• En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

La justice de droite et la justice de gauche

  • Initiateur de la discussion Ebion
  • Date de début
Ebion

Ebion

Grüsser
VIB
Bonjour :timide:

Pas de longs discours cette fois-ci, mais juste une question.

La répartition des fruits du travail de la collectivité doit-elle être faite selon les mérites des diverses personnes, ou selon leurs besoins? Ou selon un troisième critère à préciser? Ou une combinaison?

Parce que je vois aucun critère parfait.

Note : je ne mets pas en question le droit de chacun de faire don de ce qu'il a à qui il veut, et pour des raisons à lui. Ma question porte sur l'organisation politique et juridique de la société, donc sur ce qui est imposé aux gens par les lois.
 
TIGELLIUS

TIGELLIUS

JE N'IMPOSE A PERSONNE MON AVIS
Bonjour :timide:

Pas de longs discours cette fois-ci, mais juste une question.

La répartition des fruits du travail de la collectivité doit-elle être faite selon les mérites des diverses personnes, ou selon leurs besoins? Ou selon un troisième critère à préciser? Ou une combinaison?

Parce que je vois aucun critère parfait.

Note : je ne mets pas en question le droit de chacun de faire don de ce qu'il a à qui il veut, et pour des raisons à lui. Ma question porte sur l'organisation politique et juridique de la société, donc sur ce qui est imposé aux gens par les lois.
Je dirais selon les deux.
 
TIGELLIUS

TIGELLIUS

JE N'IMPOSE A PERSONNE MON AVIS
Bonjour pieux Tigellius,

Mais selon quel principe moral ou social? Ou s’agit-il d’un compromis précaire entre différentes forces politiques?
Bonsoir Ebion
Encore les deux, car d'un côté on prime les plus performants, et de l'autre côté on donne aux autres car ils ont participé selon leurs capacités.
 
V

voleur2roses

Bonjour :timide:

Pas de longs discours cette fois-ci, mais juste une question.

La répartition des fruits du travail de la collectivité doit-elle être faite selon les mérites des diverses personnes, ou selon leurs besoins? Ou selon un troisième critère à préciser? Ou une combinaison?

Parce que je vois aucun critère parfait.

Note : je ne mets pas en question le droit de chacun de faire don de ce qu'il a à qui il veut, et pour des raisons à lui. Ma question porte sur l'organisation politique et juridique de la société, donc sur ce qui est imposé aux gens par les lois.
Libéralisme économique : liberté du travail, des marchés en générale (on est libre de faire du freak)
Tempéraments : le droit (régulation des marchés, la main invisible, tu te la mets ou je pense)
Variables d'"ajustement" social : les impôts (sur les "fruits du travail" mais aussi et surtout du capital) pour financer une politique solidaire (on "prélève" sur une partie du revenu des riches + la richesse + la conso de quoi "aider" les plus démunis).
Perturbateurs : les crises en tout genre (...).
 
etre2en1

etre2en1

intersex people are cool
VIB
La répartition des fruits du travail de la collectivité :
selon
- les efforts des diverses personnes,
- selon leurs besoins vitaux et élémentaires, et selon leurs capacités à les satisfaire
c'est une combinaison des 2.
Une répartition graduelle, adaptée.

Plus on fait d'efforts, plus on devrait être récompensé.
Moins tu es capable d'assumer tes besoins, mieux on devrait t'aider.
 
B

BloodySunday

De toute façon, dans ce monde de brutes, on obtient jamais ce qu'on mérite, mais ce qu'on négocie.

C'est triste, mais c'est comme ça.
 
yasstyme85

yasstyme85

I smell the storms of heresey brewing
Bonjour :timide:

Pas de longs discours cette fois-ci, mais juste une question.

La répartition des fruits du travail de la collectivité doit-elle être faite selon les mérites des diverses personnes, ou selon leurs besoins? Ou selon un troisième critère à préciser? Ou une combinaison?

Parce que je vois aucun critère parfait.

