• En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

Disparition du journaliste khashoggi : pression us sur les saoudiens pour connaître la vérité

  • Initiateur de la discussion ould khadija
  • Date de début
ould khadija

ould khadija

fédalien
Contributeur
Alors que le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, disparu depuis le 2 octobre après s'être rendu au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul est toujours introuvable, et que la piste de son assassinat est évoquée par les autorités turques, Donald Trump a demandé des comptes à Riyad.

"Nous voulons savoir ce qu'il se passe". Donald Trump a réclamé mercredi des explications à l'Arabie saoudite sur le sort de Jamal Khashoggi, ce journaliste saoudien exilé aux Etats-Unis, et disparu depuis plus d'une semaine à Istanbul, après la révélation d'éléments accréditant la thèse de sa capture ou de son assassinat par des agents de son pays.


Washington demande de la "transparence" à Riyad

Le président des États-Unis a déclaré mercredi à la presse à Washington s'être entretenu "au plus haut niveau" avec les Saoudiens, et ce "plus d'une fois", au sujet de Jamal Khashoggi, qui n'a plus donné signe de vie depuis qu'il est entré dans le consulat saoudien d'Istanbul le 2 octobre.

"Nous sommes très déçus de voir ce qui se passe. Nous n'aimons pas ça" et "nous voulons savoir ce qu'il se passe là-bas", a-t-il assuré.

"Ce ne serait pas une bonne chose du tout" si une implication des Saoudiens s'avérait, a-t-il dit tard dans la soirée à la chaîne Fox News.


La Maison Blanche a précisé que deux des plus proches conseillers du président, son gendre Jared Kushner et le responsable du conseil de Sécurité nationale John Bolton, avaient parlé mardi au prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane.

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a tenu à "réitérer" les demandes de Washington: "des détails" sur la disparition et "la transparence du gouvernement saoudien concernant l'enquête".

Des communications interceptées
Donald Trump a également dit être en contact avec la fiancée turque du journaliste, Hatice Cengiz, qui avait demandé son aide et celle de son épouse Melania pour "faire la lumière" sur cette affaire.

En parallèle, des sénateurs américains, républicains et démocrates, ont activé une loi qui oblige Donald Trump à rendre des conclusions sur ces faits au Congrès américain d'ici 120 jours.

S'il établit qu'un ressortissant étranger s'est rendu coupable d'une exécution sommaire, de torture ou d'autres atteintes aux droits de Jamal Khashoggi, alors Washington pourra imposer des sanctions contre cette ou ces personnes.

Selon le Washington Post, les services de renseignement américains avaient intercepté, avant sa disparition, des communications entre responsables saoudiens évoquant son enlèvement. "Les États-Unis n'avaient pas d'informations à l'avance sur la disparition de Jamal Khashoggi", ou d'éventuelles menaces, a répondu mercredi un porte-parole du département d'Etat américain, Robert

Le Royaume-Uni n'est pas en reste car Jeremy Hunt, ministre des Affaires étrangères, a déclaré: "Si ces allégations sont vraies, il y aura de graves conséquences car notre amitié et nos partenariats sont fondés sur des valeurs communes".

Enlevé ou assassiné ?

Selon la police turque, Jamal Khashoggi n'est jamais ressorti de la mission diplomatique, et des sources proches de l'enquête ont affirmé qu'il y avait été assassiné.

Mais certains médias ont évoqué mardi la possibilité qu'il ait été enlevé et emmené en Arabie saoudite.

Riyad a de son côté fermement démenti la thèse de l'assassinat, assurant que le journaliste avait bien quitté le consulat.

Dans des propos rapportés, tenus dans l'avion qui le ramenait de Hongrie en Turquie, le président turc Recep Tayyip Erdogan, a affiché son scepticisme: "Si un moustique sort (du consulat), leurs systèmes de caméras vont l'intercepter". "Cet incident s'est déroulé dans notre pays. Nous ne pouvons rester silencieux", a-t-il ajouté.

D'après des images de vidéosurveillance diffusées mercredi par des télévisions turques, ce critique du pouvoir de Riyad, qui écrit notamment pour le Washington Post, est entré le 2 octobre à 13h14 dans le consulat, où il avait rendez-vous pour des démarches administratives.

(..)

