• En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

Hôpital provincial Hassan I de Tiznit: Rien ne va plus entre les médecins du public et le délégué régional

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
Les médecins du secteur public opérant à Tiznit sont en colère et le montrent. Dans un récent communiqué, le bureau local du syndicat indépendant des médecins du secteur public (SIMSP) à Tiznit, affirme « suivre avec surprise la situation du secteur de la santé dans la province » et dénonce «l’état critique» que connait l’hôpital provincial Hassan I, en particulier, son service de Gynécologie.

Par ailleurs, le bureau accuse le délégué régional du ministère de la Santé à Tiznit d’avoir suspendu le Dr Farid Qssaidi, médecin gynécologue opérant au sein du service de gynécologie de l’hôpital régional cité, pour « des raisons syndicales» et dénonce un « règlement de comptes».............

 

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
La guéguerre à l’Hôpital provincial Hassan I de Tiznit prend de l’ampleur

C’est une petite guéguerre qui s’amplifie et prend de l’ampleur entre les médecins du public de Tiznit et le délégué régional du ministère de la santé. Le syndicat indépendant des médecins du public (SIMPM) avait déjà annoncé la suspension de Dr. Farid Qasidi, médecin gynécologue au sein de l’hôpital provincial Hassan I de Tiznit, suite à un rapport « fabriqué de toutes pièces » rédigé par le délégué régional du ministère.

Contacté par Hespress Fr, le délégué du ministère, Dr Khalid Moutaki, avait confirmé « qu’il y a bien un rapport, qui a été rédigé par la hiérarchie de Dr Farid Qasidi, également secrétaire général du SIMP à Tiznit, notamment le directeur de l’hôpital provincial Hassan I, et qui a été remonté à la direction régionale puis au ministère de la santé à Rabat, suite à quoi, le médecin en question a été suspendu ».


Parmi les raisons invoquées dans ce rapport « fabriqué de toutes pièces » selon le syndicat, le fait que le gynécologue en question ait quitté son poste pendant ses heures de travail en laissant 4 patientes en attente et sans donner de consignes à son équipe, qu’il ait refusé d’assister une femme enceinte pendant sa garde avant de la renvoyer vers l’hôpital régional d’Agadir, outre l’absentéisme excessif et non justifié.

Des accusations que le syndicat rejette catégoriquement et affirme « détenir des preuves qui démentent sces accusations à l’encontre de Dr Qasidi qui a rejoint l’hôpital de Tiznit depuis 18 mois déjà ».

Par ailleurs, le syndicat souligne qu’il s’agit d’un « règlement de compte », puisque Dr Qasidi a commencé « à poser des questions qui n’ont pas été au goût du délégué« . Parmi ses questions, il y a une affaire de « favoritisme » à l’égard d’un médecin spécialiste en radiologie qui « n’assure pas ses gardes à l’instar des autres médecins qui n’en peuvent plus des gardes (astreinte) abusives« , nous explique Dr Abdelali Lwahid, secrétaire régional du SIMSP de la région de Souss Massa........

 
Haut