Islam et tolérance

Mohammad

hein + hein = euh
VIB
salam aleikum,

Si l'on veut évaluer objectivement le comportement des adeptes d'une religion , nous nous devons, de tenir compte de la perspective historique dans laquelle ils ont évolué.

Il est bien évident que la triste actualité du monde musulman doit être condamné ou du moins susciter réflexion,et interrogation, mais faut il pour autant, à l'image de certaine personnalité douteuse, décréter que l'islam est de par sa nature une religion violente.

Bien qu'aucune religion (ou système de pensée) n'est exempte d'adepte au comportement intolérable, ceux qui se veulent les plus farouches adversaires de l'islam doivent bien admettre s'ils veulent conserver un semblant d'objectivité que cette foi a dès ses débuts montrée une remarquable capacité à coexister avec l'autre.

Cas anormalement exceptionnel, c’est chez les musulmans que l’on retrouve l’unique grande civilisation qui , à la fin du 19ème siècle, comptait dans Istanbul, sa capitale, une majorité de non musulman.

L’un des thèmes chers au plus virulent critique de l’islam fut cette histoire qui mit au prise les musulmans de Médine (dont le chef spirituel et temporel fut Mohamed :saws: ) et les juifs de ladite ville.

Le thème le plus récurant est cette image éhontée que l’on colle à un prophète qui selon ses détracteurs aurait usé de son influence puis utiliser la violence pour mettre à genoux la communauté juive.
Aussi malheureux que cela puisse paraître , le bon public ne retiens qu’une leçon celle des analyses courtes et lapidaires.

Personne n’ira vérifier le fin mot d’une histoire que l’on livre de manière parcellaire pour vendre une marchandise prête à être ingurgité.

La première information qu’il convient de rapporter à tout être qui s’intéresserait à l’histoire de cette époque est que selon l’aveux même de l’éminent historien Haïm Hirshberg auteur du livre « juif en terre d’islam« est, qu’aucune tradition , aucun chroniqueur israélite ne rapporte quoique ce soit sur cette histoire.

Pour être court et clair , la seule preuve de l’existence d’une communauté juive dans la péninsule arabique se trouve dans la sunna et le Coran. Les musulmans sont donc seul dépositaire de la source.

Venons en à cette fameuse période Médinoise :

Elle nous apprend que le musulman a su incorporer les gens du livres dans la communauté des croyants et que ces derniers furent autoriser à vivre selon leur coutume et a arbitrer leur litige dans les règles qui leur étaient propre.
En cela, à mon sens, l’islam a su surclasser tous les modèles de sociétés sans exception.
S’il existe un modèle qui autorise une minorité à vivre selon ses usages, qu’on me la désigne.

Extrait de la constitution de Medine :

1.Liberté de culte pour les juifs (¤25).

2.Le prophète Mohamed(sws) arbitrera désormais les litiges qui ne se règles à l’amiable(¤42).
Rm : lorsque ledit litige concernait une communauté non musulmane (à fortiori celle des juifs), le prophète (sws) arbitrait en se basant sur les règles inhérentes à ladite communauté.

3.Interdiction formel aux juifs de Médine d’aider les ennemis de leurs compatriotes musulmans(¤43).
Les deux communauté s’engageront à s’aider mutuellement contre l’ennemi extérieur.

Rm : Cette clause est dûe à la tentative d’alliance lancée par le poète juif Médinois avec les polythéistes mecquois.

4.Les guerres défensives devront être supporté financièrement par chacune des communautés (¤24, 37,38) , cette obligation tombait pour le cas ou la guerre deviendrait offensive (¤45).

5. Les juifs de Banu Auf formeront une seule communauté avec les croyants, aux juifs leurs religions et aux musulmans la leur(¤25).
Rm : les Banu Aus avait se privilège car ils étaient les seuls à n’avoir affiché de haine envers l’islam.
Les Nadirites ont été jusqu’à affirmer que l’idolâtrie Koreichite était meilleur que le monothéisme islamique.

à suivre ...
 
Salam Si Mohammad,,

toujours un plaisir de te lire même si nos opinions sont différentes. ce que tu viens d'ecrire est interessant... et ce qui est originel est toujours pur... ce sont les hommes qui salissent tout comme on dit..

j'ai quand même une question. j'ai lu et entendu dire que les juifs payaient une sorte d'import ou de redevance à la protection... est ce vrai ou ce sont des balivernes... ;-)
 

Mohammad

hein + hein = euh
VIB
Salam chère amie,

Cela fait partie de la suite de mon texte (que je n'ai pas encore écrit : )).

