• En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

À docours et dunedurif : le naturel selon cicéron

  • Initiateur de la discussion Ebion
  • Date de début
Ebion

Ebion

Grüsser
VIB
Bonjour :timide:

Voici un extrait du traité Des Devoirs de Cicéron où il donne sa vision de ce qui est naturel :

"""
Dépouiller autrui et augmenter ses aises aux dépens des autres, voilà qui est contraire à la nature, bien plus encore que la mort, la pauvreté, la douleur, que tous les accidents qui peuvent arriver à notre corps ou à nos bien extérieurs; car c'est là supprimer la vie commune et la société des hommes. Si nous sommes disposés à dépouiller et à léser autrui à notre profit, la société du genre humain, qui est par-dessus tout conforme à la nature, doit nécessairement se rompre. Si chaque membre avait le sentiment qu'il peut se bien porter en faisant passer en lui la santé du membre voisin, le corps tout entier s'affaiblirait et périrait nécessairement : de même, si chacun de nous tirait à lui tout ce qui sert aux autres et enlevait à chacun tout ce qu'il peut pour en tirer profit, la société et la communauté des hommes seraient nécessairement ruinées.

Que l'on préfère acquérir pour soi plutôt que pour les autres ce qui se rapporte à l'usage de la vie, je l'accorde et la nature n'y répugne pas; ce qu'elle ne peut souffrir, c'est que nous augmentions notre fortune, nos ressources, notre richesse avec les dépouilles des autres. Et ce n'est pas seulement la nature, c'est-à-dire le droit des gens, qui a établi qu'il n'est pas permis de nuire à autrui pour satisfaire son intérêt propre; les législations qui dans chaque cité règlent l'État en ont décidé de même : les lois en effet visent à garder intacte l'union des citoyens et elles répriment ceux qui la rompent en les punissant de mort, d'exil, de prison ou d'amende. Beaucoup plus efficace est la Raison naturelle, c'est-à-dire la loi divine et humaine : qui veut y obéir (et tous ceux qui veulent vivre conformément à la nature y obéiront) ne se laissera jamais aller à désirer le bien d'autrui et à prendre pour lui ce qu'il a enlevé à un autre.

L'élévation et la grandeur d'âme et aussi la douceur, la justice, la libéralité sont beaucoup plus conformes à la nature que le plaisir, la vie ou les richesses; mépriser tout cela, le tenir pour néant par rapport à l'intérêt général, voilà qui est d'une âme grande et élevée. Supporter les plus grands travaux et les plus grandes peines pour sauver ou secourir, si on le peut, toutes les nations à l'image d'Hercule que la tradition des hommes, en souvenir de ses bienfaits, a placé dans l'assemblée des dieux du ciel, c'est se conformer à la nature bien plus que vivre dans la solitude, fût-on non seulement sans soucis, mais même dans les plus grands plaisirs, maître d'abondantes ressources et excellant en beauté et en force : quand on a l'esprit supérieur et haut placé, on préfère de loin le premier genre de vie au second.

De là il résulte que l'homme, s'il obéit à la nature, ne peut être nuisible à l'homme. Quand on attente au droit d'autrui pour en tirer pour soi quelque avantage, c'est ou bien avec la pensée qu'il n'y a pas là un acte contre nature, ou bien parce que l'on croit qu'il vaut mieux éviter la mort, la pauvreté, la douleur, la perte de ses enfants, de ses proches, de ses amis, que le tort fait à un autre : s'il pense qu'il n'agit pas contre la nature en violant les droits d'autrui, à quoi bon discuter avec des gens qui enlèvent complètement à l'homme ce qui le fait homme.
"""

@Docours

@DuneDuRif
 
Ebion

Ebion

Grüsser
VIB
@etre2en1

@Takamine la phobosophe

@Cammix

@insouciants

@DKKRR

@danalacelte

@Hibou57

@Yoel1

:joueur:
 
Y

youssoufou

La bienveillante
VIB
Bonjour :timide:

Voici un extrait du traité Des Devoirs de Cicéron où il donne sa vision de ce qui est naturel :

"""
Dépouiller autrui et augmenter ses aises aux dépens des autres, voilà qui est contraire à la nature, bien plus encore que la mort, la pauvreté, la douleur, que tous les accidents qui peuvent arriver à notre corps ou à nos bien extérieurs; car c'est là supprimer la vie commune et la société des hommes. Si nous sommes disposés à dépouiller et à léser autrui à notre profit, la société du genre humain, qui est par-dessus tout conforme à la nature, doit nécessairement se rompre. Si chaque membre avait le sentiment qu'il peut se bien porter en faisant passer en lui la santé du membre voisin, le corps tout entier s'affaiblirait et périrait nécessairement : de même, si chacun de nous tirait à lui tout ce qui sert aux autres et enlevait à chacun tout ce qu'il peut pour en tirer profit, la société et la communauté des hommes seraient nécessairement ruinées.

