Pour détecter les mariages forcés, un code de signalement est désormais accessible aux officiers de l'état civil

belgika

Et après l'espoir....
VIB
L'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes vient d'éditer un code de signalement des mariages forcés à destination des officiers de l'état civil, rapportent vendredi Le Soir, De Morgen et Het Laatste Nieuws. Ces officiers, en charge notamment des mariages, sont en première ligne pour détecter les problèmes.


L'été est une période à risque pour les mariages forcés. "En 2015, l'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes a publié, en collaboration avec le réseau mariage et migration, un guide spécifique pour les secteurs de l'enseignement, de la police, de la justice et le milieu médical", explique le responsable du projet, Nicolas Belkacemi. "Mais on s'est rendu compte que, pour le secteur administratif, ce n'était pas assez approfondi."


Un entretien individuel proposé à la victime potentielle

Une fiche synthétique leur est donc désormais destinée, inspirée du modèle britannique. Elle reprend un bref descriptif des mariages forcés, un rappel du cadre légal, mais, surtout, des lignes directrices pour les représentants de l'état civil.


En cas de suspicion de mariage forcé, ils sont par exemple invités à proposer un entretien individuel à la victime potentielle. Si les doutes persistent, ils sont incités à alerter le magistrat de référence au sein du parquet. Des mesures de protection de la victime peuvent aussi être prises, souvent avec l'aide des associations de terrain.




https://www.rtl.be/info/belgique/faits-divers/un-code-de-signalement-des-mariages-forces-pour-les-officiers-de-l-etat-civil-1138616.aspx
 

belgika

Et après l'espoir....
VIB
Fatiha Saïdi : "Il faut briser la loi du silence autour des mariages forcés"



L’Institut pour l’égalité des hommes et des femmes édite une brochure à l’intention des officiers de l’état civil afin de leur permettre de détecter les mariages forcés.

En 2019, les mariages forcés sont, en effet, toujours une réalité.


C’est ce qu’affirme Fatiha Saïdi, ancienne sénatrice PS, échevine pendant plusieurs années et qui milite pour justement alerter sur cette problématique.

" Après avoir écrit mon livre qui raconte des faits qui se sont déroulés il y a 40 ans, je pensais que ce phénomène serait en diminution, mais malheureusement ma pratique en tant que femme politique, tant en tant que députée qu’en tant qu’échevine, pendant de longues années, m’a permis de constater que ces mariages étaient toujours d’actualité, et dans mon entourage également," assure-t-elle.


Les mariages forcés, difficiles à détecter



Dans ce code, on demande à l’officier de l’état civil d’être attentif au comportement, à l’attitude et à l’accaparement de la parole de l’un ou de l’autre ou au manque de connaissance de celui ou celle que l’on va épouser.

Dès qu’il y a des soupçons, il faut alerter un magistrat. Mais, pourquoi est-ce si difficile à détecter ?

"Lorsque j’étais échevine, j’ai aussi été amenée à être officier de l’état civil en remplacement de ma collègue. Nous avons commencé, ma collègue et moi, le travail avec les jeunes autour des mariages forcés parce qu’elle a justement un jour célébré un mariage qui s’apparentait vraiment à un mariage forcé.

Et encore aujourd’hui elle en parle avec un très gros malaise en disant : " je n’ai pas été capable de détecter ce mariage forcé et d’en parler avec cette jeune fille j’aurais peut-être refusé de le célébrer .

Donc, oui, c’est effectivement très difficile de détecter un mariage de ce type parce que dans certaines communautés, il y a la pudeur ou il y a également parfois des personnes qui ne se connaissent pas encore suffisamment parce que, comme on le sait, dans certaines cultures, les jeunes ne vivent pas ensemble avant de se marier.

Il y a donc une difficulté à appréhender ces mariages, mais il y a aussi une difficulté d’une volonté de ne pas vouloir stigmatiser une communauté donnée. "



Il faut briser la loi du silence


Pour cette ancienne femme politique, cette brochure peut aider, mais ce n’est pas suffisant.