Les juifs payaient un impôt que les musulmans ne payaient , en contre partie , ils étaient exemptés d'un périleux service militaire qui pouvait duré jusqu'à 4 mois/ans.

C'est là un privilège qu'ils pouvaient mettre à profit pour s'enrichir. Cet impôt n'était donc qu'une manière de participer à la bonne marche de l'Etat.

De plus , tu dois savoir que les musulmans sont contrairement au gens du livre tenu de payer Zakat(2.5% sur la fortune).
Sommes d'argent ou en nature qui servait à venir en aide aux démunis , qu'ils soient musulmans ou non musulmans.

J'y reviendrais plus en détail .

salam
 
Azul / Shalom / Salam,

L’islam pense qu’il est dans l’intérêt même de l’humanité qu’on affame ni l’âme ni le corps, mais que les deux reçoivent une attention équilibrée. Sinon l’homme ne sera pas homme. Si seul son côté spirituel est développé, il deviendra un ange ; et si seul le côté matériel est développé ; il deviendra un diable, alors que Dieu a déjà crée des anges et des diables que les humains.
Cette belle religion est la lumière de l’humanité, c’est la derrière vague du salut de la paix! L’islam est une paix! Une paix entre les hommes sur cette terre, mais aussi une paix envers leurs créateur Allah.

Malheureusement, beaucoup des hommes l’ont exploité à leur fins politiques ou économiques… pour en dénaturer sa vraie mission qu’est la paix entre tout humain sur cette terre.
 

Mohammad

hein + hein = euh
VIB
salam aleikum

Comme vu précédemment ,la constitution de Médine n’est en rien contre les minorités religieuses , pourtant il faut bien admettre qu’à un moment de l’histoire , il y eu un clash entre les deux communautés majeures qui cohabitaient en intelligence , ce dernier fini à l’avantage des musulmans et par l’expulsions des juifs vers Khaybar.

C’est là une histoire fort contracté qui de prime abord incite à poser plusieurs questions pour en savoir plus , du moins si l’intérêt s’en fait ressentir mais en aucun cas , nous n’avons le droit à partir de quelques lignes, de donner un avis.

Dans cette histoire , les musulmans n’ont rien à cacher, que du contraire , ils accueillent même toutes questions qui référence à cet événement avec sérénité .

Les dénigreurs de la personnalité du prophète :saws: quant à eux , se lancent dans toutes sortes de supputations en faisant fi de l’histoire pourtant écrite noir sur blanc , comme s’il était plus judicieux de croire que l’on puisse avoir le pouvoir de lire dans les cœurs.

Il est bizarre qu’une règle choquant le commun des mortels devient désuète lorsqu’il s’agit de lire dans le cœur du prophète :saws: , ainsi selon eux , il aurait tout simplement affaibli les tribus juives une à une pour en finale les mettre à la porte de Médine , du moins cette interprétation est celle des moins fous d’entre les islamophobes , les plus fous ajoute le terme massacre.

Ce sont les mêmes individus qui prétendent sur base d’une science qu’ils sont visiblement seul à maîtriser que le prophète aurait épousé Khadija pour sa fortune ou incité Zaid à divorcer de Zeynab pour en faire sa femme.

La raison que l'on peut admirer chez ces gens là et qui ne contredit nullement notre dogme, se corrompt lorsque la haine de la religion musulmane s’empare d’eux.

Revenons au pourquoi de la bataille qui opposa les musulmans aux juifs .

La communauté juive était divisée en trois clans principales : Banu Nadhir, Quainuqa, et Banu Quraiza.

A l’instar de leur compatriote païen, les guerres intestines faisaient partie de leur lot quotidien dans la mesure ou les Qainuqa étaient alliés des Khazraj(tribu arabe la plus puissante) et les Quraiza ceux des Aus(tribu arabe).

La vie politique du moment ne dépassait guère le stade du tribalisme , chaque tribu(les juifs compris) obéissait à un chef de famille et chacune d’elle possédait une caisse commune en vue de faire face au dédommagement vis à vis d’une autre communauté(ex : le prix du sang) .

L’autorité commune n’existait pas et pour obtenir réparation, il fallait passer par des négociations appuyées par la force.
Avec un tel système, l’égalité n’était pas de mise dans la mesure ou le prix du sang variait selon le rapport de force agresseur/agressé.

Le territoire était mal défini pour la défense de la ville , chaque tribu assurant +/- sa protection.

