1. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences
    Rejeter la notice

De l’affaire benalla à adama

Discussion dans 'Actualités françaises' créé par Drianke, 22 Juillet 2018.

Qu’ils sont loin les selfies avec les héros de la Coupe du monde… Depuis jeudi, le scandale Benalla jette une lumière crue et tristement réaliste sur...

  1. Drianke

    Drianke Contributeur

    Inscrit:
    29 Août 2008
    Messages:
    76 444
    Likes:
    84 170
    Qu’ils sont loin les selfies avec les héros de la Coupe du monde… Depuis jeudi, le scandale Benalla jette une lumière crue et tristement réaliste sur les coulisses de l’État jupitérien. Les exactions de ce proche conseiller de l’Élysée, et l’indulgence dont il a bénéficié, confirment de manière spectaculaire bien des choses jusqu’ici supputées. La violence institutionnelle dont n’hésitent pas à user les hautes sphères de la Macronie. Mais aussi le degré d’hypocrisie dont elle est prête à faire preuve pour la dissimuler.

    Songeons qu’au lendemain d’un 1er mai brutalisé, le président accablait les manifestants : « Je n’ai aucune indulgence pour les grandes violences ou les tenants du désordre. » Au même moment, un de ses collaborateurs déguisé en policier jouait des poings sur un homme à terre dans une quasi-impunité. La garde rapprochée d’Emmanuel Macron croit sauver la mise en expliquant avoir sanctionné promptement les « gestes inadaptés » du chargé de mission. Elle a surtout réagi avec une mansuétude coupable – quinze jours de suspension – et une volonté de dissimulation répréhensible. Car, loin de simples « gestes inadaptés », Benalla est potentiellement l’auteur de « violences par personne chargée d’une mission de service public », ainsi que d’« usurpation de fonction ». Des délits passibles de trois et un an de prison. Les premiers de cordée de l’Élysée le savent. Mais ils ont préféré taper discrètement sur les doigts de leur boutefeu, laissant le procureur de la République dans l’ignorance. Sans une révélation opportune, Benalla continuerait à arpenter le Palais. Et ses supérieurs à tranquilliser leur conscience dans un détestable esprit clanique.

    Évidemment, cet épisode déplorable, qui entache la crédibilité des propos présidentiels, va laisser des traces profondes. Et nourrir le sentiment que l’appareil d’État entretient une justice à deux vitesses, protégeant ses affidés, matraquant les autres. À l’heure où la famille d’Adama Traoré s’indigne de la lenteur de l’enquête, deux ans jour pour jour après la mort du jeune homme dans un commissariat, l’Élysée ne fait rien pour les rassurer.

    https://www.humanite.fr/de-laffaire-benalla-adama-658284
     
  2. Drianke

    Drianke Contributeur

    Inscrit:
    29 Août 2008
    Messages:
    76 444
    Likes:
    84 170
    Entretien exclusif : Alexandre Benalla livre ses vérités

    Plus d’une semaine après les révélations du « Monde », l’ex-chargé de mission de l’Elysée a accepté de répondre longuement à nos questions.

    Pour la première fois depuis le déclenchement de l’affaire qui porte son nom, Alexandre Benalla parle. Barbe rasée pour ne pas être importuné, l’ancien chargé de mission de l’Elysée, accusé d’avoir molesté deux manifestants en marge des manifestations du 1er Mai, a accepté de répondre longuement aux questions du Monde.

    L’entretien, que nous n’avons pas fait relire, s’est déroulé à Paris, mercredi 25 juillet, au domicile de Marc Francelet, un ancien journaliste reconverti dans les affaires, qui se présente aujourd’hui comme « communicant ». Lors de la séance photo, réalisée en fin de journée, est apparue Michèle Marchand, figure de la presse people et très proche du couple Macron. Preuve que dans la tempête, M. Benalla n’est pas un homme seul.

    Estimez-vous avoir « trahi et déçu » Emmanuel Macron ? Ce sont ses mots…

    Ce sont des déclarations que je comprends. Parce que s’il y a un problème autour du président de la République, il ne doit pas être provoqué par un collaborateur. C’est quelqu’un qui avait — et qui a toujours, je pense — confiance en moi, dans mon action au quotidien. Mais au vu de ce que cette histoire a déclenché, je ne vois pas quels autres termes il aurait pu employer pour qualifier la situation. Donc, forcément qu’il y a de la déception, forcément qu’il doit y avoir un sentiment de trahison…

    Avez-vous le sentiment de l’avoir trahi ?...................

    https://www.lemonde.fr/politique/ar...benalla-livre-ses-verites_5336090_823448.html
     
