La femme en Islam

[color=0000FF]Aspect spirituel [/color]

Le Coran énonce clairement que les hommes et les femmes sont de même nature spirituelle et humaine. Les deux ont reçu le “souffle divin” qui leur a donné de la dignité et a fait d’eux les gérants de Dieu sur la terre. La femme n’est pas blâmée pour la “chute de l’homme”. La grossesse et l’accouchement sont donnés comme des raisons supplémentaires pour aimer et apprécier les femmes et non comme punition pour “avoir mangé de l’arbre interdit”. L’homme et la femme ont des devoirs et des responsabilités comparables et les deux font face aux conséquences pour leurs décisions et de leurs actions morales. Nulle part le Coran ne mentionne que les “hommes sont supérieurs aux femmes”, à moins que le texte du Coran n’ait été pauvrement traduit en français. Le Coran indique clairement que la seule base de supériorité est la piété et la droiture, non le genre, la race, la couleur ou la richesse.

[color=0000FF]2. Aspect économique [/color]

La loi islamique sauvegarde les droits des femmes avant et après le mariage. En fait, la femme reçoit une plus grande sécurité financière que l’homme. Elle a droit au plein montant de son cadeau de mariage. Elle a le droit de garder toutes les propriétés présentes ou futures et un revenu pour sa propre sécurité. Pendant ce temps, elle a droit à toute l’aide financière avant, pendant et après le mariage, sans égard à sa richesse personnelle. Les droits additionnels incluent l’aide pendant la “période d’attente” en cas de divorce et l’aide pour l’enfant. Cette aide garantie à toutes les étapes de sa vie, constitue des avantages financiers sur les hommes, équilibrés partiellement par la moindre part d’héritage qui lui revient. La femme dispose seule de l’usufruit de son travail éventuel, tandis que l’homme a le devoir d’entretenir et subvenir aux multiples besoins de sa famille.

[color=0000FF]3. Aspect social [/color]

1. En tant que fille: Le Coran blâme l’attitude de certains parents qui tendent à favoriser leurs fils. Il prescrit le devoir d’aider et de montrer de la gentillesse et de la justice envers les filles.

L’éducation des filles n’est pas seulement un droit mais un devoir pour tous les musulmans, hommes et femmes. Une fille a le droit d’accepter ou de rejeter des propositions de mariage. Le mariage forcé sans le consentement mutuel est invalide selon les enseignements du Prophète Mohammad (Paix et Bénédiction sur lui) .

2. En tant qu’épouse: L’opinion de l’Islam sur le mariage est exprimée dans le verset suivant du Coran: “Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l’affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent” (Sourate 30, verset 21)


La norme du mariage dans l’Islam est la monogamie. Cependant, comme plusieurs peuples et religions incluant les prophètes de la Bible, l’Islam a permis la polygamie, déjà existante (polygynie), mais il la règule et la restreint. Elle n’est ni exigée ni encouragée. L’esprit de la loi est de prendre des mesures concernant les événements imprévus des personnes et de la collectivité (par exemple, les déséquilibres créés par les guerres) et de fournir une solution morale, pratique et humaine aux veuves et aux orphelins. Ceci peut expliquer pourquoi le verset qui règle la polygamie a été révélé après la guerre d’Ohod, dans laquelle des douzaines de musulmans furent tués, laissant derrière eux des veuves et des orphelins dans le besoin. Tous les intéressés impliqués dans un mariage polygame ont des options. Une femme ne peut être forcée à devenir une seconde épouse. La première femme qui n’accepte pas une situation de polygamie a le droit de demander le divorce.

La responsabilité du mari sur l’entretien, la protection et la direction de la famille, en général, dans l’esprit de la consultation et de la gentillesse, est la signification du terme coranique “Qawwamoune”(Sourate 4 v.34). Ce terme est souvent mal traduit par “qui a de l’autorité sur les femmes”. De la même façon Dieu a doté les hommes et les femmes de qualités physiologiques et autres, différentes et complémentaires mais également importantes. Ceci mène à certains rôles et devoirs différents mais complémentaires à l’intérieur de la cellule familiale. C’est ce à quoi le Coran réfère par le terme “(fad’)darâdja” (Sourate 2 v.228), souvent mal traduit comme “parce que Dieu l’a fait supérieur à l’autre”. Cette différenciation se retrouve strictement dans les rôles, non dans le statut ou l’honneur.

Dans le cas d’une dispute familiale, le Coran exhorte le mari à traiter sa femme gentiment et à ne pas négliger ses côtés positifs. Si le problème est relié au comportement de la femme, son mari peut la rappeler à la raison. Dans la plupart des cas, cette mesure suffit. Dans les cas où le problème continue, le mari peut exprimer son mécontentement d’une autre façon pacifique, soit en dormant dans un lit séparé du sien. Cependant, il y a des cas où la femme persiste à maltraiter de façon délibérée son mari et néglige ses obligations conjugales. Au lieu du divorce, le mari peut avoir recours à une autre mesure qui peut sauver son mariage, du moins dans certains cas. Cette mesure est décrite plus précisément comme étant une petite tape sur le corps, mais jamais sur le visage, ce qui est plus une mesure symbolique que punitive. La loi islamique a bien précisé qu’avoir recours à cette mesure extrême et exceptionnelle considérée comme le moindre de deux maux (l’autre étant le divorce), est sujet à des restrictions explicites. Elle ne doit pas être sévère au point de causer des blessures ou même de laisser une marque sur le corps. Les lois américaines ou européennes contemporaines ne considèrent pas une tape légère qui ne laisse aucune marque sur le corps comme un abus physique. C’est la même définition qu’ont donnée les juristes musulmans il y a plus de 1400 ans. Dans plusieurs paroles, le Prophète a découragé son utilisation, aussi légère soit-elle. “Ne frappez jamais les servantes de Dieu (les femmes)” a dit le Prophète, qui a démontré cette noblesse dans sa propre vie conjugale.

Il s’ensuit que lorsque cette question est ramenée dans son contexte, elle n’a rien à voir au fait de sanctionner “l’abus” ou “la violence conjugale” qui est, malheureusement, répandu dans un pays tel que les États-Unis où toutes les 10 secondes une femme est battue et chaque jour quatre femmes sont tuées par leurs conjoints, ce qui fait de la violence conjugale la cause du tiers environ des meurtres commis sur les femmes aux États-Unis (1993).

Dans tous les cas, les musulmans qui passent outre les enseignements de leur foi et commettent des excès doivent être condamnés; comme tous les autres transgresseurs, sans distinction de religions. L’affirmation erronée que les excès commis par certains musulmans peuvent être mentionnés dans un des versets parmi les 114 sourates du Coran n’est pas plus vraie que d’affirmer que la violence qui sévit contre les femmes aux États-Unis peut être retrouvée dans la Bible.

En répétant l’exhortation coranique sur le bon traitement envers les femmes, le Prophète Mohammad (Paix et Bénédiction sur lui) a clairement énoncé que “les meilleurs d’entre vous sont les meilleurs (dans leur conduite) envers leur famille et je suis le meilleur d’entre vous (dans ma conduite) envers ma famille”. C’est l’exemple à suivre pour le croyant sincère qui veut dépasser les paroles, et le simple habit extérieur de piété, pour puiser directement ses vertus dans le Coran et la Sounnah (habitudes du prophète).