Pour ce qui est de l’éducation, les juifs fidèles à la torah étaient bien plus éduqués que l’écrasante majorité des goy avec lesquels ils partageaient la langue arabe tout en restant fidèle à l’écriture hébraïque.
Cette situation d’équilibre fragile explique en grande partie la raison pour laquelle le prophète(sws) a été accueilli sans le moindre heurt.

Les rapports islamo-judaïque s’envenimèrent 13 mois après la victoire de badr. Une délégation juive se rendit à la Mecque dans le but d’inciter les Quraïch à la revanche.
Les garanties offertes par ces derniers hâta les préparatifs des quraich d’entrer en guerre contre les musulmans.

Il est bon de rappeler que la charte de Médine stipule qu’en cas d’agression , les juifs et les musulmans devaient combattre côte à côte contre un ennemi extérieur. Inutile d’avoir fait science po pour deviner ce qui pouvait se cacher derrière le fameux arrangement.

Ainsi , la bataille d’Ouhod qui se solda par la défaite des musulmans et par la mort de Hamza ra l’oncle et frère de lait du prophète se déroula avec le désistement d’une écrasante majorité de compatriotes juifs.

Après cette défaite , les rapports avec la tribu Banu Nadhir furent au plus bas , cette trahison fini par entraîner une guerre qui fini à l’avantage des musulmans.

Une fois la capitulation acquise , le prophète se contenta (sur Avis d’Abdullah Ibn Ubay ancien allié des juifs) d’expulser ceux qu’ils avaient combattu et leur permis de vendre leur terrains, de récupérer leurs dettes et s’en aller avec leurs biens.
Une partie des expulsés alla vers Khaybar et l’autre à la Mecque afin d’exciter une guerre contre les musulmans de Médine .

Ils excitèrent l’ensemble des tribus arabes de la péninsule arabique et surtout ils obtinrent l’alliance des villes de Kinana et Taquif (ce détail à son importance puisque désormais Médine devra faire face sur 3 fronts).

Un embargo sur les caravanes alimentaires se dirigeants vers Medine fut mis sur pied.
Cette stratégie visant à faire cause commune contre l’islam et les musulmans avaient un but : l’éradication de la dernière des grandes religion.

C’est ainsi que 12000 hommes arrivèrent pour mettre un terme à l’état musulman naissant et qui ne comptait en son sein que 3000 combattants.
Les musulmans parvinrent a repousser l’offensive grâce à une idée lumineuse lancée par un jeune perse converti à l’islam (Salman el Farisi) : creusé un fossé autour de la ville.
(nb : cette épisode du fossé démontre que les musulmans n’ont aucune raison d’être hermétique aux techniques étrangères).

Lassé par un siège qu’il aurait cru moins long, l’envahisseur joua sa dernière carte : divisé pour régner.

Une délégation de juifs nadirites se rendit chez les juifs Banu Kuraiza qui habitait tjrs Médine et qui entretenaient des rapports corrects avec les musulmans.
Le but était d’amener les juifs de Banu Quraiza à faire défection et à attaquer les musulmans de l’intérieur de la ville.
Cette alliance de dernière minute bouleversa complètement la stratégie de musulmans dont les heures étaient comptés.
Mais Dieu est le plus grand des ruseurs puisqu’il ouvrit le coeur de Nuam Ibn Massud chef de la tribu d’Achja à l’islam.

C’est ainsi qu’il entrepris discrètement de semer le trouble dans les rangs de l’ennemi, aux juifs de Banu Quraiza (dont il était l’ami) il fit comprendre que le siège était sur le point d’être levé et qu’il valait mieux négocier avec les musulmans de peur d’avoir à faire à leur courroux, et aux assiégeant il fit comprendre que les juifs avaient reconduit le pacte d’alliance avec les musulmans(je vous passe les détails de cette ruse mais l’histoire en vaut la peine d’être lue entièrement).

Cette manœuvre aboutit à la levée du siège.

De cette mésaventure les musulmans retinrent deux leçons :

1.Désormais ils prendront l’initiative de la guerre
2.Il fallait expulser définitivement la communauté juive de Médine car faut il le rappeler , ces derniers ont contribué à la tentative de massacre de la petite communauté musulmane.

A suivre …

 
Mohammad a écrit :
salam aleikum,

Si l'on veut évaluer objectivement le comportement des adeptes d'une religion , nous nous devons, de tenir compte de la perspective historique dans laquelle ils ont évolué.

