[Débat philosophique et religieux] Croire ou non au destin

Bonsoir à tous,
Bonnes fêtes de fin d'année.

Un débat philosophique traine dans ma tête depuis longtemps. Il s'agit de croire ou non au destin. Dans notre religion, on dit que le destin est immuable et que, en tant que musulman (pratiquant, qui plus est) , on doit accepter ce qui nous arrive dans la vie, et le rapporter au fait que tout est tracé..

Pour ma part, étant une personne très pragmatique. Je crois peu au destin. Je crois que notre situation actuelle découle de la somme de nos décisions prises jusqu'à lors. Certes, il y a des facteurs externes indépendants de notre volonté, mais je crois profondément qu'on est pleinement responsable de ce qu'on entreprends.

Au lieu de blâmer Pierre, Paul ou Jack, je prends pleinement la responsabilité de la chose. Deux exemples concrets de la vie de tous les jours :
1 - Dans ma recherche active d'un emploi, à chaque refus, au lieu de me dire que c'est la faute de l'employeur de ne pas avoir vu en moi, le collaborateur optimal, je m'oriente plus vers une pensée du type : Je n'étais pas été choisis parce que je ne dispose pas des compétences requises ou que je n'ai pas su expliciter ma valeur ajoutée lors des différents entretien.

2 - Lors de ruptures, au lieu de blâmer l'autre, je me dis que c'est moi qui as dû faire quelque chose (par exemple, m'attacher trop rapidement), qui a fait fuir l'autre. Ce qui pousse à me remettre en question et essayer de changer vers le mieux.

J'ai l'impression qu'en croyant au destin, on adopte une pensée victimisante. À se dire que ce n'est point ma faute, on se débarrasse de toute responsabilité, de regarder droit dans les yeux nos défauts, et pire, ne rien apprendre de ce qu'on a vécu.

Mon doute concernant cet aspect, est que étant musulman pratiquant, on est, un tant soi peu, obligé de croire au destin. Et c'est ce qui me dérange, car j'ai peur de faillir à mon adoration à dieu.

Merci de m'avoir lu. Débat ouvert =D
 
est que dieu nous a prédestiner des choses ou simplement il connais part avance nos choix et leur conséquence ?
Exactement. La dualité entre le destin et le libre arbitre équivaut à se dire : Je suis responsable de mes faits (méfaits), geste et de ma réaction, ou, au contraire, je me dis que c'est la faute du destin, donc, je me déresponsabilise de tout ce qui m'arrive.
 
Bonsoir à tous,
Bonnes fêtes de fin d'année.

Un débat philosophique traine dans ma tête depuis longtemps. Il s'agit de croire ou non au destin. Dans notre religion, on dit que le destin est immuable et que, en tant que musulman (pratiquant, qui plus est) , on doit accepter ce qui nous arrive dans la vie, et le rapporter au fait que tout est tracé..

Pour ma part, étant une personne très pragmatique. Je crois peu au destin. Je crois que notre situation actuelle découle de la somme de nos décisions prises jusqu'à lors. Certes, il y a des facteurs externes indépendants de notre volonté, mais je crois profondément qu'on est pleinement responsable de ce qu'on entreprends.

Au lieu de blâmer Pierre, Paul ou Jack, je prends pleinement la responsabilité de la chose. Deux exemples concrets de la vie de tous les jours :
1 - Dans ma recherche active d'un emploi, à chaque refus, au lieu de me dire que c'est la faute de l'employeur de ne pas avoir vu en moi, le collaborateur optimal, je m'oriente plus vers une pensée du type : Je n'étais pas été choisis parce que je ne dispose pas des compétences requises ou que je n'ai pas su expliciter ma valeur ajoutée lors des différents entretien.

2 - Lors de ruptures, au lieu de blâmer l'autre, je me dis que c'est moi qui as dû faire quelque chose (par exemple, m'attacher trop rapidement), qui a fait fuir l'autre. Ce qui pousse à me remettre en question et essayer de changer vers le mieux.

J'ai l'impression qu'en croyant au destin, on adopte une pensée victimisante. À se dire que ce n'est point ma faute, on se débarrasse de toute responsabilité, de regarder droit dans les yeux nos défauts, et pire, ne rien apprendre de ce qu'on a vécu.

Mon doute concernant cet aspect, est que étant musulman pratiquant, on est, un tant soi peu, obligé de croire au destin. Et c'est ce qui me dérange, car j'ai peur de faillir à mon adoration à dieu.

Merci de m'avoir lu. Débat ouvert =D
Bonsoir,
tu as raison, si tu pries et que tu ne te bouge pas, tu n'as rien, c'est une évidence.
Le destin existe dans ton ADN on peut prévenir les défauts que Dieu à fait, mais ne te préserve pas d'accident de voiture ou autres.

tu es intelligent.

Que penses-tu de ces versets

11.106. Ceux qui sont damnés seront dans le Feu où ils ont des soupirs et des sanglots.
11.107. Pour y demeurer éternellement tant que dureront les cieux et la terre - à moins que ton Seigneur décide autrement - car ton Seigneur fait absolument tout ce qu'Il veut.
11.108. Et quant aux bienheureux, ils seront au Paradis, pour y demeurer éternellement tant que dureront les cieux et la terre - à moins que ton Seigneur n'en décide autrement - c'est là un don qui n'est jamais interrompu.

c'est la même chose pour deux cas de figure en même temps,
c'est un peut hypocrite, parce que contradictoire, soit c'est éternel, soit ce ne l'est pas

Les damnés son né ainsi ou fait de paroles, c'est pas des condamnés.

Des fois il suffi de connaître quelqu'un d'influent, ce qui n'altère en aucun cas tes qualités, c'est juste pour une confiance rapide.
 
est que dieu nous a prédestiner des choses ou simplement il connais part avance nos choix et leur conséquence ?
il peut bien les connaitre puisqu'il décide de tout.

