1. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences
    Rejeter la notice

Macron contre la suppression des niches fiscales

Discussion dans 'Actualités françaises' créé par Hibou57, 9 Février 2019.

La simplification de la fiscalité, ce n’est pas pour demain. Les niches fiscal n’en sont qu’une partie la plus facile à remettre en cause, et pourtant...

  1. Hibou57

    Hibou57 VIB

    Inscrit:
    13 Février 2006
    Messages:
    45 715
    Likes:
    28 021
    La simplification de la fiscalité, ce n’est pas pour demain. Les niches fiscal n’en sont qu’une partie la plus facile à remettre en cause, et pourtant Macron s’y oppose en rejetant une proposition de Gérald Darmanin qui allait dans ce sens.

    Voir : Macron désapprouve la remise à plat des niches fiscales (msn.com), Février 2019.
     
  2. Kaiserin

    Kaiserin VIB

    Inscrit:
    6 Avril 2010
    Messages:
    9 747
    Likes:
    9 172
    Darmanin veut toucher aux crédits d'impôts pour l'emploi de particuliers par les plus aisés notamment. Je ne pense pas que ce soit une bonne idée.

    Enfin, si c'est encore prendre aux plus riches (en façade, car en fait, ce sont les plus pauvres qui vont en faire les frais - les employés de particuliers) pour diminuer soit disant les impôts des plus pauvres, c'est absurde. Nous n'avons pas assez de contribuables.

    Il faut, au contraire, augmenter la masse des personnes imposables (certains ont les moyens d'en payer, mais ne paient rien).

    Et, surtout, si on récupère de l'argent, ce n'est pas pour le redistribuer, mais pour diminuer notre dette. On n'avancera jamais dans ce pays, si on continue ainsi. J'ai l'impression d'une fuite en avant pour ménager les râleurs!
     
    amachou apprécie ceci.
  3. Hibou57

    Hibou57 VIB

    Inscrit:
    13 Février 2006
    Messages:
    45 715
    Likes:
    28 021
    La simplification de la fiscalité n’est pas en contradiction avec l’idée de l’impôt universel, la première me semble même être une condition nécessaire pour rendre la seconde acceptable (et supportable).

    Je me disais justement la même chose à il y a deux ou trois jours : la politique, ce n’est plus que de la gestion de l’opinion. En effet, on va dans la ravin avec ça.