• En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

L’horreur à djerba: charlotte découvre des cadavres sur la plage

belgika

Et après l'espoir....
VIB
Charlotte, une Liégeoise de 25 ans, est en vacances avec son compagnon à Zarzis, en Tunisie. Mais ce jeudi matin, alors qu’elle se rendait à la plage, elle tombe nez à nez avec un cadavre en décomposition. Des embarcations de migrants ont fait naufrage ces derniers jours, la mer dépose leurs corps sur les plages tunisiennes.
Charlotte n’en croyait pas ses yeux. Ce jeudi matin, cette Liégeoise de 25 ans et son compagnon sont arrivés en Tunisie, à Zarzis. Là-bas, le couple devait passer une semaine pour de vacances bien méritées. Mais après leur première nuit, rien ne s’est passé comme prévu.

Jeudi matin, le couple s’est rendu à la plage de l’hôtel Sangho. En arrivant au bord de l’eau, les deux Liégeois ont fait une triste découverte. Près de la plage, ils sont tombés nez à nez avec un cadavre en décomposition ! Le corps flotte dans l’eau sous les yeux de tous les touristes présents sur place dont de nombreux enfants. Depuis plusieurs jours, la mer rejette des corps de migrants qui ont malheureusement péri sur des embarcations en provenance de Libye.

00:32


02:02

FS
Partager

La garde-côte tunisienne découvre 38 corps de migrants


Un triste spectacle qui a marqué la jeune Liégeoise de 25 ans. Sa sœur, Sophie, raconte : « Quand elle m’a téléphoné, elle était en larmes et ça a duré toute la matinée. Nous l’avons eue au téléphone et je peux vous dire qu’elle était vraiment choquée. Et c’est tout à fait normal. Mais vous imaginez ? Réserver des vacances, aller à la plage et tomber là dessus ? C’est tout simplement inacceptable. Ma sœur a un enfant de huit ans qui, pour une fois, n’est pas venu avec elle. Vous imaginez s’il avait vu ça ? ».
 

belgika

Et après l'espoir....
VIB
« Ils devaient nous prévenir »

Choquée par cette découverte, Charlotte décide de retourner immédiatement à l’hôtel, le Sangho Village club de Zarzis, pour demander des comptes : « Au début, sur place, c’était compliqué.
Ils ne voulaient pas que ma sœur en parle.

elle a ressenti une certaine pression.

Mais la moindre des choses c’est de prévenir !

Les cadavres reviennent depuis plusieurs jours.

Ils étaient au courant que cela pouvait arriver.

L’hôtel et le tour-opérateur devaient prévenir.

C’est aussi simple que ça.

Et le pire, c’est qu’une heure après la découverte du cadavre, des enfants allaient jouer dans l’eau.

Ils n’avaient même pas barricadé l’endroit ! »


« On comprend »

Chez TUI, la société de voyage choisie par Charlotte, on déplore aussi la situation : « Nous comprenons bien entendu le désagrément.

Ça doit être catastrophique d’arriver en vacances et de connaître ce genre de mésaventure », explique Sarah Saucin, porte-parole de TUI Belgique.


Et pour remédier au problème, la société a décidé de faire une offre aux voyageurs : « Vu la situation, nous avons décidé de proposer deux solutions.

Soit ils retournent directement en Belgique, soit nous les déplaçons dans un autre hôtel avec une autre plage.

Pour éviter que ça ne se reproduise », explique la porte-parole.


Dans la soirée de jeudi, nous apprenons que le couple de Liégeois confronté au cadavre a finalement pu changer d’hôtel.


Charlotte, une Liégeoise de 25 ans, est en vacances avec son compagnon à Zarzis, en Tunisie. Mais ce jeudi matin, alors qu’elle se rendait à la plage, elle tombe nez à nez avec un cadavre en décomposition. Des embarcations de migrants ont fait naufrage ces derniers jours, la mer dépose leurs corps sur les plages tunisiennes.
Charlotte n’en croyait pas ses yeux. Ce jeudi matin, cette Liégeoise de 25 ans et son compagnon sont arrivés en Tunisie, à Zarzis. Là-bas, le couple devait passer une semaine pour de vacances bien méritées. Mais après leur première nuit, rien ne s’est passé comme prévu.

