1. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences
    Rejeter la notice

Je dis ce que je pense et je m'en fous des autres

Discussion dans 'Jrad' créé par DKKRR, 2 Août 2018.

Salam Aleykoum, A mon sens, il y a un élément qui caractérise pas mal de personnes et qui consiste à jeter à la face des autres la fierté de son...

  1. DKKRR

    DKKRR

    Inscrit:
    17 Décembre 2016
    Messages:
    656
    Likes:
    671
    Salam Aleykoum,

    A mon sens, il y a un élément qui caractérise pas mal de personnes et qui consiste à jeter à la face des autres la fierté de son identité qui se trouve ainsi clairement revendiquée, assumée ("je suis ainsi et je suis fier de l'être"; "peu m'importe les réactions je dis ce que je pense et/ou j'agis ainsi et ce quels que soient les effets que cela produit chez autrui").

    Il faut sans doute nuancer car il s'agit, bien des fois (je pense), plus de la transcription (écrite/orale) d'un idéal (façon dont l'on aimerait réellement agir) et/ou d'une volonté de montrer une personnalité forte afin de s'affirmer plus que d'une réalité. Cependant, y a t-il réellement une sagesse dans le développement de telles attitudes ?

    Faut-il, tout d'abord, se montrer nécessairement fier de ce que l'on est lors même que l'on partage tous en commun le fait que notre être actuel est un "nous" décalé de la réalité de notre être intérieur (nous ne sommes pas dans les faits ce que nous sommes au plus profond de nous). Ainsi en plus d'avoir des parts d'ombre qui nous font honte, que nous aimerions éliminer, nous avons des ambitions concernant certains idéaux (en terme comportemental, physique, financier etc...) que l'on miroite.
    Nous sommes le produit de déterminants sociaux qui s'imposent à nous sans réel pouvoir de lutte contre leur force coercitive. Les normes sociétales, les pressions qui y règnent déforment notre être intérieur pour finalement constituer un "nous social" différent du "nous intérieur".
    De plus, la dangerosité quant à la fierté exacerbée de son existence présente peut, inconsciemment, pousser à minimiser les efforts effectués afin de s'améliorer.



    Enfin, est-il juste que de ne tenir aucun compte des susceptibilités, des goûts, des choix d'autrui dans la manifestation de ses propres désirs. Faut-il tout dire. Faut-il dire tout ce que l'on pense et ce tel qu'on le désire, agir de la façon qui nous convient uniquement aux moments que l'on aura choisis et ce nonobstant les ressentis extérieurs ou faut-il prendre en compte l'altérité caractérisant l'autre afin d'adapter la forme de ses actions, de ses pensées tout en gardant le fond de celles-ci quitte parfois à s'abstenir de ce qui n'est pas nécessaire, malgré que l'on puisse y ressentir une certaine envie, afin de ne pas froisser, de respecter les sensibilités des autres ?

    En d'autres termes, la vie en société est-elle un une "imposition" de ses caractéristiques aux autres ou une plus ou moins grande adaptation, retenue afin de respecter son prochain.
     
    Lecomptable, DuneDuRif et nwidiya aiment ça.
  2. nwidiya

    nwidiya Super Modératrice

    Inscrit:
    25 Décembre 2002
    Messages:
    115 552
    Likes:
    95 859
    C'est un sujet de bac à Pondichéry? :D
     
    DKKRR apprécie ceci.
  3. Lecomptable

    Lecomptable

    Inscrit:
    1 Février 2014
    Messages:
    149
    Likes:
    111
    Je préfère les personnes transparentes qui disent tout et sans aucun intérêt que les fourbes personnes qui s'adaptent aux autres pour forger une certaine image ! les personnes qui s'adaptent aux arguments des autres sont souvent des arrivistes intéressées :)
     
  4. Mystica

    Mystica

    Inscrit:
    14 Août 2007
    Messages:
    1 734
    Likes:
    199
    On peut dire ce qu'on pense, mais ca ne veut pas toujours dire que ' est juste.
    Donc ça depends de situation à situation

    Et surtout on peut dire ce qu'on pense sans être vexant dénégrant!