Au Maroc, 170 personnes ont été arrêtées pour « homosexualité » l’an dernier

L’association ILGA pointe un « chiffre alarmant » d’arrestations pour « homosexualité » au Maroc en 2018. Ces dernières semaines, des activistes se mobilisent pour réformer le code pénal, et notamment décriminaliser l’homosexualité.
Mardi 10 décembre, l’ILGA (Association internationale des personne lesbiennes, gays, bisexuelles, trans et intersexes) a publié son rapport 2019. Elle y affirme, entre beaucoup d’autres choses, qu’au cours de l’année 2018 170 personnes ont été arrêtées au Maroc pour « homosexualité », comme le relève le site marocain francophone Yabiladi.

À LIRE AUSSI : « Les agressions homophobes sont le quotidien de la population LGBTI au Maroc » selon Aswat


En effet, au royaume chérifien, l’article 489 du code pénal, hérité de la législation coloniale française, criminalise « les actes licencieux ou contre nature avec un individu du même sexe.» L’homosexualité est punissable de 6 mois à 3 ans d’emprisonnement et d’une amende de 120 à 1.200 dirhams.

« Chiffre alarmant »
Le chiffre est « alarmant« , s’inquiète l’ILGA dans son rapport. Pourtant, comme elle le rappelle, des militants LGBT+ se sont structurés dans le pays, depuis quelques années, pour défendre les droits de la communauté. Mais le régime fait la sourde oreille, et refuse depuis 2016 de reconnaître officiellement l’association Akaliyat (« minorités » en arabe).

À LIRE AUSSI : Abdellah Taïa, écrivain homo marocain : « Les enfants sont les victimes des discours de haine »

Au Maroc, depuis quelques semaines, des militants pour les libertés individuels appellent à une réforme du code pénal, notamment pour élargir le droit à l’avortement et décriminaliser l’adultère et l’homosexualité. Le collectif des « hors-la-loi » a déposé la semaine dernière au Parlement une pétition en ce sens, pour que « toutes les infractions pénales portant sur les libertés individuelles » soient retirées du code pénal, comme le relatait l’AFP mercredi 11 décembre.


En savoir plus sur https://tetu.com/2019/12/12/au-maroc-170-personnes-ont-ete-arretees-pour-homosexualite-lan-dernier/#oxsWuWKCZRbTZtyD.99
 

Hibou57

Comme-même (tm)
VIB
[…]
En effet, au royaume chérifien, l’article 489 du code pénal, hérité de la législation coloniale française, criminalise « les actes licencieux ou contre nature avec un individu du même sexe.» […]
Et même chose dans d’autres pays. Quand il y en a qui croit que l’homophobie est une tradition bien de chez eux qu’ils se doivent de perpétuer, s’ils savaient qu’ils perpétuent en réalité une tradition coloniale …
 
Haut