4.88 "Voulez-vous guider ceux qu'Allah égare?"
74.31 "...C'est ainsi qu'Allah égare qui Il veut et guide qui Il veut."
45.23"...Et Allah l'égare sciemment et scelle son ouïe et son coeur et étend un voile sur sa vue...."
42.46."...et quiconque Allah égare n'a plus aucune voie."
"Et quiconque Allah égare n'a aucun protecteur après Lui."
" Et quiconque Allah égare, n'a point de guide."
"39.37. Quiconque Allah guide, nul ne peut l'égarer. "
Et lorsqu'Allah veut [infliger] un mal à un peuple, nul ne peut le repousser : ils n'ont en dehors de lui aucun protecteur.
6.35 ...Et si Allah voulait, Il pourrait les mettre tous sur le chemin droit. Ne sois pas du nombre des ignorants.
10.100. Il n'appartient nullement à une âme de croire si ce n'est avec la permission d'Allah. Et Il voue au châtiment ceux qui ne raisonnent pas.
 
Bonsoir à tous,
Bonnes fêtes de fin d'année.

Un débat philosophique traine dans ma tête depuis longtemps. Il s'agit de croire ou non au destin. Dans notre religion, on dit que le destin est immuable et que, en tant que musulman (pratiquant, qui plus est) , on doit accepter ce qui nous arrive dans la vie, et le rapporter au fait que tout est tracé..

Pour ma part, étant une personne très pragmatique. Je crois peu au destin. Je crois que notre situation actuelle découle de la somme de nos décisions prises jusqu'à lors. Certes, il y a des facteurs externes indépendants de notre volonté, mais je crois profondément qu'on est pleinement responsable de ce qu'on entreprends.

Au lieu de blâmer Pierre, Paul ou Jack, je prends pleinement la responsabilité de la chose. Deux exemples concrets de la vie de tous les jours :
1 - Dans ma recherche active d'un emploi, à chaque refus, au lieu de me dire que c'est la faute de l'employeur de ne pas avoir vu en moi, le collaborateur optimal, je m'oriente plus vers une pensée du type : Je n'étais pas été choisis parce que je ne dispose pas des compétences requises ou que je n'ai pas su expliciter ma valeur ajoutée lors des différents entretien.

2 - Lors de ruptures, au lieu de blâmer l'autre, je me dis que c'est moi qui as dû faire quelque chose (par exemple, m'attacher trop rapidement), qui a fait fuir l'autre. Ce qui pousse à me remettre en question et essayer de changer vers le mieux.

J'ai l'impression qu'en croyant au destin, on adopte une pensée victimisante. À se dire que ce n'est point ma faute, on se débarrasse de toute responsabilité, de regarder droit dans les yeux nos défauts, et pire, ne rien apprendre de ce qu'on a vécu.

Mon doute concernant cet aspect, est que étant musulman pratiquant, on est, un tant soi peu, obligé de croire au destin. Et c'est ce qui me dérange, car j'ai peur de faillir à mon adoration à dieu.

Merci de m'avoir lu. Débat ouvert =D

L'un des plus grands génies de l'histoire, parmi les plus lumineux 3alim que l'on ait eu et que fut Ibn El9ayem, a dit un jour : "On ne peut être un vrai mowa7id que lorsque l’on cherche à provoquer le destin."

Explication ici :


L'explication ici :
 
Salam,
je vous cite un conte arabe qui résume bien la pensée liée à la prédestination (ici la mort) :


"Le khalife Haroun el Rachid, un matin, vit arriver son grand vizir hors d’haleine, l’air épouvanté.

Le vizir lui dit :

– Je t’en supplie, laisse-moi quitter Bagdad à l’instant même, pour que j’aille me réfugier à Samarkand.

– Pourquoi ? lui demanda le khalife.

– Parce que, en venant ici, sur la place, j’ai rencontré la mort. Avec sa grande écharpe rouge. Elle m’a regardé et ses yeux m’ont fait peur. Elle me cherche, j’en suis sûr. Laisse-moi partir.

Le khalife le laissa partir. Le vizir sauta sur son meilleur cheval et galopa vers Samarkand. Le khalife, alors, comme il le faisait quelque fois, se déguisa en mendiant et sortit. Il alla jusqu’à la place et là, en effet, il aperçut la mort, qui allait d’un groupe à l’autre, touchant une épaule au passage, ici ou là. Malgré son déguisement, elle le reconnut et s’inclina devant lui.

Il lui demanda :

– Mon grand vizir est un homme efficace, dévoué et je pense, honnête. Alors, pourquoi, ce matin, lorsque tu l’as rencontré, l’as-tu regardé pour lui faire peur ?

– Mais je n’ai pas voulu lui faire peur ! répondit la mort. Simplement, quand je l’ai vu, j’ai été très surprise de le voir ici, car j’ai rendez-vous avec lui ce soir à Samarkand."



Nul n'échappe à son destin ;)
 
il peut bien les connaitre puisqu'il décide de tout.

4.88 "Voulez-vous guider ceux qu'Allah égare?"
74.31 "...C'est ainsi qu'Allah égare qui Il veut et guide qui Il veut."
45.23"...Et Allah l'égare sciemment et scelle son ouïe et son coeur et étend un voile sur sa vue...."
42.46."...et quiconque Allah égare n'a plus aucune voie."
"Et quiconque Allah égare n'a aucun protecteur après Lui."
" Et quiconque Allah égare, n'a point de guide."
"39.37. Quiconque Allah guide, nul ne peut l'égarer. "
Et lorsqu'Allah veut [infliger] un mal à un peuple, nul ne peut le repousser : ils n'ont en dehors de lui aucun protecteur.
6.35 ...Et si Allah voulait, Il pourrait les mettre tous sur le chemin droit. Ne sois pas du nombre des ignorants.
10.100. Il n'appartient nullement à une âme de croire si ce n'est avec la permission d'Allah. Et Il voue au châtiment ceux qui ne raisonnent pas.
Merci beaucoup pour ta réponse. Je suis d'accord avec toi sur le côté du Sabab. Il faut être en mouvement, saisir des opportunités et surtout, prendre des risques pour réussir.

