Tout n'est pas bon dans le cochon : selon l'Anses, le risque de cancer lié aux nitrites dans la charcuterie est bien réel

Selon un rapport de l'Anses rendu public ce mardi 12 juillet, l'existence d'un risque de cancer lié aux nitrites présents dans les charcuteries est bien réel.

Terminé les rondelles de saucissons à l'apéro ? Fini la tranche de jambon achetée en grande distribution ? Selon un récent rapport de l'Anses dévoilé par le Journal du Dimanche et qui a été rendu public ce mardi 12 juillet, le jambon, et surtout la consommation de nitrites et conservateurs pour lui donner une teinte rosée, seraient responsables d'un risque accru de développer des cancers.

Selon la synthèse qu'a pu consulter nos confrères, "l’Anses semble se ranger désormais dans le camp des opposants à ces additifs chimiques présents dans 75 % de la charcuterie vendue dans la grande distribution", explique le JDD. Le rapport rédigé par 13 chercheurs, toxicologues, épidémiologistes ou encore chimistes montre ainsi que le risque est réel.

Un enjeu de "sécurité sanitaire"​

Et ces derniers de préconiser "de réduire l’exposition de la population par des mesures volontaristes en limitant l’exposition par voie alimentaire", dans un objectif de "sécurité sanitaire". Car, toujours selon cette synthèse, il y aurait près de 4000 cas de cancer du côlon attribuables à la consommation de charcuterie chaque année en France.

"De nouvelles études épidémiologiques montrent qu’ils (les nitrites) augmentent le risque de cancer. Ils ne sont pas dangereux en eux-mêmes ; la toxicité vient de leur association avec d’autres composés de la charcuterie et des substances qui se forment lors de leur dégradation dans l’appareil digestif." expliquent les chercheurs.

Quantité et qualité​

Ainsi, l’Anses réfléchirait à préconiser de produire "des données scientifiques pour revoir les doses journalières admissibles (DJA) en prenant en compte la toxicité de ces substances", afin de fixer un éventuel seuil maximal de consommation ou a minima, privilégier des produits plus qualitatifs voire, à l'image de Herta et Fleury Michon, convaincre les industriels de se passer de ces substances.

Mais selon le lanceur d’alerte Guillaume Coudray, auteur de Cochonneries (éditions La Découverte), "le puissant lobby des charcutiers, comme il l’a fait pour les précédentes alertes ", ne manquera pas de contester ces études. Il salue toutefois ce rapport de l'Anses qu'il qualifie "d'historique".

Cela fait plus de dix ans que je m’intéresse à cette question et c’est la première fois que le lien d’association entre le cancer et les additifs nitrés est ainsi écrit noir sur blanc.
Reste à savoir si le ministère de l'Agriculture prendra en compte les recommandations de l'Anses ou se contentera de faire baisser ces fameuses doses journalières admissibles concernant la consommation de nitrate.
 
Y'a que acheté de la viande chez les bouchers mais eux aussi un doute sur la traçabilité et les moisissures... C'est souvent le bon client qui a le bon morceaux ou les salariés qui se garde les bon morceaux. On est pas des pigeons.
 

Korozif

C4H10FO2P
Selon un rapport de l'Anses rendu public ce mardi 12 juillet, l'existence d'un risque de cancer lié aux nitrites présents dans les charcuteries est bien réel.

Terminé les rondelles de saucissons à l'apéro ? Fini la tranche de jambon achetée en grande distribution ? Selon un récent rapport de l'Anses dévoilé par le Journal du Dimanche et qui a été rendu public ce mardi 12 juillet, le jambon, et surtout la consommation de nitrites et conservateurs pour lui donner une teinte rosée, seraient responsables d'un risque accru de développer des cancers.

Selon la synthèse qu'a pu consulter nos confrères, "l’Anses semble se ranger désormais dans le camp des opposants à ces additifs chimiques présents dans 75 % de la charcuterie vendue dans la grande distribution", explique le JDD. Le rapport rédigé par 13 chercheurs, toxicologues, épidémiologistes ou encore chimistes montre ainsi que le risque est réel.

