• En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

L’additif alimentaire e171 est-il dangereux pour la santé ?

mam80

la rose et le réséda
Modérateur
40 % des rongeurs exposés 100 jours au colorant E171 ont développé des lésions précancéreuses du côlon.

Van Gogh l’utilisait pour préparer son blanc de titane. Désormais, on le retrouve dans les confiseries, chewing-gums, sauces d’assaisonnement, plats préparés ou boîtes de conserve… Le dioxyde de titane, plus connu sous le nom d’E171, est partout! Autorisé en agroalimentaire depuis 1966 en Europe, ce colorant n’a d’autre fonction que celle de blanchir. Depuis quelques années, cette poudre, composée de 5 à 45 % de nanoparticules, soulève des doutes au sein de la communauté scientifique.

En 2006, une étude montrant que l’inhalation de nanoparticules de dioxyde de titane était à l’origine de cancers pulmonaires chez des rongeurs avait notamment poussé le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) à classer cette substance comme cancérigène possible pour l’homme. Mais aucune étude n’avait encore été consacrée aux risques liés à l’ingestion de colorant E171.

C’est chose faite grâce au travail de chercheurs de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) et de leurs partenaires, initié à la demande de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses). Leurs résultats, fruits de quatre années de travail, ont été publiés vendredi dans la revue Scientific Reports .

Le plus surprenant réside en l’apparition spontanée de lésions précancéreuses au niveau du côlon chez 40 % des rats ayant reçu les nanoparticules de dioxyde de titane pendant 100 jours

Les chercheurs ont quotidiennement donné à des rats du dioxyde de titane par voie orale, dans certains cas pendant une semaine, et d’autres pendant cent jours. L’opération a été répétée plusieurs fois sur des dizaines de rats afin de s’assurer de la reproductibilité des résultats. La dose administrée, fixée à 10 milligrammes par kilogramme de poids corporel et par jour, est proche de celle que nous ingérons au quotidien. «Nous nous sommes basés sur une étude de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) de 2016, qui rapporte les quantités de dioxyde de titane de différents aliments et qui croise ces données avec des modèles alimentaires rapportés aux différentes classes d’âge», explique Éric Houdeau, coauteur de l’étude et membre du centre de recherche en toxicologie alimentaire de l’Inra à Toulouse.

Selon cette étude, les enfants de moins de 6 ans consomment en moyenne 9 milligrammes d’E171 par kilo et par jour, contre un seul milligramme pour les adultes. «Les enfants sont les plus grands consommateurs de friandises, où l’E171 est beaucoup utilisé. Celui-ci est également utilisé pour blanchir les dentifrices, que les jeunes enfants sont susceptibles d’avaler», précise Éric Houdeau.

Première constatation: le dioxyde de titane est absorbé par l’intestin et passe dans la circulation sanguine. Les scientifiques ont en effet retrouvé des particules de dioxyde de titane dans le foie des animaux. Ils ont également décelé une altération de la réponse immunitaire au niveau des intestins, ainsi que le développement d’une légère inflammation dans le côlon (mise en place de réactions en réponse à une agression).

Si l’étude n’offre pas de certitude absolue quant aux risques de l’additif E171 sur la santé humaine, elle interroge sur les normes de sécurité alimentaire en Europe

Mais le plus surprenant réside en l’apparition spontanée de lésions précancéreuses au niveau du côlon chez 40 % des rats ayant reçu les nanoparticules de dioxyde de titane pendant 100 jours. «Une lésion précancéreuse est une première anomalie non cancéreuse décelable au microscope. Cela ne veut pas dire que les rats vont effectivement développer un cancer et en mourir», précise Fabrice Pierre, coauteur de l’étude et chercheur à l’Inra de Toulouse.

Les chercheurs ont ensuite donné du dioxyde de titane à des rats ayant déjà des lésions précancéreuses provoquées par du diméthylhydrazine (DMH), un cancérigène avéré. Ceux-ci ont vu 20 % de leurs lésions augmenter de taille, par rapport aux rats traités uniquement au DMH. Par la suite, les chercheurs n’ont pas étudié l’évolution de ces lésions. «Ce travail montre la nécessité de réaliser de nouvelles expériences à plus long terme. Pour l’heure, il est impossible de conclure que le dioxyde de titane est cancérigène», soulignent les auteurs.

Si l’étude n’offre pas de certitude absolue quant aux risques de l’additif E171 sur la santé humaine, elle interroge sur les normes de sécurité alimentaire en Europe.

En effet, alors que l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux autorise l’utilisation de ce colorant dans les aliments transformés sous réserve que son niveau n’excède pas 1 % du poids de l’aliment, l’Europe, elle, le permet sans aucune restriction.

+ sur http://sante.lefigaro.fr/article/soupcons-sur-un-additif-alimentaire

mam
 
40 % des rongeurs exposés 100 jours au colorant E171 ont développé des lésions précancéreuses du côlon.

Van Gogh l’utilisait pour préparer son blanc de titane. Désormais, on le retrouve dans les confiseries, chewing-gums, sauces d’assaisonnement, plats préparés ou boîtes de conserve… Le dioxyde de titane, plus connu sous le nom d’E171, est partout! Autorisé en agroalimentaire depuis 1966 en Europe, ce colorant n’a d’autre fonction que celle de blanchir. Depuis quelques années, cette poudre, composée de 5 à 45 % de nanoparticules, soulève des doutes au sein de la communauté scientifique.