    Yoel1 apprécie ceci.
  3. Yoel1

    Yoel1 VIB

    Inscrit:
    9 Février 2015
    Messages:
    6 164
    Likes:
    6 007
    Mais tout le monde s'en fout ...c'est déplorable je te l'accorde ;)
     
  4. Bibille

    Bibille

    Inscrit:
    21 Juillet 2018
    Messages:
    287
    Likes:
    338
    Les gens n'ont qu'à demander au flic qui se présente à eux, ce qui prouve qu'il appartient réellement aux forces de l'ordre. ;)
     
    purarabica apprécie ceci.
  5. Drianke

    Drianke Contributeur

    Inscrit:
    29 Août 2008
    Messages:
    76 444
    Likes:
    84 170
  6. majid10

    majid10

    Inscrit:
    31 Mai 2017
    Messages:
    9 107
    Likes:
    4 286
    macron est entrain de preparer une tonne de taxe pour la rentré
    donc cette histoire de dallas n interesse personne
    c est des conneries ca
    faut savoir que bruxelles prepare des lois et matignon aussi
    du genre sapin2,
     
    Soreila apprécie ceci.
  7. Drianke

    Drianke Contributeur

    Inscrit:
    29 Août 2008
    Messages:
    76 444
    Likes:
    84 170
    Benalla : "On m'explique qu'on va m'envoyer des gendarmes et des policiers. Je vais venir à la convocation"

    Alexandre Benalla se rendra finalement devant la commission d'enquête sénatoriale quand il aura reçu sa convocation formelle. Après avoir fait savoir, mardi après-midi, qu'il réserverait ses premières déclarations aux juges, l'ancien garde du corps de l'Élysée a fait volte-face sous la pression politique. Il s'explique.

    "On me contraint. On m'explique qu'on va m'envoyer des gendarmes et des policiers. Alors, je vais venir à la convocation. Parce qu'on me menace, d'une manière directe. Je vais venir m'expliquer devant la commission d'enquête. Mais elle n'a aucun droit. Elle bafoue notre démocratie", s'exclame d'une traite Alexandre Benalla quand il nous répond au téléphone, tard mardi soir. Neuf minutes d'interview, et à la fin, il préfère qu'on ne diffuse pas le son de sa voix, pleine de colère et parfois presque au bord des larmes. Mais il accepte qu'on répète sur France Inter tous les mots qu'il vient de déballer, comme on vide un sac lourd à porter.

    Alexandre Benalla est mis en examen pour des violences contre des manifestants, le 1er mai, à Paris. S'il ne s'était pas présenté à la convocation de la commission d'enquête sénatoriale, l'ancien chargé de mission de l'Elysée aurait pu être poursuivi, et risquait une peine de deux ans d'emprisonnement et 7.500 euros d'amende..............

    https://www.franceinter.fr/justice/...-des-policiers-je-vais-venir-a-la-convocation
     
  8. Drianke

    Drianke Contributeur

    Inscrit:
    29 Août 2008
    Messages:
    76 444
    Likes:
    84 170
    Il pourra aller ou il veut une fois qu'il sera à jour avec la justice française...
     
  9. Personne2

    Personne2

    Inscrit:
    28 Septembre 2014
    Messages:
    847
    Likes:
    760
  10. Personne2

    Personne2

    Inscrit:
    28 Septembre 2014
    Messages:
    847
    Likes:
    760
  11. Marbeldano

    Marbeldano

    Inscrit:
    6 Février 2015
    Messages:
    4 801
    Likes:
    5 808
    Aux dernières nouvelles, il se serait envolé au Maroc
     
  12. Curios

    Curios Bladinaute averti VIB

    Inscrit:
    26 Novembre 2014
    Messages:
    5 089
    Likes:
    6 795
  13. Personne2

    Personne2

    Inscrit:
    28 Septembre 2014
    Messages:
    847
    Likes:
    760
    L’audition de Benalla ébranle le directeur de cabinet de Macron
    19 SEPTEMBRE 2018 PAR ANTTON ROUGET
    Sous serment, Alexandre Benalla a indiqué mercredi devant les sénateurs qu’il avait détenu un pistolet Glock 43 pendant plusieurs déplacements présidentiels. Le directeur de cabinet de l’Élysée Patrick Strzoda, qui avait appuyé l’autorisation de port d’armes, avait pourtant prétendu le contraire. Problème : il était également sous serment.
     
  14. samlamenace

    samlamenace

    Inscrit:
    15 Avril 2010
    Messages:
    22 199
    Likes:
    9 035
    Drianke apprécie ceci.
  15. Manar92

    Manar92

    Inscrit:
    10 Octobre 2016
    Messages:
    3 092
    Likes:
    4 276
    pourquoi on fait tout un flan de cette affaire ?
     
    shams007 et Muadhib aiment ça.