Néanmoins, même du côté de nos actes, disons religieux. Dieu nous ne égare pas complètement sans que nous, nous l'avions décidé. Si on décide de s'éloigner de dieu, en buvant de l'alcool, par exemple, c'est de complètement de notre faute. On se refuge dans l'alcool au lieu de trouver refuge auprès de dieu.

Dans ce cas, on peut soit se repentir seul, par notre volonté, soit, par une épreuve (perdre de l'argent, un proche, sa maison, etc..) qui vient de dieu. Néanmoins, même dans ce cas, la réaction de l'individu est différente.
  • Il peut revenir vers dieu, s'éloigner de tout péché et revenir vers le droit chemin
  • Il peut encore plus s'enfoncer dans le péché et s'éloigner encore plus de dieu.
Ce qui reste indéniable, c'est que le Qadr (prédestination) est un pilier de la foi, et c'est ce qui me met un doute au fait de ne pas y croire pleinement.

L'un des plus grands génies de l'histoire, parmi les plus lumineux 3alim que l'on ait eu et que fut Ibn El9ayem, a dit un jour : "On ne peut être un vrai mowa7id que lorsque l’on cherche à provoquer le destin."

Explication ici :


L'explication ici :
Merci beaucoup pour ton lien, je vais le lire et je t'en ferais par de mon retour.

Salam,
je vous cite un conte arabe qui résume bien la pensée liée à la prédestination (ici la mort) :


"Le khalife Haroun el Rachid, un matin, vit arriver son grand vizir hors d’haleine, l’air épouvanté.

Le vizir lui dit :

– Je t’en supplie, laisse-moi quitter Bagdad à l’instant même, pour que j’aille me réfugier à Samarkand.

– Pourquoi ? lui demanda le khalife.

– Parce que, en venant ici, sur la place, j’ai rencontré la mort. Avec sa grande écharpe rouge. Elle m’a regardé et ses yeux m’ont fait peur. Elle me cherche, j’en suis sûr. Laisse-moi partir.

Le khalife le laissa partir. Le vizir sauta sur son meilleur cheval et galopa vers Samarkand. Le khalife, alors, comme il le faisait quelque fois, se déguisa en mendiant et sortit. Il alla jusqu’à la place et là, en effet, il aperçut la mort, qui allait d’un groupe à l’autre, touchant une épaule au passage, ici ou là. Malgré son déguisement, elle le reconnut et s’inclina devant lui.

Il lui demanda :

– Mon grand vizir est un homme efficace, dévoué et je pense, honnête. Alors, pourquoi, ce matin, lorsque tu l’as rencontré, l’as-tu regardé pour lui faire peur ?

– Mais je n’ai pas voulu lui faire peur ! répondit la mort. Simplement, quand je l’ai vu, j’ai été très surprise de le voir ici, car j’ai rendez-vous avec lui ce soir à Samarkand."



Nul n'échappe à son destin ;)
Salam. Merci beaucoup pour votre retour.
Sur ce point, je ne peux contredire ce conte. on est tous égaux devant la mort. Comme on dit en latin "Memento Mori", "Souvient toi de ta mort".
 
Bonsoir à tous,
Bonnes fêtes de fin d'année.

Un débat philosophique traine dans ma tête depuis longtemps. Il s'agit de croire ou non au destin. Dans notre religion, on dit que le destin est immuable et que, en tant que musulman (pratiquant, qui plus est) , on doit accepter ce qui nous arrive dans la vie, et le rapporter au fait que tout est tracé..

Pour ma part, étant une personne très pragmatique. Je crois peu au destin. Je crois que notre situation actuelle découle de la somme de nos décisions prises jusqu'à lors. Certes, il y a des facteurs externes indépendants de notre volonté, mais je crois profondément qu'on est pleinement responsable de ce qu'on entreprends.

Au lieu de blâmer Pierre, Paul ou Jack, je prends pleinement la responsabilité de la chose. Deux exemples concrets de la vie de tous les jours :
1 - Dans ma recherche active d'un emploi, à chaque refus, au lieu de me dire que c'est la faute de l'employeur de ne pas avoir vu en moi, le collaborateur optimal, je m'oriente plus vers une pensée du type : Je n'étais pas été choisis parce que je ne dispose pas des compétences requises ou que je n'ai pas su expliciter ma valeur ajoutée lors des différents entretien.

2 - Lors de ruptures, au lieu de blâmer l'autre, je me dis que c'est moi qui as dû faire quelque chose (par exemple, m'attacher trop rapidement), qui a fait fuir l'autre. Ce qui pousse à me remettre en question et essayer de changer vers le mieux.

J'ai l'impression qu'en croyant au destin, on adopte une pensée victimisante. À se dire que ce n'est point ma faute, on se débarrasse de toute responsabilité, de regarder droit dans les yeux nos défauts, et pire, ne rien apprendre de ce qu'on a vécu.

Mon doute concernant cet aspect, est que étant musulman pratiquant, on est, un tant soi peu, obligé de croire au destin. Et c'est ce qui me dérange, car j'ai peur de faillir à mon adoration à dieu.

Merci de m'avoir lu. Débat ouvert =D
Le piège dans lequel on tombe souvent c'est de réduire la condition divine à celle des êtres humains. Dis-toi juste que Dieu non seulement a décrété le destin de toute chose mais en plus nous sommes responsable de nos choix qui sont déjà écrit à l'avance. Nous sommes coincé dans le présent et subissons les lois de la causalité, mais Dieu c'est lui qui a créé toute chose. Le temps c'est juste une dimension, ne crois pas que c'est quelque chose d'immuable où absolument tout y est soumis. Rien que sur un sattelite qui gravite autour de la terre le temps est ralentis, et selon la vitesse de rotation du sattelite, le temps peut ralentir de plus en plus de telle sorte que si tu passes 1 année dans le sattelite puis que tu descend sur terre il se serait écoulé 100 ans :D et les gens sur terre verront que tu viens du passé :D Rien que dans les lois de la physique le temps est instable, alors qu'en est t'il de celui qui a créé toute chose et qui existe avant meme sa création ( logique) donc qu'il ne subit pas le temps et le controle, tu pense qu'il ne peux pas connaitre le futur ? ( il l'a aussi décrété).