à suivre ...
Salam Mohammed,

je reconnais que je n'ai pas tout lu mais je me suis arrete apres cette premiere phrase de ton texte! elle m'a tellement interpele que je me suis dit je vais d'abord dire quelques mots a propos de cette evalutaion objective de notre cher bladinaute Mohammed.

tu parles des adeptes d'une religiuons, de perspectives historiques, d'evolution????


ne penses-tu pas que c'est une plaisanterie humaine d'essayer de comprendre une doctrine "divine" en terme d'objectivite humaine, Dieu etant le createur absolu de ce monde ici-bas?

comment peux-tu parler de perspective historique d'une religion alors qu'elle pretends se baser sur les commadements divins pour s'affirmer ou meme exister?







 
Salut Mohammad,
Juste une petite remarque que je tenais à te faire depuis longtemps.
Tout d'abord je salue en toi cette manière courtoise de t'adresser aux gens qui ne partagent pas tes croyances et cette qualité est rarissime.
Ma remarque est la suivante:
Tu puises dans certaines pratiques ou faits historiques les raisons qui justifient le cacartère pacifiste ou tolérant de l'Islam alors que les textes disent le contraire. c'est comme s'il y a un islam pratique et un islam théorique.
Je prends un seul exemple, dans tes échanges sur la Chaira, tu disais : Oui c'est vrai que les pratiques du chatiment sont un peu "barbares" mais elles ne sont que rarement pratiquées, comme si la cadence de leur applications les adoucit ou les rend moins barbares. Oui les Talibans ont réduit la criminalité et la drogue alors que tous les régimes tortionnaires aboutissent aux mêmes résultats.
J'ai l'impression que tu essayes de faire passer un message et que intérieurement tu n'en es pas convaincu et dès lors tu es dépourvu de toute objectivité.
[color=006600]الـسلام عليـكم[/color]
 

Mohammad

hein + hein = euh
VIB
Azul,

Ibnrushd,

Je n'ai pas encore fini la réflexion dont tu n'as lu qu'un seul paragraphe, c'est sans doute pour ces deux raisons que tu me fais tenir des propos que je ne tiens pas. La question que tu poses est précisément celle à laquelle je tenterais de répondre en final.
Il va falloir que tu prennes ton mal en patience , car j'ai bien l'intention de prendre beaucoup de temps avant d'arriver en bout de piste.

Voici un exemple tout simple qui t'aidera à comprendre le sens de la citation que tu reprends entre quote,

1. Des musulmans proches de l'enseignement du prophète (par rapport à l'époque) n'ont pas touché à un seul monument égyptien .

2. Des musulmans du 20ème siècle détruisent le Bouddha géant.

A partir de ce constat avéré , on est bien obligé d'admettre que des générations aux mentalités différentes se sont réclamées de l'islam. Pourquoi? Quel attitude est en conformité avec les enseignements islamiques ?

Ce sont là , des questions auxquels il va falloir répondre , mais avant d’en arriver là , j’essayerai de suivre le fil de mes pensées car de lui d’écoulera la réponse .

Abulahab,

Je n'ai jamais dis que la charia pouvait être barbare, je me suis contenté de faire quelques "aveux" :

- la sharia me laisse parfois quelque peu pantois
- Mon niveau de connaissance dans les sciences islamique avoisine le zéro absolu
- J’ai une relation avec Dieu qui n'est pas aussi passionnée que ne le laisse entendre mes écrits.

Les sujets qui heurtent quelques peu mes références de musulmans occidentales ne m'émeuvent pas vraiment dans la mesure ou je reste convaincu qu'il existe un stade qui permet à l'être de se surpasser pour comprendre ce que sa raison ne veut accepter. Un stade qui aura autant de prééminence sur la raison que cette dernière lorsqu’elle vint à bout des croyances que nous renvoyaient nos sens.

Une petite citation qui va dans le sens de ce que j'écris plus haut :

"Voltaire, quand il ne comprend pas Mohammed :saws:, prend le chemin de ceux qui sont contre les natures supérieures; Napolèon avait raison de s'indigner" (Nietzsche)

C’était un bel hors sujet , inshallah ,j’y reviendrais dans un autre fil.
 

Mohammad

hein + hein = euh
VIB
Le modèle qui a tendance à s’universaliser ,du moins, du point de vue théorique , est celui visant à créer une société dans laquelle tous vivraient sous la tutelle d’une même loi.

Le côté positif de ce modèle est l'aboutissement à la création d'une société ou tous auraient au moins d'un point de vu théorique , les mêmes droits et les mêmes devoirs.

