Des Marocains coincés en Espagne jetés à la rue

Bladi Robot

Je suis un vrai robot!
Alors que le coronavirus continue de sévir en Espagne, avec à la clé 7 340 décès et 85 195 cas confirmés (bilan au 30 mars), 46 Marocains dont des enfants et des personnes âgées bloqués dans le pays, ont été expulsés des auberges de jeunesse à Algeciras.
Ces Marocains passent désormais la nuit dans les rues d'Algeciras après que les propriétaires des auberges les ont expulsés. Ces 46 Marocains se retrouvent coincés en Espagne suite à la suspension des frontières terrestres, aériennes et maritimes par le (...)

- Marocains du monde / Espagne, Expulsion

Des Marocains coincés en Espagne jetés à la rue
 

compteblad

PLD (Peace, Love and Diversity)
VIB
Alors que le coronavirus continue de sévir en Espagne, avec à la clé 7 340 décès et 85 195 cas confirmés (bilan au 30 mars), 46 Marocains dont des enfants et des personnes âgées bloqués dans le pays, ont été expulsés des auberges de jeunesse à Algeciras.
Ces Marocains passent désormais la nuit dans les rues d'Algeciras après que les propriétaires des auberges les ont expulsés. Ces 46 Marocains se retrouvent coincés en Espagne suite à la suspension des frontières terrestres, aériennes et maritimes par le (...)

- Marocains du monde / Espagne, Expulsion

Des Marocains coincés en Espagne jetés à la rue

Les Espagnols ki habitent par centaines de milliers a Ceuta et Melilla ils peuvent rester eux?


honteux de jeter des pauvres dans la rue alors ke on dit aux gens de rester confiner : c'est un crime car ils peuvent contracter le virus
 
Le problème de fonds est l'incapacité de ces marocains de regagner leur pays, suite au refus des autorités marocaines.
Voilà ce qu'en dit la consitution du Maroc : Est garantie pour tous, la liberté de circuler et de s'établir sur le territoire national, d'en sortir et d'y retourner, conformément à la loi.
Je ne suis pas juriste, mais il me semble qu'en état d'urgence, les principes consitutionels sont mis en veille. Est-ce le cas?
Il n'en demeure pas moins que parmi ceux qui sont maintenant exilés (c'est le terme qui convient, de facto) du territoire national il y en a qui n'ont qu'un seul demeure, et dont la famille se trouve au Maroc. N'oublions pas que ces familles ont autant besoin du retour des exilés que les exilés ont besoin de revenir chez eux.
Bien évidemment que la priorité est au sauvegarde de la vie de nos compatriotes, et que nous devons éviter à tout prix de ramener la contagion chez nous. Mais il existe des moyens sûrs d'éviter de porter atteinte à notre nation, notamment le dépistage et la quarantaine en arrivant au Maroc.
Peut-on mettre côte à côte le coût de ces mesures, finalement assez modique, et celui de l'éloignement forcé de nos enfants, de nos parents, de notre patrie?
 
Haut