Que l'on préfère acquérir pour soi plutôt que pour les autres ce qui se rapporte à l'usage de la vie, je l'accorde et la nature n'y répugne pas; ce qu'elle ne peut souffrir, c'est que nous augmentions notre fortune, nos ressources, notre richesse avec les dépouilles des autres. Et ce n'est pas seulement la nature, c'est-à-dire le droit des gens, qui a établi qu'il n'est pas permis de nuire à autrui pour satisfaire son intérêt propre; les législations qui dans chaque cité règlent l'État en ont décidé de même : les lois en effet visent à garder intacte l'union des citoyens et elles répriment ceux qui la rompent en les punissant de mort, d'exil, de prison ou d'amende. Beaucoup plus efficace est la Raison naturelle, c'est-à-dire la loi divine et humaine : qui veut y obéir (et tous ceux qui veulent vivre conformément à la nature y obéiront) ne se laissera jamais aller à désirer le bien d'autrui et à prendre pour lui ce qu'il a enlevé à un autre.

L'élévation et la grandeur d'âme et aussi la douceur, la justice, la libéralité sont beaucoup plus conformes à la nature que le plaisir, la vie ou les richesses; mépriser tout cela, le tenir pour néant par rapport à l'intérêt général, voilà qui est d'une âme grande et élevée. Supporter les plus grands travaux et les plus grandes peines pour sauver ou secourir, si on le peut, toutes les nations à l'image d'Hercule que la tradition des hommes, en souvenir de ses bienfaits, a placé dans l'assemblée des dieux du ciel, c'est se conformer à la nature bien plus que vivre dans la solitude, fût-on non seulement sans soucis, mais même dans les plus grands plaisirs, maître d'abondantes ressources et excellant en beauté et en force : quand on a l'esprit supérieur et haut placé, on préfère de loin le premier genre de vie au second.

De là il résulte que l'homme, s'il obéit à la nature, ne peut être nuisible à l'homme. Quand on attente au droit d'autrui pour en tirer pour soi quelque avantage, c'est ou bien avec la pensée qu'il n'y a pas là un acte contre nature, ou bien parce que l'on croit qu'il vaut mieux éviter la mort, la pauvreté, la douleur, la perte de ses enfants, de ses proches, de ses amis, que le tort fait à un autre : s'il pense qu'il n'agit pas contre la nature en violant les droits d'autrui, à quoi bon discuter avec des gens qui enlèvent complètement à l'homme ce qui le fait homme.
"""

@Docours

@DuneDuRif
Salam @Ebion

Merci pour cette discussion qui mérite réflexion :)

Pour que l'homme reste un homme il doit déjà commencer par respecter son prochain et cessez d'être un démon terrestre !!

La grandeur d'âme consiste pour commencer à être maître de soi même ! et pour cela la paix intérieure est primordiale ! et d'ailleurs ce n'est pas la taille qui fait la grandeur de l'homme mais plutôt la profondeur de son âme ! Pour être grand il faut d'abord savoir être petit donc en sachant maîtriser son humilité ainsi l'homme pourra se vanter d'avoir une grandeur d'âme dès lors qu'il arrivera à la même taille que son voisin ! et d'ailleurs dépasser autrui ne servira à rien d'autre qu'à espacer davantage nos différences !

Soyons égaux et cessons de marcher sur les autres ou alors marchons pieds nus !

Fi amanillah
 
Ebion

Ebion

Grüsser
VIB
Salam @Ebion

Merci pour cette discussion qui mérite réflexion :)

Pour que l'homme reste un homme il doit déjà commencer par respecter son prochain et cessez d'être un démon terrestre !!