Les autorités turques ont obtenu mardi l'autorisation de fouiller le consulat saoudien, mais cette fouille n'a pas encore eu lieu.

Le journaliste saoudien s'était exilé en 2017 aux États-Unis, après être tombé en disgrâce à la cour du puissant Mohammed ben Salmane.

Dans une interview réalisée par la BBC trois jours avant sa disparition, Jamal Khashoggi affirmait ne pas avoir l'intention de revenir dans son pays, de crainte d'y être arrêté.


Bfm.tv
 
ould khadija

ould khadija

fédalien
Contributeur
Une affaire "Ben Barka" à la sauce saoudienne.
 
M

Marok19

VIB
en un mois y a eu 3 journalistes tués ou disparus dans des conditions plus que suspectes
 
31Toulousain

31Toulousain

Le régime saoudien est un régime dictatorial d’oppresseurs.

Alors que le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, disparu depuis le 2 octobre après s'être rendu au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul est toujours introuvable, et que la piste de son assassinat est évoquée par les autorités turques, Donald Trump a demandé des comptes à Riyad.

"Nous voulons savoir ce qu'il se passe". Donald Trump a réclamé mercredi des explications à l'Arabie saoudite sur le sort de Jamal Khashoggi, ce journaliste saoudien exilé aux Etats-Unis, et disparu depuis plus d'une semaine à Istanbul, après la révélation d'éléments accréditant la thèse de sa capture ou de son assassinat par des agents de son pays.


Washington demande de la "transparence" à Riyad

Le président des États-Unis a déclaré mercredi à la presse à Washington s'être entretenu "au plus haut niveau" avec les Saoudiens, et ce "plus d'une fois", au sujet de Jamal Khashoggi, qui n'a plus donné signe de vie depuis qu'il est entré dans le consulat saoudien d'Istanbul le 2 octobre.

"Nous sommes très déçus de voir ce qui se passe. Nous n'aimons pas ça" et "nous voulons savoir ce qu'il se passe là-bas", a-t-il assuré.

"Ce ne serait pas une bonne chose du tout" si une implication des Saoudiens s'avérait, a-t-il dit tard dans la soirée à la chaîne Fox News.


La Maison Blanche a précisé que deux des plus proches conseillers du président, son gendre Jared Kushner et le responsable du conseil de Sécurité nationale John Bolton, avaient parlé mardi au prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane.

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a tenu à "réitérer" les demandes de Washington: "des détails" sur la disparition et "la transparence du gouvernement saoudien concernant l'enquête".

Des communications interceptées
Donald Trump a également dit être en contact avec la fiancée turque du journaliste, Hatice Cengiz, qui avait demandé son aide et celle de son épouse Melania pour "faire la lumière" sur cette affaire.

En parallèle, des sénateurs américains, républicains et démocrates, ont activé une loi qui oblige Donald Trump à rendre des conclusions sur ces faits au Congrès américain d'ici 120 jours.

S'il établit qu'un ressortissant étranger s'est rendu coupable d'une exécution sommaire, de torture ou d'autres atteintes aux droits de Jamal Khashoggi, alors Washington pourra imposer des sanctions contre cette ou ces personnes.

Selon le Washington Post, les services de renseignement américains avaient intercepté, avant sa disparition, des communications entre responsables saoudiens évoquant son enlèvement. "Les États-Unis n'avaient pas d'informations à l'avance sur la disparition de Jamal Khashoggi", ou d'éventuelles menaces, a répondu mercredi un porte-parole du département d'Etat américain, Robert

Le Royaume-Uni n'est pas en reste car Jeremy Hunt, ministre des Affaires étrangères, a déclaré: "Si ces allégations sont vraies, il y aura de graves conséquences car notre amitié et nos partenariats sont fondés sur des valeurs communes".

Enlevé ou assassiné ?

Selon la police turque, Jamal Khashoggi n'est jamais ressorti de la mission diplomatique, et des sources proches de l'enquête ont affirmé qu'il y avait été assassiné.

Mais certains médias ont évoqué mardi la possibilité qu'il ait été enlevé et emmené en Arabie saoudite.

Riyad a de son côté fermement démenti la thèse de l'assassinat, assurant que le journaliste avait bien quitté le consulat.