Les formes de dissolution du mariage incluent forcément un accord mutuel entre le mari et la femme, si l’on se réfère à la sourate “Talâk” (divorce) du Coran (S.65:1-7 ou S.2:226/30, qui spécifient les différentes étapes d’un divorce); de même dans les hadiths. Le divorce est à l’initiative du mari, en général, mais peut-être l’initiative de la femme dans certains cas, voire, la décision d’un conseil sur l’initiative de la femme. Il est notable que malgré cette facilité apparente, les taux de divorces dans les sociétés musulmanes sont très inférieurs à ceux du monde occidental, car il faut situer cette “facilité” dans la perspective de la cohérence de l’ensemble du message coranique.
La garde des enfants après le divorce, selon la loi islamique, est le droit de la mère jusqu’à ce que l’enfant soit âgé d’environ sept ans, moment où l’enfant peut choisir le parent avec lequel il veut vivre. Toutefois, le principe directeur qui prévaut réside dans le bien-être de l’enfant et le droit des deux parents à avoir accès à leurs enfants.

3. En tant que mère: Le Coran prescrit la gentillesse envers les parents, particulièrement les mères. Les musulmans apprennent que “le Paradis se trouve aux pieds des mères”.

4. En tant que soeur dans la foi: Le Prophète a recommandé la gentillesse, l’attention et le respect des femmes en général car elles sont les soeurs des hommes.

5. Au sujet de la modestie et des interactions sociales: Il y a aujourd’hui un large fossé entre l’idéal (loi islamique) et la réalité (pratiques culturelles). L’extrémisme, dans un sens ou dans un autre, est étranger à l’esprit de la loi islamique et peut refléter de simples pratiques culturelles. Les musulmans croient en une ligne directrice d’essence divine pour la modestie et la vertu se traduisant dans l’habillement et le comportement des hommes et des femmes. Le retrait de la femme dans certaines cultures est étranger à la pratique du Prophète. Des interprétations excessivement strictes faites par des savants dans certaines cultures minoritaires conservatrices (par exemple, les restrictions quant à l’interdiction pour les femmes de conduire) sont le reflet de l’influence de ces cultures conservatrices et non une compréhension généralement acceptée de la grande majorité des savants musulmans à travers le monde. L’Islam n’interdit pas la mixité sous deux conditions principales: a) observation d’un devoir de réserve et de pudeur mutuel; b) ils ne doivent pas être seuls (tête à tête).

L’Islam n’interdit pas la liberté, mais le libertinage, et ce, à l’homme et à la femme. Si la femme a le devoir de pudeur devant l’homme, ainsi de même, l’homme a la même obligation face à la femme. Point de discrimination.


[color=0000FF]4. Aspect légal et politique [/color]

Les hommes et les femmes sont égaux devant la loi et les tribunaux. Les changements dans le nombre de témoins, hommes et femmes, dans les tribunaux ne figurent dans le Coran que dans le contexte des contrats financiers. Le but est d’établir l’exactitude du témoignage, dans un cadre donné et auquel les femmes peuvent ne pas avoir été exposées ou être expérimentées en matières commerciales. Le juge peut cependant décider d’assurer la justice sans égard au sexe des témoins.

[color=0000FF]CONCLUSION[/color]

L’Islam a été la première culture à admettre la totale indépendance financière de la femme, à lui accorder des droits codifiés, que même certaines parties de l’Europe d’aujourd’hui leur refuse (le vote par ex.). Les musulmanes constituent en gros la moitié de la Oummah. Dieu, dans sa Sagesse, n’a pas attendu que d’autres dessinent pour elles les plans de leur libération. En Islam, chacun est responsable de ses actes et devra en répondre devant Dieu. Les musulmans font acte d’Islam non par foi aveugle, mais par acceptation de la cohérence de l’ensemble des principes de Dieu dans le Coran, et l’exemple du prophète, car il faut restituer le problème dans ce cadre et nul autre.

“Le plus parfait des croyants est celui qui a la meilleure conduite . Les meilleurs d’entre vous sont ceux qui sont les meilleurs avec leurs femmes“Hadith (Tirmizi)

Ainsi parla le prophète de Dieu, Mohammad :saws: (Paix et Bénédiction Sur Lui) .
 

Elyssa

...élitiste
VIB
Ouday,

Merci pour cet exposé. Il est clair que l'islam reste une religion d'équilibre sur tous les aspects. L'exemple des rôles et responsabilités de la femme et de l'homme en est le plus frappant.

Toutefois, et au delà de la question de la femme, je remarque toujours ce fossé insurmontable entre les enseignements et la pratique, chose valable pour d'autres religions et pour d'autres domaines que le religieux.
Là dessus, je pense que le bon sens s'accorderait à dire qu'on patauge avec la parole de Dieu. Mal compréhension de quelques versets, intérprétations divergentes selon les écoles et les courants, des textes de lois inadaptés et j'en passe.

Je voudrais revenir que l'idée de la polygamie, laquelle tu dis dessus, que le verset a été révélé aprés la bataille de l'Ohod. Le fait d'avancer que la polygamie est rendu licite pour protéger les orphelins et les veuves me paraît trop tirés par les cheuveux. Cette pratique était fortement ancré dans les tribus d'arabie et encore plus dans la Chine bien avant l'arrivé de l'islam, elle a été rendue licite mais reste trés limitée, car tributaire de la notion de justice....

Bref, le sujet est bien long, et moi je suis bien fatiguée ;-)
 

Elyssa

...élitiste
VIB
Ahlane :)

Tu connais mon allergie des livres tout fait par des "savants" ... Pour la polygamie, le sujet a été longtemps débattu là ou tu sais, et même la superbe analyse de teyib que tu admirais tant ne m'a pas trop satisfaite.

Ceci dit, je ne dis pas que cette pratique n'a pas de sens, je dis simplement qu'elle a moins de sens qu'elle en avait il y a des siècles...
 
ssalam
choukrane pour le rappel sur les droits et devoirs de la femme par contre l'interprétation de "qawamoune" n'est pas très claire car pour moi cela veut dire fort,supérieur
de+ le fait de refuser la polygamie n'est pas une raison valable pour divorcer!
 
le respect de la femme est une chose importante en islam mais c'est une chose qui doit etre importante dans les esprits de chacun la femme est l'egale de l'homme le respect doit etre mutuel
 
salam : )

A vrai dire , je ne conçois pas un islam sans savant, même avec leur défaut.
Les sages femmes , c'est bien, mais je préfère la gynéco :).

Il me semble qu'il est important d'écouter les avis émis par les savants sur des sujets touchant de près ou de loin à des interdits , permissions ou obligations, évocations,... clairement évoqués dans le Coran.
C'est la raison qui le dicte : ).

Et puis tu sais , j'ai pas le choix , le livre est ma seule source d'apprentissage : ).

C'est un tord de "zapper" le raisonnement de Mohamad hamidulah (paix à son âme) , et je t'invite malgré tout à le lire , ce d'autant que son raisonnement va +/- moins dans le sens de ce en quoi tu crois, ou plutôt devrais je dire dans le sens de ce en quoi je crois que tu crois : ).

En ce qui concerne mon grand frère Teyib, j'avoue qu'il a déliré sur le coup de la polygamie , mais en même temps , tu dois bien admettre que son délire était plaisant et aurait pu l'être davantage s'il avait eu plus de temps devant lui.

