Comprendre le conflit sans fin entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan

Dimanche matin à l'aube, les forces armées azéries sont passées à l'offensive dans la région montagneuse du Haut-Karabakh, faisant face à l'armée arménienne, retranchée dans ses positions. Les combats se poursuivent depuis, redoublant de violence, et plus de 70 soldats des deux camps auraient déjà perdu la vie en un peu plus de 24 heures.

L'armée azérie n'aurait avancé pour l'instant que de quelques kilomètres en territoire adverse, mais déplore la perte d'au moins un hélicoptère et de plusieurs blindés. En réaction à cette offensive, le gouvernement arménien a déclaré dimanche soir la loi martiale, ainsi que la mobilisation générale, appelant tous les hommes en âge de se battre à rejoindre les rangs de l'armée.

Quel objectif poursuivent les autorités azéries ?
Leur but est clair : reconquérir le territoire perdu à la suite de l'accord de paix de 1994, qui avait mis fin à la guerre entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. A la fin des années 1980, alors que l'URSS est sur le point d'imploser, la population du Haut-Karabakh, très majoritairement arménienne, réclame son indépendance vis-à-vis de l'Azerbaïdjan. Mais les autorités de Bakou refusent la sécession, et s'engagent dans une guerre contre l'Arménie voisine qui soutient les sécessionnistes.

Après six ans de sanglants combats ayant provoqué la mort de plus de 30 000 personnes, un cessez-le-feu est finalement signé en 1994, qui avantage l'Arménie, en permettant à son armée d'occuper une partie du Haut-Karabakh. Depuis, Arméniens et Azéris se font face de part et d'autre de la frontière, théâtre fréquent d'escarmouches entre les deux camps.

Comprendre le conflit sans fin entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan



Comment la situation a-t-elle pu dégénérer en l'espace d'un week-end ?
Pour le chercheur Gaïdz Minassian, professeur à Sciences Po et spécialiste du Caucase, ces affrontements sont la conséquence d'un regain de tension dans la région depuis le début de l'été. En juillet, des affrontements avaient en effet brièvement éclaté, causant la mort d'une vingtaine de soldats dans les deux camps. Si la tension était quelque peu descendue au cours du mois d'août, cela n'a pas empêché une recrudescence des incidents frontaliers à partir de début septembre, aboutissant à la situation actuelle.

Quel rôle joue la Turquie d'Erdogan ?
Néanmoins, selon Gaïdz Minassian, le déclenchement des combats de grande envergure s'explique également par l'influence croissante de la Turquie qui est devenue le principal allié de l'Azerbaïdjan : « Après les interventions en Syrie et en Libye, les Turcs veulent ouvrir un troisième front dans le Caucase pour étendre leur influence. Leur stratégie est simple : dégrader la situation locale pour avancer leurs pions et peser dans le jeu régional », explique-t-il. L'aide militaire turque à destination de l'armée azérie se serait considérablement accrue ces derniers mois, avec la présence d'instructeurs turcs chargés de former et de conseiller les militaires de Bakou, ainsi que la livraison de matériel sophistiqué permettant de défier l'armée arménienne.

En outre, différentes sources fiables, dont l'organisation syrienne des droits de l'homme, ont indiqué la présence sur la ligne de front de mercenaires syriens envoyés par la Turquie en Azerbaïdjan. Ces combattants, issus de milices syriennes rebelles, sont financés par les autorités turques. Alors que la situation est désormais plus calme en Syrie, le président Erdogan les emploie comme mercenaire pour défendre ses intérêts en Libye, et désormais dans le Caucase.
 
La Russie soutient-elle l'Arménie ?
Face à une armée azérie dopée par le soutien turc, les Arméniens ne peuvent compter que sur leur détermination et leur unité pour repousser l'adversaire. Si l'Arménie est historiquement très liée à la Russie, il semble que le président Poutine hésite à leur témoigner un réel soutien. Les autorités russes ont ainsi simplement appelé ce week-end les deux belligérants à s'entendre pour signer un « cessez-le-feu immédiat ».

Pour Gaïdz Minassian, « la Russie cherche à stabiliser la région sans choisir un camp, tout en faisant comprendre à la Turquie qu'elle ne laissera pas des milices à tendances djihadistes prendre pied dans le Caucase ». En clair, les Russes ont tout intérêt à préserver la paix dans la région, et craignent surtout l'importation en Azerbaïdjan de groupes armés islamistes par la Turquie.