Jeudi matin, le couple s’est rendu à la plage de l’hôtel Sangho. En arrivant au bord de l’eau, les deux Liégeois ont fait une triste découverte. Près de la plage, ils sont tombés nez à nez avec un cadavre en décomposition ! Le corps flotte dans l’eau sous les yeux de tous les touristes présents sur place dont de nombreux enfants. Depuis plusieurs jours, la mer rejette des corps de migrants qui ont malheureusement péri sur des embarcations en provenance de Libye.


La garde-côte tunisienne découvre 38 corps de migrants


Un triste spectacle qui a marqué la jeune Liégeoise de 25 ans. Sa sœur, Sophie, raconte : « Quand elle m’a téléphoné, elle était en larmes et ça a duré toute la matinée. Nous l’avons eue au téléphone et je peux vous dire qu’elle était vraiment choquée. Et c’est tout à fait normal. Mais vous imaginez ? Réserver des vacances, aller à la plage et tomber là dessus ? C’est tout simplement inacceptable. Ma sœur a un enfant de huit ans qui, pour une fois, n’est pas venu avec elle. Vous imaginez s’il avait vu ça ? ».

« Ils devaient nous prévenir »

Choquée par cette découverte, Charlotte décide de retourner immédiatement à l’hôtel, le Sangho Village club de Zarzis, pour demander des comptes : « Au début, sur place, c’était compliqué.

Ils ne voulaient pas que ma sœur en parle. elle a ressenti une certaine pression. Mais la moindre des choses c’est de prévenir !

Les cadavres reviennent depuis plusieurs jours. Ils étaient au courant que cela pouvait arriver. L’hôtel et le tour-opérateur devaient prévenir.

C’est aussi simple que ça. Et le pire, c’est qu’une heure après la découverte du cadavre, des enfants allaient jouer dans l’eau. Ils n’avaient même pas barricadé l’endroit ! »


https://www.nordeclair.be/le_12_clics/actualite
 
« Ils devaient nous prévenir »

Choquée par cette découverte, Charlotte décide de retourner immédiatement à l’hôtel, le Sangho Village club de Zarzis, pour demander des comptes : « Au début, sur place, c’était compliqué.
Ils ne voulaient pas que ma sœur en parle.

elle a ressenti une certaine pression.

Mais la moindre des choses c’est de prévenir !

Les cadavres reviennent depuis plusieurs jours.

Ils étaient au courant que cela pouvait arriver.

L’hôtel et le tour-opérateur devaient prévenir.

C’est aussi simple que ça.

Et le pire, c’est qu’une heure après la découverte du cadavre, des enfants allaient jouer dans l’eau.

Ils n’avaient même pas barricadé l’endroit ! »


« On comprend »

Chez TUI, la société de voyage choisie par Charlotte, on déplore aussi la situation : « Nous comprenons bien entendu le désagrément.

Ça doit être catastrophique d’arriver en vacances et de connaître ce genre de mésaventure », explique Sarah Saucin, porte-parole de TUI Belgique.


Et pour remédier au problème, la société a décidé de faire une offre aux voyageurs : « Vu la situation, nous avons décidé de proposer deux solutions.

Soit ils retournent directement en Belgique, soit nous les déplaçons dans un autre hôtel avec une autre plage.

Pour éviter que ça ne se reproduise », explique la porte-parole.


Dans la soirée de jeudi, nous apprenons que le couple de Liégeois confronté au cadavre a finalement pu changer d’hôtel.


Charlotte, une Liégeoise de 25 ans, est en vacances avec son compagnon à Zarzis, en Tunisie. Mais ce jeudi matin, alors qu’elle se rendait à la plage, elle tombe nez à nez avec un cadavre en décomposition. Des embarcations de migrants ont fait naufrage ces derniers jours, la mer dépose leurs corps sur les plages tunisiennes.
Charlotte n’en croyait pas ses yeux. Ce jeudi matin, cette Liégeoise de 25 ans et son compagnon sont arrivés en Tunisie, à Zarzis. Là-bas, le couple devait passer une semaine pour de vacances bien méritées. Mais après leur première nuit, rien ne s’est passé comme prévu.

Jeudi matin, le couple s’est rendu à la plage de l’hôtel Sangho. En arrivant au bord de l’eau, les deux Liégeois ont fait une triste découverte. Près de la plage, ils sont tombés nez à nez avec un cadavre en décomposition ! Le corps flotte dans l’eau sous les yeux de tous les touristes présents sur place dont de nombreux enfants. Depuis plusieurs jours, la mer rejette des corps de migrants qui ont malheureusement péri sur des embarcations en provenance de Libye.


