• En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

madame le proviseur

  • Initiateur de la discussion SoulBrother
  • Date de début
S

SoulBrother

J'ai vu hier à la tv, un reportage sur une une femme, responsable dans un collége en région parisienne, qui m'a marqué.

Ca m'a marqué car je trouve que cette femme dirige l'etablissement avec coeur et poigne. Elle essayes d'aider chacun à réussir , et surtout à apprendre à vivre, à construire sa personnalité. A chaque probléme, elle répond par la dicussion, le débat. Elle est contre la loi du silence, et pousse à la réaction par la prise de conscience, la reponsabilité.

Mais ce qu'elle veux avant tout, c'est le meilleur pour chacun. On voit par exemple, un élève qui se fait virer suite à une altercation avec un prof, à qui la principale essayes de retrouver immédiatement aprés l'exclusion un place ailleuirs pour qu'il ne prenne pas de retard dans sa scolarité (elle appele tous les colléges des environs). On la voit également organiser un voyage de pls semaines à des élèves en difficultés à la campagne pour "leur ré-apprendre à apprendre", et elle est présente à leur départ à la gare. Et une image m'a vraiment étonné lorsqu'elle demande à chacun de lui faire la bise avant de monter dans le train, tous le monde s'executent (alors qu'on voit ces mémes jeunes insulter des prof, ou taper des eléves juse avant).

Enfin bref, j'ai beaucoup d'admiration pour cette personne, qui dirige ce collége, comme un famille, punit lorsqu'on fait des bétise, récompense les bonnes actions, est toujours ouverte au dialogue, traite chacun de la méme façon, donne une seconde chance à ceux qui échoue.

Je voudrais faire un "big up" à cette femme ainsi qu'à toutes personnes qui participent de prés ou de loin (prof, éducateur, assistantes sociales, animateur, frére, soeurs, parents..)à l'éducation des enfants, à leur apprentissage, à remettre dans le droit chemin quand c'est nécessaire, qui se sentent investis par la mission de transmettre des valeurs, une éducation pour que nos petits fréres et soeurs se construisent leur propre personnalité, leurs idées, leur conception de la vie, leurs réves, désirs, souhaits...qu'ils apprennent la vie tout simplement.
 
Ancien-Membre

Ancien-Membre

Mega coup de :cœur: pour ces personnes car elle n’est pas la seule a faire cela
 
S

SoulBrother

c'est vrai Amine qu'il y a de nombreuses personnes qui participent à l'éducation, la transmission de valeurs, de connaissances...et il faut toutes les féliciter, mais ce que je voulais dire, c'est qu'il n'y en aura jamais assez, et qu'il faut encourager e sensibiliser tout le monde, chacun doit prendre ses responsabilités(famille, ecole, pouvoirs publics).

Et la portée d'un tel reportage doit réveiller les consciences, et peut etre eveiller des vocations, car il y a des gens qui font ca mieux que d'autres, et que si leurs compétences sont au service du plus grand nombre c'est pour l'intéret de nombreux jeunes. De telles personnes peuvent palier la défaillance d'autres personnes. C'est très important lorsqu'on est jeune qu'on nous montre le chemin, qu'on est des répéres, et malheureusement à l'école il y a trop souvent des personnes incompétentes, des mauvaises influences qui font basculer des vies vers le mauvais coté, et pour réparer ca aprés....
 
B

biya

Salut, j'ai vu quelques extraits de ce reportage et ça m'a beaucoup touchée de voir qu'il y avait encore des gens qui croient en ces jeunes désorientés. aide-éducatrice dans un lycée professionnel en zone rurale mais qui acceuille des élèves venus de milieu urbain pour la plupart. Cette année , je suis particulièrement sensible au comprtement d'un élève d'origine marocaine qui n'a pas l'air du tout de se sentir bien au sein du lycée. Lui et son copain se sont fait exclure 3 jours en raison de leur comportement, des jeunes sur la défensive avec lesquels il ne faut surtout pas se braquer , en ce qui me concerne je n'ai jamais rencontré deproblèmes avec eux, je suis peinée de les voir subir une sorte de racisme ambiant, en effet il me semble qu'on les juge trop vite sur leur apparence ( une démarche, des expressions..)J'arrive à discuter avec eux, mais je ne sais plus comment les convaincre de ne pas se démotiver, ils ont un bep à faire en un an et l'un d'entre eux est certain qu'on le laissera pas finir l'année . toute la journée de ce mardi, j'ai éssayé de faire tampon entre eux et l'équipe éducative sans succès, mes collègues me disent qu'ils sont corrects avec moi parce qu'ils ont les mêmes origines que moi! je ne pense pas qu'il n'y ait que cette raison.
Le garçon qui s'est fait exclure une fois risque à nouveau une exclusion de 3 jours,cette fois c'est parce qu'il est exclus de cours trop souvent par des profs en manque de patience et de diplomatie. Tout cela me révolte, d'un côté ce jeune qui après plusieurs mois de chômage a fait l'effort de reprendre sa scolarité et de l'autre une équipe éducative qui ne veut pas s'encombrer d'un cas trop dérangeant pour leur petite vie de prof tranquille. Il est clair que je prends délibérément parti mais je pense qu'il ne faut pas fermer la porte à ces ados.J'ai tenté de parler à la prof qui l'a eclus de son cours, elle m'a répondu " quand il comprendra qui est le prof cela ira mieux". que dois je faire? le jeune homme est pêt à démissionner. merci de vos conseils
 