J'avais surtout apprécié son analyse sur le mariage du prophète :saws: avec Aicha ra , ainsi que celle dans laquelle il parle d'esclavage et enfin j'ai adoré le débat vers lequel il m'avait renvoyé et qui faisait plus de 50 pages que j'ai soigneusement gardée chez moi , bref un régal pour les amateurs de débats sans faux fuyants : ).

salam
 

Caramielle

Bladinette Pervertie
ouday a écrit :
Nulle part le Coran ne mentionne que les “hommes sont supérieurs aux femmes”
. Si le problème est relié au comportement de la femme, son mari peut la rappeler à la raison. Dans la plupart des cas, cette mesure suffit. Dans les cas où le problème continue, le mari peut exprimer son mécontentement d’une autre façon pacifique, soit en dormant dans un lit séparé du sien. Cependant, il y a des cas où la femme persiste à maltraiter de façon délibérée son mari et néglige ses obligations conjugales. Au lieu du divorce, le mari peut avoir recours à une autre mesure qui peut sauver son mariage, du moins dans certains cas. Cette mesure est décrite plus précisément comme étant une petite tape sur le corps, mais jamais sur le visage, ce qui est plus une mesure symbolique que punitive. La loi islamique a bien précisé qu’avoir recours à cette mesure extrême et exceptionnelle considérée comme le moindre de deux maux (l’autre étant le divorce), est sujet à des restrictions explicites. Elle ne doit pas être sévère au point de causer des blessures ou même de laisser une marque sur le corps.
Résumons la situation ( si possible)
Alors, les hommes et les femmes sont égaux.
L homme a le droit de donner une petite tape " symbolique " à sa femme si elle est en faute.
la question qui me turlupine depuis le début est : est ce que la femme peut donner une tape d' intensité équivalente, si celui ci est en faute ?????
je n ai rien d autre à dire pour le moment.
 

Elyssa

...élitiste
VIB
Mohamed,

Je n'ai pas dit que je concevais un islam sans savant (à ce propos, la citation du Procès est de bel ordre :) ).

L'islam sans savoir n'est rien, ou plutôt est égarement, ce que je dis pour ma part, et que sur les questions litigieuses où le coran a tranché (la cas de la polygamie est un exemple entre autres) le tout est d'accepeter les versets car ils sont les plus pertinents, la lecture de savants pour comprendre pourquoi la polygamie? ne m'avancerai pas à grand chose, si ce n'est une découverte d'autres idées et thèses. Ce que la raison dicte le dicte pour tous.

En gros, je vais chez le dermatologue si j'ai un problème de peau et non chez le gynéco ;-)

Je ne sais pas ce que nous propose M. Hamidulah, mais si ses idées sont comme tu le penses, proches de ce que je pense, est bien je vois encore moins l'utilité de le lire :)

Pour teyib, il faut avouer qu'il cherchait ses idées dans un autre monde, ce que je trouvais trés agréable ;-)

PS: Quel débat faisais plus de 50 pages?
 
Résumons la situation ( si possible)
Alors, les hommes et les femmes sont égaux.
L homme a le droit de donner une petite tape " symbolique " à sa femme si elle est en faute.
la question qui me turlupine depuis le début est : est ce que la femme peut donner une tape d' intensité équivalente, si celui ci est en faute ?????
je n ai rien d autre à dire pour le moment.
L'islam est là pour prévenir les abus et sauf cas exceptionnel , la violence dans un couple s'exerce surtout dans le sens homme / femme.
Notre religion a donc eu la sagesse d'appeler l'homme à plus de retenu envers sa femme,appel qu'elle ne réitère pas dans le sens inverse ;-).

Elyssa

J'ai bien dit +/- en accord avec toi : ).

Pour ce qui est du fameux débat, il se trouvait en ligne dans un portail consacré à la littérature mais j'ai égaré l'adresse .

salam
 
Un proverbe ancien dit qd une porte laisse entrer le froid on la ferme ... Or le statut de la femme continue à être subalterne dans toutes les sociétés dites musulmanes.
La position de la femme dans le monde musulman est plus que discutable. Cela fait de 14 siecles qu'elle subit. Il est imperatif que nos savants tranchent une fois pour toute. et reconnaisent et penalisent siginificativement tous ces abus. et cassent cette impunité masculine qui deborde. Un signe fort est à donner. tant que des soit disants musulmans continuent à executer des jeunes filles pour des fautes mineures, continuent à violenter impuniment leur epouses L'islam dans sa globalité continuera à en porter la responsabilité et autant de descredit.
Si le coran et le Hadith sont clairs qd aux droits et devoirs des femmes, ils sont restés à l'initiative de l'homme qui par egoisme ou par ignorance en a fait la lecture seculaire qu'on connait. et aucune autorité religieuse n'a donné raison à cette femme.
de ces pays plus proches des terres saintes jusqu'a nos contrées la femme est humiliée. Et si les ulamas ne peuvent faire evoluer la lecture faite du texte sacré, alors il faudra y remedier dans la legislation civile qui completera ce texte. Une chose est sûre il faudra en passer là. :-?
 
la violence contre les femmes est le mauvais lot de toutes les sociétés.
J'avais lu que 6.6% des femmes anglaises ont admit être des femmes battues.
Donc , de grâce, ne trouvons pas de faux prétexte pour imposer un corps étrangers aux pays musulmans.

A propos de fermer la porte :) , si tu veux guérir la société des maux décriés , faut tuer tous les hommes :).

Salam
 
Une femme battue en europe peut aller voir la police est on la protege et l'arsenal legislatif pour ce faire existe .. imagine la même scene dans un commissariat de quartier au Bled .. pffff c sont mari et il a le droit de la taper ... nous ne pouvons entrer un Homme et son epouse....etc..


desolé Mais le status subalterne de la femme est codifier dans la legislation islamique des pays musulmans ce n'est plus le cas dans les pays europeens... l'alienation de la femme au bon vouloir de son mari est loin d'être chose etrangere les textes même que tu avances le prouvent ..( ils ne sont qu'a l'intention de l'Homme qui est toujours dans la position de Fa3il et la femme Maf3oulon biha )


 
Il est de notoriété public que les femmes battues ne vont pas voir les flics , d'ailleurs ces derniers débarquent surtout à la suite de dénonciation du voisin(quant il est courageux).

Dans les pays musulmans , le problème est autre , la misère , l'abandon de nos valeurs morales et ou religieuses (d'ailleurs vos réactions dans le fil consacré à la polygamie prouvent que vous admettez cet état des lieux) font qu'on a une police ou une autorité qui ne remplie pas du tout sa fonction.
La législation draconienne peut tout aussi bien être la charia et il est évident qu'elle ne s'impose pas sans une éducation préalable et sans l'accord des masses.

D'ailleurs ce qui est valable pour la charia l'est tout autant pour d'autres valeurs , demandes aux irakiens qui découvrent les bienfaits de la liberté et de la démocratie.

Au Maroc on a mieux que la police , du moins dans les régions conservatrice du pays.

Dans le Rif par exemple , si un homme a le culot de lever la main sur sa femme , c'est tout le clan de la femme qui se retrouve à ses trousses.

Tu me diras que comme système , il y a mieux et tu auras sans doute raison mais saches à ce moment que la charia qui fut appliquée par Abdelkrim Khatabi durant 3 ans a contribué a éliminer ces faits désastreux.
Il y eut sous son règne un cas , celui d'un homme qui avait tué son épouse .
Il fut condamné à mort et la paix civil fut sauvegardé.

Non le texte ci dessus n'est pas abusé comme le dit si bien Muhamad hamidulah (paix à son âme)

L'islam a légiféré d'après l'homme moyen , et laissé une élasticité réaliste.


Moi aussi hamid , je rêve debout , je le sais .

salam
 
Mohamad,

Je crois rever aussi quand je te lis au sujet de ta maniere à démontrer que l’islam insiste pour tempérer l’impulsivité de l’homme envers la femme. Mais n’eut été pas mieux tout simplement de bannir completement le chatiment corporel si d’une tape soit-elle comme dans n’importe quel pays civilisé qui le préconise.
Je n’ai aucun parti pris pour tel ou autre systeme de mouvance idéologique ou religieuse c’est à dire que je peux trouver autant de critiques meprisable à l’encontre de l’islam, du puritanisme capitaliste américain ou encore des démocraties sociales européennes.
On le sait tres bien que dans la majorité des querelles entre couple, l’homme utilise plus la force et ce importe peu la géographie ou le statut social des individus.