La garde-côte tunisienne découvre 38 corps de migrants


Un triste spectacle qui a marqué la jeune Liégeoise de 25 ans. Sa sœur, Sophie, raconte : « Quand elle m’a téléphoné, elle était en larmes et ça a duré toute la matinée. Nous l’avons eue au téléphone et je peux vous dire qu’elle était vraiment choquée. Et c’est tout à fait normal. Mais vous imaginez ? Réserver des vacances, aller à la plage et tomber là dessus ? C’est tout simplement inacceptable. Ma sœur a un enfant de huit ans qui, pour une fois, n’est pas venu avec elle. Vous imaginez s’il avait vu ça ? ».

« Ils devaient nous prévenir »

Choquée par cette découverte, Charlotte décide de retourner immédiatement à l’hôtel, le Sangho Village club de Zarzis, pour demander des comptes : « Au début, sur place, c’était compliqué.

Ils ne voulaient pas que ma sœur en parle. elle a ressenti une certaine pression. Mais la moindre des choses c’est de prévenir !

Les cadavres reviennent depuis plusieurs jours. Ils étaient au courant que cela pouvait arriver. L’hôtel et le tour-opérateur devaient prévenir.

C’est aussi simple que ça. Et le pire, c’est qu’une heure après la découverte du cadavre, des enfants allaient jouer dans l’eau. Ils n’avaient même pas barricadé l’endroit ! »


https://www.nordeclair.be/le_12_clics/actualite
J'étais au Sangho club avec ma famille en avril....avec mes fillettes. Et oui j'y ai pensé en voyant une tortue de mer échouée sur la plage.
Quand cette horreur va t elle s'arrêter? Jamais. Tous ces morts, en fait on se baigne dans un cimetière.
Là encore ils ont retrouvé les corps d'un enfant de 3 ans, une femme enceinte....
 
Ma famille étant dans le Sud Tunisien, on fait toujours une escale à Djerba ou Zarzis.
Le cousin de mon papa va au Sangho Club depuis une dizaine d'années depuis la Suisse, c'est un petit club 2 étoiles avec des bungalows. Ils sont durement touchés par la baisse du tourisme et se battent pour essayer er de garder leurs emplois. Et oui ke cousin de mon papa à discuté avec le M. Qui enterre les corps et leur donne une sépulture digne, il y a un article déjà sur cette personne.
Bref j'y ai pensé en vacances et la je me rends compte que c'est arrivé. J'étais donc exactement à la place de ces touristes.
Honnêtement, la vie n'est-elle pas dégueulasse ?
 

Yoel1

VIB
J'étais au Sangho club avec ma famille en avril....avec mes fillettes. Et oui j'y ai pensé en voyant une tortue de mer échouée sur la plage.
Quand cette horreur va t elle s'arrêter? Jamais. Tous ces morts, en fait on se baigne dans un cimetière.
Là encore ils ont retrouvé les corps d'un enfant de 3 ans, une femme enceinte....
Au delà du drame humain qui m'horrifie tous les jours ...c'est qui cette pétasse ? qui ose dire "« Ils devaient nous prévenir »
A l’accueil: ..."Bonjour, Madame ne vous inquiétez pas si vous trouvez quelques cadavres sur la plage, nous attendons un arrivage " :fou::fou::fou:

pas de honte cette pétasse pas comme cet homme
 
Dernière édition:
Une touriste découvre ? C'est pas impossible qu'ils aient été déjà découvert par les locaux et même les autorités mais les ont abandonné..
 
Au delà du drame humain qui m'horrifie tous les jours ...c'est qui cette pétasse ? qui ose dire "« Ils devaient nous prévenir »
A l’accueil: ..."Bonjour, Madame ne vous inquiétez pas si vous trouvez quelques cadavres sur la plage, nous attendons un arrivage " :fou::fou::fou:
Déjà alerter les touristes, pour avoir des voyeurs qui font des photos..
C'est clair c'est un petit club tout simple, ils arrivent juste à sortir la tête de l'eau. C'est clair qu'ils ne veulent pas de mauvaise publicité, mais c'est pas que ça...Je sais pas mais cette touriste devrait se renseigner un peu sur l'actualité. Il y a des morts chaque mois, la Lybie est juste à côté. Ça doit être dur de travailler sur une plage et de savoir que des êtres humains s'y noient régulièrement sans que cela touche énormément les dirigeants de ce monde...eux c'est juste leur gagne pain
 
