Lamour : un sentiment parfois dune rare cruauté

« Il y a près d’une année, j’ai ressenti un authentique coup de foudre à la vue d’une jeune femme incroyablement belle et pleine de féminité. Un véritable mélange entre la femme traditionnelle et la femme moderne. C’est ce que j’appelais, une Marocaine libérée !

J’étais ébloui et profondément touché par sa grâce, sa pudeur…Je me sentais si proche d’elle et je ne voulais qu’une chose : la connaître davantage et lui ôter la tristesse d’être loin de son pays.

Après notre premier baiser, Bouchra a dû rentrer passer ses vacances au pays et moi, je n’avais qu’à l’attendre. A son retour, notre histoire avait commencé à prendre forme : nous nous sommes vus tous les soirs, j’allais la chercher à la sortie de son travail pour la raccompagner chez sa sœur où elle habitait.

Seulement, elle désirait toujours que je la dépose à quelques mètres de la maison pour fuir les regards de sa famille. Pourquoi ? Je ne l’ai découvert que plus tard.

Le glas a fini par sonner
Tout à fait par hasard et sans aucune intention de vouloir fouiller dans ses affaires, j’ai découvert que le nom de famille de Bouchra, figurant sur sa carte d’identité, ne correspondait pas à celui se trouvant sur sa carte de crédit.

Etonné, je lui ai posé quelques questions et, comble de surprise, elle m’avoue être mariée à son cousin au Maroc. Surpris, je l’interrogeais sur la raison de tout ce manège et surtout de tous ses secrets.

Elle m’avoue avoir fui la violence de son mari provoquée par son impuissance. Impuissant, il préférait enjamber son handicap en la battant et en la martyrisant.

Foudroyé par la douleur et fort de mon amour, je lui ai pardonné sur le champ et j’ai décidé d’être proche d’elle pour l’aider à surmonter cette épreuve et aussi pour jouir des merveilleux moments que nous pouvions connaître tous les deux.

L’espoir d’un amour déchu
Entrevues furtives, rencontres clandestines, nous ne manquions pas une occasion pour être ensemble pour tenter d’oublier le rendez-vous annuel de chaque été. Arrivé, je lui proposais le mariage. Je suis français et catholique, le mariage représente à mes yeux un engagement sérieux que je désirais vivre avec l’élue de mon cœur. Peu importe nos différences culturelles et religieuses, l’essentiel est que nous nous aimions et que nous étions prêts à fonder une famille.

Me promettant qu’elle allait divorcer et qu’elle essaierait de convaincre sa famille de son choix, je restais sur cet espoir attendant son retour avec impatience. Mais elle ne vint pas. Elle m’appela pour m’annoncer sa décision de rester auprès de son mari qui avait réussi à se soigner et qu’il était de son devoir d’accomplir son rôle d’épouse car c’était un droit qui revenait d’abord à son époux (je ne l’ai jamais touchée…) mais qu’elle continuerait à m’aimer secrètement et qu’elle penserait tous les jours à moi.

Meurtri par la nouvelle, je me sens aujourd’hui tel un fou. Je ne sais que faire, que penser face à cet amour devenu en si peu de temps impossible. Comment peut-elle m’aimer et porter les enfants d’un autre homme ? Dois-je accepter l’idée qu’elle puisse subir tous les soirs un viol au nom de je ne sais quel devoir ?

Devons-nous taire notre amour car elle a dû se marier pour faire plaisir à sa famille ? Le Seigneur ne nous a-t-il pas créés libres ? Libres pour faire ce qui nous semble juste et approprié à notre bonheur ?