La grandeur d'âme consiste pour commencer à être maître de soi même ! et pour cela la paix intérieure est primordiale ! et d'ailleurs ce n'est pas la taille qui fait la grandeur de l'homme mais plutôt la profondeur de son âme ! Pour être grand il faut d'abord savoir être petit donc en sachant maîtriser son humilité ainsi l'homme pourra se vanter d'avoir une grandeur d'âme dès lors qu'il arrivera à la même taille que son voisin ! et d'ailleurs dépasser autrui ne servira à rien d'autre qu'à espacer davantage nos différences !

Soyons égaux et cessons de marcher sur les autres ou alors marchons pieds nus !

Fi amanillah
Bonjour ya sahbti pure & pieuse youssoufou! :timide:

Je suis bien d'accord avec ce que tu dis, et surtout avec ça :

"Pour être grand il faut d'abord savoir être petit"

Un autre sage a dit que pour commander, il faut d'abord savoir obéir.

Ceux qui sont arrogants et qui se pensent meilleurs que les autres alors qu'ils connaissent pas grand-chose à la vie, comme ils nous sont insupportables!

Et oui l'enjeu est effectivement d'être humain et non d'être démoniaque! Il faut qu'on honore notre qualité d'humain en se conduisant noblement et non de façon vicieuse et mesquine!
 
M

majid10

Bonjour :timide:

Voici un extrait du traité Des Devoirs de Cicéron où il donne sa vision de ce qui est naturel :

"""
Dépouiller autrui et augmenter ses aises aux dépens des autres, voilà qui est contraire à la nature, bien plus encore que la mort, la pauvreté, la douleur, que tous les accidents qui peuvent arriver à notre corps ou à nos bien extérieurs; car c'est là supprimer la vie commune et la société des hommes. Si nous sommes disposés à dépouiller et à léser autrui à notre profit, la société du genre humain, qui est par-dessus tout conforme à la nature, doit nécessairement se rompre. Si chaque membre avait le sentiment qu'il peut se bien porter en faisant passer en lui la santé du membre voisin, le corps tout entier s'affaiblirait et périrait nécessairement : de même, si chacun de nous tirait à lui tout ce qui sert aux autres et enlevait à chacun tout ce qu'il peut pour en tirer profit, la société et la communauté des hommes seraient nécessairement ruinées.

Que l'on préfère acquérir pour soi plutôt que pour les autres ce qui se rapporte à l'usage de la vie, je l'accorde et la nature n'y répugne pas; ce qu'elle ne peut souffrir, c'est que nous augmentions notre fortune, nos ressources, notre richesse avec les dépouilles des autres. Et ce n'est pas seulement la nature, c'est-à-dire le droit des gens, qui a établi qu'il n'est pas permis de nuire à autrui pour satisfaire son intérêt propre; les législations qui dans chaque cité règlent l'État en ont décidé de même : les lois en effet visent à garder intacte l'union des citoyens et elles répriment ceux qui la rompent en les punissant de mort, d'exil, de prison ou d'amende. Beaucoup plus efficace est la Raison naturelle, c'est-à-dire la loi divine et humaine : qui veut y obéir (et tous ceux qui veulent vivre conformément à la nature y obéiront) ne se laissera jamais aller à désirer le bien d'autrui et à prendre pour lui ce qu'il a enlevé à un autre.

L'élévation et la grandeur d'âme et aussi la douceur, la justice, la libéralité sont beaucoup plus conformes à la nature que le plaisir, la vie ou les richesses; mépriser tout cela, le tenir pour néant par rapport à l'intérêt général, voilà qui est d'une âme grande et élevée. Supporter les plus grands travaux et les plus grandes peines pour sauver ou secourir, si on le peut, toutes les nations à l'image d'Hercule que la tradition des hommes, en souvenir de ses bienfaits, a placé dans l'assemblée des dieux du ciel, c'est se conformer à la nature bien plus que vivre dans la solitude, fût-on non seulement sans soucis, mais même dans les plus grands plaisirs, maître d'abondantes ressources et excellant en beauté et en force : quand on a l'esprit supérieur et haut placé, on préfère de loin le premier genre de vie au second.