Au delà du drame humain qui m'horrifie tous les jours ...c'est qui cette pétasse ? qui ose dire "« Ils devaient nous prévenir »
A l’accueil: ..."Bonjour, Madame ne vous inquiétez pas si vous trouvez quelques cadavres sur la plage, nous attendons un arrivage " :fou::fou::fou:

pas de honte cette pétasse pas comme cet homme
Oui c'est exactement cette personne ( je crois) avec qui le cousin de mon papa a discuté. En fait il commence à être connu dans la région.
 

Yoel1

VIB
Je sais pas mais cette touriste devrait se renseigner un peu sur l'actualité. Il y a des morts chaque mois, la Lybie est juste à côté. Ça doit être dur de travailler sur une plage et de savoir que des êtres humains s'y noient régulièrement sans que cela touche énormément les dirigeants de ce monde...eux c'est juste leur gagne pain
Il y en a qui vivent dans un autre monde :(
 
Une touriste découvre ? C'est pas impossible qu'ils aient été déjà découvert par les locaux et même les autorités mais les ont abandonné..
Je pense pas du tout, connaissant certaines des personnes travaillant là bas. Mais un corps, c'est un être humain, la police doit venir, il y a des procédures ( enfin je pense). Les gens ont un coeur quand même
 
En fait ils s activent apparemment , il y a aussi le croissant rouge tunisien qui aide. Franchement un corps en décomposition, c'est pas un truc que tu ramasses comme ça...Après oui, ça devient banal au final. C'est pas pour ça que les locaux s'en fichent. D'ailleurs c'est une plage privatisée
 
La protection civile et la garde maritime, aidée du croissant rouge tunisien, ont déjà repêché une cinquantaine de corps, ( il doit en rester encore presque une vingtaine ) à retrouver. 5 rescapés seulement, 1 est mort à l'hôpital.
Ils n'échouent pas tous à la même place ( Djerba et Zarzis c'est pas à côté ).
 

belgika

Et après l'espoir....
VIB
C'est exactement comme cela police,médecins légistes,juge chargé de l'enquête,ambulances etc...

Il y en a qui vivent dans un autre monde :(

Non ils le "vivent" derrière leur écran de télé,face à la réalité cette femme et d'autres ne pensent qu'à leurs vacances gâchées pas lu un seul mot de compassion

Paix à leurs âmes
Je pense pas du tout, connaissant certaines des personnes travaillant là bas. Mais un corps, c'est un être humain, la police doit venir, il y a des procédures ( enfin je pense). Les gens ont un coeur quand même
 
Au delà du drame humain qui m'horrifie tous les jours ...c'est qui cette pétasse ? qui ose dire "« Ils devaient nous prévenir »
A l’accueil: ..."Bonjour, Madame ne vous inquiétez pas si vous trouvez quelques cadavres sur la plage, nous attendons un arrivage " :fou::fou::fou:

pas de honte cette pétasse pas comme cet homme
Les personnes ne veulent pas voir la "mocheté" de la vie... Ils sont en vacances, ils veulent que du positif.

Une réaction de traumatisme est normale. Mais, le "ils devraient nous prévenir" n'indique pas cela. Normalement, cela devrait sensibiliser sur le sort des migrants et elle aurait dû se dire "qu'est-ce que je peux faire pour éviter des morts?".
 
« Ils devaient nous prévenir »

Choquée par cette découverte, Charlotte décide de retourner immédiatement à l’hôtel, le Sangho Village club de Zarzis, pour demander des comptes : « Au début, sur place, c’était compliqué.
Ils ne voulaient pas que ma sœur en parle.

elle a ressenti une certaine pression.

Mais la moindre des choses c’est de prévenir !

Les cadavres reviennent depuis plusieurs jours.

Ils étaient au courant que cela pouvait arriver.

L’hôtel et le tour-opérateur devaient prévenir.

C’est aussi simple que ça.

Et le pire, c’est qu’une heure après la découverte du cadavre, des enfants allaient jouer dans l’eau.

