Israël : Netanyahou mis en examen pour corruption, fraude et abus de confiance

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
Cette inculpation intervient alors que l’Etat hébreu peine à trouver un gouvernement.

« Ce qui se passe ici est une tentative de mener un coup d'Etat», a réagi le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou après avoir été mis en examen jeudi soir pour « corruption, fraude et abus de confiance » dans différentes affaires. Il a appelé « à enquêter sur les enquêteurs ». qui ont mené les investigations contre lui, en assurant qu'il n'allait «pas abandonner ». C'est un « jour très triste pour l'Etat Israël », a déclaré son grand rival, Benny Gantz.

Dans l'affaire « 4000 » également appelée dossier « Bezeq », du nom d'un groupe israélien de télécoms, la justice soupçonne le dirigeant conservateur du Likoud d'avoir accordé des faveurs gouvernementales qui pourraient avoir rapporté des millions de dollars au patron de ce groupe en échange d'une couverture médiatique favorable sur le site d'informations Walla. Dans cette affaire, il est mis en examen pour « corruption, fraude et abus de confiance ».

Le procureur général a aussi décidé de mettre en examen Benyamin Netanyahou pour « fraude et abus de confiance » dans les deux autres dossiers sur lesquels il devait se prononcer : les affaires « 1000 », dans laquelle le Premier ministre est soupçonné d'avoir reçu de luxueux cadeaux de la part de richissimes personnalités, et « 2000 ». Dans ce dossier, le Premier ministre aurait, selon les enquêteurs, tenté de s'assurer une couverture favorable dans le plus grand quotidien payant d'Israël, le Yediot Aharonot.

Il aurait essayé de mettre en place un accord avec le patron du journal, Arnon Moses. En retour, le Premier ministre aurait évoqué la possibilité de faire voter une loi qui aurait limité la diffusion d'Israel Hayom, quotidien gratuit et principal concurrent du Yediot. L'accord n'a finalement jamais été conclu mais le dirigeant israélien est mis en examen pour fraude et abus de confiance.

Benyamin Netanyahou, le plus pérenne des Premiers ministres de l'histoire d'Israël, avec 13 ans au pouvoir dont la dernière décennie sans discontinuer, devient aussi le premier chef de gouvernement de l'histoire de ce pays à être mis en examen alors qu'il est toujours en fonction. L'ancien Premier ministre Ehud Olmert avait déjà été inculpé, il y a une décennie, mais après avoir quitté ses fonctions.....

 

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
Israël : Benny Gantz essaye de profiter des déboires de Netanyahu pour former un gouvernement


Benny Gantz, le rival du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, a invité samedi les dirigeants du parti de ce dernier à le rallier pour former un gouvernement, deux jours après l’inculpation de « Bibi » pour fraude et abus de confiance. « Au vu des circonstances, j’appelle à former le plus large gouvernement possible sous ma direction », a déclaré lors d’une conférence de presse à Tel-Aviv Benny Gantz, disant s’adresser aux dirigeants du Likoud.

« Je serai Premier ministre les deux premières années », a-t-il ajouté, précisant que Benjamin Netanyahu, « s’il est mis hors de cause, pourra revenir et être Premier ministre » pour les deux années suivantes. Selon cet ancien chef de l’armée israélienne, il s’agit là de « l’unique alternative à la tenue de nouvelles élections ». Les deux principaux partis du pays, le Likoud (droite) de Benjamin Netanyahu et Bleu-blanc (centre) de Benny Gantz sont arrivés en tête des élections législatives anticipées du 17 septembre.

Trois semaines avant la dissolution

A l’issue de ce scrutin, Benjamin Netanyahu a été chargé de rassembler une coalition mais a échoué. Cette mission a été ensuite confiée à Benny Gantz, mais celui-ci n’y est pas non plus parvenu. Afin d’éviter la tenue d’un troisième scrutin en moins d’un an, le président Reuven Rivlin a chargé cette semaine le Parlement de trouver un Premier ministre pour sortir Israël de l’impasse politique...................

https://www.20minutes.fr/monde/2658807-20191124-israel-benny-gantz-essaye-profiter-deboires-netanyahu-former-gouvernement
 

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
Israël: Nétanyahou peine à mobiliser en sa faveur après sa triple inculpation

Environ 3000 partisans du premier ministre israélien ont manifesté mardi à Tel Aviv. Les organisateurs du rassemblement en espéraient beaucoup plus.