Autre point que tu as soulevé dont tu approuvais que l’usage de l’islam fut bien utilisé pour les redresseurs de tort comme pour des communautés tres conservatrices ou perfides. Pour te dire aussi que la dictature elle aussi a fait du bon boulot au moment opportun mais il est venu maintenant de mieux voir l’avenir avec de vraies libertés de tout faire et de tous dire pour le bien de tous.
Les conquetes enrichissent les peuples et sans ces conquetes faisant office de soupape de sureté, les systemes archaiques etouffes les libertés. Voilà ce qu’est devenu l’islam d’apres tout ce temps passé.

Je termine en disant que l’islam a un comportement macho du fait qu’elle passe par l’homme pour soit disant regler tous litiges dans un couple.


 

Elyssa

...élitiste
VIB
mego, h_meo, Mohamed,

Je pense qu'au fond vous êtes tous les 3 d'accord, même si les tons laisse entendre le contraire.Drôle d'ailleurs de retrouver plus les hommes sur ce sujet
Tout le monde est aujourd'hui conscient que la femme dans les sociètés musulmanes mais aussi dans les sociètés occidentales souffre énormément.
Tout le monde reconnaît que la seule façon de reéquilibrer la balance est une législation claire mais surtout pratique.
Tout le monde s'accorde à dire que les hommes pervertissent en quelque sorte les ordres de Dieu, et que l'islam est innocent de cela, mais que cette religion continuera a être pointé comme responsable.

Pour ce qui est de la femme occidentale, et bien pour beaucoup, la liberté et les droits qu'elles ont sont garants de sa situation.
Mais à choisir, je préfère la pudeur de la femme musulmane.

Par contre, je relève l'idée de mego pour lui demander de mieux l'exposer, de l'illuster ...
Je termine en disant que l’islam a un comportement macho du fait qu’elle passe par l’homme pour soit disant regler tous litiges dans un couple.
Bien à vous! Messieurs!
 
Salam aleikum

Que la paix soit sur tous les êtres sans exceptions , que la paix ne passe pas par la spoliation des droits de 80 % des habitants de notre mère la terre.

Les "droits" de la femme ou l'apparence du droit est en avance là ou les richesses s'accumulent. Et qui vous dira d'ou viennent ces richesses? Et qui vous dira dans quel condition elles ont été acquises?

Non, je ne pense pas qu'il faille s'enorgueillir d'un acquis que l'on doit en partie à la misère créée en d'autres endroits du monde

Tu ne rêves pas cher Mego , tu hallucines : ).

Lorsqu'un débat est lancé , très vite on perd le contrôle du fil de nos idées dans la mesure ou un argument en entraîne un que l'on ne voulait pas spécialement aborder et qui est balisé par celui qui le précède.

On avance et le champs d'action se restreint , on passe d'une idée à une phrase , de la phrase, au mot qui attire le mot, puis on arrive à la finalité voulue par celui qui se rapproche le plus de la voix de la raison ou malheureusement par celui qui maîtrise le mieux les ficelles de l'art du débat. C'est presque du Kafka ça , non?

Bref , tout ce baratin pour dire que je brise la chaîne de l'enchaînement des mots et que je décide de revenir au paragraphe incriminé et incompris .

Analysons le tout en gardant en tête ce qui constitue une évidence à mes yeux:

L'islam a légiféré d'après l'homme moyen , et laissé une élasticité réaliste.

Un loi aussi draconienne soit elle , n'empêchera pas l'homme de la contourner, ce n'est donc pas la loi mais la mentalité de l'homme qu'il faut changer.

L'omniprésence tant critiquée de cette religion qu'est l'islam est due au fait qu'elle a la prétention d'éduquer les masses afin d'éviter à l'état de surveiller les foyers ou de tenir des statistiques annuelles sur les femmes battues.
La citoyenne n'a pas besoin d'une espèce de zorro qui viendrait punir son agresseur et accessoirement panser ses blessures , non , elle a plus besoin d'une législation qui fera en sorte d'ancrée dans les moeurs de l'homme le respect de la femme , il faut que cela devienne aussi naturel que le fait de savoir respirer.

Vous me direz dans ce cas, qu'au regard de la situation actuelle des pays musulmans, que l'islam a échoué. Et je rétorquerais à cela qu'un vaccin exposé en vitrine n'apporte aucun bienfait à la population qui en a le plus besoin.

La religion , nous nous en sommes éloignés , il est inutile d'en espérer de quelconques retombées. Il serait inutile de revenir sur ce qui a provoqué un tel état des lieu , l'important est de comprendre que le médicament prescrit n'a pas été pris par le patient.

Là je m'égare , revenons au paragraphe incriminé :

Battre sa femme n'est pas un droit, c'est de la bêtise . La religion musulmane tient compte des différentes facettes de l'homme . L'éduquer , l'amener à comprendre et de manière définitive que le coup ne résout rien.
Lui apprendre à contrôler ses instincts et ainsi empêcher son côté bestial de prendre le dessus.

Etape1

Si le problème est relié au comportement de la femme, son mari peut la rappeler à la raison.
Dans la plupart des cas, cette mesure suffit.


Je le pense aussi , sauf si on considère que la femme et la raison ne font pas bon ménage.

Etape2

Dans les cas où le problème persiste, le mari peut exprimer son mécontentement d’une autre façon pacifique
soit en dormant dans un lit séparé du sien.


Bah en fait là je suis en train de me dire que cette mesure radicale fonctionnait mieux du temps ou la polygamie était plus répandue.
Il y à travers cet exemple une volonté claire d'obliger l'homme à user de moyen pacifique , sa raison devrait pouvoir lui permettre de trouver d'autres voies, peu importe lesquels , l’essentiel est de faire reculer au maximum les fausses "solutions" .

Rappelons à cet égard que le divorce est le permis qui déplaît le plus à Dieu.

Noter bien que ces différentes étapes forgent le caractère de l'homme , l'oblige à recourir au mille et un moyen pacifique pour en bout de parcours, en faire un homme capable d'avoir un contrôle sur son côté bestial.

Etape3

Cependant, il y a des cas où la femme persiste à maltraiter de façon délibérée son mari et néglige ses obligations conjugales. Au lieu du divorce, le mari peut avoir recours à une autre mesure qui peut sauver son mariage, du moins dans certains cas.

Dernière mesure qui permettrait de sauver le mariage soit une double condition assez rare dans la mesure ou le coup porté à une dame est synonyme de rupture.

Cette mesure est décrite plus précisément comme étant une petite tape sur le corps, mais jamais sur le visage, ce qui est plus une mesure symbolique que punitive.

On ne peut comprendre ce genre de mesure sans se référer à la culture arabe de l'époque , quel était la symbolique réel de cette petite tape , qui d'après ce que j'ai pu en lire n'était rien d'autre qu'un effleurement de la peau.
Il y a une symbolique derrière que je ne saurais expliquer puisque étranger à la culture arabe.

Je ne vois pas l'intérêt de ce genre de tape , elle ne signifie rien pour moi , ni pour ma conjointe , ni pour la majeur partie de la terre .
En ce qui concerne mon quotidien, cette tape n’a plus lieu d’être.

A cet étape , nous avons un homme qui a gagné en patience et qui soit décide de persévérer dans sa voie , soit décide d'arrêter les frais d'un tel mariage.
Une femme odieuse à l'extrême , ça ne court pas les rues , personne ne devrait en arriver à une situation aussi extrême.


La loi islamique a bien précisé qu’avoir recours à cette mesure extrême et exceptionnelle considérée comme le moindre de deux maux (l’autre étant le divorce), est sujet à des restrictions explicites. Elle ne doit pas être sévère au point de causer des blessures ou même de laisser une marque sur le corps.