Ils n’avaient même pas barricadé l’endroit ! »


« On comprend »

Chez TUI, la société de voyage choisie par Charlotte, on déplore aussi la situation : « Nous comprenons bien entendu le désagrément.

Ça doit être catastrophique d’arriver en vacances et de connaître ce genre de mésaventure », explique Sarah Saucin, porte-parole de TUI Belgique.


Et pour remédier au problème, la société a décidé de faire une offre aux voyageurs : « Vu la situation, nous avons décidé de proposer deux solutions.

Soit ils retournent directement en Belgique, soit nous les déplaçons dans un autre hôtel avec une autre plage.

Pour éviter que ça ne se reproduise », explique la porte-parole.


Dans la soirée de jeudi, nous apprenons que le couple de Liégeois confronté au cadavre a finalement pu changer d’hôtel.


Charlotte, une Liégeoise de 25 ans, est en vacances avec son compagnon à Zarzis, en Tunisie. Mais ce jeudi matin, alors qu’elle se rendait à la plage, elle tombe nez à nez avec un cadavre en décomposition. Des embarcations de migrants ont fait naufrage ces derniers jours, la mer dépose leurs corps sur les plages tunisiennes.
Charlotte n’en croyait pas ses yeux. Ce jeudi matin, cette Liégeoise de 25 ans et son compagnon sont arrivés en Tunisie, à Zarzis. Là-bas, le couple devait passer une semaine pour de vacances bien méritées. Mais après leur première nuit, rien ne s’est passé comme prévu.

Jeudi matin, le couple s’est rendu à la plage de l’hôtel Sangho. En arrivant au bord de l’eau, les deux Liégeois ont fait une triste découverte. Près de la plage, ils sont tombés nez à nez avec un cadavre en décomposition ! Le corps flotte dans l’eau sous les yeux de tous les touristes présents sur place dont de nombreux enfants. Depuis plusieurs jours, la mer rejette des corps de migrants qui ont malheureusement péri sur des embarcations en provenance de Libye.


La garde-côte tunisienne découvre 38 corps de migrants


Un triste spectacle qui a marqué la jeune Liégeoise de 25 ans. Sa sœur, Sophie, raconte : « Quand elle m’a téléphoné, elle était en larmes et ça a duré toute la matinée. Nous l’avons eue au téléphone et je peux vous dire qu’elle était vraiment choquée. Et c’est tout à fait normal. Mais vous imaginez ? Réserver des vacances, aller à la plage et tomber là dessus ? C’est tout simplement inacceptable. Ma sœur a un enfant de huit ans qui, pour une fois, n’est pas venu avec elle. Vous imaginez s’il avait vu ça ? ».

« Ils devaient nous prévenir »

Choquée par cette découverte, Charlotte décide de retourner immédiatement à l’hôtel, le Sangho Village club de Zarzis, pour demander des comptes : « Au début, sur place, c’était compliqué.

Ils ne voulaient pas que ma sœur en parle. elle a ressenti une certaine pression. Mais la moindre des choses c’est de prévenir !

Les cadavres reviennent depuis plusieurs jours. Ils étaient au courant que cela pouvait arriver. L’hôtel et le tour-opérateur devaient prévenir.

C’est aussi simple que ça. Et le pire, c’est qu’une heure après la découverte du cadavre, des enfants allaient jouer dans l’eau. Ils n’avaient même pas barricadé l’endroit ! »


https://www.nordeclair.be/le_12_clics/actualite
La touriste qui va taper un scandale a l'hôtel parce que des cadavres échoués ont heurté sa sensibilité, elle qui vit dans son cocon loin de certaines réalités de ce monde. Tete à claques.
Le visage pâle est très exigeant, au point de reprocher a un hôtel que des cadavres de migrants ai échoués sur ces plages, ils sont au courant ces imbeciles, que les cadavres reviennent avec les vagues de manière hasardeuse ? L'hôtel ne peut rien faire, mais le descendant de colons te répondra : " c'est pas mon problème, je ne veux pas de cadavre sur ma plage".
Si t'es pas contente casse toi !
 
La touriste qui va taper un scandale a l'hôtel parce que des cadavres échoués ont heurté sa sensibilité, elle qui vit dans son cocon loin de certaines réalités de ce monde. Tete à claques.
Le visage pâle est très exigeant, au point de reprocher a un hôtel que des cadavres de migrants ai échoués sur ces plages, ils sont au courant ces imbeciles, que les cadavres reviennent avec les vagues de manière hasardeuse ? L'hôtel ne peut rien faire, mais le descendant de colons te répondra : " c'est pas mon problème, je ne veux pas de cadavre sur ma plage".
Si t'es pas contente casse toi !
C'est un peu mon ressenti.