Le destin et le libre arbitre ne sont incompatibles que dans l'esprit des hommes mortels, ceux qui subissent le temps et périssent, mais Allah c'est Allah.
 
Le piège dans lequel on tombe souvent c'est de réduire la condition divine à celle des êtres humains. Dis-toi juste que Dieu non seulement a décrété le destin de toute chose mais en plus nous sommes responsable de nos choix qui sont déjà écrit à l'avance. Nous sommes coincé dans le présent et subissons les lois de la causalité, mais Dieu c'est lui qui a créé toute chose. Le temps c'est juste une dimension, ne crois pas que c'est quelque chose d'immuable où absolument tout y est soumis. Rien que sur un sattelite qui gravite autour de la terre le temps est ralentis, et selon la vitesse de rotation du sattelite, le temps peut ralentir de plus en plus de telle sorte que si tu passes 1 année dans le sattelite puis que tu descend sur terre il se serait écoulé 100 ans :D et les gens sur terre verront que tu viens du passé :D Rien que dans les lois de la physique le temps est instable, alors qu'en est t'il de celui qui a créé toute chose et qui existe avant meme sa création ( logique) donc qu'il ne subit pas le temps et le controle, tu pense qu'il ne peux pas connaitre le futur ? ( il l'a aussi décrété).


Le destin et le libre arbitre ne sont incompatibles que dans l'esprit des hommes mortels, ceux qui subissent le temps et périssent, mais Allah c'est Allah.
Soubhanahou wa ta3ala. Merci beaucoup pour ta réponse. Loin de moi d'idée de réduire la condition d'Allah à la nôtre. c'est juste que la fin différence entre le destin et le libre arbitre est une nuance qui n'est pas facile à appréhender.

Donc oui, Allah connait toutes nos décisions à l'avance, mais nous, en tant qu'être humain, le libre arbitre nous permet de nous responsabiliser et ne pas être acteur passif de notre destin et de ce fait, le subir. C'est la conclusion à laquelle je suis arrivée, après cette discussion.
 
Bonsoir à tous,
Bonnes fêtes de fin d'année.

Un débat philosophique traine dans ma tête depuis longtemps. Il s'agit de croire ou non au destin. Dans notre religion, on dit que le destin est immuable et que, en tant que musulman (pratiquant, qui plus est) , on doit accepter ce qui nous arrive dans la vie, et le rapporter au fait que tout est tracé..

Pour ma part, étant une personne très pragmatique. Je crois peu au destin. Je crois que notre situation actuelle découle de la somme de nos décisions prises jusqu'à lors. Certes, il y a des facteurs externes indépendants de notre volonté, mais je crois profondément qu'on est pleinement responsable de ce qu'on entreprends.

Au lieu de blâmer Pierre, Paul ou Jack, je prends pleinement la responsabilité de la chose. Deux exemples concrets de la vie de tous les jours :
1 - Dans ma recherche active d'un emploi, à chaque refus, au lieu de me dire que c'est la faute de l'employeur de ne pas avoir vu en moi, le collaborateur optimal, je m'oriente plus vers une pensée du type : Je n'étais pas été choisis parce que je ne dispose pas des compétences requises ou que je n'ai pas su expliciter ma valeur ajoutée lors des différents entretien.

2 - Lors de ruptures, au lieu de blâmer l'autre, je me dis que c'est moi qui as dû faire quelque chose (par exemple, m'attacher trop rapidement), qui a fait fuir l'autre. Ce qui pousse à me remettre en question et essayer de changer vers le mieux.

J'ai l'impression qu'en croyant au destin, on adopte une pensée victimisante. À se dire que ce n'est point ma faute, on se débarrasse de toute responsabilité, de regarder droit dans les yeux nos défauts, et pire, ne rien apprendre de ce qu'on a vécu.

Mon doute concernant cet aspect, est que étant musulman pratiquant, on est, un tant soi peu, obligé de croire au destin. Et c'est ce qui me dérange, car j'ai peur de faillir à mon adoration à dieu.

Merci de m'avoir lu. Débat ouvert =D
Je ne crois pas au destin.
 
Bonsoir à tous,
Bonnes fêtes de fin d'année.

Un débat philosophique traine dans ma tête depuis longtemps. Il s'agit de croire ou non au destin. Dans notre religion, on dit que le destin est immuable et que, en tant que musulman (pratiquant, qui plus est) , on doit accepter ce qui nous arrive dans la vie, et le rapporter au fait que tout est tracé..

Pour ma part, étant une personne très pragmatique. Je crois peu au destin. Je crois que notre situation actuelle découle de la somme de nos décisions prises jusqu'à lors. Certes, il y a des facteurs externes indépendants de notre volonté, mais je crois profondément qu'on est pleinement responsable de ce qu'on entreprends.

Au lieu de blâmer Pierre, Paul ou Jack, je prends pleinement la responsabilité de la chose. Deux exemples concrets de la vie de tous les jours :
1 - Dans ma recherche active d'un emploi, à chaque refus, au lieu de me dire que c'est la faute de l'employeur de ne pas avoir vu en moi, le collaborateur optimal, je m'oriente plus vers une pensée du type : Je n'étais pas été choisis parce que je ne dispose pas des compétences requises ou que je n'ai pas su expliciter ma valeur ajoutée lors des différents entretien.

2 - Lors de ruptures, au lieu de blâmer l'autre, je me dis que c'est moi qui as dû faire quelque chose (par exemple, m'attacher trop rapidement), qui a fait fuir l'autre. Ce qui pousse à me remettre en question et essayer de changer vers le mieux.

J'ai l'impression qu'en croyant au destin, on adopte une pensée victimisante. À se dire que ce n'est point ma faute, on se débarrasse de toute responsabilité, de regarder droit dans les yeux nos défauts, et pire, ne rien apprendre de ce qu'on a vécu.

