• En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

Liberté du désir (une expérience de pensée chez Spinoza)

Ebion

Grüsser
VIB
Bonjour :timide:

Spinoza, dans son Court traité, se livre à une expérience de pensée pour montrer que le désir humain ne saurait être libre. Selon lui, un tel désir est causé par quelque chose d'extérieur, et non choisi souverainement par l'individu en soi. Spinoza rejette aussi l'idée que, si les désirs naissent sans nous et de l'extérieur, nous ayons prétendument un droit de véto qui relève de notre choix libre, à savoir que nous puissions faire obstacle (directement) à un tel désir. Spinoza rejette pour des raisons métaphysiques l'idée d'un désir qui puisse s'annuler lui-même. Ce qui existe cherche nécessairement à persister dans son existence, et ne cherche pas volontairement son autodestruction...

Ce qui peut triompher d'un désir n'est autre qu'un autre désir, plus fort, ou encore l'affaiblissement du désir, quand on découvre que la chose désirée n'est pas aussi belle qu'on le supposait :

"""
(2) D'après la définition d'Aristote, le désir (appétit) semble être un genre qui comprend deux espèces : car il dit que la volonté est l'inclination que les hommes ont pour le bien ou l’apparence du bien : d'où il suit, à ce qu’il me semble, qu'il range sous le nom d'appétits toutes les inclinations, tout aussi bien les bonnes que les mauvaises ; mais quand l'inclination a le bien pour objet, ou que celui qui en est possédé est trompé par l'apparence du bien, c'est alors ce qu'il nomme voluntas ou bonne volonté. Si au contraire elle est mauvaise (comme lorsque nous voyons chez un autre homme une inclination pour un objet réellement mauvais), c'est ce qu'il nomme alors volupté ou mauvaise volonté : de telle sorte que l'inclination de l'âme n'est pas une tendance à affirmer ou à nier, mais un désir d'acquérir quelque chose, sous l'apparence du bien, ou d'éviter le mal.

(3) Maintenant, il nous reste à rechercher si ce désir est libre ou n'est pas libre. La conclusion résulte déjà de ce que nous avons dit, à savoir que le désir dépend de la représentation, et que cette représentation doit avoir une cause extérieure ; c'est ce qui résulte encore de ce que nous avons dit de la volonté : mais il nous reste à montrer que le désir en lui-même n'est pas libre.

(4) Quoique la plupart des hommes voient bien que la connaissance qu'ils ont des choses est un intermédiaire par lequel leur appétit passe d'un objet à un autre, ils ne remarquent pas cependant quelle cause détermine ainsi ce changement d'objet. Mais, pour faire voir que l'inclination en nous n'est pas libre, et nous mettre devant les yeux d'une manière vive ce que peut être le penchant qui nous entraîne et nous fait passer d'objet en objet, représentons-nous un enfant qui, pour la première fois, est saisi de la perception d'un objet : par exemple, je lui montre une sonnette qui produit un son agréable à son oreille et lui inspire le désir de la posséder ; voyez s'il peut s'affranchir de cette passion et de ce désir ? Si vous dites : Oui, je vous demande pour quelle cause il le ferait ? Ce n'est pas certainement pour quelque autre objet qu'il connaisse mieux, puisque c’est encore le seul qu'il connaisse, puisqu’il n'a en ce moment devant lui aucun autre objet de perception, et que le plaisir est le plus grand qui s'offre à lui. Peut-être dira-t-on qu’il a la liberté d'écarter ce désir, que si le désir à la vérité commence en nous sans liberté de notre part, nous avons néanmoins ensuite le pouvoir de nous en dégager ? mais non, une telle liberté ne peut apporter en sa faveur la moindre preuve. C'est ce que l'on voit clairement, car quelle serait donc la cause qui pourrait ainsi détruire le désir ? Serait-ce le désir lui-même ? Certainement non, car il n’est rien qui par sa nature aspire à sa propre destruction. Quelle cause donc pourrait supprimer le désir ? Rien sans doute, si ce n'est que, suivant l'ordre et le cours de la nature, l’enfant soit affecté par quelque objet qui lui paraîtra plus agréable que le premier.

"""
 

TIGELLIUS

JE N'IMPOSE A PERSONNE MON AVIS
Spinoza, dans son Court traité, se livre à une expérience de pensée pour montrer que le désir humain ne saurait être libre. Selon lui, un tel désir est causé par quelque chose d'extérieur, et non choisi souverainement par l'individu en soi.
En effet, je suis d'accord avec lui.
 
Haut