Y a -t-il meilleur exemple que celui de notre prophète :saws: , qui contrairement à un certain humaniste indien, n'a jamais levé la main sur une de ses femmes.

Il me vient à l'esprit cette histoire du Calife Omar ra qu'un homme vint trouver pour se plaindre de sa conjointe, arriver devant la porte du Calife (essayez d’arriver devant la porte de notre commandeur actuel) , il pouvait entendre Omar ra se faire gronder par sa femme.
Cette scène à laquelle il avait assisté malgré lui, le poussa à patienter tout autant devant la colère de sa propre femme.

Autre point que tu as soulevé dont tu approuvais que l’usage de l’islam fut bien utilisé pour les redresseurs de tort comme pour des communautés tres conservatrices ou perfides. Pour te dire aussi que la dictature elle aussi a fait du bon boulot au moment opportun mais il est venu maintenant de mieux voir l’avenir avec de vraies libertés de tout faire et de tous dire pour le bien de tous.
Ce n'est pas ce que j'ai dis , j'ai cité le cas de la société que je connais la mieux , à savoir la société rifaine , qui a intégrée dans sa culture certaines valeurs islamiques (ou peut être étions déjà ainsi avant l'arrivée de l'islam).
Je ne dis pas que le citoyen de cette zone agit au nom de la religion, je ne le pense pas , d'ailleurs souvent j'entend des gens interdire toutes sortes d'actes jugés immorales par la société sans jamais user du mot halal ou haram.

J'ai ajouté qu'Abdelkrim (paix à son âme) a donné un cadre aux lois tribales qui avant cela finissaient souvent par des vendettas. Il ne nous a pas fallut 3 ans pour éradiquer le problème de vendetta tout en maintenant la protection dont jouissaient et dont jouissent encore les femmes de cette région.
Je m'arrête là , sinon tu vas encore me dire , que je trouve toujours le moyen de parler du Rif :).

Les conquetes enrichissent les peuples et sans ces conquetes faisant office de soupape de sureté, les systemes archaiques etouffes les libertés. Voilà ce qu’est devenu l’islam d’apres tout ce temps passé.
On pourrait en dire autant de l'Occident , tu ne trouves pas?

Elyssa

A vrai dire , je ne pense pas me tromper en affirmant que 80 % de mes posts se trouvent dans la rubrique islam (en nombre de post ou en volume),ce qui est un comble quant on connaît le peu d'intérêt que je porte aux débats qui tournent autour de l'islam.
Je me suis perdu dans la rubrique islam de bladi et en cherche encore la porte de sortie : ).

Me voir dans un tel post est presque une évidence même si dans ce cas, je ne l'ai pas fais exprès dans la mesure ou au départ je voulais juste chambrer mon ami Ouday , mais un mot en a attiré un , une phrase a même entraîné la création d’un nouveau post : ), ...

Cela dit , je comprend pas non plus ce que foutent Hamid et mego dans un tel thème : ).
Pardon les gars ,je ne le referais plus : ).

Inutile de me répondre , c'était pour rire : ).

salam
 

Elyssa

...élitiste
VIB
Cher Mohamed,

C'est presque du Kafka ça , non?
C'est plutôt Bernard Groethuysen, l'auteur de la préface du livre "Le Procés" de Kafka. ;-)

En effet, ce que tu décris de l'enchaînement des idées et de cette force qui nous éloigne du coeu de débat est tout autant vrai pour n'importe quel échange...Même en temps du troc, quand ils voulaient acheter du tissu il finissaient par exterminer les cheyennes ( Les conquêtes ... C'est comme les politiciens, un tas de m.erde
;-) )

Au coeur du sujet (si possible):

Ce que je trouve drôle, ou plutôt grave, (au gré des humeurs) c'est cet état de fait qu'on pose comme Postulat de départ, qui n'est autre que la supériorité de l'homme à la femme, puisque si on prétend éduquer, c'est que l'on a une connaissance supérieure à l'autre? (Vous me suivez?) ...Aprés avoir accepté cet état de fait, la femme qui manque de raison par rapport au "superman" devrait avoir droit à cette hiérchisation des réactions, (En théorie tjs) ...

Encore une fois, ces stades de punition (oui, appelons les choses par leurs noms) découleraient du bons sens, quoique des mots peuvent être plus blessant qu'un effleurement de peau, pire encore, délaisser le lit conjugal...

Bref, ton exposé est excellent encore une fois, le problème est qu'il découle d'un cumul de savoir musulman, lequel convient de moins en moins à l'état actuel des choses. L'islam quand il s'est déclaré universel et intemporel, a donné le message le plus clair par rapport aux lois (et non des dogmes) qui devraient régir les sociètés, des lois découalant de l'esprit du coran, mais capables d'évoluer sans porter atteinte à cet esprit premier ...

Messieurs, vous lire est un plaisir, je n'aurai jamais laissé les hommes parler seuls de la femme, même si vous faites une belle équipe :)
 

Caramielle

Bladinette Pervertie
Mohammad a écrit :
Résumons la situation ( si possible)
Alors, les hommes et les femmes sont égaux.
L homme a le droit de donner une petite tape " symbolique " à sa femme si elle est en faute.
la question qui me turlupine depuis le début est : est ce que la femme peut donner une tape d' intensité équivalente, si celui ci est en faute ?????
je n ai rien d autre à dire pour le moment.
L'islam est là pour prévenir les abus et sauf cas exceptionnel , la violence dans un couple s'exerce surtout dans le sens homme / femme.
Notre religion a donc eu la sagesse d'appeler l'homme à plus de retenu envers sa femme,appel qu'elle ne réitère pas dans le sens inverse ;-).

Elyssa

J'ai bien dit +/- en accord avec toi : ).

Pour ce qui est du fameux débat, il se trouvait en ligne dans un portail consacré à la littérature mais j'ai égaré l'adresse .

salam
pour moi faire appel à plus de retenue c est interdire, dans ce cas précis, de porter un coup, quelque soit la force, l intensité, ...
car c est toujours humiliant de recevoir un coup, petit ou grand !
alors tout comme on interdit de manger du porc, boire de l alcool, aux musulmanes d épouser des non musulmans, etc... on doit interdire toute sorte de maltraitance,si petite soit elle , envers celle qui est sencée etre votre égale.
 
salam Elyssa : )

Ce que je trouve drôle, ou plutôt grave, (au gré des humeurs) c'est cet état de fait qu'on pose comme Postulat de départ, qui n'est autre que la supériorité de l'homme à la femme, puisque si on prétend éduquer, c'est que l'on a une connaissance supérieure à l'autre? (Vous me suivez?) ...Aprés avoir accepté cet état de fait, la femme qui manque de raison par rapport au "superman" devrait avoir droit à cette hiérchisation des réactions, (En théorie tjs) ...
Je rappel qu'il s'agit ici d'un cas ou l'homme se trouve face à une femme qui se conduit injustement envers lui.

Si je puis me permettre une lecture différente de la tienne, je dirais que pour ma part, je ressens ces prescriptions comme une gifle infligée à l'homme qui en quelques milliers d'années d'évolutions, n'a toujours pas compris comment se comporter correctement ou avec sagesse envers une dame.

Si on veut avoir une idée de ce qui est prescrit pour le cas inverse , il serait utile de se référer à un exemple concret de l'époque , par exemple celui d'une dame se présentant chez le prophète :saws: , ou chez un savant pour se plaindre du comportement du mari.


L'islam n'a rien inventé , la polygamie , le machisme , les guerres , l'esclavage faisaient déjà partie du quotidien des arabes de l'époque , elle s'est contentée d'interdire ce qu'il y avait moyen d'interdire et fixer des règles qui ont permis de supprimer en douceur d'autres maux
(ex: l'esclavage, l'alcool).