Là où une personne normale aurait un sentiment de révolte quant à la situation des migrants, elle a eu un sentiment de révolte quant au fait que ses vacances soient gâchées par des morts échoués sur SA plage (payée dans son séjour).
 

tinky

Moche ou Bekheir hamdullah
Chez TUI, la société de voyage choisie par Charlotte, on déplore aussi la situation : « Nous comprenons bien entendu le désagrément.

Ça doit être catastrophique d’arriver en vacances et de connaître ce genre de mésaventure », explique Sarah Saucin, porte-parole de TUI Belgique.


Et pour remédier au problème, la société a décidé de faire une offre aux voyageurs : « Vu la situation, nous avons décidé de proposer deux solutions.

Soit ils retournent directement en Belgique, soit nous les déplaçons dans un autre hôtel avec une autre plage.

Pour éviter que ça ne se reproduise », explique la porte-parole.

Mais comment peut on être aussi débile et avoir un poste à responsabilité ? :(

Un cadavre sur la plage ... un désagrément ? Comme dirait mon directeur de la publication ...
 
Mais comment peut on être aussi débile et avoir un poste à responsabilité ? :(

Un cadavre sur la plage ... un désagrément ? Comme dirait mon directeur de la publication ...

[/QUOTE
C'est vraiment immonde de parler de désagréments concernant des vacances alors qu'il s'agit de la mort d'êtres humains...
C'est aussi hallucinant
 
Mais comment peut on être aussi débile et avoir un poste à responsabilité ? :(

Un cadavre sur la plage ... un désagrément ? Comme dirait mon directeur de la publication ...
Est-ce de la débilité ou le fait que certains n'ont aucune considération pour certaines vies humaines (en l'espèce, les migrants)? Je pense qu'avec un tel état d'esprit, on parle de désagrément, de mésaventure... et non de drame humain.
 
pauvre charlotte, son séjour gaché par des corps de migrant moyés,

miskina, elle devrait ouvrir une cagnotte :rolleyes:
 

tizniti

Reubeulogue et Reubeutherapeute.
Charlotte a payé 120 euros la semaine complète avec le vol d'avion ....

elle ne veut pas voir ses vacances (à 120 €) gâchées par ce "petit desagrement" :(

elle a payé 120€ quand même la semaine !!!!
Tout à fait.
120 euros, c'est de l'argent et l'argent par ces temps de disette et de pénurie ne pousse plus comme avant.
Pauvre humanité. Les athées diront presque que ce sont les signes annonciateurs de la fin des temps...... Les temps perdus.
....
 

belgika

Et après l'espoir....
VIB
Cadavres de migrants et "vacances ratées": enquête du CSA sur un sujet du journal de RTL-TVI


Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a annoncé mardi l'ouverture d'une enquête sur un sujet d'un journal télévisé de RTL-TVI considéré par de nombreux téléspectateurs comme portant atteinte à la dignité des migrants.


Diffusé le 12 juillet dans le RTL Info de 13 heures, le sujet est introduit ainsi par la présentatrice Salima Belabbas: "Un début de vacances raté pour Charlotte. La Liégeoise venait d'arriver à Zarzis, en Tunisie, et elle a découvert un cadavre sur la plage".


S'ensuit le témoignage par téléphone de la sœur de Charlotte, qui dit cette dernière choquée par la découverte.
Au total, huit touristes belges en vacances sur les plages de Tunisie se seraient plaints d'un désagrément similaire au point de demander, pour certains, de changer d'hôtel.

Au micro de RTL, une porte-parole d'un tour-opérateur explique ensuite avoir accédé à de telles demandes, et proposé "une aide psychologique” aux vacanciers choqués.
Critiques sur les réseaux sociaux
Depuis le week-end dernier, cet angle de traitement journalistique d'un drame humanitaire - les cadavres de dizaines de migrants africains échoués la semaine dernière sur les côtes tunisiennes après un naufrage en Méditerranée - a suscité une flopée de critiques sur les réseaux sociaux.
 

belgika

Et après l'espoir....
VIB
Sur le site du Vif, un psychologue a rédigé une carte blanche, intitulée “Ces migrants qui gâchent nos vacances: l’indécence à son comble”, soutenue par plus de 800 co-signataires.