Que dit la France ?
Pour autant, l'Arménie compte bien défendre ses positions et ne pas céder face à ses ennemis : « Pour les arméniens, c'est une guerre de survie, ils n'ont pas d'autres choix. Le Haut-Karabakh, c'est Sparte, la population est conditionnée pour défendre la patrie jusqu'au bout », ajoute Gaïdz Minassian. « J'ai peur pour ma famille et mes amis là-bas, mais je reste confiant, notre peuple en a vu d'autres, on saura résister », assure Paul Mahboubian.

Le Parisien
 

Mohammad

hein + hein = euh
VIB
Je suis content de lire l'opinion des arméniens sur le sujet mais je ne suis pas sûr qu'il faille l'intitulé "comprendre le conflit sans fin..." ; ici on comprend juste la version arménienne.

Ensuite, les raisons qui ont amené l'Arménie à intervenir dans les années 90 sont semblables à celle qui ont poussé les russes à intervenir contre l'Ukraine, ex région russophone attribuée à l'ukraine dans le cadre d'un découpage régional par l'URSS . Allez savoir pourquoi la Russie a été massivement condamnée par la communauté internationale, pas l'Arménie.
 
Gaïdz Minassian

Article écrite par un Arménien dans un conflit qui oppose l'Arménie et l'Azerbaïdjan....question objectivité on va passer.
Pareil j'évite de commenté plus dans ce sujet parce que je suis Turc....je vais naturellement etre subjectivement du coté de l'Azerbaïdjan.

Juste une chose :
« Après les interventions en Syrie et en Libye, les Turcs veulent ouvrir un troisième front dans le Caucase pour étendre leur influence. Leur stratégie est simple : dégrader la situation locale pour avancer leurs pions et peser dans le jeu régional »,

C'est quoi cette argument de ***** ? Jamais 2 sans 3 ?
Au contraire le fait que la Turquie est déjà impliquer dans 2 conflit doit etre argument pour eviter de rentrer dans d'autre conflit.
Perso, je pense surtout que l'auteur cherche d'impliquer la Turquie histoire de recolter des points de sympathie au près de la France qui à des conflit politique avec la Turquie.
 
Je suis content de lire l'opinion des arméniens sur le sujet mais je ne suis pas sûr qu'il faille l'intitulé "comprendre le conflit sans fin..." ; ici on comprend juste la version arménienne.

Ensuite, les raisons qui ont amené l'Arménie à intervenir dans les années 90 sont semblables à celle qui ont poussé les russes à intervenir contre l'Ukraine, ex région russophone attribuée à l'ukraine dans le cadre d'un découpage régional par l'URSS . Allez savoir pourquoi la Russie a été massivement condamnée par la communauté internationale, pas l'Arménie.
C'est un peu comme si l'Allemagne intervenait en Belgique pour récupérer les cantons de l'est, en somme ?
 
En tan que turc , toute attaque perpetrée contre l'Azerbaijan est une attaque contre nous.
Les attaques repetées depuis ce moi de juillet et qui ont conduits a la mort de plusieurs civils et haut gradés non seulement sur la ligne de front du dağlık Karabağ , en türk litteralement verger noir montagneux, mais aussi dans le nord ouest a Tovuz, sont la preuve que l'armenie cherche la guerre.

Au debut des années 1990 , initié par Moscou et nourri de la diaspora armenienne vivant en France 7 Regions de l'Azerbaijan ont subit les pires attrocités sous le regard du monde entier, entrenant la deportation de plus d'un millions de civils, et a son sommet le massacre de Hocalı en fevrier 1992 ou les terroristes armeniens ont ete jusqu'a eventrer des femmes enceintes.

Malgré le cesses le feu et les multiples declarations des nations unis sur l'integrité territoriale de l'Azerbaijan le groupe de Minsk n'a pas reussis a faire d'avancée par la voie diplomatique ,

l'Azerbaijan n'a que trop attendu pour Lancer ca contre offensive ce pays ettant encore gangrené de l'interrieur par une oligarchie sovietique en declin.

