L'Aïd, un prétexte pour aller en boîte





« Pour la fête de l'Aïd, soirée exceptionnelle, toute la nuit dans telle boîte. Cette super soirée sera animée par l'unique DJ Mahmoud qui vous passera du raï toute la soirée, ceci seulement pour la fête de l'Aïd el fitr, fête de rupture du ramadhan… » Voilà le type d'annonces radios émises par les stations qui nous passent du coran et l'appel à la prière (l'adhan) pendant tout le mois de ramadhan. Parfois même, à la fin de l'annonce le présentateur glisse une petite phrase passant presque inaperçue rappelant que l'abus d'alcool est dangereux. Cela peut être aussi le type de propos tenus par notre entourage non-musulman, qui nous demande « gentiment » de nous laisser un peu aller pour cette fête religieuse, de nous « lâcher ». C'est une fête faisant partie intégrante de la religion alors nous avons le droit non ? ! ? C'est une occasion saine non ? ! ? Une fois de temps en temps, ce n'est pas ça qui nous fera aller en enfer ! ? ! Toutes les raisons sont bonnes. Justement non…




L'Aïd, fête religieuse se transforme ainsi, petit à petit en un prétexte pour faire du haram. On minimise, on se tranquillise et on se dit que c'est pour la bonne cause. Ben voyons ! ! ! Ce n'est pas parce que c'est une fête, qu'on doit la célébrer à l'occidentale. Beaucoup de gens pensent que sans danse, sans alcool, sans musique, etc. il est impossible de s'amuser. C'est faux. L'amusement n'est pas un péché en lui-même, mais la façon de se distraire doit être saine.

Le chant par exemple n'est pas illicite en soi, mais il est permis sous certaines conditions. Les paroles ne doivent comporter ni immoralité, ni allusion à la luxure , ni encouragement au péché. Les chants peuvent même être accompagnés de musique surtout à l'occasion d'heureux événements comme les jours de fêtes.

Aïcha (r) dit : " Abu Bakr entra et trouva chez moi deux femmes esclaves ansarites qui étaient en train de chanter les poèmes qui avaient été dits, de part et d'autre, par les Ansars le jour de la bataille de Bu'âth. Elles n'étaient pas des chanteuses professionnelles, et pourtant Abu Bakr s'écria : « Des chants du diable dans la maison du Messager de Dieu ! » Cela se passait en un jour de fête, d'où le Messager de Dieu lui dit : « Ô Abu Bakr ! chaque peuple a (un jour) de fête et celui-ci est notre fête » "(Sahih d'al-Bukhâry)

D'après Aïcha, Abu Bakr (que Dieu soit satisfait de lui) entra chez elle pendant les jours de Mina (la fête du sacrifice), alors qu'elle était en compagnie de deux jeunes filles. Ces deux jeunes filles chantaient en s'accompagnant d'un tambourin alors que le Prophète était entièrement couvert de son manteau. Abu Bakr les réprimanda. Le Prophète découvrit alors son visage et lui dit « Laisse-les, Ô Abu Bakr ! Nous sommes un jour de fête » (hadith URA)

Cependant, même sans aller en discothèque, il faut faire attention à ne pas dévier doucement vers l'interdit, parce que chants et musique sont souvent associés au luxe, aux veillées interdites, à l'alcool.


« Et, parmi les hommes, il est [quelqu'un] qui, dénué de science, achète de plaisants discours pour égarer hors du chemin d'Allah et pour le prendre en raillerie. Ceux-là subiront un châtiment avilissant. »
Sourate 31, Luqman, verset 6

Pourquoi passer « un bon moment », un instant de joie éphémère au détriment du bonheur éternel ? Encore une fois cette année l'Aïd el fitr tombe pendant la période de Noël, profitons-en pour nous rappeler que nous ne devons pas nous comporter comme les non-musulmans qui célèbrent cette fête (à l'origine religieuse), comme ils célèbrent autre chose, sans restriction aucune. Ne laissons pas notre fête de l'Aïd ou une autre de nos fêtes religieuses devenir anodine, et même pire devenir la cause de péchés. Alors évitons de leur ressembler car « celui qui imite un peuple en fait partie » (hadith URA)

L'islam nous enseigne la façon de célébrer l'Aïd : il est interdit de jeûner ce jour-là .