Dans les faits , en relisant les livres d'histoire, j'ai parfois le sentiment que la femme musulmane de l'époque était mieux considérée que sa consoeur vivant de nos jours en terre d'islam.
En parcourant la biographie du Calife Omar , j'ai eu la surprise de lire que la fonction de contrôleur et de censure des abus publics sur le marché de Médine fut confié à une femme, cette dame s'appelait Ach-Chifa.

Une dernière chose , histoire d'élargir l'échange sans sortir du sujet :

Je m'explique mal l'attitude de ces associations féministes qui selon moi ne remplissent pas correctement la tâche qu'elles se sont assignées , au nom de quoi s'amusent elles à jouer avec les droits de millions de leur consoeurs , pourquoi ne pas , tout simplement faire pression pour avoir les droits que leur confère la religion musulmane, pourquoi ne pas chercher à imposer ce thème sur notre quasi unique chaîne , dans toutes les langues du pays?

Pourquoi ne pas en faire , le thème du vendredi dans toutes les mosquées du pays , il y a pourtant belle lurette que le mekhzen s'est spécialisé dans la rédaction des sermons.

Après avoir obtenue cela , pour toutes les femmes , si ça les amusent de brader nos valeurs , qu'elles poursuivent leur lutte , mais il est vrai que pour la suite , elles auront moins l'aval de la majeur partie de la gente féminine.
 
Caramielle a écrit :
pour moi faire appel à plus de retenue c est interdire, dans ce cas précis, de porter un coup, quelque soit la force, l intensité, ...
car c est toujours humiliant de recevoir un coup, petit ou grand !
alors tout comme on interdit de manger du porc, boire de l alcool, aux musulmanes d épouser des non musulmans, etc... on doit interdire toute sorte de maltraitance,si petite soit elle , envers celle qui est sencée etre votre égale.
azul,

J'ai été un peu plus précis dans mon message du 25/4/2003 à 11:09
 
On peut prendre son acharnement dans un ordre hétéroclite aux gres des proses du curan comme a vouloir décortiquer une relique pour extraire un subterfuge d’idées moralistes pour donner un semblant d’images homogenes d’une equité imaginaire de l’islam. Ce soit disant message s’accomode plus à une ligne de conduite pour eviter un chatiment comme dans un dressage d’animaux au cirque plutot que d’attirer les individus à la reflexion pure.

Juste deux details majeurs qui traduisent tres bien mon sens de ma phrase à quoi l’islam entrevoit une perspective pour la femme.

Premièrement les femmes sont designées par des pronoms possessifs et jamais directement par des pronoms a la premiere personne comme pour l’homme. Par cette situation, l’islam confère à l’homme des droits et à la femme des obligations et donc en accordant l’initiative du divorce à l’homme. L’islam bien entendu ou bien ceux qui veulent bien traduire leur propre définition se targue bien de na pas trop verser dans l’exclusivité pour l’homme mais c’est tout de meme assez bien ecrit pour suggerer l’homme à prendre les rennes du pouvoir pour etre l’unique personne du couple a redresser le navire a toutes directions importantes.

Deuxieme comble du machisme, la sourate dédiée aux femmes par une royale entrée élogieusement distinguée de ‘Ô hommes’, on vient de nous mettre sur le fait accomplit que l’humain est homme avant tout.
Et cette femme toujours dans la meme sourate, va connaître son sort en apprenant qu’elle est issue de l’homme comme pour mieux exorter le paradoxe de l’œuf ou de la poule. L’islam veut assoire le couple dans une logique sans equivoque du pere procreateur prédominant et de la mere nourrice asservie. Les poissons peuvent pondre aussi.:-D



 
Les illustres Foqahas contemporains (Docteurs de L’islam) ou "créateurs d'ignorance", influencés par la culture occidentale, essayent, coûte que coûte, de nous persuader que l’Islam respecte l’égalité des sexes. Or une étude minutieuse de quelques versets du Coran et quelques Hadith (propos de Mohammed), ou encore quelques éléments de la biographie du prophète, nous montrent qu’en Islam la femme est un être humain de deuxième catégorie.

 

Un autre exemple de la pseudo égalité des sexes concerne l’héritage :

Sourate des Femmes - Verset 11
«Voici ce qu'Allah vous enjoint au sujet de vos enfants: au fils, une part équivalente à celle de deux filles »


Un autre Hadith nous dit que les femmes sont moins intelligentes que les hommes ; ce qui justifie que lorsque les femmes sont appelées à témoigner devant un juge dans une affaire donnée, le témoignage d’un homme équivaut celui de deux femmes. Si par exemple dans une affaire vous avez besoin de deux témoins, vous pouvez demander soit le service de deux hommes, soit un homme et deux femmes. Voici le Hadith :

Hadith 114 dans le Sahîh de Muslim
« L'Envoyé d'Allah a dit: "O femmes! Faites l'aumône et sollicitez plus fréquemment le pardon d'Allah, car je vous ai vu former la majorité des réprouvés de l'Enfer". Une femme - parmi celles ayant l'esprit judicieux - s'exclama: "Et pourquoi cela, ô Envoyé d'Allah?". - "C'est, répondit-il, que vous multipliez vos malédictions et vous êtes ingrates envers vos époux. Je n'ai vu parmi les êtres faibles en intelligence et en religion personne qui, mieux que l'une de vous, fasse perdre l'esprit à un homme sensé". - "En quoi, reprit-elle, ô Envoyé d'Allah, consiste le défaut de notre intelligence et de notre religion?". - "Le témoignage de deux femmes équivaut à celui d'un homme... Voilà pour le défaut de l'intelligence, répliqua le Prophète, et quand elles ont leurs menstrues, les femmes ne cessent-elles pas de prier et de jeûner des nuits durant?... Eh bien! Voilà pour celui de la religion. »

 
Les versets suivants sont tous extraits de la Sourate Les femmes :

Sourate Les femmes, Verset 34
« Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu'Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu'ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l'absence de leurs époux, avec la protection d'Allah. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d'elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah est certes, Haut et Grand ! »


Si la femme est désobéissante, parmi les solutions proposées pour régler se problème, on peut frapper sa femme.

Sourate Les Femmes, Verset 35
« Si vous craignez le désaccord entre les deux [époux], envoyez alors un arbitre de sa famille à lui, et un arbitre de sa famille à elle. Si les deux veulent la réconciliation, Allah rétablira l'entente entre eux. Allah est certes, Omniscient et Parfaitement Connaisseur »
Mais voyons ce que propose le Coran si c’est l’Homme qui est fautif :

Sourate des Femmes, Verset 128
« Et si une femme craint de son mari abandon ou indifférence, alors ce n'est pas un péché pour les deux s'ils se réconcilient par un compromis quelconque, et la réconciliation est meilleure, puisque les âmes sont portées à la ladrerie. Mais si vous agissez en bien et vous êtes pieux... Allah est, certes, Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites »


Si c’est l’homme qui est fautif, une seule solution est proposée : la réconciliation. Vive l’égalité !!!


 
Examinons d'abord quelques propos du prophète (Hadiths).

Hadith 4921 dans le Sahîh de Muslim
« Le Prophète a dit: "Par rapport aux élus du Paradis, les femmes sont en minorité".»

Hadith 4923 dans le Sahîh de Muslim
« Le Prophète a dit: "Je n’ai laissé après moi une cause de tentation plus funeste aux hommes que les femmes"»


Donc selon Mohammed la femme est une cause désastreuse de l’attrait (principalement sexuel) de l’homme vers le défendu. C’est pourquoi la femme doit être voilée. Et selon le Hadith suivant la femme dans l’Islam a à peine le droit de sortir dans le désert pour faire ses besoins naturels.

