1. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences
    Rejeter la notice

L'Egypte Jordanie Syrie ont failli détruire Israël

Discussion dans 'Général' créé par Ancien-Membre, 30 Juillet 2006.

Guerre des Six Jours Situation géostratégique précédant le conflit (1956 – 1967) La précédente guerre israélo-arabe de 1956 lors de la Crise du...

  1. Ancien-Membre

    Ancien-Membre

    Inscrit:
    27 Juillet 2013
    Messages:
    0
    Likes:
    20
    Guerre des Six Jours

    Situation géostratégique précédant le conflit (1956 – 1967)

    La précédente guerre israélo-arabe de 1956 lors de la Crise du canal de Suez s'était soldée par une défaite militaire mais une victoire politique capitale pour l'Égypte. Suite au renoncement des États-Unis (sous les pressions française et britannique) à supporter financièrement la construction du Barrage d'Assouan, le président égyptien, Gamal Abdel Nasser avait nationalisé le Canal de Suez en 1956. Les anciennes puissances coloniales de France et du Royaume-Uni avaient alors soutenu ensemble une attaque israélienne dans le Sinaï jusqu'au Canal de Suez. Mais la condamnation fut unanime dans le monde. Les États-Unis, l'URSS et l'ONU s'accordèrent sur le retrait israélien et L'URSS menaça même Paris et Londres d'une frappe nucléaire.

    Le succès de Nasser avait donc été d'obtenir cette pression diplomatique des États-Unis et de l'URSS pour pousser Israël à se retirer de la totalité du Sinaï. En échange, Israël obtint le maintien de Casques Bleus de l'ONU dans le Sinaï pour veiller à garder cette frontière démilitarisée. L'Égypte avait également accepté de mettre un terme à la guérilla menée sur le sol israélien. Ainsi, la frontière israélo-égyptienne put connaître une période de calme sans précédent depuis 1948.

    Aucun pays arabe n'avait pourtant reconnu l'existence de l'État d'Israël, mais la région était dans un équilibre incertain depuis 1956, maintenu davantage par la compétition entre Égypte, Syrie et Jordanie que par une résolution réelle des problèmes. En pleine Guerre froide, l'Égypte et la Syrie étaient désormais alignées avec le Bloc de l'Est tandis que la Jordanie était soutenue par les occidentaux.

    Plusieurs années après le conflit, Israël construisit un réseau de transport de l'eau au niveau national. En réponse, la Syrie initia un plan de détournement des eaux de certaines rivières (Dan/Baniyas) afin qu'elles contournent le territoire israélien et passent plutôt par la Jordanie avant de rejoindre le fleuve du Jourdain. De plus, la Syrie encouragea certaines attaques passant par le territoire jordanien contre Israël (au désarroi du roi Hussein). Des attaques à l'artillerie lourde, depuis les hauteurs du Golan, se répétèrent aussi contre les civils israéliens du nord-est de la Galilée.

    Certains avancent que ces tirs faisaient suite à des provocations israéliennes et à des incursions dans la zone démilitarisée de la frontière. Malgré le bombardement par Israël des voies de détournement de l'eau en 1964, la frontière israélo-syrienne resta le théâtre de tensions permanentes.

    En 1966, l'Égypte et la Jordanie signèrent une alliance militaire qui les engageait réciproquement dans le cas d'une guerre impliquant l'un des deux pays. Le 7 avril 1967, un incident mineur à la frontière israélo-syrienne se transforma rapidement en une bataille aérienne de grande échelle au-dessus du Golan. Le résultat fut la destruction de sept Mig-21 syriens et le vol menaçant des avions de l'armée israélienne au-dessus de Damas. Les incidents frontaliers se multiplièrent et nombre de leaders arabes politiques et militaires appelèrent à la fin des représailles israéliennes. L'Égypte, toujours en quête d'une position centrale dans le monde arabe, surenchérit par des déclarations de Nasser selon lesquelles il prévoyait de remilitariser le Sinaï. La Syrie encouragea l'Égypte dans ce sens, mais ne se prépara pas immédiatement à l'éventualité d'un nouveau conflit. L'Union Soviétique supporta les besoins militaires des pays arabes. On apprit plus tard qu'un rapport soviétique du 13 mai prétendit que les troupes israéliennes se regroupaient le long de la frontière syrienne alors qu'il n'en était rien.

