• En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

Il échappe à la guerre en syrie et perd un œil lors d'une manifestation

  • Initiateur de la discussion marsvenus
  • Date de début
M

marsvenus

Ses parents avaient fui la Syrie pour gagner le Liban, puis la France. Cruelle ironie du sort, c'est dans ce pays qu'il croyait sûr que Mohammad, 15 ans, s'est retrouvé mutilé en marge d'une manifestation de «gilets jaunes». «J'ai fui la guerre en Syrie et voilà, je perds mon oeil», résume avec fatalisme cet adolescent timide, rencontré par l'AFP à son domicile stéphanois.

Aîné d'une famille de trois enfants arrivée en France en mai 2018, Mohammad explique s'être trouvé mêlé malgré lui à des manifestants poursuivis par la police, le samedi 12 janvier, dans le centre de Saint-Étienne. C'est alors que selon lui une munition en caoutchouc tirée par un lanceur de balle de défense (LBD) lui a fait perdre définitivement l'usage de l’œil droit.

«Il est évident qu'il ne fait pas partie des jeunes qui se mêlent parfois aux manifestations de 'gilets jaunes'», affirme son avocate. Me Solange Viallard-Valézy est catégorique: Mohammad «observait l'agitation autour de lui lorsqu'un tir de LBD l'a atteint». «Le fait que son incroyable histoire soit entendue par la justice et les médias lui fait du bien. Cela lui redonne le moral», estime-t-elle.

 
belgika

belgika

Et après l'espoir....
Comme certains passants français,non manifestants (et qui ont été aussi malmenés,blessés,par des policiers)tu ne leur demande pas ce qu'ils foutaient là ?

il accompagnait son père pour faire des courses lis l'article


Qu'est-ce qu'il foutait là ?
 
Marbeldano

Marbeldano

VIB
Bladinaute averti
Comme certains passants français,non manifestants (et qui ont été aussi malmenés,blessés,par des policiers)tu ne leur demande pas ce qu'ils foutaient là ?

il accompagnait son père pour faire des courses lis l'article
C'est ce qu'il dit pour sa défense, je ne suis pas obligé de croire aveuglément ce que ce garçon raconte.
 
Haut