Benyamin Nétanyahou peine à mobiliser. Environ 3000 partisans du premier ministre ont manifesté mardi 26 novembre à Tel Aviv alors que les organisateurs du rassemblement en espéraient beaucoup plus. Venus souvent par des bus affrétés par le Likoud, le parti du chef du gouvernement, ils se sont réunis sur une place de dimension modeste devant le musée des arts.

Un homme circule parmi la foule, menotté et bâillonné pour dénoncer «la dictature judiciaire». Le nom du procureur général d’Israël, Avichaï Mandelblit, l’homme qui a prononcé les mises en examen pour corruption, fraude et abus de confiance est conspué. Le magistrat de stricte observance religieuse est traité de «gauchiste» et de «tête de serpent». Les «fonctionnaires» de l’«État profond» sont stigmatisés. Les pancartes fustigent une tentative de «coup d’État» ou affichent leur soutien inconditionnel à «Bibi»: «Nétanyahou, le peuple est avec toi», «la démocratie vaincra». «Bibi nous a apporté la sécurité et la stabilité économique. La gauche ne parvient pas à le battre dans les urnes car il est le plus fort. Elle a monté un complot avec la complicité de policiers, de juges et des journalistes pour essayer de se débarrasser de lui, dit Irit, une manifestante venue d’Ashdod. Nous ne laisserons pas ce putsch réussir».

Les portraits de Benyamin Nétanyahou sont rares. Prompt à diffuser des interventions sur les réseaux sociaux, le premier ministre n’a pas adressé de message vidéo à ses supporteurs. Les caciques du Likoud brillent par leur absence. Les ministres sont restés chez eux ou vaquent à d’autres occupations. Depuis le coup de tonnerre judiciaire, la plupart d’entre eux observent un silence prudent se refusant à critiquer ou à soutenir le chef du gouvernement.

Après avoir annoncé son absence, la ministre de la Culture, Miri Regev, fidèle parmi les fidèles, a finalement fait le déplacement. «L’État de droit n’est pas au-dessus des lois», lance-t-elle depuis la scène où se succèdent quelques orateurs peu connus du grand public. Mais elle explique aussi que le premier ministre ne devrait pas demander l’immunité parlementaire. «Le premier ministre a fait l’objet d’une enquête déformée, d’une enquête sale, d’une enquête de mensonges. Et on s’attend à ce que nous restions silencieux?», déclare le député Miki Zohar, président du comité de la Knesset.
Avant la manifestation, le Procureur général d’Israël avait condamné les «menaces», «mensonges» et «calomnies sans fondement» dirigées contre les forces de l’ordre, reprochant à Benyamin Nétanyahou et à ses défenseurs de discréditer le système judiciaire. Benny Gantz, le leader de l’opposition, a estimé, pour sa part, que «dans une démocratie saine, un premier ministre n’organise pas de manifestation contre le système de maintien de l’ordre qu’il supervise»..........................................



https://www.lefigaro.fr/international/israel-netanyahou-peine-a-mobiliser-en-sa-faveur-apres-sa-triple-inculpation-20191127
 

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
Israël: inculpé, Netanyahu renonce à 3 ministères, reste Premier ministre (avocats)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, pris en étau entre une inculpation pour corruption et un troisième cycle électoral en un an, va quitter ses fonctions ministérielles mais rester chef du gouvernement, ont indiqué jeudi ses avocats.

Cette annonce intervient après que les députés ont officiellement voté dans la nuit la dissolution du Parlement et les modalités d'un nouveau scrutin convoqué le 2 mars prochain.


La Cour suprême israélienne a reçu une pétition du "Mouvement pour un gouvernement de qualité" demandant à ce que M. Netanyahu --Premier ministre mais aussi ministre de l'Agriculture, de la Diaspora et de la Santé-- démissionne de ses fonctions ministérielles au vu de sa mise en examen.

Le mois dernier, le procureur général Avichaï Mandelblit a annoncé l'inculpation de M. Netanyahu pour "corruption", "malversations" et "abus de confiance" dans trois affaires différentes. La loi israélienne stipule que tout ministre étant poursuivi pénalement doit démissionner mais elle ne s'applique pas au Premier ministre.

Après la réception de la pétition, M. Mandelblit a affirmé que, si M. Netanyahu ne pouvait être forcé à démissionner de son poste de Premier ministre, la question de ses autres fonctions ministérielles serait examinée prochainement.

Dans une lettre envoyée jeudi à la Cour suprême et consultée par l'AFP, les avocats de M. Netanyahu ont indiqué que celui-ci "cesserait d'être ministre le 1er janvier 2020 et nommerait à la place d'autres ministres".