Hadith 4034 dans le Sahîh de Muslim
« Sawda sortit, après la prescription du voile, pour satisfaire un besoin naturel. Or, elle était une femme corpulente, d'une taille dépassant celle de toutes les autres femmes, et donc personne ne pouvait la voir sans en découvrir l'identité. Omar ibn Al-Khattâb l'ayant vue, s'écria : "O Sawda, par Dieu, on te reconnaît (malgré le voile). Fais donc attention quand tu sors !". Elle revint donc sur ses pas, retrouvant l'Envoyé d'Allah qui était chez moi, en train de dîner, un morceau de gigot entre les mains. Elle entra et dit: "O Envoyé d'Allah! Je suis sortie et Omar m'a dit telle et telle chose". Elle (Aïcha) ajouta: "Aussitôt, il reçut la révélation (de la sourate Al -'Ahzâb, verset 59), puis revint à son calme – pendant tout ce temps le morceau de gigot était encore dans ses mains - et dit: Allah vous a autorisé à sortir pour satisfaire votre besoin naturel". »


Le verset 59 de sourate Al-Ahzab (citée dans ce Hadith) confirme des versets " révélés " précédemment et décrétant le voile.

Il faut ici rappeler que le problème du voile (Hédjab) et les versets que l'on trouve à ce propos ont trait aux propos d'Omar et concernent directement les épouses du Prophète. En effet, Mohammed avait plusieurs femmes, et Omar, qui était le père d'une des épouses du prophète de l'Islam, lui proposa que ses femmes se voilent ; ce fait s'est ensuite généralisé pour toutes les Musulmanes... Avant cela, le Prophète lui-même asseyait Aïcha sur ses épaules, avec ses beaux cheveux longs. Et plus tard, lorsque le problème des rapports d'Aïcha avec un arabe se posa, ce phénomène du voilement s'affirma plus sérieusement. (Aïcha fut accusée d’adultère à l'âge de treize ans). Le scandale ne se calma qu’avec des "révélations" coraniques innocentant l’épouse de l'homme "saint".
Le voile de l'Islam ne concerne que les femmes libres ; les esclaves ne sont pas autorisées à se voiler.

 
Dans les textes de loi, quand un homme a des relations sexuelles avec une femme de moins de 15 ans même consentante, et qui peut être son épouse, ou avec toute femme de plus de 15 ans sans son consentement, qu'elle soit ou non son épouse, on peut considérer cet acte comme un viol. Et juridiquement, le viol est un crime. Mais dans le texte sacré du hadith Tirmizi, quand un homme appelle sa femme pour faire l'amour, elle doit accourir aussitôt si elle est en train de faire la cuisine, et peu importe qu'elle soit consentante ou non. Dans le hadith Moslem, lorsqu'un homme demande à son épouse de le rejoindre sur sa couche, qu'elle refuse de le faire et qu'il en éprouve de la colère toute la nuit, les anges vont la maudire jusqu'à l'aube. Les femmes sont à ce point méprisées et infériorisées que le hadith Tirmizi enjoint les hommes, au cas où leur épouse commettrait une grave erreur, de ne plus l'accepter dans leur lit et de la frapper avec modération.

La religion a transformé les femmes en esclaves et leur dénie toute humanité. Elles ne sont que des objets de consommation. C'est pourquoi le hadith Ahmed oblige les femmes à obéir a leur mari, quand bien même il leur demanderait "de marcher de la colline Zarad à la colline noire, puis de la colline noire a la colline blanche".

Les femmes ne sont pas des êtres humains puisqu'elles sont " un champ que vous pouvez cultiver quand vous le voulez ". Fort de cette autorisation (accordée par l'ayat 223 de la sourate Bakara), le prophète Mahomet a dit que "Si un couple voyageait sur la selle d'un chameau et que le mari avait envie de faire l'amour, son épouse n'avait pas le droit de refuser" ; que "Les jours de jeûne supplémentaires d'une femme ne comptaient pas si son mari n'était pas d'accord" ; qu' "il était interdit à une femme de se rendre quelque part ou de donner quelque chose a quelqu'un contre la volonté de son mari" ; et que "Si une femme ne respectait pas ces injonctions, elle serait maudite par les anges".

Les femmes ne sont que des morceaux de chair destinés au plaisir des hommes. Et pour que le plaisir des hommes soit plus grand, ces morceaux de chair doivent se présenter sous des formes diverses. Comment en serait-il autrement puisque Hazrat Ah a dit que "Si une femme faisait du kebab avec l'un de ses seins, un curry avec l'autre et que son mari n'était toujours pas satisfait, elle serait jetée en enfer, aussi chaste soit-elle".

Désolé pour ceux qui sont entrain de déguster un Kebab

:p :p :p
 

Elyssa

...élitiste
VIB
yubawissin a écrit :
Les illustres Foqahas contemporains (Docteurs de L’islam) ou "créateurs d'ignorance", influencés par la culture occidentale, essayent, coûte que coûte, de nous persuader que l’Islam respecte l’égalité des sexes. Or une étude minutieuse de quelques versets du Coran et quelques Hadith (propos de Mohammed), ou encore quelques éléments de la biographie du prophète, nous montrent qu’en Islam la femme est un être humain de deuxième catégorie.
Une étude minutieuse (???) Waw la référence en béton, pourriez vous, yubawissin, nous citez l'auteur de cette étude? Sa spécialité? (ça doit être le dénigrement de l'islam), ses ouvrages? ...
Parceque si ce personnage s'amuse à remettre a sa sauce la lettre du coran, ce n'est pas nouveau...On en a vu des tas défiler avec de grandes oreilles sur la tête...ça me rappele les philosophes ratés genre Salman Rushdi avec "ses" versets sataniques...

"Science sans conscience n'est que ruine de l'âme"
 
yubawissin a écrit :
Les illustres Foqahas contemporains (Docteurs de L’islam) ou "créateurs d'ignorance", influencés par la culture occidentale, essayent, coûte que coûte, de nous persuader que l’Islam respecte l’égalité des sexes. .../...
Les "créateurs d'ignorance", sont bien plus nombreux parmis les detracteurs de cette religion, oui influancé qu'ils sont par la culture occidentale, persuadé que l'homme n'est que le resultat d'un poisson qui a décidé un jour de sortir de l'eau et de se mettre a courrir, comme disait l'autre si je passe mes journées à faire des bonds, il poussera donc des ailles sur le dos de mes petits enfants ?

Oui ces detracteurs qui essayent, coûte que coûte, de nous persuader que l’Islam ne respecte pas l’égalité des sexes, ni quoi que ce soit d'autre...

Tu confirmes ce que je disais dans l'autre post... un coup tu brandis la baniere de la condition féminine un coup celle de la liberté d'expression...

Foutaise !

 

Mohammad

hein + hein = euh
VIB
a écrit :
Salam aleikum

Que la paix soit sur tous les êtres sans exceptions , que la paix ne passe pas par la spoliation des droits de 80 % des habitants de notre mère la terre.

Les "droits" de la femme ou l'apparence du droit est en avance là ou les richesses s'accumulent. Et qui vous dira d'ou viennent ces richesses? Et qui vous dira dans quel condition elles ont été acquises?

Non, je ne pense pas qu'il faille s'enorgueillir d'un acquis que l'on doit en partie à la misère créée en d'autres endroits du monde

Tu ne rêves pas cher Mego , tu hallucines : ).

Lorsqu'un débat est lancé , très vite on perd le contrôle du fil de nos idées dans la mesure ou un argument en entraîne un que l'on ne voulait pas spécialement aborder et qui est balisé par celui qui le précède.

On avance et le champs d'action se restreint , on passe d'une idée à une phrase , de la phrase, au mot qui attire le mot, puis on arrive à la finalité voulue par celui qui se rapproche le plus de la voix de la raison ou malheureusement par celui qui maîtrise le mieux les ficelles de l'art du débat. C'est presque du Kafka ça , non?

