Le député Maillard veut pénaliser la critique de l'entité colinialiste sioniste, bientot c'est la prison pour nous!

Le député macroniste aux ordre du CRIF, veut faire de la lutte antisioniste un crime, il veut ainsi comme le souhaite ses maitres interdire toute critique de l'idéologie qui a produit la colonisation de la Palestine et qui justifient pour les criminels sionistes toutes les barbaries et monstruosité qu'ils commettent en Palestine et ailleurs.
Si cette loi absurde passe, d'autres pourront interdire de critiquer le nazisme qui comme le sionisme est une idéologie raciste, suprémaciste, colonialiste et nationaliste.
 
Cette loi ne passera pas.
Un collectif d'intellectuels juifs appelle à s'y opposer, les députés sont contre majoritairement.

Certains juifs, pour des raisons culturelles, politiques ou religieuses, considèrent cette proposition comme injurieuse car elle assimile antisionisme et antisémitisme.
Ce Maillard remue la mouise mais ça n'ira pas loin.
 
Résolution adoptée! Beaucoup de lâches députés se sont absentés pour ne pas avoir à voter contre cette ineptie, qui ne fera qu'attiser la stigmatisation, la frustration et la haine d'une population qui sera confondue par la loi entre juifs ( religion) et sionistes ( projet nationaliste raciste).
 
A

AncienMembre

Non connecté
""""Cette définition, exactement, est la suivante : «L’antisémitisme est une certaine perception des juifs, qui peut se manifester par une haine à leur égard. Les manifestations rhétoriques et physiques de l’antisémitisme visent des individus juifs ou non et/ou leurs biens, des institutions communautaires et des lieux de culte.» Elle ne mentionne donc pas le terme «antisionisme». Mais cette courte définition est complétée d'une série d’exemples destinés à l’«illustrer». Parmi ces exemples, rappelle Le Monde, figure le suivant : est considéré par l'IHRA comme antisémite le «traitement inégalitaire de l’Etat d’Israël, à qui l’on demande d’adopter des comportements qui ne sont ni attendus ni exigés de tout autre Etat démocratique.»""""

La dernière phrase est un sketch a elle toute seule ....

Bref.....je vais me taire ça vaut mieux
 
Colo pas coli dans ton titre frèèèèèèèèèèèèèèèère

++
Bon la c'est une faute d'inattention mais tu me donnes l'occasion de dire que c'est dommage qu'il y ait si peu de bladinote pour corriger les fautes de français et d'orthographes, dans mon cas ça pourrait bcp m'apporter en terme de compétences à l'écrit et améliorer ma maitrise de cette langue.
 

Southpaw

Rebel without a Cause
VIB
Un grand paradox,
Une organisation musulmane joue aussi avec la meme propaganda de criminaliser les critiques de l'islam et rendre l'islamophobie un crime international.

 

Felicitee

L'essentiel est invisible pour les yeux
VIB
POLITIQUE
Des intellectuels juifs vent debout contre la confusion entre antisémitisme et antisionisme
Rédigé par Benjamin Andria | Mardi 3 Décembre 2019 à 11:2



Des intellectuels juifs vent debout contre la confusion entre antisémitisme et antisionisme
A l’heure où une proposition de résolution controversée visant à définir l’antisémitisme est examinée mardi 3 décembre par l'Assemblée nationale,* un appel a été lancé par 127 intellectuels juifs aux députés français afin qu'ils refusent de voter pour la résolution initiée par le député LREM Sylvain Maillard. Celle-ci, soutenue par Emmanuel Macron, tend en effet à confondre dangereusement l’antisémitisme avec l’antisionisme.

Lire aussi : Assimiler l’antisionisme à l'antisémitisme : la dangereuse voie vers une pénalisation dénoncée

Cette résolution, dans laquelle est indiqué que « critiquer l’existence même d’Israël en ce qu’elle constitue une collectivité composée de citoyens juifs revient à exprimer une haine à l’égard de la communauté juive dans son ensemble » est « hautement problématique », ont signifié les intellectuels dans une tribune parue au Monde lundi 2 décembre, dénonçant les usages d’une telle définition de l’antisémitisme « pour saper la liberté d’expression ».

Des intellectuels juifs vent debout contre la confusion entre antisémitisme et antisionisme
« L’antisionisme est un point de vue légitime »
« La montée de l’antisémitisme dans le monde, y compris en France, nous préoccupe profondément. Nous considérons l’antisémitisme et toutes les autres formes de racisme et de xénophobie comme une menace réelle contre laquelle il convient de lutter avec la plus grande fermeté, et exhortons le gouvernement et le Parlement français à le faire », débutent-ils.

Cependant, ils déplorent que « l’exposé des motifs désigne Israël comme "une collectivité composée de citoyens juifs" » alors que « environ 20 % de la population d’Israël sont des citoyens palestiniens, dont la plupart sont musulmans ou chrétiens. La désignation choisie occulte et nie leur existence ».