"Le Premier ministre continuera d'être Premier ministre, conformément à la loi", ont ajouté Me Avi Halevy et Me Michael Rabello.

Le "Mouvement pour un gouvernement de qualité" a affirmé que l'intention de M. Netanyahu de rendre ces trois portefeuilles n'était "pas suffisante" et affirmé que le fait qu'il reste à son poste de Premier ministre était "une honte terrible pour Israël".

"M. Netanyahu devrait se battre pour (prouver) son innocence en tant que personne privée et pas depuis le bureau de Premier ministre", a martelé l'ONG dans un communiqué.

M. Netanyahu clame son innocence et se dit victime d'une "chasse aux sorcières" des services du ministère public et des médias.

Il n'a pas encore annoncé s'il cherchera à obtenir une immunité par un vote du Parlement, un processus compliqué par la nature transitoire du Parlement actuel.

Benjamin Netanyahu et son rival Benny Gantz ayant échoué tour à tour à former un gouvernement après les législatives d'avril et de septembre, un nouveau scrutin a été convoqué le 2 mars 2020.

courrier international
 

zigotino

FluCtuAt NeC MeRgitUr
VIB
La femme à Bibi accusée d'abus de bien sociaux, Bibi et ses clips racoleurs pendant la campagne, Ehud Olmert avant lui. Décidément, dans cette belle démocratie (la seule) du Proche Orient (ou du Levant c comme vous voulez), on aime tjrs autant l'argent. Celui des autres, les colons is-raéliens. Quand ce ne sont pas des scandales d'argent, ce sont des histoires de seuf :D.

++
 

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
Alors qu'il est inculpé pour "corruption", "malversations" et "abus de confiance" dans trois affaires distinctes, Benjamin Netanyahu a déposé, mercredi 1er janvier, une demande d'immunité à la Knesset. Retour sur les déboires judiciaires du Premier ministre israélien.


 

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
Un arménien sioniste ?!!!! trop de la balle !!!! tu te sens pas ridicule sur ce petit forum franco-marocain à déblatérer de la gnognotte.....tu fais tièp!!!! 😅😂🤣

Réélu brillamment pour la 5e fois, cet homme d’État exceptionnel fait son entrée dans l’Histoire
 

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
L’opposition israélienne demande l’étude rapide de la demande d’immunité de Nétanyahou

Le premier ministre, mis en cause dans trois affaires de corruption, est candidat aux législatives du 2 mars dans le pays.

L’opposition israélienne a pressé le Parlement (la Knesset), dimanche 5 janvier, d’étudier rapidement la demande d’immunité de Benyamin Nétanyahou. Cela pourrait accélérer les procédures judiciaires contre le premier ministre, inculpé pour corruption.

M. Nétanyahou, en lice pour les législatives du 2 mars, a demandé la semaine dernière à la Knesset de lui accorder une immunité, mais la formation d’un nouveau comité parlementaire pour évaluer cette demande ne devait avoir lieu qu’après les élections.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Israël, Benyamin Nétanyahou conserve son emprise sur le Likoud
Dimanche, le parti Bleu Blanc de son rival Benny Gantz a annoncé avoir recueilli l’appui d’une majorité de députés (65 sur 120) pour demander à un comité parlementaire d’étudier sur-le-champ la demande du premier ministre israélien.

Si ce comité ne recommande pas l’immunité, la requête sera alors rejetée. Mais s’il ne s’y oppose pas les députés pourront être réunis pour se prononcer sur cette dernière.

Mis en cause dans trois affaires

Le problème, pour M. Nétanyahou, réside dans le fait qu’avec ses alliés il ne dispose pas de la majorité des sièges en comité parlementaire ni à la Knesset.

L’éventuel rejet de sa demande d’immunité devrait accélérer les procédures en cours à son encontre pour « corruption », « malversation » et « abus de confiance » dans trois affaires différentes avec le risque d’un procès au plus fort de la campagne électorale.

Le porte-parole de la Knesset a confirmé dimanche à l’Agence France-Presse (AFP) que les comités et les parlementaires pouvaient « discuter et statuer sur la demande d’immunité ». La décision de former ou non un comité parlementaire appartient désormais au président de la Knesset, Yuli Edelstein, lui-même membre du Likoud (droite), le parti de M. Nétanyahou.

Mettre ses allégeances politiques de côté

M. Edelstein a sollicité dimanche l’avis du conseiller juridique du Parlement pour savoir non pas si un comité pouvait délibérer, mais s’il avait « l’autorité » pour former ce comité, étape préalable aux discussions, a rapporté son porte-parole. « Après avoir reçu cet avis, M. Edelstein annoncera sa décision » de former ou non le comité, a précisé son porte-parole.

