• En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

Mettre des mots sur la dyphasie.

Mettre des mots sur la dyphasie.

Imaginez vous un instant incapable de former une phrase qui fasse sens de comprendre de votre interlocuteur alors que vous avez les idées claires.C’est ce que vivent les personnes atteintes de dysphasie.Un handicap avec lequel il faut apprendre à vivre puisqu’il s’agit d’un trouble du language tenace qui touche les enfants dés leur naissance.Alors vous qui maîtriser la langue dans son état parfait utiliser là à bon terme et ne blesser personne.(Je vous conseil de lire la suite de ce poste qui est très intéressent)…….a suivre la prise en charge, quel avenir pour ces enfants ?
 
msaken! ça doit être trop frustant pour eux de ne pouvoir exprimer ce qu' ils pensent :cry:
mais il n' y a pas de traitement pour ça?
 
la dysphasie se soigne très bien par un suivi ortophonique dès le plus jeune âge.

Je soupçonne une composante héréditaire dans ce trouble du langage. est ce que c'est le ca?
 
Yasmina a écrit :
la dysphasie se soigne très bien par un suivi ortophonique dès le plus jeune âge.

Je soupçonne une composante héréditaire dans ce trouble du langage. est ce que c'est le ca?
+/- ça demain Insh'Allah je poste la suite!
 
j'attends la suite!
mais je réponderais la semaine prochaine!!
j'espère que ce sujet si intéressant ne sera pas (comme d'hab) envoyé aux archives!!! :-(
 
Harmony a écrit :
j'attends la suite!
mais je réponderais la semaine prochaine!!
j'espère que ce sujet si intéressant ne sera pas (comme d'hab) envoyé aux archives!!! :-(
j'attends avec impatience la suite.

Mon petit frère en a souffert, et il a été bien encadré. pour le moment al hamdouliallah ça va très bien. de temps en temps il bute sur qqs mots mais rien de grave.
c pour ça que je dis que bonne rééducation ortophonique peut aider.
 
Yasmina,
Sur le plan physiologique, la dysphasie correspond à un dysfonctionnement de la zone située dans l’hémisphère gauche du cerveau,qui commende le langage et qui empêche une connexion normale entre les neurones véhiculant les informations relatives à la parole( Latifa tu me corrige si j’ai faux).Des causes d’origine génétique pourraient être en cause…mais sans certitude.Ce qu’il faut savoir, lorsque on a affaire à une dysphasie simple (d’autre sont associées à des troubles plus lourds ….donc le traitement change)c’est qu’on se trouve face a des enfants qui ne pressentent pas de défaut de stimulations ni de déficit auditif(souvent invoqué a tord)qui ne sont pas atteint d’autisme et élément capital dont le quotient intellectuelle est parfaitement normal.Ce qui est regrettable, c’est souvent les enfants dysphasiques sont catalogues comme des arrières mentaux du simple fait qu’il n’arrive pas s’exprime (encore un problème de notre société si bien élevé).Un autre problème majeur, celui des parents !Pour les parents qui connaissent leur petit bout de x ans,devoir se battre pour reconnaisse les capacités de leur enfant et extrêmement éprouvant.Encore faut ‘il évaluer les capacités intellectuelle de ces enfants au moyen de tests approprier, basé sur le langage non verbal.Une fois que le diagnostique posé, les efforts sont de loin terminé.Pour arrive à dompter la dysphasie et apprendre a vivre avec ce handicap, une série de méthodes on été mises au points,bassé sur la rééducation logopedique adaptée ainsi qu’une pédagogie elle aussi conçue spécifiquement et mettant en œuvre des méthodes d’apprentissage . A suivre
 
c'est bien ça amine!
je veux juste préciser une chose c'est que l'origine génétique est généralement acceptée!! et je dirais quasi certaine!! car dans des familles avec antécédants, le risque de développer un trouble du language est plus important!! aussi il faut dire que la dysphasie est trois fois plus répandue chez les garçons comparé aux filles!!