Mon doute concernant cet aspect, est que étant musulman pratiquant, on est, un tant soi peu, obligé de croire au destin. Et c'est ce qui me dérange, car j'ai peur de faillir à mon adoration à dieu.

Merci de m'avoir lu. Débat ouvert =D
Avant qu’un bâtiment soit construit il est dessiné (le plan). Avant qu’un film soit réalisé il est écrit (scénario). Un chose est d’abord écrite dans un livre avant qu’elle soit réalisée.
« Il nous arrivera que ce que Allah à écrit pout nous»9.51
 
Avant qu’un bâtiment soit construit il est dessiné (le plan). Avant qu’un film soit réalisé il est écrit (scénario). Un chose est d’abord écrite dans un livre avant qu’elle soit réalisée.
« Il nous arrivera que ce que Allah à écrit pout nous»9.51
Ce verset tu peux aussi le comprendre comme si il était dit qu'il ne nous arrivera que ce qui est promis.
 
Avant qu’un bâtiment soit construit il est dessiné (le plan). Avant qu’un film soit réalisé il est écrit (scénario). Un chose est d’abord écrite dans un livre avant qu’elle soit réalisée.
« Il nous arrivera que ce que Allah à écrit pout nous»9.51
Attention, parce qu'une fois de plus, le coran, tu lui fais dire ce que tu veux.
La preuve, un verset dit autre chose : "Tout homme est tenu pour responsable de ce qu’il a accompli"
 
Bonsoir,
tu as raison, si tu pries et que tu ne te bouge pas, tu n'as rien, c'est une évidence.
Le destin existe dans ton ADN on peut prévenir les défauts que Dieu à fait, mais ne te préserve pas d'accident de voiture ou autres.

tu es intelligent.

Que penses-tu de ces versets

11.106. Ceux qui sont damnés seront dans le Feu où ils ont des soupirs et des sanglots.
11.107. Pour y demeurer éternellement tant que dureront les cieux et la terre - à moins que ton Seigneur décide autrement - car ton Seigneur fait absolument tout ce qu'Il veut.
11.108. Et quant aux bienheureux, ils seront au Paradis, pour y demeurer éternellement tant que dureront les cieux et la terre - à moins que ton Seigneur n'en décide autrement - c'est là un don qui n'est jamais interrompu.

c'est la même chose pour deux cas de figure en même temps,
c'est un peut hypocrite, parce que contradictoire, soit c'est éternel, soit ce ne l'est pas

Les damnés son né ainsi ou fait de paroles, c'est pas des condamnés.

Des fois il suffi de connaître quelqu'un d'influent, ce qui n'altère en aucun cas tes qualités, c'est juste pour une confiance rapide.
Salam,

Ce que j'en comprend, c'est que ça durera indéfiniment, par défaut.
Mais que si Allah le décide, même l'éternité ne Lui résiste pas et qu'Il décide de ce qu'il veut.
Ce n'est pas contradictoire ça veut juste dire que ça peut changer s'Il le souhaite ey ce sûrement par rapport à certaines choses, sûrement pas par caprice
 
Bonsoir à tous,
Bonnes fêtes de fin d'année.

Un débat philosophique traine dans ma tête depuis longtemps. Il s'agit de croire ou non au destin. Dans notre religion, on dit que le destin est immuable et que, en tant que musulman (pratiquant, qui plus est) , on doit accepter ce qui nous arrive dans la vie, et le rapporter au fait que tout est tracé..

Pour ma part, étant une personne très pragmatique. Je crois peu au destin. Je crois que notre situation actuelle découle de la somme de nos décisions prises jusqu'à lors. Certes, il y a des facteurs externes indépendants de notre volonté, mais je crois profondément qu'on est pleinement responsable de ce qu'on entreprends.

Au lieu de blâmer Pierre, Paul ou Jack, je prends pleinement la responsabilité de la chose. Deux exemples concrets de la vie de tous les jours :
1 - Dans ma recherche active d'un emploi, à chaque refus, au lieu de me dire que c'est la faute de l'employeur de ne pas avoir vu en moi, le collaborateur optimal, je m'oriente plus vers une pensée du type : Je n'étais pas été choisis parce que je ne dispose pas des compétences requises ou que je n'ai pas su expliciter ma valeur ajoutée lors des différents entretien.

2 - Lors de ruptures, au lieu de blâmer l'autre, je me dis que c'est moi qui as dû faire quelque chose (par exemple, m'attacher trop rapidement), qui a fait fuir l'autre. Ce qui pousse à me remettre en question et essayer de changer vers le mieux.

J'ai l'impression qu'en croyant au destin, on adopte une pensée victimisante. À se dire que ce n'est point ma faute, on se débarrasse de toute responsabilité, de regarder droit dans les yeux nos défauts, et pire, ne rien apprendre de ce qu'on a vécu.

Mon doute concernant cet aspect, est que étant musulman pratiquant, on est, un tant soi peu, obligé de croire au destin. Et c'est ce qui me dérange, car j'ai peur de faillir à mon adoration à dieu.

Merci de m'avoir lu. Débat ouvert =D
Salam,

Si JE décide de sauter d'un pont, je vais m'écraser plus bas, c'est écrit, c'est comme ça, y en a même qui l'appellent la gravité.
Du même que si JE décide de voler, bah même en battant très fort des bras, je ne décollerai pas, c'est écrit, c'est comme ça.

Par contre, je te rejoins sur le fait que se focaliser sur le destin nous déresponsabilise.
C'est à nous de faire les bons choix ou d'apprendre des écueils de nos mauvais choix.

Si JE décide de me suicider, ce n'est la faute de personne d'autre, même si ma femme m'a quitté, mon patron ma viré et que mon poisson rouge à manger ma CB. Je peux choisir de faire avec et de m'en sortir ou de me suicider...
Mon éducation, mon expérience de vie, ma gestion du stress, ma gestion des émotions, mes croyances, ma fierté/orgueil/ego/shaytan peuvent me pousser à opter pour le suicide mais encore une fois à chaque instant de ma vie, je peux choisir de revoir, pour les améliorer, chacune de ces choses, si je ne le fais pas, je ne peux m'en prendre qu'à moi même : le suicide ne sera qu'une conséquence de les mauvais choix.

