• En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

Quel Maroc pour Hassan III ?

  • Initiateur de la discussion Ancien-Membre
  • Date de début
Ancien-Membre

Ancien-Membre





L′annonce de sa naissance a-t-elle été retardée, et pourquoi ? Tous les Marocains se posaient cette question, jusqu′à "jeudi, au petit matin" (c′est ce que dit le communiqué officiel). Plus aucune importance, maintenant. Nous n′en sommes pas à une semaine près. Il est né, officiellement, il est prince héritier, et il s′appelle Hassan. Ce n′est pas le moment de nous lancer dans des analyses constitutionnelles sur l′âge de la majorité, le nouvel ordre de succession, etc. Foin de la poitique, un enfant est né. L′heure est à la joie. Sincères et chaleureuses félicitations au papa et à la maman. Et longue vie au bébé !
J′aurais aimé souhaiter "longue et heureuse vie au bébé" avec autant de conviction. L′intention, bien entendu, y est. Comme à chaque fois qu′un bébé nait. Mais il ne s′agit pas de n′importe quel bébé. Son bonheur à lui, contrairement aux autres bébés, est étroitement lié à celui de 30 millions de personnes. Voilà une astreinte de départ plutôt lourde, qui nous oblige à aller plus loin que les vœux usuels en ce genre de circonstance. Je propose un vœu plus adapté : tout le courage du monde au petit Moulay Hassan. Il lui en faudra.
Car il n′est pas certain que le pays dans lequel cet enfant vient de voir le jour soit sur la voie du bonheur. On y laisse des gens perdre la santé, voire la vie sans inquiéter les responsables, on y fabrique des procès surréalistes contre des enfants, on y torture des gens, on y harcèle des journalistes, les poussant à l′extrême, on y crée des martyrs/assistés à la chaîne, on y délaisse des handicapés mentaux, privant leurs écoles d′eau et d′électricité… Tout cela est de mauvais augure pour l′avenir du nourrisson royal, et par extension de son pays.
Mais il y a aussi de bons augures, dans ce même pays. On y critique les élections sans rancœur, de manière constructive, on s′y regroupe pour tenter de redonner vie à la scène politique, on y organise des défilés de mode qui figurent dans les agendas mondiaux, on y encourage l′épargne et annonce des taux de croissance optimistes, on en fait tomber amoureux des étrangers formidables qui deviennent plus marocains que les Marocains, on en prime les grandes sociologues, on y débat spontanément de la laïcité et de l′islamisme…
C′était un petit panorama de ce numéro de TelQuel. C′était surtout un modeste cliché de la première semaine de vie de celui qui sera un jour le roi du Maroc. Là s′arrête notre prétention. Le truc d′un journal, c′est le présent, pas l′avenir.
Mais qui sait ? Peut-être le bon augure l′emportera-t-il sur le mauvais… Peut-être, valeur d′aujourd′hui, nos raisons d′espérer prendront le dessus sur nos raisons de désespérer… Voilà, précisément, ce que je souhaite à l′enfant du roi Mohammed VI et de la princesse royale Lalla Salma : que progressivement, tous, nous voyions le bonheur se profiler plus nettement que le malheur. Pour que nous, Marocains, puissions un jour voir notre pays sur le bon chemin, définitivement. Et que, par conséquent le jeune Moulay Hassan, futur Hassan III, ait une vie longue… et heureuse.

Telquel, Maroc
 
Zohra

Zohra

Bladinaute averti
Moulay Hassan à mon avis va avoir un Maroc assez sympa , je m'inquiète plus pour les autre marocains..... :-(
 
Haut