Il y a toujours une sorte de loi du silence autour de la problématique des mariages forcés.

Une loi du silence qu’il faut briser, en discutant avec les jeunes. "C’est une démarche qui permet aussi d’une part d’échapper à la possibilité de stigmatiser un ou une jeune, parce qu’on parle souvent des filles mais il y a aussi des garçons qui sont touchés, de ne pas leur dire : " toi, tu es susceptible d’être un jour victime d’un mariage forcé ", et aussi d’appréhender ces mariages forcés autour d’un tronc commun qui est celui des inégalités entre les hommes et les femmes, celui d’une domination masculine qui continue malheureusement de prévaloir dans toutes les sociétés, en ce compris dans la nôtre en Belgique, et de pouvoir aussi parler de l’égalité avec les jeunes et de leur faire comprendre qu’un homme égale une femme.

Ça, je pense que c’est l’approche qui est la plus chouette et qui pourrait être mise en œuvre dans les écoles."


D’après elle, il faut aussi déconstruire ce qu’elle appelle le "comme ça". " Tout le monde s’est marié comme ça, l’amour vient après, et donc c’est une question de tradition.

C’est ce " comme ça " qu’il faut briser et c’est ce " comme ça " qu’il faut déconstruire avec les jeunes pour vraiment leur démontrer aussi qu’un mariage forcé est quand même une histoire dans laquelle on est plongé pour de longues années, que ce sont des histoires douloureuses et qu’on ne s’en sort pas toujours indemne."



Enfin, Fatiha Saïdi précise que ces mariages forcés ne sont pas liés à la religion.

" Ce n’est jamais une question de religion, je pense qu’il faut vraiment bien insister là-dessus.

L’Institut insiste là-dessus également : ce n’est pas un fait religieux, ce n’est pas un prescrit religieux, et ça, il faut le dire clairement dans toutes les religions d’ailleurs."


https://www.rtbf.be/info/societe/detail_fatiha-saidi-il-faut-briser-la-loi-du-silence-autour-des-mariages-forces?id=10265843
 

belgika

Et après l'espoir....
VIB
CODE DE SIGNALEMENT DES MARIAGES FORCÉS À L'USAGE DES OFFICIERS DE L'ÉTAT CIVIL


Tout comme d’autres formes de violences liées à l’honneur, les mariages forcés restent une problématique souvent cachée et sous rapportée. Un mariage forcé est un phénomène complexe qui implique différentes personnes. À cela s’ajoutent la dimension culturelle du concept d’honneur et l’éventuelle intervention d’un contexte de migration. Par conséquent, il n’est pas toujours facile pour les fonctionnaires d’intervenir dans une situation de mariage forcé. La première étape pour briser cette difficulté d’intervention consiste à bien connaître la problématique et les actions potentielles pour y remédier. Le but de ce code de signalement est de fournir aux officiers de l'état civil les instruments nécessaires pour reconnaître les mariages forcés et les aborder de manière appropriée et légale.
Date de pulication : 2019




https://igvm-iefh.belgium.be/fr/publications/code_de_signalement_des_mariages_forces_a_lusage_des_officiers_de_letat_civil

https://igvm-iefh.belgium.be/sites/default/files/igvm_gedw_huw_fr_web.pdf

https://igvm-iefh.belgium.be/sites/default/files/igvm_gedw_huw_meldcode_fr.pdf
 
c'est des betises
on force pas des adultes à se marier
on est responsable de notre celibat donc logiquement atteint un certain age tu es capable de donner ton avis/ de te rebeller/déplacer ou de pas bouger le petit doigt pour rencontrer/parler a l'autre avec qui la famille fait du forcage
j'ai rarement vu des parents mettre le couteau sous la gorge marie toi avec la voisine ou ce soir tu passe a la casse role
 