    Le 17 mai 1967, Nasser exigea le retrait des forces d'interposition de l'ONU du Sinaï et le Secrétaire-Général de l'ONU, U Thant, suivit cette requête. L'ONU demanda à déplacer ses troupes sur le territoire israélien mais Israël refusa ce redéploiement qui aurait constitué une brèche dans l'accord de cessez-le-feu précédent. Nasser concentra des troupes et des chars d'assaut sur la frontière avec Israël. Le 23 mai, l'Égypte bloqua l'accès au détroit de Tiran aux navires israéliens (route du sud essentielle à l'approvisionnement des israéliens en pétrole et blocus du port d'Eilat), ce qui était sans précédent depuis les accords internationaux sur les droits de passage dans le détroit, signés en 1957 par 17 puissances maritimes. Israël considéra cela comme un casus belli. La tension dans la région glissait d'un relatif statu quo vers une guerre régionale.

    Les quelques réticences à entrer en guerre du roi Hussein qui craignait le Panarabisme de Nasser furent vite effacées par les nombreux partisans de la guerre en Jordanie. Le 30 mai, l'Égypte signait avec la Jordanie un traité de défense mutuelle, qui s'ajoutait à l'alliance militaire déjà en place avec la Syrie. Le Président Nasser déclara: "notre objectif sera la destruction d'Israël. Le peuple arabe veut se battre." Plusieurs jours plus tard, les forces jordaniennes étaient commandées par un général égyptien. Israël appela de nombreuses fois la Jordanie à éviter les hostilités, mais Hussein était face à un dilemme: partir en guerre et risquer le contre-coup d'une réponse israélienne ou rester neutre et risquer une insurrection au sein de son peuple.

    Wikipedia
     
  2. Ancien-Membre

    Ancien-Membre

    Inscrit:
    27 Juillet 2013
    Messages:
    0
    Likes:
    20
    Le gouvernement d'Israël était soucieux de savoir si la Jordanie serait impliquée dans le conflit pressenti, car une attaque depuis la Cisjordanie (sous contrôle jordanien depuis 1949) aurait pu couper le pays en deux très rapidement. Toutefois, l'armée jordanienne ne semblait pas capable d'une telle manœuvre et la Jordanie avait plutôt jusque-là été le terrain d'opérations menées par les autres pays arabes. De plus, plusieurs états arabes éloignés commencèrent à mobiliser leurs armées, notamment l'Irak, le Soudan, le Koweït et l'Algérie.

    En Israël, certains voyaient, dans l'éventualité d'un nouveau conflit, une occasion d'assurer l'intégrité du pays en établissant des zones tampons. En effet, comme Menahem Begin l'admit en 1982, Nasser n'a pas choisi d'attaquer Israël, Israël a choisi d'attaquer Nasser. Selon le journaliste Mike Shuster, Israël "était encerclé par des états arabes décidés à le détruire.

    L'Égypte était dirigée par Gamal Abdel Nasser, un nationaliste provocateur dont l'armée était la plus puissante des pays arabes du Moyen-Orient. La Syrie était gouvernée par le radical parti Baas qui préparait en permanence des menaces pour pousser Israël à la mer." L'élite israélienne, dans la situation de blocus du détroit au sud et de mobilisation égyptienne dans le Sinaï et étant donné l'état d'embourbement des États-Unis au Viêt Nam, jugea que, si des dispositions militaires pouvaient apparaître non souhaitables, elles pourraient néanmoins être nécessaires. Dans le camp égyptien, Nasser, fort du soutien syrien et du contrôle militaire des forces jordaniennes que lui attribuait l'alliance signée le 30 mai, se faisait la même réflexion. Il estimait qu'Israël se soucierait de l'opinion publique internationale et n'attaquerait donc pas en premier. En même temps, le blocus du détroit du sud fragilisait de plus en plus l'économie et l'armée israélienne et Nasser estimait que son armée pourrait facilement repousser une première attaque déclenchée par les Israéliens puis aurait suffisamment de forces pour couper Israël en deux. Certains de ses commandants pensaient le contraire, sachant qu'un tiers des troupes égyptiennes était impliqué dans la guerre civile au Yémen et que les moyens de communication et de ravitaillement égyptiens n'étaient pas en bon état. Nasser continua néanmoins à augmenter le niveau de mobilisation en Égypte, en Syrie et en Jordanie pour mettre Israël sous pression.

    Israël tenta d'empêcher le blocage du détroit par des voies diplomatiques. Notamment, elle se tourna vers les États-Unis et le Royaume-Uni qui avaient garanti en 1957 qu'ils seraient capables d'ouvrir le détroit de Tiran si besoin était. Toutes les demandes israéliennes pour éviter le conflit furent sans réponse, menaçant l'avenir du pays. Les israéliens dénoncèrent le blocus comme étant une action correspondant aux critères internationaux d'acte de guerre.