Je sais que c'est pas forcément facile mais ce n'est pas non plus impossible.
On s'empoisonne à coup de cigarettes, de mal bouffe, de démonstrations d'ego... Et on le fait sans difficulté par contre on se trouve toutes les excuses du monde pour ne pas faire les choses biens correctement...
 
Salam,

Ce que j'en comprend, c'est que ça durera indéfiniment, par défaut.
Mais que si Allah le décide, même l'éternité ne Lui résiste pas et qu'Il décide de ce qu'il veut.
Ce n'est pas contradictoire ça veut juste dire que ça peut changer s'Il le souhaite ey ce sûrement par rapport à certaines choses, sûrement pas par caprice
Non, c'est pour dire que le mot éternel ne l'est pas, si non ce verset ne sert à rien,
ensuite c'est pour dire que le mot eTERnEL est fait de TERre et de ciEL, c'est aussi pour expliquer l'hypocrisie d'un monde invisible, car c'est thème principal du Coran

ce verset sépare les damnés et les bienheureux pour une cause commune

tu dis "ça veut juste dire que ça peut changer" pour que ce soit éternel, donc ce n'est pas éternel

A quoi cela sert de dire la chose comme vrai et son contraire, c'est pour la religion, afin que ces textes ne soit pas jeter à la poubelle

Il y aura des gens qui comprendront le vrai sujet concernent le produit invisible.

Le vrai sujet c'est cela.

72.7. Et ils avaient pensé comme vous avez pensé qu'Allah ne ressusciterait jamais personne.
72.8. Nous avions frôlé le ciel et Nous l'avions trouvé plein d'une forte garde et de bolides.
72.9. Nous y prenions place pour écouter. Mais quiconque prête l'oreille maintenant, trouve contre lui un bolide aux aguets.
72.10. Nous ne savons pas si on veut du mal aux habitants de la terre ou si leur Seigneur veut les mettre sur le droit chemin.

Ce verset explique les collisions, que de ces collisions il en sort d'autres projectiles et que ces projectiles son fait de sons,
" habitants" par son écriture et la forme des lettres qui le compose c'est le début d'un ciel

36.9. et Nous mettrons une barrière devant eux et une barrière derrière eux; Nous les recouvrirons d'un voile : et voilà qu'ils ne pourront rien voir.

C'est la description d'un ciel et ces couches, ce produit voit les siens
36.45. Et quand on leur dit : "Craignez ce qu'il y a devant vous et ce qu'il y a derrière vous afin que vous ayez la miséricorde" !

la miséricorde est le produit qui forme un nouveau ciel
grâce au transformations de ceux (particules) qui sont devant et derrière et qui sont contre (qui se touchent)

18.93. Et quant il eut atteint un endroit situé entre les Deux Barrières (montagnes), il trouva derrière elles une peuplade qui ne comprenait presque aucun langage.

Les montagnes c'est des ondes qui sont dans ces couches, " derrière elles" c'est à dire entre chacune d'elle une peuplade est née, qui se multiplient à l'infini.

Le produit c'est cela:


chaque ligne est un ciel, c'est cela qu'il faut imaginer tout au long de la lecture du Coran
ce sont des ondes du feu de très haute vitesse

tu peux croire que se sont de vrais montagnes, mais il en est rien, ils sont fixe et mobile.
 
Bonsoir à tous,
Bonnes fêtes de fin d'année.

Un débat philosophique traine dans ma tête depuis longtemps. Il s'agit de croire ou non au destin. Dans notre religion, on dit que le destin est immuable et que, en tant que musulman (pratiquant, qui plus est) , on doit accepter ce qui nous arrive dans la vie, et le rapporter au fait que tout est tracé..

Pour ma part, étant une personne très pragmatique. Je crois peu au destin. Je crois que notre situation actuelle découle de la somme de nos décisions prises jusqu'à lors. Certes, il y a des facteurs externes indépendants de notre volonté, mais je crois profondément qu'on est pleinement responsable de ce qu'on entreprends.

Au lieu de blâmer Pierre, Paul ou Jack, je prends pleinement la responsabilité de la chose. Deux exemples concrets de la vie de tous les jours :
1 - Dans ma recherche active d'un emploi, à chaque refus, au lieu de me dire que c'est la faute de l'employeur de ne pas avoir vu en moi, le collaborateur optimal, je m'oriente plus vers une pensée du type : Je n'étais pas été choisis parce que je ne dispose pas des compétences requises ou que je n'ai pas su expliciter ma valeur ajoutée lors des différents entretien.

2 - Lors de ruptures, au lieu de blâmer l'autre, je me dis que c'est moi qui as dû faire quelque chose (par exemple, m'attacher trop rapidement), qui a fait fuir l'autre. Ce qui pousse à me remettre en question et essayer de changer vers le mieux.

J'ai l'impression qu'en croyant au destin, on adopte une pensée victimisante. À se dire que ce n'est point ma faute, on se débarrasse de toute responsabilité, de regarder droit dans les yeux nos défauts, et pire, ne rien apprendre de ce qu'on a vécu.

Mon doute concernant cet aspect, est que étant musulman pratiquant, on est, un tant soi peu, obligé de croire au destin. Et c'est ce qui me dérange, car j'ai peur de faillir à mon adoration à dieu.

Merci de m'avoir lu. Débat ouvert =D
ton destin c'est à la fin de ta vie que tu l'aura...
 
Non, c'est pour dire que le mot éternel ne l'est pas, si non ce verset ne sert à rien,
tu dis "ça veut juste dire que ça peut changer" pour que ce soit éternel, donc ce n'est pas
Seulement si Lui le permet... Il peut rendre quelque chose éternel comme Il peut y mettre fin.

