• En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

Dédicacer un texte à un bladimembre

  • Initiateur de la discussion Ancien-Membre
  • Date de début
Ancien-Membre

Ancien-Membre

Comme pour une musique ou une chanson, ce topic est dédié aux mots !

Il me paraissait normal que je fasse ma première dédicace à un ami des premiers jours :

«Ce que nous appelons ordinairement amis et amitiés, précise Montaine, ce ne sont qu' accointances et familiarités nouées par quelque occasion ou commodité , par le moyen de laquelle nos âmes s' entretiennent . En l' amitié de quoi je parle , elles se mêlent et confondent l' une en l' autre , d' un mélange si universel qu' elles effacent et ne retrouvent plus la couture qui les a jointes . Si on me presse de dire pourquoi je l' aimais , je sens que cela ne se peut exprimer qu' en répondant : "Parce que c' était lui , parce que c' était moi."

Furtiva : à nos coups de gueule souvent et nos coups de coeur parfois
 
Ancien-Membre

Ancien-Membre

Au petit Price Maure de Bladi.net : Ibnou


« — On ne connaît que les choses que l'on apprivoise, dit le renard. Les hommes n'ont plus le temps de rien connaître. Ils achètent des choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n'existe point de marchands d'amis, les hommes n'ont plus d'amis. Si tu veux un ami, apprivoise-moi! »

A de St Ex
 
Ancien-Membre

Ancien-Membre

A Romantika

(...) Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n’est qu’un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c’est l’union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. (...)

Alfred de Musset - On ne badine pas avec l’amour
 
cuty-pie

cuty-pie

Modérateur
To whom it may concern:D

"Believe nothing, no matter where you read it, or who said it,
no matter if I have said it, unless it agrees with your own
reason and your own common sense."
 
Ancien-Membre

Ancien-Membre

A mon fiston bladinautique @ Jelis

Que dire
Des trouées de l'âme
De la glisse des pensées
Des dérapages du sens

Que dire
Du corps qui se rénove
Par la grâce d'une parole
Le secours d'une caresse
La saveur d'une malice

Que dire
Des jours si vivaces
Des heures si ténues

De la geôle des mots
De l'attrait du futur

Que dire
De l'instant
Tantôt ennemi
Tantôt ami?

Joyce Mansour
 
Ancien-Membre

Ancien-Membre

Elyssa... une pensée particulière :


du William Blake via Auguries of Innocence


L'homme a été créé pour la joie et pour la peine
Et quand il sait cela
De par le monde il va...
Chaque nuit et chaque matin
Au malheur naissent certains.
Chaque matin et chaque nuit
A l'extase naissent d'aucuns.
Certains naissent au bonheur sans nuage,
Certains naissent à une nuit qui ne finit pas ...
 
Ancien-Membre

Ancien-Membre

A mon nouvel ami ..............H_méo


Quelques citations de Cioran, tirées de De l'inconvénient d'être né


Je sais que ma naissance est un hasard, un accident risible, et cependant, dès que je m'oublie, je me comporte comme si elle était un événement capital, indispensable à la marche et à l'équilibre du monde.

Nous n'avouons nos chagrins à un autre que pour le faire souffrir, pour qu'il les prenne à son compte. Si nous voulions nous l'attacher, nous ne lui ferions part que de nos tourments abstraits, les seuls qu'accueillent avec empressement tous ceux qui nous aiment.

J'ai décidé de plus m'en prendre à personne depuis que j'ai observé que je finis toujours par ressembler à mon dernier ennemi.

Ne regarde ni en avant ni en arrière, regarde en toi-même, sans peur ni regret. Nul ne descend en soi tant qu'il demeure esclave du passé ou de l'avenir.

À quoi la musique fait appel en nous, il est difficile de le savoir; ce qui est certain, c'est qu'elle touche une zone si profonde que la folie elle-même n'y saurait pénétrer.
 
Ancien-Membre

Ancien-Membre

Misschemsy31...pour sa légèreté et sa bonne humeur

Arthur Rimbaud : Ma Bohème


Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées;
Mon paletot soudain devenait idéal;
J'allais sous le ciel, Muse, et j'étais ton féal;
Oh! là là! que d'amours splendides j'ai rêvées!

Mon unique culotte avait un large trou.
Petit-Poucet rêveur, j'égrenais dans ma course
Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.
Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou

Et je les écoutais, assis au bord des routes,
Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes
De rosée à mon front, comme un vin de vigueur;

Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,
Comme des lyres, je tirais les élastiques
De mes souliers blessés, un pied près de mon coeur!
 
Elyssa

Elyssa

...élitiste
VIB
Elyssa... une pensée particulière :


du William Blake via Auguries of Innocence


L'homme a été créé pour la joie et pour la peine
Et quand il sait cela
De par le monde il va...
Chaque nuit et chaque matin
Au malheur naissent certains.
Chaque matin et chaque nuit
A l'extase naissent d'aucuns.
Certains naissent au bonheur sans nuage,
Certains naissent à une nuit qui ne finit pas ...
Merci ma distinguée ....Très beau texte .... et très belle initiative....
 
Romantika

Romantika

VIB
A Romantika

(...) Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n’est qu’un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c’est l’union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. (...)

