La maladie en Islam

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
La maladie est une altération, une dégradation de la santé de sorte que l'individu se trouve dans un état général de malaise. A cette définition objective de la maladie, l'Islam nous offre une dimension spirituelle du sens même de cet état.

La maladie comme épreuve
Le prophète (Salla Allah ‘alih wa salem) a dit: "Le croyant est sans cesse éprouvé dans sa personne, dans sa progéniture et dans ses biens jusqu'à ce qu'il se rende à Dieu, exempt de toute faute". (Tirmidi)

Durant sa vie, l'individu est soumis à de nombreuses épreuves: la maladie, la pauvreté, la mort, les calamités...Ces circonstances douloureuses dévoilent chez lui un comportement qui peut exprimer soit de la révolte, soit de la reconnaissance, soit de l'ingratitude.

C'est là que Dieu nous apprécie. Sommes-nous constants dans l'aisance comme dans la pauvreté, dans la maladie comme dans la santé, dans le malheur comme dans la joie?

C'est à l'occasion de ces grands événements que notre foi est mise à l'épreuve et qu'elle révèle soit son authenticité soit sa fausseté. Dieu nous met en garde, les épreuves sont inéluctables et il faut s'y préparer afin de ne pas être pris au dépourvu. Elles existent pour nous éprouver.

Dieu dit: " Nous vous éprouvons pour connaitre ceux d'enete vous qui luttent, ceux qui sont constants." (Sourate 47:31)

D'après un hadith Qodsi Dieu Exalté dit: "En vérité, je vous le dis, Je suis Dieu véritable; Il n'y a pas d'autre Dieu que Moi, Muhammad est Mon serviteur et Mon envoyé; quiconque se soumet à Mes arrêts, se résigne au malheur dont Je le frappe et se montre reconnaissant de Mes bienfaits, celui-là Je l'inscris au nombre des hommes à la foi sincère, et Je le ferai ressusciter avec cette catégorie de justes; mais celui qui, au contraire, ne se soumet point à Mes arrêts, qui ne se résigne point aux afflictions dont Je le frappe et ne se montre point reconnaissant de Mes bienfaits, que celui-là prenne un autre Dieu que Moi. "

La maladie efface les péchés
Le prophète (Salla Allah ‘alih wa salem) à dit: "Tout mal qui atteint le musulman, s'agit-il d'une lassitude, d'une maladie ou d'une angoisse, même d'une piqûre d'épine, lui vaut de la part de Dieu une rémission de ses péchés. " (Bokhari & Mouslim)

Un autre hadith dans ce sens : "Tout croyant, touché par quelques maladie, verra Dieu s'en servir pour lui pardonner ses péchés." (Tabarani & El Hakim)

Les oeuvres du malade continuent
Le prophète (Salla Allah ‘alih wa salem) a dit: "Quand un serviteur tombe malade ou part en voyage, Dieu lui inscrit l'équivalent de ce qu'il faisait (comme oeuvres bonnes) à résidence en étant sain." (Bokhari & Abou Daoud)

 

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
Quelle attitude adopter face à la maladie ?
La patience : Sachant que la maladie efface les péchés et qu'elle constitue une épreuve, une attitude s'impose: La Patience. Elle est une vertu indispensable à la vie et à la foi du musulman. Il doit habituer son âme à supporter l'adversité sans lassitude, attendre les résultats même s'ils ne sont pas immédiats et faire face aux difficultés quelles que soient leurs gravités et leur poids avec un coeur qui n'a point de doute. Rester confiant et garder l'espoir.

Le prophète (Salla Allah ‘alih wa salem) a dit: "Celui qui loue Dieu pour avoir été comblé, celui qui supporte patiemment l'épreuve, celui qui se repent après une injustice, celui qui pardonne après été lésé." "Ceux là auront la sûreté et seront bien guidés." (At Tabarani)

Le prophète (Salla Allah ‘alih wa salem) disait: "Celui qui s'efforce à supporter patiemment (le malheur) Dieu le dotera de patience. Nul ne reçoit plus ample bonheur que la patience." (Bokhari & Mouslim)

Dieu dit: "Cherchez secours dans la patience et dans la prière." (Sourate 2:45)

Le malade se soigne :
Le prophète (Salla Allah ‘alih wa salem) a dit: "Dieu a fait les maladies. Il a accordé à chaque maladie un remède, ne vous soignez pas par ce qui est illicite." (Abu Daoud)

Le malade doit chercher à se soigner par tous les moyens permis par la morale islamique, tout en se remettant à Dieu pour l'issue heureuse de sa maladie car la guérison reste une volonté Divine. "... et quand je suis malade, c'est lui qui me guérit." (26:80)

La plainte du malade : Il est permis de se plaindre au médecin et à l'ami mais il faut louer Dieu avant de se plaindre.