Nombreuses plaintes au CSA



Le CSA, de son côté, a indiqué avoir été saisi "de nombreuses plaintes" dénonçant "une potentielle atteinte à la dignité humaine des personnes migrantes".



Ces plaintes, poursuit le gendarme de l'audiovisuel, "questionnent également le traitement de l'information dans la séquence, qui aurait pour effet de déshumaniser ces personnes".


En conséquence, "un dossier d'instruction" a été ouvert conjointement avec le Conseil de déontologie journalistique (CDJ).

C’est cet organisme qui devra évaluer si RTL-TVI a enfreint les obligations déontologiques faites aux médias audiovisuels, explique le CSA dans un communiqué. Le CDJ doit rendre son avis dans un délai de 90 jours.


“Dès le 13 heures, nous avons (...) élargi le sujet, on l’a mis en perspective, en parlant de ce bateau échoué et de ces cadavres retrouvés au compte gouttes.

On a parlé de ce drame.


Et on en a reparlé au RTL Info 19h en mettant en avant le témoignage d’un pêcheur tunisien”, a expliqué un porte-parole de la chaîne à nos confrères de la DH.

“On voulait l’avoir au 13 heures mais c’était impossible, en termes de délais. On a donc mis en évidence les deux angles. Les téléspectateurs ont le droit d’aimer ou non la façon dont le sujet a été traité.”.


“Dévoiement de la mission première du journalisme”



Vendredi dernier, RTL-TVI avait choisi de développer pour son public des informations rapportées par le quotidien belge La Capitale (groupe Sudpresse), dont la Une était barrée du titre: "Horreur à Djerba: Les touristes face aux cadavres".


"Pour maximiser l'audience, il a semblé opportun de parler du désarroi de touristes ‘bien de chez nous’ plutôt que de la mort tragique de migrants", a déploré le psychologue Jean-Baptiste Dayez dans sa tribune publiée sur le site internet du Vif, parlant de "dévoiement de la mission première du journalisme".


https://www.7sur7.be/belgique/cadavres-de-migrants-et-vacances-ratees-enquete-du-csa-sur-un-sujet-du-journal-de-rtl-tvi~a860da1f/
 

belgika

Et après l'espoir....
VIB
OPINION
"Ces migrants qui gâchent nos vacances": l'indécence à son comble



"Vous n'avez pas encore réservé vos vacances ?

Quoi de mieux que les côtes de la Méditerranée pour vous dorer la pilule ?


Un seul conseil : n'allez pas à Djerba ; vous risqueriez de tomber nez à nez avec des cadavres.

Ce serait fâcheux et risquerait de gâcher vos vacances."




"Vendredi dernier (12 juillet), RTL-TVI a diffusé, au journal télévisé, une séquence intitulée "Une touriste belge découvre des cadavres sur une plage de Djerba" et présentée de la façon suivante : "Un début de vacances raté pour Charlotte.

La Liégeoise venait d'arriver à Zarzis, en Tunisie, et elle a découvert un cadavre sur la plage".

Au cours du reportage, on comprend que ce sont des corps de migrants échoués sur la plage qui sont en cause : ils viennent gâcher les vacances d'une touriste belge, qui demande à changer d'hôtel.

Les garde-côtes tunisiens dénombrent près d'une centaine de migrants morts suite au naufrage d'un canot parti de Libye.

Leur destin tragique n'est abordé à aucun moment.

Seules apparaissent les réactions des touristes et du voyagiste lié à leur séjour.

Le traitement médiatique de cet événement nous a profondément choqués.

Une déshumanisation à son paroxysme


Dans cette séquence, l'indécence et l'inhumanité prédominent.

Plutôt que de s'attarder sur l'essentiel - des vies humaines ont été arrachées au cours d'une tragédie en mer -, tout est pensé pour focaliser l'attention des téléspectateurs sur la réaction d'une touriste belge parce que les corps ont échoué précisément sur la plage où elle passait ses vacances.


Cette profonde dérive du sens éthique -- qui amène à voir les vacances de nos compatriotes comme plus importantes que le droit inaliénable de tous à une vie digne -- rend ce traitement de l'information inacceptable et contraire au code de déontologie journalistique.



