Mali: le gouvernement hausse le ton contre la milice Dan Nan Ambassagou

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
Cette milice armée est toujours présente dans des localités du centre du Mali alors qu'elle est officiellement dissoute. Le chef du gouvernement a ordonné que les barrages routiers contrôlés par ces hommes armés soient supprimés. Le groupe armé et des députés originaires du pays dogon ont rapidement réagi.

Véritable bête noire pour les uns, notamment les civils de la région de Mopti, groupe armé protecteur pour une partie de la population du centre du Mali, Dan Nan Ambassagou est sur la sellette. Officiellement, cette milice armée est dissoute par le gouvernement malien depuis plus d’un an. Mais dans les faits, ces chasseurs traditionnels dogons sont toujours sur le terrain et montrent souvent leurs muscles.

Supprimer les check-points illégaux

Le Premier ministre malien, Boubou Cissé, vient d’achever une visite dans le centre du Mali où il a constaté par exemple par lui-même que des barrages routiers sont installés par le groupe Dan Nan Ambassagou en pays dogon. Plutôt courroucé, le chef du gouvernement a demandé de supprimer tous ces check-points illégaux.

L'armée nationale doit prendre le relais

L’état-major de Dan Nan Ambassagou a rapidement réagi à cette décision : il est prêt à supprimer les check-points installés à une condition : que l’armée nationale soit présente et prenne le relais. Un collectif de députés du pays dogon soutient la déclaration du groupe armé. Dans un communiqué rendu public, le collectif de députés demande au Premier ministre de privilégier le dialogue pour trouver une solution.


http://www.rfi.fr/fr/afrique/20200225-mali-gouvernement-hausse-ton-contre-milice-dan-nan-ambassagou
 

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
Incident diplomatique: L’ambassadeur malien en France rappelé à Bamako

TENSIONS Le diplomate malien, Toumani Djimé Diallo, a accusé des soldats français de « débordements » dans les quartiers chauds de Bamako

Alors que la France est engagée au Mali pour lutter contre le djihadisme dans le cadre de l’opération Barkhane, les relations diplomatiques entre les deux pays sont particulièrement tendues depuis quelques jours. La situation est telle que le ministre des Affaires étrangères, Tiébilé Dramé, a été envoyé jeudi à Paris pour arrondir les angles. Tout à commencer mercredi lorsque l’ambassadeur malien en France, Toumani Djimé Diallo, a accusé des soldats français de « débordements » dans les quartiers chauds de Bamako.

Des propos devant la commission Défense du Sénat français
L’incident diplomatique entre Paris et Bamako a eu pour conséquence le rappel dans son pays de l’ambassadeur. Il faut dire que ses propos, prononcés devant la commission Défense du Sénat français, ont provoqué l’ire de Paris. Selon la France ceux-ci sont « faux et inacceptables ». Pour le ministère des Affaires étrangères maliennes il est donc désormais nécessaire d’« apaiser la situation ». La visite du ministre en France « rentre dans le cadre du renforcement des relations d’amitié et de coopération entre les deux pays ».

L’ambassadeur malien avait été convoqué plus tôt jeudi au ministère français des Affaires étrangères. « On lui a exprimé notre indignation devant ses propos sans fondement et choquants de la part d’un pays allié dans la lutte contre le terrorisme », a-t-on souligné au Quai d’Orsay. La partie de l’intervention qui pose le plus problème est lorsque l’ambassadeur a déclaré que « par moments, dans les Pigalle de Bamako, vous les retrouvez [les hommes de la Légion étrangère], tatoués sur tout le corps, en train de rendre une image qui n’est pas celle que nous connaissons de l’armée [française]. Ça fait peur, ça intrigue ».

Pourtant, les légionnaires, mentionnés explicitement par le diplomate, sont absents de la capitale malienne selon l’état-major. Ils « n’ont ni quartier libre ni temps de repos hors des bases opérationnelles » de Barkhane, situées dans le nord du pays, avait assuré l’armée française. Le cabinet de la ministre des Armées, Florence Parly, a également rappelé qu’il n’y a « quasiment plus de soldats français stationnés à Bamako » depuis août 2014.....................


https://www.20minutes.fr/monde/2728607-20200228-incident-diplomatique-ambassadeur-malien-france-rappele-bamako
 
Haut