Mais le parti Bleu Blanc de l’ex-chef de l’armée Benny Gantz a exhorté le président de la Chambre à mettre ses allégeances politiques de côté et à donner son aval à une demande soutenue par une majorité de députés. « M. Edelstein, vous avez été élu président de la Knesset, pas chef de cabinet de M. Nétanyahou, et vous devez agir en conséquence » en « convoquant un comité parlementaire pour discuter la demande d’immunité », a fait valoir la formation.
 

DuneDuRif

* Vive Les Majuscules *
VIB
Tu es trop jeune pour avoir connu Hitler, tu ne sais pas de quoi tu parles.
Etudies l'histoire et tu verras que Hitler a été largement dépassé par Staline et Mao Zedong
Ces deux là il faut aussi les citer.
Le seul qui a des similitudes avec le leader d'israel c'est hitler, je dirai même plus c'est son mentor. Les 2 sont coupables d'une politique nazi criminelle-génocidaire.
 
Dernière édition:

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
Israël: le Parti travailliste-Gesher et Meretz font liste commune pour le scrutin de mars 2020
"Nous n'avons pas le choix, nous devons fusionner", avait déclaré Amir Peretz lors d'une réunion à huis clos.

Le leader travailliste Amir Peretz et le chef du parti Meretz, Nitzan Horowitz sont parvenus à un accord selon lequel leurs deux partis figureront sur une liste commune lors des élections du 2 mars 2020.

"Peretz et Horowitz comptent mettre l'accent sur le message d'union et sur l'espoir de changement politique qui sera le cœur social et la direction politique du prochain gouvernement après la fin de l'ère Netanyahou", ont écrit les parties dans un communiqué conjoint.

L'accord a été conclu lors de discussions pendant la nuit de dimanche à lundi au domicile de Peretz à Sderot. M. Horowitz et les équipes de négociation du parti travailliste et de Meretz étaient également présents.

La scène politique israélienne est en pleine ébullition avant les nouvelles législatives, les troisièmes en un an, convoquées après l'échec de M. Netanyahou et de son rival centriste Benny Gantz à former une coalition de gouvernement à l'issue des élections de septembre.
L'opposition de gauche cherche à s'unir pour empêcher le Likoud du Premier ministre, au pouvoir depuis 2009 et inculpé de corruption dans trois affaires différentes de remporter le scrutin de mars.

Le parti travailliste et Meretz qui ont obtenu respectivement 6 et 5 sièges aux élections de septembre cherchent à s'unir sur une liste commune pour éviter des déperditions de voix au cas où ils n'atteindraient pas le seuil d'éligibilité, fixé à 3,25% de l'ensemble des voix, dans le système proportionnel israélien.

https://www.i24news.tv/fr/actu/israel/politique/1578895026-israel-le-parti-travailliste-gesher-et-meretz-feront-liste-commune-pour-le-scrutin-de-mars-2020
 
la situation est assez désespérée voire ridicule

  • Netanyahou poursuivi pour multiples histoires de corruption mais qui recherche encore l'immunité pour ne pas faire face à la justice
  • 3 élections en un an et un pays incapable de se trouver des gouvernants
  • les 2 petits partis de gauche s'alliant pour totaliser 3% des voix ? quelle blague
  • que font les électeurs dans ce pays ? s'ils votent pour un pourri extrémiste ???
- bref urgence à dégager Netanyahou mais peu de perspectives que ca marche c'est ca ?
 
Ni toi ni moi ne verrons se réaliser tes funestes désirs.

Toi surement pas, mais nous oui

car toi tu es déjà fini, et tu délectes du malheur des autres pour oublier ton inexistence

tu n'a aucune idée de la puissance mondiale au côté des palestiniens, des centaines de millions de coeurs et d'âmes animés par la justice, garde le tient carbonisé et puant ils n'en ont pas besoin.
 
depuis 1949, les palestiniens attendent que la puissance mondiale qui est à leur côté se manifeste
c'est le peuple le plus patient du monde
On peut aussi se demander si cette puissance mondiale roule pour la palestine ou pour ses propres intérêts.

Elle se manifeste, et c'est justement ce qui fait toute l'actualité mondiale, la verrue essaie tant bien que mal de rester accrochée, mais elle sera finalement arrachée dans 50 ou 100 ou 200 ans qu'importe, c'est le peuple le plus patient au monde et c'est aussi le peuple le plus implanté dans le monde, pas comme certains éradiqués et annihilés en 2 temps 3 mouvements....
 
Haut