Note : je ne mets pas en question le droit de chacun de faire don de ce qu'il a à qui il veut, et pour des raisons à lui. Ma question porte sur l'organisation politique et juridique de la société, donc sur ce qui est imposé aux gens par les lois.
Voyant la situation de l'UE actuelle faible par rapport aux US, moi je penche sur le libéralisme pur et dur mais éclairé.
Je développerai ma position plus tard. à +
 
Papoun

Papoun

Bonjour :timide:

Pas de longs discours cette fois-ci, mais juste une question.

La répartition des fruits du travail de la collectivité doit-elle être faite selon les mérites des diverses personnes, ou selon leurs besoins? Ou selon un troisième critère à préciser? Ou une combinaison?

Parce que je vois aucun critère parfait.

Note : je ne mets pas en question le droit de chacun de faire don de ce qu'il a à qui il veut, et pour des raisons à lui. Ma question porte sur l'organisation politique et juridique de la société, donc sur ce qui est imposé aux gens par les lois.
Qui définit les "besoins" ?

Moi, j'ai besoin d'un Jet privé pour partir en vacances car je suis allergique aux bouchons sur l'autoroute !

Plus sérieusement, les besoins minimums sont globalement satisfaits : ne pas dormir dehors, être chauffé (un peu), disposer de l'eau courante et de l'électricité, de quoi se nourir, accéder à la santé, à l'éducation, (et aux matchs de foot à la télé ?).

Bref : l'URSS avait à peu près atteint les objectifs du marxisme : "à chacun selon ses besoins" !
 
felouquier

felouquier

Nicky31 pour les intimes
la répartition du fruit du travail de la collectivité doit se faire de façon que tout les membres puissent vivre en paix...
celui qui a un savoir faire doit être mieux payé que celui qui ne sait rien ou qui apprend ... ce n'est pas collectivement que l'on peut prendre des décisions, il faut des élus pour diriger et faut juste ajouter une loi qui les puniraient de prisons pour fautes grave et mauvaise gestion qui conduisent a des crises... et là seul les plus doués pourront se présenter, car aujourd'hui c'est les avide de pouvoir qui se présente pour diriger cette grande famille qui est l'état...
 
Ebion

Ebion

Grüsser
VIB
Qui définit les "besoins" ?

Moi, j'ai besoin d'un Jet privé pour partir en vacances car je suis allergique aux bouchons sur l'autoroute !

Plus sérieusement, les besoins minimums sont globalement satisfaits : ne pas dormir dehors, être chauffé (un peu), disposer de l'eau courante et de l'électricité, de quoi se nourir, accéder à la santé, à l'éducation, (et aux matchs de foot à la télé ?).

Bref : l'URSS avait à peu près atteint les objectifs du marxisme : "à chacun selon ses besoins" !
Bonjour,

Il y a une différence entre les besoins et les désirs! Un besoin est fondé sur une vraie exigence de notre nature (biologique, psychologique, sociale, intellectuelle), ou une exigence pour être fonctionnel dans le type de société où on vit. Par exemple, pour les jeunes en âge d’étudier, c’est devenu impensable de pas avoir de connexion à Internet, mais c’était du luxe en 1996. De même, dans les années 50, la télévision était pas essentielle par rapport au mode de vie ordinaire des gens, mais ça l’est devenu vers la fin du siècle. Le concept de pauvreté est donc en partie relatif à ce qui est la norme autour de nous à un moment donné. Perso, je suis dans le quart le plus pauvre des Canadiens, mais ça n’empêche pas que les rois carolingiens auraient envié mon confort!
 
Popotette75

Popotette75

Bonjour :timide:

Pas de longs discours cette fois-ci, mais juste une question.

La répartition des fruits du travail de la collectivité doit-elle être faite selon les mérites des diverses personnes, ou selon leurs besoins? Ou selon un troisième critère à préciser? Ou une combinaison?

Parce que je vois aucun critère parfait.

Note : je ne mets pas en question le droit de chacun de faire don de ce qu'il a à qui il veut, et pour des raisons à lui. Ma question porte sur l'organisation politique et juridique de la société, donc sur ce qui est imposé aux gens par les lois.

Cher Ebion tout mignon :timide:
L'injustice une mère qui n'est jamais stérile et qui ne donne que des enfants digne d'elle
PS je me souviens plus de l'auteur de cette phrase....

Bref les lois sont faites par et pour les riches à méditer ...