Aidez-moi à comprendre cette situation où je sens que l’âme humaine répond à des considérations autres que l’amour et le respect de soi. »

 
bonjour,

je viens de lire ton mail, qui a l'air d'être une histoire un peu commune à bcp de personnes

tu as vécu une histoire qui malheureusement n'a pas suivi le cours que tu souhaitais. C'est la destin et tu ne peux rien y faire. Malheureusement, la femme que tu aimes n'a pas été très franche avec toi, depuis le début, mais vous n'avez certes pas choisi de vous rencontrer, et de tomber amoureux.
La loi de l'amour est parfois très dure à accepter, mais maintenant qu'elle est retourner dans son pays, il ne te reste plus que deux choix à faire :
le premier est peut-être de lui demander de divorcer avec la personne qu'elle n'aime pas en dépit des habitudes du pays où elle se trouve,
le second, est de l'oublier, et de t'entourer des personnes qui t'aiment, ta famille, pour pouvoir accepter de vivre loin de cette femme que tu aimes,

peut-être que finalement ton destin n'était pas de vivre à ses cotés, et j'espère de tout coeur, que tu réussiras à choisir la bonne solution

si tu aimes vraiment mais vraiment cette personne alors va au pays et va la chercher, tu mèneras un combat rude, ça c sur, mais si tu y tiens, alors tu auras la force de la ramener avec toi
j'espère que sa famille acceptera de la laisser partir avec toi, car il me semble que ce que tu dis dans ton mail, est qu'elle veut faire plaisir à sa famille, mais, l'amour n'a pas de frontière, tu es catholique mais tu peux te convertir à l'islam, car à la base on vient tous du même endroit,

et j'espère de tout mon coeur, que tu seras assez fort, tu as l'air de l'aimer, vraiment et sincèrement
tu viens de me faire rendre compte que l'amour est vraiment injuste à des moments, mais que l 'on doit être fort pour aller au bout de notre espoir

si tu veux parler n'hésites pas,
je te souhaite toute la chance du monde pour retrouver ta bien aimée

bizzz
 
sniff sniff..je suis trop triste pour toi..
Mais un conseil ne te prend plus la tete , sache que quelque part une autre t'attend ..le tout c'est d'etre patient
Chacun a son destin
 
On peux trés facilement admettre qu'elle est amoureuse de toi ... mais beaucoup de femmes marocaines sont trés cerebrales. entre toi et ses sentiments pour toi elle a preferée ses rapports avec sa famille. divorcer d'un cousin c'est creer la seconde guerre mondiale au sein d'une famille .. c'est des fréres ou soeurs qui n'ont rien demandé à personne qui doivent choisir un camp et se dire se dire adieu. l'individualisme de la cellule familliale europeene n'a rien à voir avec ce qui se passe au maroc. une cellule n'existe qu'en travers ses raports avec les oncles, les cousins, les fréres, .. sa decision depasse largement le simple cercle (toi, elle et son mari)..

un mec me disait qu'il était malheureux avec sa femme- cousine mais sil se separait d'elle c'est toute sa famille qui se separe de la sienne à elle sans oublier le cousin marié à la demi-soeur du copain qui risque d'en faire les frais ...auusi il se contente de vivre au jour le jour.. en esperant je ne sais quoi ...



 
c'est sûrement trés constructif ce qu'a dit achelhey .. mais je n'ai pas tout compris tout berbere que je suis ..; je ne le parle pas courament .. et les autres marocains non plus n'ont pas compris ...

si j'ai bien compris .. je suis pour les post anonyme aussi ... cela permet des fois d'exprimer des choses qu'on ne dirais pas en public...

 
Tu n'as pas vu fatima que c'est un cenarion complétement imaginaire !!!

Ca me degoute un peu, car je pensais que dans ce forum, nous allions discuter des choses intéréssantes, des questions et reflexions un peu soutenues,
A magrande surprises, l'autre nous raconte sa vie !!
 
hchem non membre
elle est gentille fatima elle a une bone bouille!
elle sais faire le couscous enplus! :-D

fait gaffe c une moderatrrice de bladi ! dc elle peut venir te botter les fesses! elle seront rouje :-D.

 
Haut