Alfred de Musset - On ne badine pas avec l’amour
Merci mon étoile :rouge:

Tu me connais par coeur et par corps ;)
 
Ancien-Membre

Ancien-Membre

je remonte ce topic que j'avais délaissé !

N'avez vous pas de textes à dédicacer ?
 
Romantika

Romantika

VIB
Pour mon étoile préférée :rouge:

Le miroir

Jamais vous ne pourrez vous voir vous-même dans un miroir. Un miroir peut être utile à votre toilette, voire indispensable, mais ce n'est pas dans un miroir que vous trouverez la révélation de vous-même. Vous ne pouvez pas vous regarder priant dans un miroir, vous ne pouvez pas vous voir comprenant dans un miroir. Votre vie profonde, celle par laquelle vous vous transformez vous-même, c'est une vie qui s'accomplit dans un regard vers l'autre.
Dès que le regard revient vers soi, tout l'émerveillement reflue et devient impossible. Quand on s'émerveille, c'est qu'on ne se regarde pas. Quand on prie, c'est qu'on est tourné vers un autre ; quand on aime vraiment, c'est qu'on est enraciné dans l'intimité d'un être aimé. Il est donc absolument impossible de se voir dans un miroir autrement que comme une caricature si l'on prétendait y trouver son secret.

La vie profonde échappe à la réflexion du miroir ; elle ne peut se connaître que dans un autre et pour lui. Quand vous vous oubliez parce que vous êtes devant un paysage qui vous ravit, ou devant une oeuvre d'art qui vous coupe le souffle, ou devant une pensée qui vous illumine, ou devant un sourire d'enfant qui vous émeut, vous sentez bien que vous existez, et c'est même à ces moments-là que votre existence prend tout son relief, mais vous le sentez d'autant plus fort que justement l'événement vous détourne de vous-même. C'est parce que vous ne vous regardez pas que vous vous voyez réellement et spirituellement, en regardant l'autre et en vous perdant en lui. C'est cela le miracle de la connaissance authentique. Dans le mouvement de libération où nous sortons de nous-mêmes, où nous sommes suspendus à un autre, nous éprouvons toute la valeur et toute la puissance de notre existence...

Dans ce regard vers l'autre, nous naissons à nous-mêmes.

M. Zundel
 
Ancien-Membre

Ancien-Membre

Dans ce regard vers l'autre, nous naissons à nous-mêmes.

mais quand on ne voit que le vide dans ce regard...il peut nous anéantir !
 
Ancien-Membre

Ancien-Membre

A Ikkar

Votre ami est la réponse à vos besoins.
Il est votre champ dont les semailles sont amour et la moisson, reconnaissance.

Au foyer de votre ami, votre couvert est toujours mis et auprès de sa cheminée, il y a toujours une place pour vous réchauffer.

Car vous venez à lui pour apaiser votre faim et vos chagrins.

Lorsque votre ami vous confie ses pensées ne craignez pas de le critiquer et ne vous retenez pas de l'encourager.

Et quand il ne dit mot que votre coeur ne cesse d'écouter ce qui palpite dans son coeur;

Car en amitié, toute pensée, envie et attente naissent muettes, et se partagent avec une joie discrète.

Quand vous devez vous séparer de votre ami, que l'heure des adieux ne vous afflige que peu ;
Car ce que vous aimez le plus en sa présence pourra vous paraître plus limpide en son absence, car le sommet est plus visible de la plaine pour celui qui gravit la colline.

Et il n'est de but dans l'amitié, si ce n'est l'approfondissement de l'esprit.

K.Gibran
 
Romantika

Romantika

VIB
A romantika ....

Il n'existe dans l'amour ni sublime, ni bassesse,
Ni sottise, ni esprit.
Ni hafiz, ni cheikh , ni derviche;
Il faut être vaurien, cynique, débauché.

Rûmi.
Merci ma belle Elyssa :love:

Mouahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh
 
Ancien-Membre

Ancien-Membre

A David

- Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde. Tu reviendras me dire adieu, et je te ferai cadeau d'un secret.

Le petit prince s'en fut revoir les roses:

- Vous n'êtes pas du tout semblables à ma rose, vous n'êtes rien encore, leur dit-il. Personne ne vous a apprivoisé et vous n'avez apprivoisé personne. Vous êtes comme était mon renard. Ce n'était qu'un renard semblable à cent mille autres. Mais j'en ai fait mon ami, et il est maintenant unique au monde.

Et les roses étaient bien gênées.

- Vous êtes belles, mais vous êtes vides, leur dit-il encore. On ne peut pas mourir pour vous. Bien sûr, ma rose à moi, un passant ordinaire croirait qu'elle vous ressemble. Mais à elle seule elle est plus importante que vous toutes, puisque c'est elle que j'ai arrosée. Puisque c'est elle que j'ai mise sous globe. Puisque c'est elle que j'ai abritée par le paravent. Puisque c'est elle dont j'ai tué les chenilles (sauf les deux ou trois pour les papillons). Puisque c'est elle que j'ai écoutée se plaindre, ou se vanter, ou même quelquefois se taire. Puisque c'est ma rose.
 
Haut