Donc oui, si c'est éternel, ça ne peut se terminer, c'est ce qui est prévu... Mais Il fait comme Il le sent, Il est au dessus des mots, des concepts, des règles, du temps, de l'espace, des contraintes, de TOUT...
 
Salam,

Si JE décide de sauter d'un pont, je vais m'écraser plus bas, c'est écrit, c'est comme ça, y en a même qui l'appellent la gravité.
Du même que si JE décide de voler, bah même en battant très fort des bras, je ne décollerai pas, c'est écrit, c'est comme ça.

Par contre, je te rejoins sur le fait que se focaliser sur le destin nous déresponsabilise.
C'est à nous de faire les bons choix ou d'apprendre des écueils de nos mauvais choix.

Si JE décide de me suicider, ce n'est la faute de personne d'autre, même si ma femme m'a quitté, mon patron ma viré et que mon poisson rouge à manger ma CB. Je peux choisir de faire avec et de m'en sortir ou de me suicider...
Mon éducation, mon expérience de vie, ma gestion du stress, ma gestion des émotions, mes croyances, ma fierté/orgueil/ego/shaytan peuvent me pousser à opter pour le suicide mais encore une fois à chaque instant de ma vie, je peux choisir de revoir, pour les améliorer, chacune de ces choses, si je ne le fais pas, je ne peux m'en prendre qu'à moi même : le suicide ne sera qu'une conséquence de les mauvais choix.

Je sais que c'est pas forcément facile mais ce n'est pas non plus impossible.
On s'empoisonne à coup de cigarettes, de mal bouffe, de démonstrations d'ego... Et on le fait sans difficulté par contre on se trouve toutes les excuses du monde pour ne pas faire les choses biens correctement...
Salam, je suis d'accord avec toi. Notre situation actuelle est la conséquence de toutes les décisions qu'on a prise jusqu'à maintenant, et c'est à nous à qui incombe la tâche d'accuser les coups et avancer au lieu de se voir détruire à petit feu parce que certaines choses ne sont pas allées dans la direction que nous voulions.

Néanmoins, la nuance reste toujours fin, religieusement parlant, entre le destin et le libre arbitre.
ton destin c'est à la fin de ta vie que tu l'aura...
La mort, personne ne s'en échappe, ça c'est sur.
 
Seulement si Lui le permet... Il peut rendre quelque chose éternel comme Il peut y mettre fin.

Donc oui, si c'est éternel, ça ne peut se terminer, c'est ce qui est prévu... Mais Il fait comme Il le sent, Il est au dessus des mots, des concepts, des règles, du temps, de l'espace, des contraintes, de TOUT...
tu es positif mais tu ne tiens pas compte du négatif

Donc oui, même si c''est éternel, ça peut se terminer, ce mot devient relatif c'est au bon vouloir
le mot éternel peut changer de sens
je ne vois pas l'intérêt décrire s'il n'y a pas de changement possible.
 
Salam, je suis d'accord avec toi. Notre situation actuelle est la conséquence de toutes les décisions qu'on a prise jusqu'à maintenant, et c'est à nous à qui incombe la tâche d'accuser les coups et avancer au lieu de se voir détruire à petit feu parce que certaines choses ne sont pas allées dans la direction que nous voulions.

Néanmoins, la nuance reste toujours fin, religieusement parlant, entre le destin et le libre arbitre.


La mort, personne ne s'en échappe, ça c'est sur.
le destin c'est l'aboutissement d'une chose ...
le libre arbitre c'est le fait de faire ce que tu veux parmi ce que tu peux ...

t'es libre de choisir de devenir un voleur, le juge si tu te fais attraper s'occupera lui même de ton destin !
 
Salam, je suis d'accord avec toi. Notre situation actuelle est la conséquence de toutes les décisions qu'on a prise jusqu'à maintenant, et c'est à nous à qui incombe la tâche d'accuser les coups et avancer au lieu de se voir détruire à petit feu parce que certaines choses ne sont pas allées dans la direction que nous voulions.

Néanmoins, la nuance reste toujours fin, religieusement parlant, entre le destin et le libre arbitre.


La mort, personne ne s'en échappe, ça c'est sur.
Bonjour,
si il peut en échapper de nos jour, la lecture de son ADN permet d'anticipé une mort prématuré
son patrimoine génétique lui assure une vie, sauf problème venant de l'extérieur.

Dans le Coran c'est Allah qui décide de tout il n'y a pas de liberté, c'est aussi par un chantage qu'il prive de liberté, quand il n'agit pas lui-même.

il y a une forte chance que se soit une simulation, afin d'expliquer l'énergie d'un monde invisible
 
Bonjour,
si il peut en échapper de nos jour, la lecture de son ADN permet d'anticipé une mort prématuré
son patrimoine génétique lui assure une vie, sauf problème venant de l'extérieur.

Dans le Coran c'est Allah qui décide de tout il n'y a pas de liberté, c'est aussi par un chantage qu'il prive de liberté, quand il n'agit pas lui-même.

il y a une forte chance que se soit une simulation, afin d'expliquer l'énergie d'un monde invisible
en aucun cas il décide de tout ! il te laisse toujours choisir !

maintenant si c'est un général qui te donne des ordres que tu ne veux pas exécuter, tu risque de te faire exécuté et il peut te faire vivre ou te tuer à sa guise !
 
en aucun cas il décide de tout ! il te laisse toujours choisir !

maintenant si c'est un général qui te donne des ordres que tu ne veux pas exécuter, tu risque de te faire exécuté et il peut te faire vivre ou te tuer à sa guise !
Dans le Livre il décide de tout, dans la réalité il ne décide de rien.

tu as le choix

4.88 "Voulez-vous guider ceux qu'Allah égare?"
74.31 "...C'est ainsi qu'Allah égare qui Il veut et guide qui Il veut."
45.23"...Et Allah l'égare sciemment et scelle son ouïe et son coeur et étend un voile sur sa vue...."
42.46."...et quiconque Allah égare n'a plus aucune voie."
"Et quiconque Allah égare n'a aucun protecteur après Lui."
" Et quiconque Allah égare, n'a point de guide."
"39.37. Quiconque Allah guide, nul ne peut l'égarer. "
Et lorsqu'Allah veut [infliger] un mal à un peuple, nul ne peut le repousser : ils n'ont en dehors de lui aucun protecteur.
6.35 ...Et si Allah voulait, Il pourrait les mettre tous sur le chemin droit. Ne sois pas du nombre des ignorants.
10.100. Il n'appartient nullement à une âme de croire si ce n'est avec la permission d'Allah. Et Il voue au châtiment ceux qui ne raisonnent pas.