Outre la Turquie qui declare haut et fort ces positions , le Pakistan a exprimé son soutien a l'Azerbaijan, les deux grands pays ouzeks et Kazakh eux leur declaration ressemble a une traitrise tan ils s'implique peut.

l'İran oú vit une relative majorité turcophone dont azerbaijanaise se presente en soutien claire de l'armenie en acheminant armes et terroristes du Pkk.

Je predit de lourds soulevement prochainnement labas par la faute pleine et entiere de ce sattelite de Moscou.


 
Composition ethnique d'Erivan en 1870…

1870 Kafkasya takvimine göre, Kafkasya'nın Rus valiliği tarafından yayınlanan bir istatistik raporuna göre, şimdi Ermenistan Cumhuriyeti'nin çoğunu ihtiva eden Erivan vilayeti topraklarında 269 Şii camii vardı.[1] Brockhaus ve Efron Ansiklopedik Sözlügyne göre, yirminci yüzyılın baslarında, Erivan'ın 29.000 üzerinde nüfusu vardi; Bu sayının 49% Azerbaycan Türkü; 48% Ermeni; ve 2% Rus idi ve şehirde yedi Şii camii vardı.[2]
 

de passage

I'm just passing through
Haut Karabakh un territoire Azerbaidjani habité par une population à majorité arménienne. Merci l hospitalité
Au Liban y a des région habités par une majorité des arméniens ! En France, en iran...
La ou il y a une majorité arménienne on doit rétablir un état arménien !
Depuis l indépendance l Arménie grignote des territoire Azerbaijani aujourd'hui ce pays a des frontière avec l iran pays de révolution (imaginez si C était le Qatar) il aurait continuer l expansion jusqu au mer caspienne.
L Arménie est tombé dans le piège comme saddam avec le Koweït, les kurdes...
Le but c est d affaiblir la Turquie qui est implique dans plusieurs conflits, libye, Grèce, Egypt... Et aussi créer une guerre aux frontière russe pour déstabiliser la Russie et toute la région.
Si l Arménie compte sur l aide de l occident alors elle va attendre très longtemps
La Russie n a pas intérêt à ce qu il y ait une guerre à ses frontières. Elle joue l apaisement, les Russes ont compris la leçon, ne tomberont jamais dans ce piège
 
Dernière édition:

de passage

I'm just passing through
Il faut savoir que le but ce n est pas de faire de l Arménie un empire tout le monde s en moque mais d affaiblir la Russie et déclencher une guerre aux frontières russe
L Arménie ne représente aucun intérêt stratégique pour l occident comme led kurdes ou c était juste pour détruire le régime de saddam et accéder aux puits du pétrole.
Les kurdes à l époque pensaient être le centre de la terre (comme l Arménie hélas aujourd'hui) , vite trahi par les américains une fois leur objectifs sont atteints en Irak.
 
Dernière édition:

Ebion

serial salueur
VIB
Il y a des tas de lieux où les frontières entre États sont super mal dessinées, et ne correspondent pas aux frontières naturelles du peuplement des ethnies. En Espagne par exemple. Ou au Maroc (les indépendantistes rifains...). Et dans d'autres pays d'Afrique aux frontières tracées artificiellement par des étrangers. Ou en Chine. Ou en Russie (surtout dans le Caucase).

S'il y avait des guerres à chaque fois, ce serait infernal. Seulement en Europe, on a eu les Balkans, la Tchétchénie, l'Irlande du Nord et l'Ukraine dernièrement, sans parler des troubles en Catalogne en 2018.
 
Je ne veux pas rentrer dans le fond du sujet pour le moment, mais c'est amusant de voir des alliances contre nature qui se sont formées suite à ce conflit :

Nous avons donc la Turquie, Israel , les US, et les pays du golfe qui soutiennent l'Azerbaïdjan chiite.

Et de l'autre côté, mise à part les alliés traditionnels des arméniens, on trouve l'Iran chiite, qui soutient l'Arménie chrétienne;

Là dessus, on peut dire que ce n'est pas un conflit religieux, mais le nerf de la guerre, il faut le chercher dans l'énergie et le pétrole !
 