« Nos opinions sur le sionisme peuvent être diverses, mais nous pensons tous, y compris ceux qui se considèrent comme sionistes, que cet amalgame est fondamentalement faux. Pour les nombreux juifs se considérant antisionistes, cet amalgame est profondément injurieux », dénoncent les signataires de la tribune.

Avant d’ajouter : « L’antisionisme est un point de vue légitime dans l’histoire juive, et il a une longue tradition, y compris en Israël. Certains juifs s’opposent au sionisme pour des raisons religieuses, d’autres pour des raisons politiques ou culturelles. De nombreuses victimes de l’Holocauste étaient antisionistes. Le projet de résolution les déshonore et offense leur mémoire, en les considérant rétroactivement comme antisémites. »

« Pour les Palestiniens, le sionisme représente la dépossession, le déplacement, l’occupation et les inégalités structurelles. Il est cynique de les stigmatiser comme antisémites parce qu’ils s’opposent au sionisme. Ils s’opposent au sionisme non par haine des juifs, mais parce qu’ils vivent le sionisme comme un mouvement politique oppressif », déclarent-ils aussi. « Agir ainsi témoigne d’une grande insensibilité et d’une politique de deux poids, deux mesures, sachant qu’Israël nie le droit de la Palestine à exister et mine son existence même. »

Refuser l’instrumentalisation de l’antisémitisme
« Il n’y a aucun doute qu’il existe des antisémites parmi les gens qui s’opposent au sionisme. Mais il y a également beaucoup d’antisémites qui soutiennent le sionisme. Il est donc inapproprié et totalement inexact d’identifier de manière générale antisémitisme et antisionisme », indique-t-on. « En confondant ces deux phénomènes, l’Assemblée nationale compromettrait les efforts vitaux de lutte contre le véritable antisémitisme, qui est multidimensionnel et provient de différents secteurs de la société française. »

Déplorant « la manière dont la lutte contre l’antisémitisme a été instrumentalisée pour protéger le gouvernement israélien », les intellectuels déclarent leurs inquiétudes de voir que « ces efforts du gouvernement israélien trouvent un soutien politique, jusqu’en France ». « Nous invitons ainsi l’Assemblée nationale à lutter contre l’antisémitisme et contre toutes les formes de racisme, mais sans aider le gouvernement israélien dans son programme d’occupation et d’annexion ».

*Mise à jour : La résolution a été adoptée dans la soirée du mardi 3 décembre, dans un hémicycle qui comptait sur la présence que d'un faible nombre de députés, sur un total de 577. Ainsi, 154 députés ont voté pour, 72 contre. Ils sont 43 à s'être abstenus
 
je suis parfaitement d'accord avec cette phrase :

« Il n’y a aucun doute qu’il existe des antisémites parmi les gens qui s’opposent au sionisme. Mais il y a également beaucoup d’antisémites qui soutiennent le sionisme. Il est donc inapproprié et totalement inexact d’identifier de manière générale antisémitisme et antisionisme »
 
Depuis que Macron est au pouvoir, il fait tout pour redorer le blason des Sionistes, ils savent qu on est arrivé à un stade où presque que importe quel Français arrive à distinguer le Sionisme du Judaïsme, ce qui en fait que le Sionisme est plus vulnérable, ils veulent à tout pris faire confondre idéologue et race...
 

LIDEALISTE

Je suis confiné );
D'après ce que j'ai compris, leur objectif c'est de criminaliser l'appel au boycott des produits Israélien

Que dire ?

Ils veulent achever ce qui reste de la démocratie française :claque::claque::claque:

PS: Même s'il y aura une loi eh ben Je continu de boycotter les produits Israélien
 
A

AncienMembre

Non connecté
Comment les gens peuvent encore gober ça ?


Antisionisme= antisémitisme ?

Mdr


Ils font quoi de tous ces sémites qui sont antisionistes ?
De tous ces sionistes et même israéliens qui n ont rien de sémites comparé aux Palestiniens ?


Quelle indécence .....plus c'est gros plus ça passe
Mais je pense que les gens sont de moins en moins dupes ....il n y a que les fn qui n y voient que du feu ....eux ils détestent les palestiniens alors tout ce qui peut arranger Israël les arrange , sans essayer de rien comprendre ...
 
Bon la c'est une faute d'inattention mais tu me donnes l'occasion de dire que c'est dommage qu'il y ait si peu de bladinote pour corriger les fautes de français et d'orthographes, dans mon cas ça pourrait bcp m'apporter en terme de compétences à l'écrit et améliorer ma maitrise de cette langue.
Ça peut être vexant et humiliant de corriger les fautes. Raison pour laquelle beaucoup ne le font pas.
 
Le jour où tu comprendras qu ils sont dans tout les camps, eux ils sont divisés pour mieux régner !!
attention à ce que tu écris

si tu détestes même les juifs qui sont contre cette loi, là je pense que ce serait bien de l'antisémitisme.

tous les juifs ne sont pas partisans d'une telle loi, cela montre juste que tous ne soutiennent pas la politique d'Israel
ni cette loi. Alors ne fais pas l'amalgame...
 

