• En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

"voici les cinq écoles liégeoises qui vont interdire le voile à la prochaine rentrée"

compteblad

PLD (Peace, Love and Diversity)
VIB
Publié le Mercredi 18 Mars 2015 à 15h34
Régions Liège Actualité
Voici les cinq écoles liégeoises qui vont interdire le voile à la prochaine rentrée
Luc Gochel
L’athénée Saucy, les instituts Saint-Sépulchre et Marie-Thérèse, le collège Saint-François à Ans et les collèges Saint-Hadelin, Sacré-Coeur et Saint-Joseph à Visé vont interdire le voile à la prochaine rentrée. Directement ou progressivement. En cause : leur nombre, leurs dimensions de plus en plus grandes et la pression des garçons musulmans sur les filles...

Actuellement, le port du voile islamique à l’école est toujours laissé à l’appréciation des directions d’écoles. Une demande avait été faite par l’enseignement officiel afin de légiférer en la matière, mais le pouvoir législatif n’a pas suivi. Quant à l’enseignement libre, c’est chaque pouvoir organisateur qui décide ce que bon lui semble dans son (ou ses) école(s).
Ceci dit, quasi 90 % des écoles liégeoises ont interdit depuis longtemps dans leur règlement le port d’un « couvre-chef » (qui vaut aussi bien pour le voile que pour la casquette). Il n’en reste donc que très peu qui l’autorisait encore et il y en aura encore moins en septembre…
1. Athénée Saucy de Liège
Depuis l’an 2000, l’athénée Saucy connaissait une chute dangereuse de sa population scolaire (à peine 400 il y a un an). Et dans le même temps, elle assistait à une augmentation des élèves voilées vu que Saucy était une des rares écoles secondaires de la ville à encore l’autoriser. Au point d’atteindre désormais 20 à 25 % des élèves.
« Étant le garant de l’emploi, explique Pierre Stassart, l’échevin liégeois de l’instruction, j’ai donc décidé d’interdire le port du couvre-chef dès l’an prochain. Mais de manière progressive, en commençant par la première année. Si pour elles, le port du voile est culturel, cela ne posera pas de problème de l’enlever. Si c’est un signe religieux ostentatoire, cela sera plus problématique. »
2. Institut Marie-Thérèse
À l’institut Marie-Thérèse (1.375 élèves), elles n’étaient qu’une dizaine il y a 10 ans et 25 aujourd’hui. « Les voiles sont de plus en plus sombres et la pression des garçons musulmans sur les filles plus forte aussi, nous expliquait en janvier Alain Pironnet, le préfet de discipline. Et on doit beaucoup plus discuter pour qu’elles l’enlèvent aux cours de cuisine, de gym ou en stages. »
Du coup, décision a été prise de l’interdire aussi à la rentrée.

source : lacapitale
 

compteblad

PLD (Peace, Love and Diversity)
VIB
suite

3. le Collège St-François (Ans)
Dans cette école de 650 élèves, la réflexion sur le voile remonte à plus d’un an. « On s’est interrogé sur le symbole de soumission de la femme que représentait le voile, explique le directeur Jean-Luc Pieczynski. Et on a aussi constaté la tendance qu’avaient de plus en plus les garçons musulmans à cataloguer comme pures ou impures les filles musulmanes. »
Décision a donc été prise d’interdire le voile progressivement jusqu’en 3 ème et de continuer à l’autoriser de la 4 ème à la 7 ème « car il s’agit peut-être, à cet âge-là, d’un cheminement religieux personnel. »
4. Collège Saint-Hadelin, Sacré-Coeur et Saint-Joseph (visé)
Sur les 2.400 élèves de cette triple implantation visétoise, le phénomène du voile ne représente qu’une quinzaine de jeunes filles. Mais, pour le président du P.O. (pouvoir organisateur), Jacky Glaude, « on constatait une dérive ces dernières années. Les voiles sont de plus en plus longs et plus serrés. Et au lieu d’être un signe d’intégration, c’était celui d’une radicalisation. »
La première demande du P.O. remontait à trois ans déjà. Suite aux événements d’actualité récents, les trois directions avaient demandé de reporter encore la décision d’un an, pour éviter l’amalgame. Mais elles n’ont pas obtenu gain de cause.
5. Institut Saint-Sépulchre (Liege)
Enfin, sur les 600 élèves de l’institut Saint-Sépulchre, situé rue Général Bertrand, on compte une trentaine de filles voilées (à peine 5 %).
Mais ce n’est pas pour cette raison que la direction de l’école a décidé de l’interdire dès la rentrée. « C’est parce que nous allons fusionner avec l’école Saint-Joseph et Sainte-Julienne, explique le directeur Marc Belleflamme. Et qu’à Saint-Joseph, le port du voile est interdit depuis toujours. On n’allait donc pas avoir deux règlements différents au sein de la même école. On les a donc harmonisés de cette manière. »
Et ces cinq écoles ne sont peut-être pas les seules.
source : lacapitale
 
Haut