Felicitee

L'essentiel est invisible pour les yeux
VIB
c'est des betises
on force pas des adultes à se marier
on est responsable de notre celibat donc logiquement atteint un certain age tu es capable de donner ton avis/ de te rebeller/déplacer ou de pas bouger le petit doigt pour rencontrer/parler a l'autre avec qui la famille fait du forcage
j'ai rarement vu des parents mettre le couteau sous la gorge marie toi avec la voisine ou ce soir tu passe a la casse role
Malheureusement les pressions sont là et certains cèdent. Souvent insidieux, du chantage, de la manipulation...la personne, ka jeune fille ou même le jeune homme ne veut pas être rejeté par sa famille...parfois il y a l'usage de violence ..faut pas relativiser. J'ai connu spécialement chez les kosovars, albanais de Macédoine ou sri lankais, mais aussi Kurdes d'Irak...C'est une réalité qui n'a rien se religieux. C'est une culture archaïque.
 
Malheureusement les pressions sont là et certains cèdent. Souvent insidieux, du chantage, de la manipulation...la personne, ka jeune fille ou même le jeune homme ne veut pas être rejeté par sa famille...parfois il y a l'usage de violence ..faut pas relativiser. J'ai connu spécialement chez les kosovars, albanais de Macédoine ou sri lankais, mais aussi Kurdes d'Irak...C'est une réalité qui n'a rien se religieux. C'est une culture archaïque.
C'est pour ça que j'ai écrit on est responsable de notre celibat plus précisement de la période ou tu commence à comprendre que ta famille n'est pas un exemple , un appui
au lieu de jouer à la poupée ou de zoner faut réfléchir, s'entourer de bonnes personnes s'assurer son avenir sortir du nid bref je vais pas t'apprendre comment on devient adulte ou du moins autonome apres c'est vrai quand on est "tout seul" et au maroc c'est pas simple
 

Felicitee

L'essentiel est invisible pour les yeux
VIB
C'est pour ça que j'ai écrit on est responsable de notre celibat plus précisement de la période ou tu commence à comprendre que ta famille n'est pas un exemple , un appui
au lieu de jouer à la poupée ou de zoner faut réfléchir, s'entourer de bonnes personnes s'assurer son avenir sortir du nid bref je vais pas t'apprendre comment on devient adulte ou du moins autonome apres c'est vrai quand on est "tout seul" et au maroc c'est pas simple
Pour ma part j'ai peu entendu d'histoire de mariage forcé dans les pays du Maghreb. Mais ça doit exister...
 

azamoglan

Bladinaute averti
c'est des betises
on force pas des adultes à se marier
on est responsable de notre celibat donc logiquement atteint un certain age tu es capable de donner ton avis/ de te rebeller/déplacer ou de pas bouger le petit doigt pour rencontrer/parler a l'autre avec qui la famille fait du forcage
j'ai rarement vu des parents mettre le couteau sous la gorge marie toi avec la voisine ou ce soir tu passe a la casserrole
Si la majorité des pays ont dû édicter des lois pour lutter contre ce fléau c'est qu'il existe, même s'il est difficile à quantifier.
Tous ont également une helpline pour venir en aide victimes
En Allemagne des études sont réalisées depuis 2011
Dans la petite Suisse, on estime qu'il y a 700 Zwangsheirat par an, soit 2 par jour. Les autorités font ce qu'elles peuvent.
On conseille aux filles qu'on amène dans la famille pour des vacances de mettre une petite cuiller dans leur slip pour alerter les autorités des aéroports. C'est pour cela que les parents qui peuvent rejoindre leur pays par voie terrestre privilégient cette solution.
 
c'est des betises
on force pas des adultes à se marier
on est responsable de notre celibat donc logiquement atteint un certain age tu es capable de donner ton avis/ de te rebeller/déplacer ou de pas bouger le petit doigt pour rencontrer/parler a l'autre avec qui la famille fait du forcage
j'ai rarement vu des parents mettre le couteau sous la gorge marie toi avec la voisine ou ce soir tu passe a la casse role
Malheureusement, cela existe. Ce n'est pas toujours forcé par la violence, mais arrangé avec une obligation de résultant - la personne devant consentir par honneur familial.

Cela me fait penser au film Mustang - histoire de 5 jeunes filles en Turquie.
 
Haut