Le prophète (Salla Allah ‘alih wa salem) a dit: "Quand un serviteur tombe malade, Dieu lui envoie deux anges et les charge de voir ce que dira ce malade à ceux qui viennnent lui rendre visite. S'il loue Dieu ils rapportent ceci à Dieu qui en est informé. Dieu ensuite dit:" Si mon serviteur meurt, Je me chargerai de l'introduire au Paradis. S'il s'en remet, je lui substituerai à une chair meilleure que le sien et lui pardonnera ses péchés." (Malik & Abu ad-Dunya)


http://imaniatte.over-blog.com/article-2364761.html
 
Quelle attitude adopter face à la maladie ?
La patience : Sachant que la maladie efface les péchés et qu'elle constitue une épreuve, une attitude s'impose: La Patience. Elle est une vertu indispensable à la vie et à la foi du musulman. Il doit habituer son âme à supporter l'adversité sans lassitude, attendre les résultats même s'ils ne sont pas immédiats et faire face aux difficultés quelles que soient leurs gravités et leur poids avec un coeur qui n'a point de doute. Rester confiant et garder l'espoir.

Le prophète (Salla Allah ‘alih wa salem) a dit: "Celui qui loue Dieu pour avoir été comblé, celui qui supporte patiemment l'épreuve, celui qui se repent après une injustice, celui qui pardonne après été lésé." "Ceux là auront la sûreté et seront bien guidés." (At Tabarani)

Le prophète (Salla Allah ‘alih wa salem) disait: "Celui qui s'efforce à supporter patiemment (le malheur) Dieu le dotera de patience. Nul ne reçoit plus ample bonheur que la patience." (Bokhari & Mouslim)

Dieu dit: "Cherchez secours dans la patience et dans la prière." (Sourate 2:45)

Le malade se soigne :
Le prophète (Salla Allah ‘alih wa salem) a dit: "Dieu a fait les maladies. Il a accordé à chaque maladie un remède, ne vous soignez pas par ce qui est illicite." (Abu Daoud)

Le malade doit chercher à se soigner par tous les moyens permis par la morale islamique, tout en se remettant à Dieu pour l'issue heureuse de sa maladie car la guérison reste une volonté Divine. "... et quand je suis malade, c'est lui qui me guérit." (26:80)

La plainte du malade : Il est permis de se plaindre au médecin et à l'ami mais il faut louer Dieu avant de se plaindre.

Le prophète (Salla Allah ‘alih wa salem) a dit: "Quand un serviteur tombe malade, Dieu lui envoie deux anges et les charge de voir ce que dira ce malade à ceux qui viennnent lui rendre visite. S'il loue Dieu ils rapportent ceci à Dieu qui en est informé. Dieu ensuite dit:" Si mon serviteur meurt, Je me chargerai de l'introduire au Paradis. S'il s'en remet, je lui substituerai à une chair meilleure que le sien et lui pardonnera ses péchés." (Malik & Abu ad-Dunya)


http://imaniatte.over-blog.com/article-2364761.html
La maladie offre des livres bien plus volumineux que les texte du Coran

" illicite" que l'on ne peut pas lire ni cité

il est recommandé de voir son médecin, et une foi guérie remercier Dieu pour l'avoir guéri sans qu'on le lui demande.
 

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
Tu permets que nous puissions porter à la connaissance des musulmans ce que dit l'islam ?



La maladie offre des livres bien plus volumineux que les texte du Coran

" illicite" que l'on ne peut pas lire ni cité

il est recommandé de voir son médecin, et une foi guérie remercier Dieu pour l'avoir guéri sans qu'on le lui demande.
 
Tu permets que nous puissions porter à la connaissance des musulmans ce que dit l'islam ?
l'islam c'est le Coran avant toute chose

2.45. Et cherchez secours dans l'endurance et la Salat : certes, la Salat est une lourde obligation, sauf pour les humbles,

Ce n'est pas pour les malades, tu trompe ton monde, c'est grave ce que tu dis

26.78.qui m'a créé, et c'est Lui qui me guide;
26.79.et c'est Lui qui me nourrit et me donne à boire;
26.80.et quand je suis malade, c'est Lui qui me guérit,
26.81.et qui me fera mourir, puis me redonnera la vie,
26.82.et c'est de Lui que je convoite le pardon de mes fautes le Jour de la Rétribution.


Tu écris "il faut louer Dieu avant de se plaindre."

Mais le Coran ne dit pas cela. Ce que d'autres disent ce n'est pas le Coran

Non, courez chez le médecin si vous avez très mal, puis remercier Dieu quant vous serez guéri il ne sera jamais trop tard pour cela.
Imaginer une simple appendicite, qui se transforme en péritonite, on ne rigole pas avec ses choses, l'homme (le médecin, le chirurgien) connais parfaitement ses choses et ne lisent pas le Coran avant d'utiliser son bistouri.