Un enjeu de "sécurité sanitaire"​

Et ces derniers de préconiser "de réduire l’exposition de la population par des mesures volontaristes en limitant l’exposition par voie alimentaire", dans un objectif de "sécurité sanitaire". Car, toujours selon cette synthèse, il y aurait près de 4000 cas de cancer du côlon attribuables à la consommation de charcuterie chaque année en France.

"De nouvelles études épidémiologiques montrent qu’ils (les nitrites) augmentent le risque de cancer. Ils ne sont pas dangereux en eux-mêmes ; la toxicité vient de leur association avec d’autres composés de la charcuterie et des substances qui se forment lors de leur dégradation dans l’appareil digestif." expliquent les chercheurs.

Quantité et qualité​

Ainsi, l’Anses réfléchirait à préconiser de produire "des données scientifiques pour revoir les doses journalières admissibles (DJA) en prenant en compte la toxicité de ces substances", afin de fixer un éventuel seuil maximal de consommation ou a minima, privilégier des produits plus qualitatifs voire, à l'image de Herta et Fleury Michon, convaincre les industriels de se passer de ces substances.

Mais selon le lanceur d’alerte Guillaume Coudray, auteur de Cochonneries (éditions La Découverte), "le puissant lobby des charcutiers, comme il l’a fait pour les précédentes alertes ", ne manquera pas de contester ces études. Il salue toutefois ce rapport de l'Anses qu'il qualifie "d'historique".


Reste à savoir si le ministère de l'Agriculture prendra en compte les recommandations de l'Anses ou se contentera de faire baisser ces fameuses doses journalières admissibles concernant la consommation de nitrate.
T'as les même nitrites dans les charcuteries hallal.
C'est un antibactérien censé lutter contre les salmonelles, lysterias etc.
4000 cas sur combien de consommateurs. Se font ***** les journalistes.
 
Y'a que acheté de la viande chez les bouchers mais eux aussi un doute sur la traçabilité et les moisissures... C'est souvent le bon client qui a le bon morceaux ou les salariés qui se garde les bon morceaux. On est pas des pigeons.
Tu insultes les honorables bouchers.
Comment est conservée la "viande" qui tourne dans les kebabs ?
 
Tu insultes les honorables bouchers.
Comment est conservée la "viande" qui tourne dans les kebabs ?


Sitot la broche posée sur la machine les clients affluent si bien que la broche disparait rapidement, au détriment du "bon" vieux "jambon beurre" et du sandwich baguette fromage.

Comme chaque métier à ses brebis galeuses ce secteur n'est pas épargné par des bras cassés incapables d'autre chose que de nuire à la société, comme ont en trouve pléthore, dans les brasseries, les boulangeries, les boucheries, les charcuteries, les pâtisseries, etc etc etc

Autrement..le kebab se porte très trés trés trés bien, allé va te cogner la tête contre un mur en béton, ou si tu retourne dans ton bled l'Arménie, cogne toi le sur un de tes murs en torchis, ca ne te feras pas de mal à l'os, mais ca t'infectera la peau et la santé, tellement l'hygiène est inconnue dans ton bled.
 
Tu insultes les honorables bouchers.
Comment est conservée la "viande" qui tourne dans les kebabs ?
Tu connais pas la remballe
 
Sitot la broche posée sur la machine les clients affluent si bien que la broche disparait rapidement, au détriment du "bon" vieux "jambon beurre" et du sandwich baguette fromage.

Comme chaque métier à ses brebis galeuses ce secteur n'est pas épargné par des bras cassés incapables d'autre chose que de nuire à la société, comme ont en trouve pléthore, dans les brasseries, les boulangeries, les boucheries, les charcuteries, les pâtisseries, etc etc etc

Autrement..le kebab se porte très trés trés trés bien, allé va te cogner la tête contre un mur en béton, ou si tu retourne dans ton bled l'Arménie, cogne toi le sur un de tes murs en torchis, ca ne te feras pas de mal à l'os, mais ca t'infectera la peau et la santé, tellement l'hygiène est inconnue dans ton bled.
De la viande hachée collée avec du phosphate.
 
Le kebab fait avec de vrais morceaux de viande c'est bon. Celui fait avec de la viande hachée d'origine incertaine et collée au phosphate c'est du poison.
Dommage qu'il n'y ait pas de kebab avec de la savoureuse viande de cochon ou d'agneau.
 
Haut