En tan que turc , toute attaque perpetrée contre l'Azerbaijan est une attaque contre nous.
Les attaques repetées depuis ce moi de juillet et qui ont conduits a la mort de plusieurs civils et haut gradés non seulement sur la ligne de front du dağlık Karabağ , en türk litteralement verger noir montagneux, mais aussi dans le nord ouest a Tovuz, sont la preuve que l'armenie cherche la guerre.

Au debut des années 1990 , initié par Moscou et nourri de la diaspora armenienne vivant en France 7 Regions de l'Azerbaijan ont subit les pires attrocités sous le regard du monde entier, entrenant la deportation de plus d'un millions de civils, et a son sommet le massacre de Hocalı en fevrier 1992 ou les terroristes armeniens ont ete jusqu'a eventrer des femmes enceintes.

Malgré le cesses le feu et les multiples declarations des nations unis sur l'integrité territoriale de l'Azerbaijan le groupe de Minsk n'a pas reussis a faire d'avancée par la voie diplomatique ,

l'Azerbaijan n'a que trop attendu pour Lancer ca contre offensive ce pays ettant encore gangrené de l'interrieur par une oligarchie sovietique en declin.

Outre la Turquie qui declare haut et fort ces positions , le Pakistan a exprimé son soutien a l'Azerbaijan, les deux grands pays ouzeks et Kazakh eux leur declaration ressemble a une traitrise tan ils s'implique peut.

l'İran oú vit une relative majorité turcophone dont azerbaijanaise se presente en soutien claire de l'armenie en acheminant armes et terroristes du Pkk.

Je predit de lourds soulevement prochainnement labas par la faute pleine et entiere de ce sattelite de Moscou.


D’après l’expert Fiodor Loukianov, il y a peu de chance que la Turquie soit directement et réellement impliquée dans le conflit du Haut-Karabakh, car cela signifierait une guerre Turco-Arménienne, et à cause des alliances auxquelles appartiennent les deux pays (OTAN pour la Turquie et l’OTSC pour l’Arménie), cela entraînerait la Russie dans le conflit. Or d’après Loukianov, le Président turc, Tayyip Erdogan n’a pas envie de provoquer une guerre avec la Russie.

 
Dans ce conflit du du Haut-Karabakh il y a un jeu assez troublant entre les Puissances qui tirent les ficelles c’est à dire L’Otan et la Russie.

Il faut bien trouver du gaz ailleurs pour remplacer le gaz Russe livré à l’Europe, ce qui est impossible, mais les tentatives ne manquent pas: Des réserves de gaz sous la méditerranée au large de la Grèce en passant par la Syrie, le Liban , jusqu‘aux côtes de la colonie israélienne, est un pur fantasme qui pousse les parties au conflit impliquant la Turquie censée devenir un pays hub gazier que la Russie lui a octroyé grâce au gazoduc Turquiestreams, grand concurrent et gagnant du projet us Nabucco qui devait exporter le gaz de la mer Caspienne via l’Azerbaïdjan sans l’aval de la Russie.

Le président Arménien qui est né d’une révolution de couleur a refusé sous l’égide de Moscou des pourparlers avec l’Azerbaïdjan qui a reçu des armes modernes de la Russie.

On pourrait croire que ce dernier veut rompre l’alliance avec Moscou, mais ce serait tirer trop vite en conclusion, en effet l’Allemagne de Mme Merkel c’est empêtrer dans une engrenage de mensonge concernant l’ex opposant Russie A.Navalny empoisoné au Novitchok menaçant le projet Nord streams 1 et 2 de sanction global venues des Usa.

Dans le même temps les velléité guerrier de la Turquie depuis ses succès militaire en Libye a grandi son appétit militaire jusque dans la zone Caucase protégé de Moscou, réveillant brusquement un vieux conflit gelée, tombant dans le piège direct de Moscou. La Russie pourrait désormais museler la mer Caspienne du coté Azerbaïdjanais qui a signé le traité qui interdit toutes puissance étrangère dans ses eaux, ce qui sous entend qu’en cas de violation , les navires étrangers seront coulés immédiatement.

Donc en conclusion, en se servant de son allié Arménien, nous assistons peut être à l’exercice militaire en cours, Caucase 2020, en guerre réelle afin de tester les armes, de mettre fin au rêve gazier de l’otan sur la mer Caspienne véritable source de richesse de ressource énergétique et non la méditerranée


 
Haut