De là il résulte que l'homme, s'il obéit à la nature, ne peut être nuisible à l'homme. Quand on attente au droit d'autrui pour en tirer pour soi quelque avantage, c'est ou bien avec la pensée qu'il n'y a pas là un acte contre nature, ou bien parce que l'on croit qu'il vaut mieux éviter la mort, la pauvreté, la douleur, la perte de ses enfants, de ses proches, de ses amis, que le tort fait à un autre : s'il pense qu'il n'agit pas contre la nature en violant les droits d'autrui, à quoi bon discuter avec des gens qui enlèvent complètement à l'homme ce qui le fait homme.
"""

@Docours

@DuneDuRif
le systeme capitaliste dans lequel nous vivons n aime pas ce que tu dis la
 
Y

youssoufou

La bienveillante
VIB
Bonjour ya sahbti pure & pieuse youssoufou! :timide:

Je suis bien d'accord avec ce que tu dis, et surtout avec ça :

"Pour être grand il faut d'abord savoir être petit"

Un autre sage a dit que pour commander, il faut d'abord savoir obéir.

Ceux qui sont arrogants et qui se pensent meilleurs que les autres alors qu'ils connaissent pas grand-chose à la vie, comme ils nous sont insupportables!

Et oui l'enjeu est effectivement d'être humain et non d'être démoniaque! Il faut qu'on honore notre qualité d'humain en se conduisant noblement et non de façon vicieuse et mesquine!
Salam @Ebion
Je te rejoins dans ton analyse très juste on obtient le respect des autres en se respectant soi même et l amour de ton prochain c est ce qu' il y a de plus beau et magique en nous! Merci encore d avoir lancé cette belle discussion à la hauteur de ta grandeur d âme !
 
Y

youssoufou

La bienveillante
VIB
Bonjour ya sahbti pure & pieuse youssoufou! :timide:

Je suis bien d'accord avec ce que tu dis, et surtout avec ça :

"Pour être grand il faut d'abord savoir être petit"

Un autre sage a dit que pour commander, il faut d'abord savoir obéir.

Ceux qui sont arrogants et qui se pensent meilleurs que les autres alors qu'ils connaissent pas grand-chose à la vie, comme ils nous sont insupportables!

Et oui l'enjeu est effectivement d'être humain et non d'être démoniaque! Il faut qu'on honore notre qualité d'humain en se conduisant noblement et non de façon vicieuse et mesquine!
L arrogance de l homme ne le mènera nul part à part à sa perte
 
Dernière édition:
Ebion

Ebion

Grüsser
VIB
Salam @Ebion
Je te rejoins dans ton analyse très juste on obtient le respect des autres en se respectant soi même et l amour de ton prochain c est ce qu' il y a de plus beau et magique en nous! Merci encore d avoir lancé cette belle discussion à la hauteur de ta grandeur d âme !
Bonjour,

Oui on peut se respecter, mais il faut pouvoir faire son autocritique. Reconnaître que certains de nos gestes, nos fautes, n’ont pas été respectables. Cela devrait nous rendre prudent et modeste quand on se compare aux autres et qu’il faut leur faire des reproches.
 
Y

youssoufou

La bienveillante
VIB
Bonjour,

Oui on peut se respecter, mais il faut pouvoir faire son autocritique. Reconnaître que certains de nos gestes, nos fautes, n’ont pas été respectables. Cela devrait nous rendre prudent et modeste quand on se compare aux autres et qu’il faut leur faire des reproches.
Reconnaître ses erreurs c est avancer @Ebion mais il y a longtemps que l homme recule !
 
Y

youssoufou

La bienveillante
VIB
Bonjour,

Oui on peut se respecter, mais il faut pouvoir faire son autocritique. Reconnaître que certains de nos gestes, nos fautes, n’ont pas été respectables. Cela devrait nous rendre prudent et modeste quand on se compare aux autres et qu’il faut leur faire des reproches.
Personne n est parfait même pas nous :(
 
Y

youssoufou

La bienveillante
VIB
je comprend , c'est un texte qui ressemble a un idéal marxiste où la richesse personnelle serait proscrite ...je note aussi que pas "société" sans châtiments

@Ebion ma pauvre réponse :(
Mais non elle n est pas pauvre ta réponse :D
 
Ebion

Ebion

Grüsser
VIB
je comprend , c'est un texte qui ressemble a un idéal marxiste où la richesse personnelle serait proscrite ...je note aussi que pas "société" sans châtiments

@Ebion ma pauvre réponse :(
Bonjour,

Mais un bourgeois a tout autant l’impression qu’on lui vole son bien par l’impôt et qu’on le redistribue à ceux qui ont moins de mérites que lui et qui peuvent moins le faire fructifier.

C’est drôle, quand j’ai lu cet extrait, j’ai plutôt pensé que Cicéron aurait été de droite. Mais ta lecture pourrait aussi se tenir.
 
Haut