustement de la structure industrielle pour changer la structure de la croissance et permettre à l'économie de croître de manière équilibrée".

ÉCHAPPER À TOUT CONTRÔLE

La veille, la presse officielle a fait état d'un rapport, concocté par le comité des affaires économiques et financières de l'Assemblée nationale populaire, dans lequel les députés s'inquiètent : "La tendance à la surchauffe est claire, préviennent-ils, l'inflation progresse, plus particulièrement pour les prix de l'alimentation et de l'immobilier." "Le comportement du gouvernement chinois ressemble à celui d'un surfeur qui négocie la crête d'une vague. Il veut éviter une chute trop importante de la croissance, mais craint d'être emporté par la surchauffe et l'inflation", observe un expert étranger de l'économie chinoise basé à Pékin.

Certes, le scénario catastrophe n'est sans doute pas près de se réaliser, les tendances inflationnistes étant pour le moment la résultante de phénomènes conjoncturels. Mais le même expert prévient que, si les mesures prises ou annoncées ne se traduisent pas concrètement dans un délai assez court, l'économie chinoise va échapper à tout contrôle. "Cela fait plusieurs années que le gouvernement dit qu'il faut rééquilibrer la croissance, mais cela fait des années que rien ne change vraiment… Ça ne peut pas durer indéfiniment. Je pense que la marge de manœuvre de Pékin n'excède pas les deuxans. Si d'ici là rien ne bouge, il y a risque de choc conjoncturel et la formation d'une dangereuse bulle spéculative."


Une entrée colossale et permanente de capitaux, des excédents commerciaux qui pourraient se chiffrer à 250milliards de dollars pour 2007, une économie tirée principalement par les investissements et les exportations, tous les indicateurs démontrent que l'on est encore loin de l'indispensable "rééquilibrage" annoncé par les autorités. Or les risques et les enjeux politiques sont considérables pour le gouvernement chinois. Pékin doit faire face à des tensions sociales grandissantes dans les campagnes et, dans le même temps, à l'explosion de mécontentement d'une population qui demande justice et compensation face à la corruption, la pollution et la dégradation de l'environnement.



Bruno Philip
 
très intéressant !!! Passeront ils devant les US un jour ?? Ce serait un comble que le pays de l'oncle sam se fasse détrôner pas un ex pays communiste. Mao zedong doit se retourner dans sa tombe !
 
y a t il de bons instituts pour apprendre le chinois rapidemment?


Juste

Quand tu sait que l Allemagne c est 82 millions d habitants et la chine 1.3 milliard d habitants
On imagine le potentiel qu il reste encore a la chine
Imagine le PIB chinois si il avait le même niveau par habitant que celui de l Allemagne
J ose même pas calculer ça risque de me faire peur
 
très intéressant !!! Passeront ils devant les US un jour ?? Ce serait un comble que le pays de l'oncle sam se fasse détrôner pas un ex pays communiste. Mao zedong doit se retourner dans sa tombe !


pour ma part c'est inéluctable
le centre du monde risque de changer d'ici quelque années

esperons que le choc des plaques tectoniques se fera en douceur....


PS: n'oublions pas l'inde aussi....


Juste
 
a casa oui!
et d'ailleurs c'est la grande mode actuellement
tous les chefs d'entreprise (3ay9ine) se sont inscrits aux cours de mandarin!!


je connais des potes qui sont souvent en chine pour affaire et franchement je me dis que c'est maintenant qu'il faut prendre le train

je devrai resortir toute la collection de bruce en lee en VO !!


Juste
 
je connais des potes qui sont souvent en chine pour affaire et franchement je me dis que c'est maintenant qu'il faut prendre le train

je devrai resortir toute la collection de bruce en lee en VO !!


Juste

ce n'est pas seulement une question de potentialités et d'opportunisme qui explique leur boom, mais aussi les chinois eux meme, ils aiment travailler, sont tres tres motivés, je me rapellerai tjr de ce documentaire ou on montrait des ouvriers chinois re-entrer par la fenetre pour finir leur boulot, alors qu'on venait de les sortir par la porte car c'etait la fin de la journée :)
 
J ai quand même fais le calcul
Avec un PIB par habitant comparable a celui de l Allemagne la chine aurait un PIB nationale de 47000 milliards de dollars
En comparaison celui des usa actuel est de 12000 milliards
 
ce n'est pas seulement une question de potentialités et d'opportunisme qui explique leur boom, mais aussi les chinois eux meme, ils aiment travailler, sont tres tres motivés, je me rapellerai tjr de ce documentaire ou on montrait des ouvriers chinois re-entrer par la fenetre pour finir leur boulot, alors qu'on venait de les sortir par la porte car c'etait la fin de la journée :)


Une replique de mythe de Stakhanov;) pas sure que ça soit si efficace que ça à la longue.. les chinois sont des individus comme les autres une fois leur pouvoir d'achat augmenté grace à leur conjoncture.. ils vt rapidement aspirer à plus de loisirs et tout le toutim normal somme toute...L'individualisme reprendra donc le dessus rapidement meme si culturellement parlant ils en sont encore loin..
 
A

AncienMembre

Non connecté
en parlant de leurs exportations- j'ai lu que l'afrique du nord peut devenir un sérieux concurrent pour tout ce qui est textile- la différence se ferait au niveau du coût du transport et de son délai- mais bon ils ont compris le truc et se sont installés directs au bled- en ts les cas, en algérie y a certaines boîtes qui commencent à remporter des marchés jusque là entre les mains chinoises-
 
Haut