Esperluette

Vivre et laisser vivre
par Gideon Levy dans Haaretz

La peste se propage. Sous couvert de la (juste) guerre contre l’antisémitisme, l’Europe et les États-Unis font taire toutes les voix qui osent critiquer Israël. Sous couvert de cette guerre, ils portent atteinte à leur liberté d’expression. Chose incroyable, ce nouveau phénomène ne déclenche aucune protestation comme on aurait pu s’y attendre. Des lois qualifiant l’antisionisme d’antisémitisme et le mouvement anti-occupation d’antisémite sont adoptées à des majorités écrasantes. À présent, elles font le jeu d’Israël et de l’establishment juif, mais elles sont susceptibles d’enflammer de l’antisémitisme quand se poseront les questions sur l’étendue de leur ingérence.

La semaine dernière, le phénomène a frappé la France, berceau de la révolution. L’Assemblée nationale française a adopté à une large majorité un projet de loi qui adopte la définition de l’antisémitisme émise par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste, qui assimile l’antisionisme à l’antisémitisme. Liberté ? Égalité ? Fraternité ? Pas quand cela implique Israël. Ici, ces valeurs sont bâillonnées.

Le député français Sylvain Maillard a formulé le projet de loi. C’est un autre ami d’Israël qui aurait [a, ndt] participé à une réunion avec le colon affairiste Yossi Dagan, chef du Conseil régional de Samarie, il y a quelques mois.

« Critiquer l’existence même d’Israël en tant que collectif composé de citoyens juifs équivaut à de la haine envers la communauté juive dans son ensemble ; tout comme tenir les Juifs collectivement responsables des politiques des autorités israéliennes est une expression d’antisémitisme », déclare l’introduction de la loi.

Le diable est sorti de sa boite : il est interdit de soulever des doutes sur le sionisme, l’une des seules idéologies au monde dont la justice ne peut être remise en cause par les nations du monde libre.

Pour commencer, les mots. Israël « en tant que collectif composé de citoyens juifs ». La loi sur l’État-nation a également été acceptée à l’Assemblée nationale à Paris. Si Israël est un collectif de citoyens juifs, que sont les citoyens palestiniens ? Et que sont les sujets vivant sous occupation ? Les 154 parlementaires qui ont levé la main pour soutenir la décision ne peuvent éluder ces questions. Liberté, égalité, fraternité – uniquement pour les Juifs ? Et qu’offrent-ils aux six millions de Palestiniens, citoyens et sujets de l’occupation, qui vivent sous « le collectif de citoyens juifs » ? Liberté de second ordre, égalité, fraternité ? Désormais, personne n’est même autorisé à poser ces questions. Quiconque demande est un antisémite.

« L’antisionisme est une position légitime dans l’histoire juive, et il a aussi une longue histoire en Israël », a déclaré une pétition signée en vain par 129 professeurs et intellectuels juifs et israéliens contre l’adoption de la loi. Les signataires de la pétition ont mentionné qu’il y avait de nombreux survivants antisionistes de l’Holocauste. Maintenant, eux aussi sont des antisémites.

Désormais, chaque Palestinien et chaque Arabe, sauf Ayoub Kara, est un antisémite. Même chaque Juif et chaque Israélien qui soutiennent une solution par un État démocratique et égalitaire, précisément dans l’esprit de la révolution française, est un antisémite. De même, toute personne pour qui le sionisme est un mouvement colonialiste – n’est-ce pas une position légitime ? – est un antisémite.

Pour des générations de Palestiniens, le sionisme est l’essence de leur existence ; il les a expulsés de leur pays, les a privés de leurs terres, les a déshonorés, a ruiné leur vie, et les tue et les tourmente jusqu’à ce jour, sans que la fin soit en vue. Leur est-il interdit d’être antisionistes ? Sont-ils capables de ne pas haïr le sionisme ? La France les jugera-t-elle pour la transgression de l’antisémitisme ? Ils ne combattent pas le sionisme parce qu’ils sont antisémites. Ils ne sont antisionistes que parce que le sionisme a détruit leur vie.

Et les manifestants de la clôture autour de la cage de Gaza, que sont-ils ? Sont-ils antisémites ? Ne sont-ils pas des combattants de la liberté ? Et qu’en est-il des gens de conscience du monde entier qui s’identifient à eux ? Ce sont dorénavant tous des antisémites, ce qui est hors la loi en France. Et si nier le droit à l’autodétermination juive est de l’antisémitisme, comment l’Assemblée nationale française parlera-t-elle du déni par Israël des droits des Palestiniens ? Pourquoi ne vote-t-elle pas une loi à ce sujet ? Seulement parce que les Palestiniens et la justice n’ont pas de lobby puissant en France.

Hourra, Gilad Erdan ! Super, Juifs de France. Félicitations, monsieur Maillard. Vous avez gagné.
 
Haut