Omar dit : « Le Prophète a interdit le jeûne ces deux jours ; le jour de l'Aïd el fitr et celui où vous mangez la viande de vos sacrifices » (Moslim)

Ce jour doit être une journée de réjouissances simples : passer une journée auprès de sa famille, de ses frères et sœurs, organiser des jeux pour les plus jeunes, écouter des anashids, visiter ses amis, préparer et déguster (évidemment) de bons gâteaux…et le meilleur : prier lors de l'office prière rassemblant les musulmans à la mosquée, se souvenant ainsi des bienfaits d'Allah swt, en écoutant le sermon…tout cela en s'efforçant de suivre la sunna du Messager de Dieu :

« 'Anas dit : « Le Messager de Dieu ne sortait le matin [pour la prière] de la Fête de rupture du jeûne qu'après avoir mangé quelques dattes. »

« De Murajja' ben Rajâ, directement de 'Ubayd-ul-Lâh, directement de 'Anas qui rapporta que le nombre de ces dattes mangées par le Prophète était impair » (Sahih d'al-Bukhâry)

L'islam ne nous interdit donc pas de nous amuser, de nous distraire et d'être gai. Seulement nous devons éviter l'illicite quelle que soit l'occasion, quel que soit le prétexte. Au contraire, en ce jour de fête, nous devons encore et toujours garder Allah swt en tête. Profitons de l'Aïd pour faire une bonne action, faire des dou'as, combattre son nafs (en se retenant par exemple d'aller en boîte de nuit).

Par ailleurs conservons en mémoire que le Prophète Mohamed , qui est notre modèle, était dans la vie avec les gens, un être humain normal aimant les choses bonnes et pures. Il était jovial, souriant et aimait plaisanter tout en ne disant que la vérité. Il aimait la gaieté et demandait la protection de Dieu contre la tristesse : « Ô mon Dieu , je me mets sous Ta protection contre les soucis et la tristesse »(Abou Daoud) Tout cela ne l'empêchant pas de remplir ses obligations envers Allah swt.





 
je te remercie d'avoir posté ce message je partage ton avis......j'espere que cela sera utile pour ceux qui envisageait de celebrer le aid de cette facon.....barakallahou fik khouya ou khti je ne c pa!lol
 
ok tout le monde fait ce kil veut mais cela nous empeche pas de profiter d'1 droit la liberté d'opinion pour donner notre avis sur un sujet mm si tt le monde ne le partage pas! ;-) ;-)
 

Difkoum

Anti c.ns
L'Aïd, fête religieuse se transforme ainsi, petit à petit en un prétexte pour faire du haram.
Avec le haram vous voulez murer vos compatriotes chez eux et, pourquoi pas, avec un bout de chiffon sur la tête.
J'aurais bien aimé que l'internet soit haram.

Eclatez vous les amis. On ne vit qu'une seule vie.
J'ai souvent été dans de beaux cabarets marocains et, hamdoulah, c'est plein de gens bons vivants.
 
Difkoum a écrit :
L'Aïd, fête religieuse se transforme ainsi, petit à petit en un prétexte pour faire du haram.
Avec le haram vous voulez murer vos compatriotes chez eux et, pourquoi pas, avec un bout de chiffon sur la tête.
J'aurais bien aimé que l'internet soit haram.