    D'après l'historien israélien Michael Oren, ce fut la première fois que le "téléphone rouge" reliant la Maison Blanche au Kremlin fut utilisé pendant la guerre froide. Le 26 mai, le Ministre israélien des Affaires Etrangères, Abba Eban, se rendit à Washington pour connaître la position de l'administration américaine dans l'éventualité d'une guerre. A peine arrivé, il lui fut secrètement annoncé par le gouvernement israélien que des informations révélant le plan d'une attaque syro-égyptienne dans les 48 prochaines heures avaient été obtenues. Eban en informa le Président Johnson et ses conseillers, qui le renvoyèrent en précisant que les positions égyptiennes dans le Sinaï n'étaient que défensives et que les services d'espionnage américains n'avaient pas reçu d'informations corroborant l'annonce de cette opération. Toutefois, Johnson entra en contact avec Alexeï Kossyguine au Kremlin pour demander à l'URSS d'empêcher ses protégés du Proche-Orient d'attaquer Israël pour éviter une crise mondiale.

    L'ambassadeur soviétique au Caire, Dimitri Pojidaev, lut une lettre de Kossyguine à Nasser qui le prévenait qu'en cas d'attaque dans les 48 heures, l'URSS ne le soutiendrait pas. Le Ministre égyptien de la Défense, Abdel Hakim Amer, annonça alors au Général Mahmud Sidqi que l'opération était annulée [1].

    Les leaders israéliens décidèrent qu'en l'absence de réaction américaine et de l'ONU, Israël se devait d'agir. Le 1er juin, Moshe Dayan fut nommé Ministre de la Défense. Le 3 juin, le cabinet du Président américain Johnson fit un constat ambigu: Israël continue ses plans de guerre. L'attaque israélienne contre l'Égypte survint le 5 juin et démarra une guerre-éclair.

    Wikipedia
     
  3. atoutatis

    atoutatis

    Inscrit:
    23 Juillet 2006
    Messages:
    69
    Likes:
    0
    J'ai tout lu, il est tres bon ton article.

    Je vais en proposer d'autres.
     
  4. romanophores

    romanophores VIB

    Inscrit:
    7 Juin 2005
    Messages:
    10 740
    Likes:
    115
    Merci pour ce rappel d histoire rasta ;) .
     
  5. phoenix82

    phoenix82

    Inscrit:
    17 Octobre 2005
    Messages:
    3 886
    Likes:
    17
    Faut arreter de vivre sur les mythes du passe : l Egypte et la Jordanie sont des allies objectifs des USA et la Syrie est un nain militaire a cote d Israel...au lieu de rever ou fanstasmer sur les grandeurs du passe posez vous la question de la decadence des gouvernements arabes.
     
  6. Skikdi

    Skikdi

    Inscrit:
    14 Avril 2006
    Messages:
    2 499
    Likes:
    2
    Il ne faut pas vivre dans le passé...D'ailleurs ces armées se sont fait étriquer, la preuve Israël est plus que jamais là....Pensons à maintenant
     
  7. chibani123

    chibani123

    Inscrit:
    21 Janvier 2006
    Messages:
    517
    Likes:
    0
    oui qu'ils prennent des leçons de strategie aupres du hezbollah.
     
  8. Bent_blady

    Bent_blady

    Inscrit:
    8 Janvier 2006
    Messages:
    6 844
    Likes:
    20

    De quel mythes du passé tu parles? Que l'Egypte et la Jordanie sont des alliées des Usa aujourd'hui c'est une chose, mais coco, tu ne vas pas refaire l'histoire et les différentes guerres israélo arabe qu'il y a eu.

    Israël a bin failli disparaitre aux premiers jours de sa création (ceci dit, c'est pas sur que ce soit la Palestine qui aurait vu le jour).

    Israel n'avait rien à sa création, pas d'armes... C'est Golda Meir qui est allée mendier de l'aide aux USA. Et c'est cette aide qui a pu changer la donne.

    Et qu'est ce que ca peut te faire si certains aiment fantasmer comme tu dis sur la grandeur du monde arabe et de ses anciens dirigeants?
     
  9. 3weta

    3weta

    Inscrit:
    30 Juin 2006
    Messages:
    235
    Likes:
    1
    dans le passé les dirigeants arabes etaient un peu honnéte.mais mnt ces des corrumpues sans scrupule.ils n'ont plus la foi en dieu.leurs honneurs c'est le business.
     
  10. smaug

    smaug

    Inscrit:
    3 Février 2006
    Messages:
    635
    Likes:
    0
    Article intéressant. Au passage, une des grosses différences par rapport à aujourd'hui :