La "loi de proximité" a été appliquée : les informations paraissent d'autant plus importantes qu'elles sont proches de leur cible.

Pour maximiser l'audience, il a semblé opportun de parler du désarroi de touristes "bien de chez nous" plutôt que de la mort tragique de migrants.

Ce dévoiement de la mission première du journalisme n'est malheureusement pas neuf : la course à l'audimat amoindrit jour après jour la qualité de l'information.

Mais, dans la séquence dont il est question, l'indécence est à son comble, à tel point qu'il devient difficile d'imaginer que seule la recherche d'audience est en cause.
 

belgika

Et après l'espoir....
VIB
La Méditerranée : lieu de villégiature pour les uns, cimetière pour les autres


Si nous dénonçons l'absence de repères éthiques dans ce "reportage", il présente néanmoins le mérite de mettre involontairement en relief les inégalités criantes entre les habitants du "Nord" et d'un certain "Sud".

Les uns peuvent se ressourcer ; les autres sont contraints de risquer leur vie pour subvenir à leurs besoins fondamentaux.

Les uns sont libres de parcourir le monde à leur guise ; les autres ne peuvent le faire qu'au prix de leur vie.

Les uns peuvent changer d'hôtel pour éloigner de leur vue ou de leur conscience ce qui les dérange ; les autres seront enterrés loin des leurs.

Les uns se voient offrir un soutien psychologique ; les autres peinent à recevoir -- en Belgique -- l'accompagnement psychologique ou psychiatrique que les traumatismes successifs endurés nécessiteraient.

Notons que c'est d'ailleurs cette dissymétrie révoltante entre le "Nord" et le "Sud" qui est responsable d'une partie significative des migrations actuelles.

La responsabilité des médias

L'angle choisi par RTL-TVI n'est pas un cas isolé.

En effet, la représentation des migrants véhiculée par certains médias dominants ne cesse de se détériorer.

Présentés, selon les cas, comme des menaces, des victimes, des fardeaux ou des intrus -- et, systématiquement comme des "autres" si différents de nous -- (Mazzocchetti & Yzerbyt, 2019), les migrants ne sont plus reconnus comme des êtres humains à part entière : ils sont infrahumanisés, voire déshumanisés.


Chez nous, ils sont perçus comme indésirables, corvéables à merci. Ici comme ailleurs, nous sommes indifférents à leur souffrance, voire même incommodés si elle vient à s'afficher sur la plage de nos vacances !

La séquence de vendredi va ainsi jusqu'à légitimer l'indifférence : n'est-il pas normal de vouloir changer d'hôtel pour pouvoir se soustraire à toute prise de conscience ?
 

belgika

Et après l'espoir....
VIB
La responsabilité des médias dominants dans la construction de nos représentations sur les migrants est énorme.

En alimentant des représentations erronées, largement formulées par l'extrême-droite, les médias "altérisent" les migrants, rendent toute forme d'identification impossible et participent au déni de solidarité.

En exacerbant cette logique, RTL-TVI a contribué -- une fois de plus -- à remplacer notre humanité par l'égocentrisme le plus désinhibé.

Nous ne pouvons accepter que la migration soit abordée de façon aussi biaisée.

À l'heure de la montée de l'extrême-droite un peu partout en Europe, nous appelons les médias à assumer leurs responsabilités et à informer l'opinion publique de façon complète et nuancée.

Mazzocchetti, J., & Yzerbyt, V. (2019). Crise migratoire: le discours médiatique alimente-t-il la peur des migrants ? Sociétés en changement, 7.



https://www.levif.be/actualite/europe/ces-migrants-qui-gachent-nos-vacances-l-indecence-a-son-comble/article-opinion-1165895.html?fbclid=IwAR3UDFQj9Gd6m4wKdPcM5k7lH2TmnpH0kVtgr58g0P8-S0lsbCsBn28hZVw&cookie_check=1563346104
 

Difkoum

Anti c.ns
Mazzocchetti, J., & Yzerbyt, V. Quoi ? Des visages pales descendants de colons* qui défendent des migrants ? Ce doit être un fake.

Paix aux âmes de ces pauvres victimes des injustices, de la corruption et du désespoir régnants dans leurs pays.

* Termes à utiliser si vous voulez halaliser des propos xénophobes et paraître intelligent.
 
Haut