Eclatez vous les amis. On ne vit qu'une seule vie.
J'ai souvent été dans de beaux cabarets marocains et, hamdoulah, c'est plein de gens bons vivants.
C'est faux, archi faux ce que tu tente de faire passer comme idée Difkoum, pratiquer sa religion n'est pas nécessairement synonyme de renfermenment ou de repli, bien au contraire, tout dépend de la personne et son degré de compréhension de la religion, mais ça tu dois le savoir...
Rien ne t'empêche de vivre ta vie et d'en profiter et même de t'éclater comme ça te chante, les gens sont différents et il faut accepter les différence, il ne faut pas que ça soit un slogan mais un fait.
AL Khansa a exprimé son point de vue rien d'autres et c'est son droit le plus strict.

Kamel
 
Salam,

Mais enfin Difkoum, il te faut quoi de plus pour comprendre notre religion!Même avec des preuves à l'appui,tu ne cessera pas de dire que tu as raison!Mais NON,mon frère ,tu as tort et tu resteras dans l'erreur tant que tu n'aura pas assez de foi en Allah!
Allahi 3dik ya akhi,Allahi 3dik!

"Seigneur nous Te plaçons en face d'euxet nous nous réfugions auprés de Toicontre leur mal"
"Allahouma ina najhaloukafi nojouli fi nahoudoubika min chololihoum"
 
Assalamo aleikoum wa ra7hamato Allahi Wa Brakatoh okhti AlKhansaâ :)!

Jazaki Allah kheira ya oktah :rose: :rose: :)!

Dans l´islam dans tout les cas soit sous un prétexte l'Aïd ou d´autre choses aller en boîte c´est dans tout les cas Haram (illicite)

c´est clair :)!

Wa Allaho A3lam !
:rose:


wa salamo aleikoum wa ra7hhamato Allahi Wa Barakatoh
yours Ibno_Khaldoun
..:: :saws: :::.

AlKhansa a écrit :




« Pour la fête de l'Aïd, soirée exceptionnelle, toute la nuit dans telle boîte. Cette super soirée sera animée par l'unique DJ Mahmoud qui vous passera du raï toute la soirée, ceci seulement pour la fête de l'Aïd el fitr, fête de rupture du ramadhan… » Voilà le type d'annonces radios émises par les stations qui nous passent du coran et l'appel à la prière (l'adhan) pendant tout le mois de ramadhan. Parfois même, à la fin de l'annonce le présentateur glisse une petite phrase passant presque inaperçue rappelant que l'abus d'alcool est dangereux. Cela peut être aussi le type de propos tenus par notre entourage non-musulman, qui nous demande « gentiment » de nous laisser un peu aller pour cette fête religieuse, de nous « lâcher ». C'est une fête faisant partie intégrante de la religion alors nous avons le droit non ? ! ? C'est une occasion saine non ? ! ? Une fois de temps en temps, ce n'est pas ça qui nous fera aller en enfer ! ? ! Toutes les raisons sont bonnes. Justement non…




L'Aïd, fête religieuse se transforme ainsi, petit à petit en un prétexte pour faire du haram. On minimise, on se tranquillise et on se dit que c'est pour la bonne cause. Ben voyons ! ! ! Ce n'est pas parce que c'est une fête, qu'on doit la célébrer à l'occidentale. Beaucoup de gens pensent que sans danse, sans alcool, sans musique, etc. il est impossible de s'amuser. C'est faux. L'amusement n'est pas un péché en lui-même, mais la façon de se distraire doit être saine.

Le chant par exemple n'est pas illicite en soi, mais il est permis sous certaines conditions. Les paroles ne doivent comporter ni immoralité, ni allusion à la luxure , ni encouragement au péché. Les chants peuvent même être accompagnés de musique surtout à l'occasion d'heureux événements comme les jours de fêtes.

