Journée Mondiale du Gougerot-Sjögren le 23 juillet une maladie féminine presque exclusivement

Moussayer

Dr Moussayer khadija : maladies auto-immunes
GOUGEROT-SJOGREN.jpe
Journée Mondiale de la maladie de Gougerot-Sjögren à l’ombre du coronavirus
Une pathologie qui touche presque exclusivement les femmes


L’épidémie du coronavirus ne doit pas nous faire oublier que le 23 juillet est la date de la la journée Mondiale du Gougerot-Sjögren, créée pour commémorer l'anniversaire du Dr Henrik Sjögren qui a découvert cette maladie en 1933.
L’association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques (AMMAIS), par la voix de sa présidente le Dr Moussayer khadija, veut à cette occasion sensibiliser à cette pathologie qui se caractérise par une sécheresse de la bouche et des yeux notamment et par des atteintes sur de nombreuses parties de l’organisme. Touchant entre 0,1 à 0.2 % de la population, elle touche à 90 % des femmes.
A l'heure actuelle, il n'est pas possible d’en guérir mais on peut en amoindrir les conséquences les plus néfastes.

Des manifestations aux conséquences potentiellement graves
Le Gougerot-Sjögren fait partie des maladies auto-immunes dont la cause provient d’un dysfonctionnement du système immunitaire. Il provoque une inflammation des glandes lacrymales et salivaires ainsi que d’autres glandes de la peau, de l’estomac ou du pancréas. Il est susceptible d’affecter d’autres organes : articulations, foie, poumons, reins, système nerveux... Il est aussi la cause de cancers, les lymphomes, dans 8% des cas, ainsi que d’une possible altération du cœur du foetus en cas de grossesse.
La sécheresse des yeux se manifeste par une rougeur et un inconfort avec parfois difficulté d’ouverture spontanée des yeux.... L’insuffisance de la salive donne notamment des troubles de la mastication et de la déglutition avec des douleurs buccales. Ces phénomènes peuvent aussi toucher les autres muqueuses ; en cas de sécheresse de la gorge et des bronches, on aura une toux, une difficulté à avaler, des démangeaisons...
Une fatigue intense est fréquente. On observe parfois un changement de couleur des doigts (blanchissement) appelé « syndrome de Raynaud », des douleurs et inflammations des articulations et des muscles…
La sécheresse de la bouche et des yeux n’est pas exclusive à cette maladie. Elle peut en effet découler de la prise de certains médicaments, de l’avancement dans l’âge, des suites d’infections virales...
Des traitements pour contrôler l’évolution de la maladie
Il n’existe pas de traitement radical de la maladie, mais la sécheresse des yeux peut être contrôlée à l’aide de substituts de larmes, tout en évitant les expositions au vent, à la vapeur et à la climatisation. On peut aussi réduire la sécheresse de la bouche grâce à l’emploi de salives artificielles et le maintien d’une bonne hygiène buccale. L’inflammation de certains organes nécessite le recours à la cortisone et / ou à des immunosuppresseurs (qui réduisent l’hyperactivité pathologique du système immunitaire).
Dans les cas les plus graves, on utilise les biothérapies qui, en ciblant une molécule ou une cellule clé, ont révolutionné le traitement des maladies auto-immunes. Le seul problème est que ces nouvelles molécules sont d’un coût élevé : 60 000 dhirams au minimum pour un traitement !

POUR EN SAVOIR PLUS : https://www.oujdacity.net/national-article-138267-fr/journee-mondiale-de-la-maladie-de-gougerot-sjogren-le-23-juillet.html
Casablanca, le 23/07/2020,
 
Haut