Bref , tout ce baratin pour dire que je brise la chaîne de l'enchaînement des mots et que je décide de revenir au paragraphe incriminé et incompris .

Analysons le tout en gardant en tête ce qui constitue une évidence à mes yeux:

L'islam a légiféré d'après l'homme moyen , et laissé une élasticité réaliste.

Un loi aussi draconienne soit elle , n'empêchera pas l'homme de la contourner, ce n'est donc pas la loi mais la mentalité de l'homme qu'il faut changer.

L'omniprésence tant critiquée de cette religion qu'est l'islam est due au fait qu'elle a la prétention d'éduquer les masses afin d'éviter à l'état de surveiller les foyers ou de tenir des statistiques annuelles sur les femmes battues.
La citoyenne n'a pas besoin d'une espèce de zorro qui viendrait punir son agresseur et accessoirement panser ses blessures , non , elle a plus besoin d'une législation qui fera en sorte d'ancrée dans les moeurs de l'homme le respect de la femme , il faut que cela devienne aussi naturel que le fait de savoir respirer.

Vous me direz dans ce cas, qu'au regard de la situation actuelle des pays musulmans, que l'islam a échoué. Et je rétorquerais à cela qu'un vaccin exposé en vitrine n'apporte aucun bienfait à la population qui en a le plus besoin.

La religion , nous nous en sommes éloignés , il est inutile d'en espérer de quelconques retombées. Il serait inutile de revenir sur ce qui a provoqué un tel état des lieu , l'important est de comprendre que le médicament prescrit n'a pas été pris par le patient.

Là je m'égare , revenons au paragraphe incriminé :

Battre sa femme n'est pas un droit, c'est de la bêtise . La religion musulmane tient compte des différentes facettes de l'homme . L'éduquer , l'amener à comprendre et de manière définitive que le coup ne résout rien.
Lui apprendre à contrôler ses instincts et ainsi empêcher son côté bestial de prendre le dessus.

Etape1

Si le problème est relié au comportement de la femme, son mari peut la rappeler à la raison.
Dans la plupart des cas, cette mesure suffit.


Je le pense aussi , sauf si on considère que la femme et la raison ne font pas bon ménage.

Etape2

Dans les cas où le problème persiste, le mari peut exprimer son mécontentement d’une autre façon pacifique
soit en dormant dans un lit séparé du sien.


Bah en fait là je suis en train de me dire que cette mesure radicale fonctionnait mieux du temps ou la polygamie était plus répandue.
Il y à travers cet exemple une volonté claire d'obliger l'homme à user de moyen pacifique , sa raison devrait pouvoir lui permettre de trouver d'autres voies, peu importe lesquels , l’essentiel est de faire reculer au maximum les fausses "solutions" .

Rappelons à cet égard que le divorce est le permis qui déplaît le plus à Dieu.

Noter bien que ces différentes étapes forgent le caractère de l'homme , l'oblige à recourir au mille et un moyen pacifique pour en bout de parcours, en faire un homme capable d'avoir un contrôle sur son côté bestial.

Etape3

Cependant, il y a des cas où la femme persiste à maltraiter de façon délibérée son mari et néglige ses obligations conjugales. Au lieu du divorce, le mari peut avoir recours à une autre mesure qui peut sauver son mariage, du moins dans certains cas.

Dernière mesure qui permettrait de sauver le mariage soit une double condition assez rare dans la mesure ou le coup porté à une dame est synonyme de rupture.

Cette mesure est décrite plus précisément comme étant une petite tape sur le corps, mais jamais sur le visage, ce qui est plus une mesure symbolique que punitive.

On ne peut comprendre ce genre de mesure sans se référer à la culture arabe de l'époque , quel était la symbolique réel de cette petite tape , qui d'après ce que j'ai pu en lire n'était rien d'autre qu'un effleurement de la peau.
Il y a une symbolique derrière que je ne saurais expliquer puisque étranger à la culture arabe.

Je ne vois pas l'intérêt de ce genre de tape , elle ne signifie rien pour moi , ni pour ma conjointe , ni pour la majeur partie de la terre .
En ce qui concerne mon quotidien, cette tape n’a plus lieu d’être.

A cet étape , nous avons un homme qui a gagné en patience et qui soit décide de persévérer dans sa voie , soit décide d'arrêter les frais d'un tel mariage.
Une femme odieuse à l'extrême , ça ne court pas les rues , personne ne devrait en arriver à une situation aussi extrême.


La loi islamique a bien précisé qu’avoir recours à cette mesure extrême et exceptionnelle considérée comme le moindre de deux maux (l’autre étant le divorce), est sujet à des restrictions explicites. Elle ne doit pas être sévère au point de causer des blessures ou même de laisser une marque sur le corps.

Y a -t-il meilleur exemple que celui de notre prophète :saws: , qui contrairement à un certain humaniste indien, n'a jamais levé la main sur une de ses femmes.

Il me vient à l'esprit cette histoire du Calife Omar ra qu'un homme vint trouver pour se plaindre de sa conjointe, arriver devant la porte du Calife (essayez d’arriver devant la porte de notre commandeur actuel) , il pouvait entendre Omar ra se faire gronder par sa femme.
Cette scène à laquelle il avait assisté malgré lui, le poussa à patienter tout autant devant la colère de sa propre femme.

Autre point que tu as soulevé dont tu approuvais que l’usage de l’islam fut bien utilisé pour les redresseurs de tort comme pour des communautés tres conservatrices ou perfides. Pour te dire aussi que la dictature elle aussi a fait du bon boulot au moment opportun mais il est venu maintenant de mieux voir l’avenir avec de vraies libertés de tout faire et de tous dire pour le bien de tous.
Ce n'est pas ce que j'ai dis , j'ai cité le cas de la société que je connais la mieux , à savoir la société rifaine , qui a intégrée dans sa culture certaines valeurs islamiques (ou peut être étions déjà ainsi avant l'arrivée de l'islam).
Je ne dis pas que le citoyen de cette zone agit au nom de la religion, je ne le pense pas , d'ailleurs souvent j'entend des gens interdire toutes sortes d'actes jugés immorales par la société sans jamais user du mot halal ou haram.

J'ai ajouté qu'Abdelkrim (paix à son âme) a donné un cadre aux lois tribales qui avant cela finissaient souvent par des vendettas. Il ne nous a pas fallut 3 ans pour éradiquer le problème de vendetta tout en maintenant la protection dont jouissaient et dont jouissent encore les femmes de cette région.
Je m'arrête là , sinon tu vas encore me dire , que je trouve toujours le moyen de parler du Rif :).

Les conquetes enrichissent les peuples et sans ces conquetes faisant office de soupape de sureté, les systemes archaiques etouffes les libertés. Voilà ce qu’est devenu l’islam d’apres tout ce temps passé.
On pourrait en dire autant de l'Occident , tu ne trouves pas?

Elyssa

A vrai dire , je ne pense pas me tromper en affirmant que 80 % de mes posts se trouvent dans la rubrique islam (en nombre de post ou en volume),ce qui est un comble quant on connaît le peu d'intérêt que je porte aux débats qui tournent autour de l'islam.
Je me suis perdu dans la rubrique islam de bladi et en cherche encore la porte de sortie : ).

Me voir dans un tel post est presque une évidence même si dans ce cas, je ne l'ai pas fais exprès dans la mesure ou au départ je voulais juste chambrer mon ami Ouday , mais un mot en a attiré un , une phrase a même entraîné la création d’un nouveau post : ), ...

Cela dit , je comprend pas non plus ce que foutent Hamid et mego dans un tel thème : ).
Pardon les gars ,je ne le referais plus : ).

Inutile de me répondre , c'était pour rire : ).

salam
 
Haut