Je ne pense pas qu'une société suivant cette voie , puisse assumer la tâche qu’elle prétend remplir dans la mesure ou les aspirations des groupes d’individus qui l'a forme sont fort différentes.
Cette évidence qui ne demande pas le moindre effort intellectuel pour être comprise démontre que le travail consenti pour se fondre dans une masse régie par la laïcité pour ne pas la citer, nécessite des efforts différents

Ainsi, le sacrifice demandé différera selon que vous soyez athées (en réalité le seul grand vainqueur de ce genre de règle), chrétiens qui pour des raisons historique et dogmatique n’aura à s’inquiéter de son adaptation dans un cadre soit disant neutre , ou issu d’une minorité bien implantée qui pourrait créer un système en marge de l’ordre établi ou encore issu d’une minorité dont les prérogatives seront tout simplement ignorées pour ne pas dire écrasées.

La nation française , modèle pour beaucoup, est l’illustration parfaite de l’inégalité dans le traitement du citoyen qu’on invite à se fondre aux idées de la majorité en prenant bien soin de ménager le judaïsme pour des raisons évidentes , notamment en lui permettant de développer ses propres écoles en se cachant derrière la noble idée selon laquelle toute communauté religieuse a le droit de mettre sur pied son propre enseignement en sachant très bien qu’elles ne pourraient toutes le faire faute de moyen.

Personnellement je n’appelle pas cela l’égalité mais du foutage de gueule car soyez sûr que le jour ou la communauté musulmane sera en mesure de créer une école sur simple claquement de doigts ,que l’on verra apparaître toute sorte d’amendement pour limiter une liberté qui est aujourd’hui acquise à tous , c’est d’ailleurs ce qui est en train de se produire avec la tentative de révision de la loi de 1905 , mais là est une autre question.

Les chrétiens vivants en France n’ont pas non plus à se plaindre dans la mesure ou les lieux de cultes classés patrimoines français sont entretenus par l’état français , que leurs fêtes religieuses sont reconnus et enfin que leur dogme a en quelque sorte enfanté la laïcité , n’est ce pas dans le christianisme que l’on retrouve cette célèbre phrase : il faut rendre à César ce qui lui appartient et donner à Dieu ce qui lui revient.

Les athées , agnostiques ou autres sans religions n’ont pas non plus à faire un effort majeur pour vivre dans une société qui met à l’écart presque toute les fois.

Reste la minorité musulmane ,qui elle voit son dogme grignoté par des valeurs qui de prime n’auraient dûes lui apporter de quelconques déboires, mais il se trouve que lesdites valeurs ont entre temps été modifiées car il semblerait que la petite communauté est à long terme une menace pour la république.

Quant on voit la crise d’hystérie qu’ils nous ont fait pour un morceau de tissus , on est en droit de se demander s’ils ne nous font pas une crise de schizophrénie lorsqu’ils débarquent tout penaud dans le monde musulman pour s’offusquer du fait qu’on y considère que le manque de morale puisse être un danger pour le tissus, mais social cette fois ci.

Bref tout ça pour dire que le système que l’on proclame universel apporte beaucoup d'inégalités dans la pratique et menace à court ou à long terme l’identité des minorités.

Je m’interroge également sur le fait d’accepter comme arbitre une idéologie dont le père spirituel parlait en ces termes :

«A l’heure qu’il est, la condition essentielle pour que la civilisation européenne se répande, c’est la destruction de la chose sémitique par excellence, la destruction du pouvoir théocratique de l’Islamisme; car l’Islamisme ne peut exister que comme religion officielle; quand on le réduira à l’état de religion libre et individuelle, il périra [...] Là est la guerre éternelle, la guerre qui ne cessera que quand le dernier fils d’Ismaèl sera mort de misère ou aura été relégué par la terreur au fond du désert (Ernest Renan).

On le voit bien le but premier de la laïcité fut de mettre à genoux , voir même de faire disparaître des cœurs toutes traces de religion, avec ce genre de système, la perversion veut que ce ne soit jamais la génération qui ouvre la boîte du pandore qui en soit victime , mais bien la suivante ; celle qui n’a rien demandé.

Ceci étant dit , il convient tout de même de rendre hommage à la France, car après tout , ils ont mis beaucoup de temps avant de mettre sur pied un système qu’il aimerait universaliser et qui a eu le mérite de mettre un terme à une forme d'obscurantisme intolérable.

Faut il le rappeler, l'idée d'accorder des droits aux minorités n'y est apparue qu'au 18 ème siècle . Condorcet y a prôné l'émancipation des juifs.

Et enfin de manière plus générale , c'est seulement à partir de la seconde moitié du 20 ème siècle que l'Europe chrétienne a pratiqué de manière significative une ouverture vis à vis des minorités religieuses.

A suivre …
 
Haut