En 2006, une étude montrant que l’inhalation de nanoparticules de dioxyde de titane était à l’origine de cancers pulmonaires chez des rongeurs avait notamment poussé le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) à classer cette substance comme cancérigène possible pour l’homme. Mais aucune étude n’avait encore été consacrée aux risques liés à l’ingestion de colorant E171.

C’est chose faite grâce au travail de chercheurs de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) et de leurs partenaires, initié à la demande de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses). Leurs résultats, fruits de quatre années de travail, ont été publiés vendredi dans la revue Scientific Reports .

Le plus surprenant réside en l’apparition spontanée de lésions précancéreuses au niveau du côlon chez 40 % des rats ayant reçu les nanoparticules de dioxyde de titane pendant 100 jours

Les chercheurs ont quotidiennement donné à des rats du dioxyde de titane par voie orale, dans certains cas pendant une semaine, et d’autres pendant cent jours. L’opération a été répétée plusieurs fois sur des dizaines de rats afin de s’assurer de la reproductibilité des résultats. La dose administrée, fixée à 10 milligrammes par kilogramme de poids corporel et par jour, est proche de celle que nous ingérons au quotidien. «Nous nous sommes basés sur une étude de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) de 2016, qui rapporte les quantités de dioxyde de titane de différents aliments et qui croise ces données avec des modèles alimentaires rapportés aux différentes classes d’âge», explique Éric Houdeau, coauteur de l’étude et membre du centre de recherche en toxicologie alimentaire de l’Inra à Toulouse.

Selon cette étude, les enfants de moins de 6 ans consomment en moyenne 9 milligrammes d’E171 par kilo et par jour, contre un seul milligramme pour les adultes. «Les enfants sont les plus grands consommateurs de friandises, où l’E171 est beaucoup utilisé. Celui-ci est également utilisé pour blanchir les dentifrices, que les jeunes enfants sont susceptibles d’avaler», précise Éric Houdeau.

Première constatation: le dioxyde de titane est absorbé par l’intestin et passe dans la circulation sanguine. Les scientifiques ont en effet retrouvé des particules de dioxyde de titane dans le foie des animaux. Ils ont également décelé une altération de la réponse immunitaire au niveau des intestins, ainsi que le développement d’une légère inflammation dans le côlon (mise en place de réactions en réponse à une agression).

Si l’étude n’offre pas de certitude absolue quant aux risques de l’additif E171 sur la santé humaine, elle interroge sur les normes de sécurité alimentaire en Europe

Mais le plus surprenant réside en l’apparition spontanée de lésions précancéreuses au niveau du côlon chez 40 % des rats ayant reçu les nanoparticules de dioxyde de titane pendant 100 jours. «Une lésion précancéreuse est une première anomalie non cancéreuse décelable au microscope. Cela ne veut pas dire que les rats vont effectivement développer un cancer et en mourir», précise Fabrice Pierre, coauteur de l’étude et chercheur à l’Inra de Toulouse.

Les chercheurs ont ensuite donné du dioxyde de titane à des rats ayant déjà des lésions précancéreuses provoquées par du diméthylhydrazine (DMH), un cancérigène avéré. Ceux-ci ont vu 20 % de leurs lésions augmenter de taille, par rapport aux rats traités uniquement au DMH. Par la suite, les chercheurs n’ont pas étudié l’évolution de ces lésions. «Ce travail montre la nécessité de réaliser de nouvelles expériences à plus long terme. Pour l’heure, il est impossible de conclure que le dioxyde de titane est cancérigène», soulignent les auteurs.

Si l’étude n’offre pas de certitude absolue quant aux risques de l’additif E171 sur la santé humaine, elle interroge sur les normes de sécurité alimentaire en Europe.

En effet, alors que l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux autorise l’utilisation de ce colorant dans les aliments transformés sous réserve que son niveau n’excède pas 1 % du poids de l’aliment, l’Europe, elle, le permet sans aucune restriction.

+ sur http://sante.lefigaro.fr/article/soupcons-sur-un-additif-alimentaire

mam
merci pour l'info
 
E102 Tartrazine Très toxique
E102 Tartrazine
Très toxique
E104 Jaune de quinoléine, Jaune de quinoline
Très toxique
E110 Jaune orangé S, Jaune soleil FCF
Très toxique
E111 Orange GGN, Alpha-naphthol orange
Très toxique
E121 Rouge citrus no. 2 (ex- Orseille, Orcéine)
Très toxique
E122 Azorubine, Carmoisine
Très toxique
E123 Amarante, Amaranthe
Très toxique
E124 Ponceau 4R, Rouge cochenille A
Très toxique
E125 Ponceau SX, Ecarlate GN, Scarlet GN
Très toxique
E126 Ponceau 6R
Très toxique
E127 Erythrosine
Très toxique
E128 Rouge 2G, Azogéranine
Très toxique
E129 Rouge allura AC
Très toxique
E130 Bleu anthraquinonique, Bleu solanthrène RS
Très toxique
 
le 171 le probleme c est que c est consideré comme un composant electronique
qui va s installer dans le sang
il peut interagir avec les ondes
c est dangereux quand meme tout ca
non on va vers la fin tout doucement y a que les idiots qui sont
encore optimiste
 
Haut