S

SoulBrother

Biya, ta volonté de venir en aide à cette personne, est très bonne, car tu ne la juge pas, et essayes simplement d’améliorer sa situation. Je note dans ton post que l’eleve
-n’est pas intégré à cause de son apparence, de sa différence
-qu’il est réjeté par les prof car il n’a pas le comportement d’un eléve qui travaille, assiste régulierement aux cours, et accepte l’autorité sans broncher
-qu’il pense abandonner sa formation qu’il vient de reprendre

Ce dernier point est très positif, car cet éléve à repris la voie scolaire aprés une période d’inactivité. Qu’est ce qui l’a poussé à reprendre les études: le chomage, la pression de sa famille, une volonté d’avoir une meilleure qualification? quel que soit sa raison, en reprenant les études, il a voulu sortir d’une spirale négative et se donner de meilleures chances pour trouver un travail. La décision de reprendre les études n’est pas une chose facile quand on a quitté cette voie là, et traduit une volonté de sortir d’une situation d’échec. Et qu’est ce qui se passe, une fois au lycée, il se retrouve à nouveau dans une situation d’échec (non integration, exclusion).

Ce qui est regrétable c’est que ce jeune qui s’accroche, en reprenant une formation, n’est pas écouté et soutenu par les ensignants et les éducateurs. Peut etre qu’il a déjà connu l’échec scolaire auparavant, et que revivre cette situation le pousse à arreter puisque personne ne lui vient en aide encore une fois.

Ce sont ces personnes qui ont le plus besoin de soutien, à qui on en donne le moins car ils ne correspondent pas a l’eléve lambda, qu’ils ont du mal à se fondre dans le moule.
Est ce qu’une dicussion s’est instaurée entre les profs et l’éleve suite aux problémes qui ont causé son exclusion? Est ce que les profs savent qu’il a repris les études apres une interruption et pourquoi, dans quel but? Ce jeune est surement désoreinté par le chomage qu’il a vécu, et si il sent que de retour en milieu scolaire il est a nouveau rejetté, alors à quoi bon continuer? IL a besoin de conseils, d’etre recadré, de savoir quelle est sa valeur, de retrouver des repéres et une confiance (ce n’est pas parcqu’il n’a pas le méme parcours que les autres, et qu’il a des problémes qu’il est moins bon qu’un autre, mais si personne ne vient lui dire, c’est sur qu’il finira par croire que l’école ne sert à rien). Tout le monde fait des erreurs un jour ou l’autre, et lorsqu’on a la volonté de s’en sortir, si quelqu’un qui vous offre une seconde chance, vous ouvre les portes, vous franchissez le pas et reprener le dessus. Mais s’il n’y a personne qui vous tend la main, le doute s’installe, on se laisse aller, et ca peux partir en sucette très rapidement.

J’ai vraiment du dégout pour les personnes qui ne font rien pour changer les choses sous prétexte qu’il ont leur petite vie tranquille, et qu’ils veulent pas se mouiller. Et le jour ou ils auront un probléme, que leur enfant aura des difficultés (échec, drogue, fille-mére), qu’est ce qu’ils vont faire? ils vont rester dans leur coin à leur dire de se débrouiller seul? est ce qu’ils refuseraient l’aide que d’autres pourraient leur apporter? bien sur que non, ils sauteraient sur la premiere occasion! Mais tout cela ne peux pas leur arriver, les problémes c’est les autres! Alors pour eux, ca ne les concerne pas.
Quelle bande de ###.

Biha, d’aprés ce que tu dis, ce jeune t’écoute, parle avec toi, alors profite de ce dialogue entre vous pour lui faire partager ton expérience, l’interroger sur ses motivations, ses ambitions dans la vie. S’il t’écoute c’est qu’il te respecte et qu’il pense que tu peux le comprendre alors mais le en confiance, pour qu’il s’accroche. S’il a choisi de faire ce BEP, c’est pour mieux se préparer et réussir pour la suite. Alor s’il lui faut 1 an pour cela, il faut qu’il tienne. Il va pas abandonner maintenant. Le plus dur c’est de prendre la décision, et cette décision il l’a prise parqu’il pensait y arriver. Ca peux changer beaucoup de choses, et le remettre dans la bonne voie (en plus on retire toujours une grande fierté lorqu’on a un diplome, pour soi, sa famille, et c'est la reconnaissance d’un savoir et compétences). Est qu’il n’a plus cette envie, cette rage de s’en sortir? Rien n’est facile dans la vie, les choses s’acquiert dans la douleur. Il faut le convaincre de la nécessité de se plier à certaines régles pour arriver à un résultat (mais plus le combat est difficile, plu la victoire est belle,non?), un prof est là pour transmettre des connaissances, un savoir. Il est pas là pour sanctionner et fermer des portes, mais il ne fait de cadeau à personne surtout si on viens le pietiner sur le territoire de l’autorité. A l’ecole comme partout, il y a un des régles qui s’imposent à tous, et les respecter, c’est prouver son intégration au groupe, et qu’on respecte les autres.

A ton éléve, il faut lui parler orgueil, fierté, ambition , lui montrer qu’abandonner c’est pour les faibles et les laches. Qu’il doit fournir des efforts, faire des concessions, mais qu’en récompense il obtient un sésame qu’il lui donnera plus de poids sur le marché du travail, donc plus de chances de s’en sortir et que c’est son objectif,non? Et si la confiance nait entre vous, il faut absolument qu’il rencontre ce prof qui l’a exclu, que chacun explique ses positions et choix. La parole met les choses à plat, et enléve les ambiguités. Je pense qu’il peux réussir, mais il a besoin d’un guide qui lui montre le chemin à suivre. Il faut que tu trouves les mots qui lui parlent à lui. Savoir écouter les gens permet de mieux les connaitre et mieux les conseiller.
BON COURAGE
 
Haut