Pour le Coran le mot malade et une forme de pensée.

Bien à toi.
 

minouwolf

Bladinaute averti
La maladie est une altération, une dégradation de la santé de sorte que l'individu se trouve dans un état général de malaise. A cette définition objective de la maladie, l'Islam nous offre une dimension spirituelle du sens même de cet état.

La maladie comme épreuve
Le prophète (Salla Allah ‘alih wa salem) a dit: "Le croyant est sans cesse éprouvé dans sa personne, dans sa progéniture et dans ses biens jusqu'à ce qu'il se rende à Dieu, exempt de toute faute". (Tirmidi)

Durant sa vie, l'individu est soumis à de nombreuses épreuves: la maladie, la pauvreté, la mort, les calamités...Ces circonstances douloureuses dévoilent chez lui un comportement qui peut exprimer soit de la révolte, soit de la reconnaissance, soit de l'ingratitude.

C'est là que Dieu nous apprécie. Sommes-nous constants dans l'aisance comme dans la pauvreté, dans la maladie comme dans la santé, dans le malheur comme dans la joie?

C'est à l'occasion de ces grands événements que notre foi est mise à l'épreuve et qu'elle révèle soit son authenticité soit sa fausseté. Dieu nous met en garde, les épreuves sont inéluctables et il faut s'y préparer afin de ne pas être pris au dépourvu. Elles existent pour nous éprouver.

Dieu dit: " Nous vous éprouvons pour connaitre ceux d'enete vous qui luttent, ceux qui sont constants." (Sourate 47:31)

D'après un hadith Qodsi Dieu Exalté dit: "En vérité, je vous le dis, Je suis Dieu véritable; Il n'y a pas d'autre Dieu que Moi, Muhammad est Mon serviteur et Mon envoyé; quiconque se soumet à Mes arrêts, se résigne au malheur dont Je le frappe et se montre reconnaissant de Mes bienfaits, celui-là Je l'inscris au nombre des hommes à la foi sincère, et Je le ferai ressusciter avec cette catégorie de justes; mais celui qui, au contraire, ne se soumet point à Mes arrêts, qui ne se résigne point aux afflictions dont Je le frappe et ne se montre point reconnaissant de Mes bienfaits, que celui-là prenne un autre Dieu que Moi. "

La maladie efface les péchés
Le prophète (Salla Allah ‘alih wa salem) à dit: "Tout mal qui atteint le musulman, s'agit-il d'une lassitude, d'une maladie ou d'une angoisse, même d'une piqûre d'épine, lui vaut de la part de Dieu une rémission de ses péchés. " (Bokhari & Mouslim)

Un autre hadith dans ce sens : "Tout croyant, touché par quelques maladie, verra Dieu s'en servir pour lui pardonner ses péchés." (Tabarani & El Hakim)

Les oeuvres du malade continuent
Le prophète (Salla Allah ‘alih wa salem) a dit: "Quand un serviteur tombe malade ou part en voyage, Dieu lui inscrit l'équivalent de ce qu'il faisait (comme oeuvres bonnes) à résidence en étant sain." (Bokhari & Abou Daoud)

Cela marche aussi quand une personne est tombé malade parcequelle la cherché.

Moi si par exemple je fume 3 paquets de cigarette et que j'attrape un cancer du poumon , cest dieu qui ma donné la maladie pour que je meurt en position de gloire ??
 
c'est un autre monde:

2.247....Et Allah alloue Son pouvoir à qui Il veut....

3.188. Ne pense point que ceux-là qui exultent de ce qu'ils ont fait, et qui aiment qu'on les loue pour ce qu'ils n'ont pas fait, ne pense point donc, qu'ils trouvent une échappatoire au châtiment. Pour eux, il y aura un châtiment douloureux!

9.112. Ils sont ceux qui se repentent, qui adorent, qui louent, qui parcourent la terre (ou qui jeûnent), qui s'inclinent, qui se prosternent, qui commandent le convenable et interdisent le blâmable et qui observent les lois d'Allah... et fais bonne annonce aux croyants .

c'est un prêt contre quelque chose.

le mot louANGE du mot loué

parce que les anges ont une grande connaissance,

le jeÛNe donne c'est à partir d'un jeune, une unité nouvelle.
 

TIGELLIUS

JE N'IMPOSE A PERSONNE MON AVIS
Ben, pourquoi pas? Les anges le portent aussi sur son trône, Dieu ne sait pas se déplacer ? Les anges sont envoyés pour détruire des villes, Dieu ne sait pas le faire tout seul aussi?
Tout cela rentre dans le langage pouvant être compréhnsible pour l'être humain, le fait de traduire des situations, car en vérité seul la Divinité unique peut se comprendre à sa juste valeur.

Pour faire comprendre un concept à un enfant en maternelle ont utilise les mots et les images adaptées à son niveau de compréhension.
 
Haut