Dans des propos rapportés, tenus dans l'avion qui le ramenait de Hongrie en Turquie, le président turc Recep Tayyip Erdogan, a affiché son scepticisme: "Si un moustique sort (du consulat), leurs systèmes de caméras vont l'intercepter". "Cet incident s'est déroulé dans notre pays. Nous ne pouvons rester silencieux", a-t-il ajouté.

D'après des images de vidéosurveillance diffusées mercredi par des télévisions turques, ce critique du pouvoir de Riyad, qui écrit notamment pour le Washington Post, est entré le 2 octobre à 13h14 dans le consulat, où il avait rendez-vous pour des démarches administratives.

(..)

Les autorités turques ont obtenu mardi l'autorisation de fouiller le consulat saoudien, mais cette fouille n'a pas encore eu lieu.

Le journaliste saoudien s'était exilé en 2017 aux États-Unis, après être tombé en disgrâce à la cour du puissant Mohammed ben Salmane.

Dans une interview réalisée par la BBC trois jours avant sa disparition, Jamal Khashoggi affirmait ne pas avoir l'intention de revenir dans son pays, de crainte d'y être arrêté.


Bfm.tv
 
alicemoitronkil

alicemoitronkil

Une affaire "Ben Barka" à la sauce saoudienne.
A la différence que je suis persuadé que Benbarka c t une bavure (un truc qui a mal tourné)... Par contre celui là... ils l'ont probablement tué, saigné, découpé, empaqueté, et exporté....

Mais tu verras les USA vont gueuler quelques semaines et puis ils trouveront un coupable monté de toutes pièces et on passe à autre chose....
 
Y

youssoufou

La bienveillante
VIB
Cette affaire intervient au moment ou Ryad s'apprête à accueillir un sommet économique en avant première " le "Future Investment Initiative", du 23 au 25 octobre.
 
misszara88

misszara88

Je suis la femme de Lee Dong-Wook
Waouh… faire de son consulat un lieu de torture et de meurtre, le type vient tranquille faire ses papiers et voilà comment il a fini… si cela se fait dans un consulat, ils auraient fait quoi dans leur territoire géographique! o_O

Bande de lâches...
 
31Toulousain

31Toulousain

oui c'est vrai ... tu penses qu'il y a une manip derrière tout ça ?
Cette affaire intervient au moment ou Ryad s'apprête à accueillir un sommet économique en avant première " le "Future Investment Initiative", du 23 au 25 octobre.
 
Y

youzarcif

VIB
c'était un guet apens , il paraît que tout à été prémédité , ce pauvre journaliste critiquait le régime dictatoriale de l'Arabie saoudite et on l'as sûrement suprimer pour ca , la roue tourne et ils payeront in ch'Allah
 
A

AncienMembre

Non connecté
Loin de moi l'idée de chercher à excuser l'Arabie Saoudite dans cette affaire. Je la porte pas dans mon cœur. Mais les États-Unis ont des prisons "secrète", sur le territoire Americain, qui echappent à tout contrôle légal, on sont emprisonnés et psychologiquement torturés des centaines de personnes. Dont Activistes Écologiques pacifistes (entre autres).

Mais bon, le comportement l'un n'excuse pas celui de l'autres so ...
 
31Toulousain

31Toulousain

je me demande si ce n'est pas en réalité un coup des américains avec les saoudiens comme exécutants comme ils l'ont toujours fait pour leurs maîtres américains
Loin de moi l'idée de chercher à excuser l'Arabie Saoudite dans cette affaire. Je la porte pas dans mon cœur. Mais les États-Unis ont des prisons "secrète", sur le territoire Americain, qui echappent à tout contrôle légal, on sont emprisonnés et psychologiquement torturés des centaines de personnes. Dont Activistes Écologiques pacifistes (entre autres).

Mais bon, le comportement l'un n'excuse pas celui de l'autres so ...
 
Y

youzarcif

VIB
En règles générales les peuples n'ont que les dirigeants qu'ils méritent....
ah oui ??! et en quoi ils seraient responsables de ce que les gouvernements appliquent comme dictature en imposant un peuple à un système social et économique corrompu en bafouant les droits des gens ?? qu'est ce qu'ils ont pu faire pour mériter ca et ne pas avoir les même droits que d'autres continents voisins en terme de justice et de droits civiques ??
 
Haut