Ebion que penses tu de la légalisation du Canabis en Canada c'est déjà fait il me semble?
 
Ebion

Ebion

Grüsser
VIB
Cher Ebion tout mignon :timide:
L'injustice une mère qui n'est jamais stérile et qui ne donne que des enfants digne d'elle
PS je me souviens plus de l'auteur de cette phrase....

Bref les lois sont faites par et pour les riches à méditer ...

Ebion que penses tu de la légalisation du Canabis en Canada c'est déjà fait il me semble?
Bonjour redoutable Popotette75 :timide: ,

C’est clair que les riches ont plus de poids politique, dans tous les pays, et donc peuvent influencer la législation bien plus que les pauvres et les marginaux, et ensuite des idéologues essaient de nous convaincre que c’est justice.

Le cannabis est légal aujourd’hui, et ça me préoccupe. Cependant, les autorités locales, comme les villes, les écoles, les propriétaires, ont fait des lois très restrictives pour encadrer la consommation de cette drogue.
 
TIGELLIUS

TIGELLIUS

JE N'IMPOSE A PERSONNE MON AVIS
Le cannabis est légal aujourd’hui, et ça me préoccupe. Cependant, les autorités locales, comme les villes, les écoles, les propriétaires, ont fait des lois très restrictives pour encadrer la consommation de cette drogue.
Oui la légalisation du cannabis est préoccupante, et cela montre clairement comment une société peut reculer au lieu d'avancer dans le bon sens. PMA, mariage pour tous, adoption d'enfants par les homosexuels et d'autres tares, montrent bien la perte des valeurs dans les sociétés laïques.
 
Popotette75

Popotette75

Bonjour redoutable Popotette75 ,

C’est clair que les riches ont plus de poids politique, dans tous les pays, et donc peuvent influencer la législation bien plus que les pauvres et les marginaux, et ensuite des idéologues essaient de nous convaincre que c’est justice.

Le cannabis est légal aujourd’hui, et ça me préoccupe. Cependant, les autorités locales, comme les villes, les écoles, les propriétaires, ont fait des lois très restrictives pour encadrer la consommation de cette drogue.
Ils vont s'en foutre plein les fouilles surtout :D:sournois:
 
yasstyme85

yasstyme85

I smell the storms of heresey brewing
Bonjour,

Il y a une différence entre les besoins et les désirs! Un besoin est fondé sur une vraie exigence de notre nature (biologique, psychologique, sociale, intellectuelle), ou une exigence pour être fonctionnel dans le type de société où on vit. Par exemple, pour les jeunes en âge d’étudier, c’est devenu impensable de pas avoir de connexion à Internet, mais c’était du luxe en 1996. De même, dans les années 50, la télévision était pas essentielle par rapport au mode de vie ordinaire des gens, mais ça l’est devenu vers la fin du siècle. Le concept de pauvreté est donc en partie relatif à ce qui est la norme autour de nous à un moment donné. Perso, je suis dans le quart le plus pauvre des Canadiens, mais ça n’empêche pas que les rois carolingiens auraient envié mon confort!
Bien que le concept de pauvreté est relatif cela n'empêche de définir un certain nombre de principes et de normes théoriques voire universelles découlant de la définition abstraite de l'homme en tant qu'homme selon la pensée dominante. Et la pensée dominante de notre époque c'est bien celle des droits de l'homme. Il existe un certain nombre de droits inaliénables qui existent du simple fait que l'homme existe comme le droit de vie, le droit à l'éducation, après la liste peut croître ou rétrécir selon l'Etat dans lequel nous vivons et son modèle de société. En France certains commencent à en avoir marre de ce socialisme qui bouffe les poches du contribuable et limitent ainsi la liberté d'entreprendre à cause de l'augmentation des impôts..et donc face à la doctrine de droits des voix veulent plutôt parler des Devoirs et d'en faire la base de la définition de l'homme, les libéraux, entrepreneures, bourgeois préfèrent parler plutôt des devoirs plutôt que des droits, car celà permet de distinguer le citoyen actif qui contribue à la richesse de la collectivité ou de la Cité du citoyen non actif qui ne fout rien.
 
Haut