19.71. Il n'y a personne parmi vous qui ne passera pas par [L'Enfer] : Car [il s'agit là] pour ton Seigneur d'une sentence irrévocable.
19.72. Ensuite, Nous délivrerons ceux qui étaient pieux et Nous y laisserons les injustes agenouillés.

"les injustes agenouillés" restent autour.


19.68. Pas ton Seigneur! Assurément, Nous les rassemblerons, eux et les diables. Puis, Nous les placerons autour de l'Enfer, agenouillés.


Le vrai sujet du Coran, tu ne le connais pas !

les gens, les hommes, les humains, les femmes... c'est juste un modèle

c'est juste pour expliquer un autre monde auquel le monde moderne a déjà accès.
 
Dans le Livre il décide de tout, dans la réalité il ne décide de rien.

tu as le choix

4.88 "Voulez-vous guider ceux qu'Allah égare?"
74.31 "...C'est ainsi qu'Allah égare qui Il veut et guide qui Il veut."
45.23"...Et Allah l'égare sciemment et scelle son ouïe et son coeur et étend un voile sur sa vue...."
42.46."...et quiconque Allah égare n'a plus aucune voie."
"Et quiconque Allah égare n'a aucun protecteur après Lui."
" Et quiconque Allah égare, n'a point de guide."
"39.37. Quiconque Allah guide, nul ne peut l'égarer. "
Et lorsqu'Allah veut [infliger] un mal à un peuple, nul ne peut le repousser : ils n'ont en dehors de lui aucun protecteur.
6.35 ...Et si Allah voulait, Il pourrait les mettre tous sur le chemin droit. Ne sois pas du nombre des ignorants.
10.100. Il n'appartient nullement à une âme de croire si ce n'est avec la permission d'Allah. Et Il voue au châtiment ceux qui ne raisonnent pas.

19.71. Il n'y a personne parmi vous qui ne passera pas par [L'Enfer] : Car [il s'agit là] pour ton Seigneur d'une sentence irrévocable.
19.72. Ensuite, Nous délivrerons ceux qui étaient pieux et Nous y laisserons les injustes agenouillés.

"les injustes agenouillés" restent autour.


19.68. Pas ton Seigneur! Assurément, Nous les rassemblerons, eux et les diables. Puis, Nous les placerons autour de l'Enfer, agenouillés.


Le vrai sujet du Coran, tu ne le connais pas !

les gens, les hommes, les humains, les femmes... c'est juste un modèle

c'est juste pour expliquer un autre monde auquel le monde moderne a déjà accès.
je crois enfin , non , je sais ... que tu as loupé beaucoup de chose ... d'ou tes explications folkloriques ...
 
Merci beaucoup pour ta réponse. Je suis d'accord avec toi sur le côté du Sabab. Il faut être en mouvement, saisir des opportunités et surtout, prendre des risques pour réussir.

Néanmoins, même du côté de nos actes, disons religieux. Dieu nous ne égare pas complètement sans que nous, nous l'avions décidé. Si on décide de s'éloigner de dieu, en buvant de l'alcool, par exemple, c'est de complètement de notre faute. On se refuge dans l'alcool au lieu de trouver refuge auprès de dieu.

Dans ce cas, on peut soit se repentir seul, par notre volonté, soit, par une épreuve (perdre de l'argent, un proche, sa maison, etc..) qui vient de dieu. Néanmoins, même dans ce cas, la réaction de l'individu est différente.
  • Il peut revenir vers dieu, s'éloigner de tout péché et revenir vers le droit chemin
  • Il peut encore plus s'enfoncer dans le péché et s'éloigner encore plus de dieu.
Ce qui reste indéniable, c'est que le Qadr (prédestination) est un pilier de la foi, et c'est ce qui me met un doute au fait de ne pas y croire pleinement.



Merci beaucoup pour ton lien, je vais le lire et je t'en ferais par de mon retour.



Salam. Merci beaucoup pour votre retour.
Sur ce point, je ne peux contredire ce conte. on est tous égaux devant la mort. Comme on dit en latin "Memento Mori", "Souvient toi de ta mort".
Le Destin un pilier de la Foi?
Je crois que c'est doublement faux donc peut être vrai.
Quand c'est faux deux fois en aller et retour c'est peut être parce que c'est vrai.

En tout cas c'est loin de mon domaine de connaissance.
Chez moi la Foi découle de la Raison.
 
Prier qui et attendre quoi ?
rien de folkloriques

4.88 "Voulez-vous guider ceux qu'Allah égare?"
74.31 "...C'est ainsi qu'Allah égare qui Il veut et guide qui Il veut."
45.23"...Et Allah l'égare sciemment et scelle son ouïe et son coeur et étend un voile sur sa vue...."
42.46."...et quiconque Allah égare n'a plus aucune voie."
"Et quiconque Allah égare n'a aucun protecteur après Lui."
" Et quiconque Allah égare, n'a point de guide."
"39.37. Quiconque Allah guide, nul ne peut l'égarer. "
Et lorsqu'Allah veut [infliger] un mal à un peuple, nul ne peut le repousser : ils n'ont en dehors de lui aucun protecteur.
6.35 ...Et si Allah voulait, Il pourrait les mettre tous sur le chemin droit. Ne sois pas du nombre des ignorants.
10.100. Il n'appartient nullement à une âme de croire si ce n'est avec la permission d'Allah. Et Il voue au châtiment ceux qui ne raisonnent pas.
 
Haut