Aïcha (r) dit : " Abu Bakr entra et trouva chez moi deux femmes esclaves ansarites qui étaient en train de chanter les poèmes qui avaient été dits, de part et d'autre, par les Ansars le jour de la bataille de Bu'âth. Elles n'étaient pas des chanteuses professionnelles, et pourtant Abu Bakr s'écria : « Des chants du diable dans la maison du Messager de Dieu ! » Cela se passait en un jour de fête, d'où le Messager de Dieu lui dit : « Ô Abu Bakr ! chaque peuple a (un jour) de fête et celui-ci est notre fête » "(Sahih d'al-Bukhâry)

D'après Aïcha, Abu Bakr (que Dieu soit satisfait de lui) entra chez elle pendant les jours de Mina (la fête du sacrifice), alors qu'elle était en compagnie de deux jeunes filles. Ces deux jeunes filles chantaient en s'accompagnant d'un tambourin alors que le Prophète était entièrement couvert de son manteau. Abu Bakr les réprimanda. Le Prophète découvrit alors son visage et lui dit « Laisse-les, Ô Abu Bakr ! Nous sommes un jour de fête » (hadith URA)

Cependant, même sans aller en discothèque, il faut faire attention à ne pas dévier doucement vers l'interdit, parce que chants et musique sont souvent associés au luxe, aux veillées interdites, à l'alcool.


« Et, parmi les hommes, il est [quelqu'un] qui, dénué de science, achète de plaisants discours pour égarer hors du chemin d'Allah et pour le prendre en raillerie. Ceux-là subiront un châtiment avilissant. »
Sourate 31, Luqman, verset 6

Pourquoi passer « un bon moment », un instant de joie éphémère au détriment du bonheur éternel ? Encore une fois cette année l'Aïd el fitr tombe pendant la période de Noël, profitons-en pour nous rappeler que nous ne devons pas nous comporter comme les non-musulmans qui célèbrent cette fête (à l'origine religieuse), comme ils célèbrent autre chose, sans restriction aucune. Ne laissons pas notre fête de l'Aïd ou une autre de nos fêtes religieuses devenir anodine, et même pire devenir la cause de péchés. Alors évitons de leur ressembler car « celui qui imite un peuple en fait partie » (hadith URA)

L'islam nous enseigne la façon de célébrer l'Aïd : il est interdit de jeûner ce jour-là .

Omar dit : « Le Prophète a interdit le jeûne ces deux jours ; le jour de l'Aïd el fitr et celui où vous mangez la viande de vos sacrifices » (Moslim)

Ce jour doit être une journée de réjouissances simples : passer une journée auprès de sa famille, de ses frères et sœurs, organiser des jeux pour les plus jeunes, écouter des anashids, visiter ses amis, préparer et déguster (évidemment) de bons gâteaux…et le meilleur : prier lors de l'office prière rassemblant les musulmans à la mosquée, se souvenant ainsi des bienfaits d'Allah swt, en écoutant le sermon…tout cela en s'efforçant de suivre la sunna du Messager de Dieu :

« 'Anas dit : « Le Messager de Dieu ne sortait le matin [pour la prière] de la Fête de rupture du jeûne qu'après avoir mangé quelques dattes. »

« De Murajja' ben Rajâ, directement de 'Ubayd-ul-Lâh, directement de 'Anas qui rapporta que le nombre de ces dattes mangées par le Prophète était impair » (Sahih d'al-Bukhâry)

L'islam ne nous interdit donc pas de nous amuser, de nous distraire et d'être gai. Seulement nous devons éviter l'illicite quelle que soit l'occasion, quel que soit le prétexte. Au contraire, en ce jour de fête, nous devons encore et toujours garder Allah swt en tête. Profitons de l'Aïd pour faire une bonne action, faire des dou'as, combattre son nafs (en se retenant par exemple d'aller en boîte de nuit).

Par ailleurs conservons en mémoire que le Prophète Mohamed , qui est notre modèle, était dans la vie avec les gens, un être humain normal aimant les choses bonnes et pures. Il était jovial, souriant et aimait plaisanter tout en ne disant que la vérité. Il aimait la gaieté et demandait la protection de Dieu contre la tristesse : « Ô mon Dieu , je me mets sous Ta protection contre les soucis et la tristesse »(Abou Daoud) Tout cela ne l'empêchant pas de remplir ses obligations envers Allah swt.
 
Haut