 

Yazz

Mi-Femme Mi-Féline
Harmony a écrit :
c'est bien ça amine!
je veux juste préciser une chose c'est que l'origine génétique est généralement acceptée!! et je dirais quasi certaine!! car dans des familles avec antécédants, le risque de développer un trouble du language est plus important!! aussi il faut dire que la dysphasie est trois fois plus répandue chez les garçons comparé aux filles!!
ça m'étonne pas pour les filles, c'est le babil, qui est l'une des premières fonctions qui s'aquiert le plus rapidement chez les filles ! :-D
 
Yazz a écrit :
Harmony a écrit :
c'est bien ça amine!
je veux juste préciser une chose c'est que l'origine génétique est généralement acceptée!! et je dirais quasi certaine!! car dans des familles avec antécédants, le risque de développer un trouble du language est plus important!! aussi il faut dire que la dysphasie est trois fois plus répandue chez les garçons comparé aux filles!!
ça m'étonne pas pour les filles, c'est le babil, qui l'une des premières fonction qui s'aquiert le plus rapidement chez les filles ! :-D
tu sais quoi encore!!! la majorité des études de base en neurosciences se réalisent sur le cerveaux des mâles car la physiologie des femmelles est tellement complexe que les chercheurs ne sont pas encore capable de métriser les intéractions neuro-hormonales!!! :-D en attendant on se rabat sur les cerveaux archaiques des mâles!!! :-D :-D
 
j'y connais pas grd chose, mais d'après ce que je viens de lire je me dit qu'il doit y avoir des degrés dans cette maladie.
 

il y a aussi les dysphasie/aphasie acquises
suite par exemple aux accidents vasculaires cérébraux
ça peut toucher les gens de tout âge

je me souviens, il y a quelque temps d'une jeune fille de 17 ans, qui avait eu une dissction d'un anévrisme cérébral: elle s'est retrouvé avec un déficit moteur et sensitif de son côté droit... et bien sûr le langage avait été touché

c t une jeune fille dont le rêve était de devenir journaliste...

je poursuivrais un autre jour

mais c'est très intéressant comme sujet
merci amine :)
 
naadya a écrit :

il y a aussi les dysphasie/aphasie acquises
suite par exemple aux accidents vasculaires cérébraux
ça peut toucher les gens de tout âge

je me souviens, il y a quelque temps d'une jeune fille de 17 ans, qui avait eu une dissction d'un anévrisme cérébral: elle s'est retrouvé avec un déficit moteur et sensitif de son côté droit... et bien sûr le langage avait été touché

c t une jeune fille dont le rêve était de devenir journaliste...

je poursuivrais un autre jour

mais c'est très intéressant comme sujet
merci amine :)
Merci naadya j’attends la suite avec impatience :rose:
 

une bref rappel anatomique

classiquement on parle de deux aires de langage: Broca et Wernicke

les atteintes de l'aire de Broca génèrent des aphasie d'expression (la personne comprend mais est dans l'incapacité de donner l'ordre aux muscles de la parole de faire les mouvement nécessaires)
la personne ne dit presque rien

les atteintes de l'aire de Wernicke, donnent des aphasies de compréhension: la personne peut bien prononcer des sons, mais ses paroles ne sont pas compréhensibles... et elle ne saisit pas ce qui lui est dit
la personne parle et parle et parle


bien sûr, tout n'est pas clear-cut: il y a des communications entre l'aire de Broca et celle de Wernicke, et parfois ce sont elle qui sont atteintes...

les aphasies peuvent aussi être mixte, une part de Broca et une part de Wernicke
parfois, on a des difficultés à faire un vrai classement

---
on croit de plus en plus que d'autres régions corticales (les ganglions de la base) sont impliquées dans le langage, surtout les langues secondes
il peut donc arriver, qu'une personne après un accident vasculaire cérébral ne soit plus en mesure de s'exprimer dans sa langues maternelle mais garde la maîtrise de certaines langues qu'elle a acquis plus tardivement...
c'est assez intéressant à voir

(suite plusse tard)
 
Ces deux aires du cortex cérébral permet donc de comprendre nombre de troubles aphasiques.J'attend la fin pour fair juste une petite réflexion.
 
Pour continuer sur la lancé de l’apprentissage, il existe dans le cadre de l’enseignement spécial, des classes de langage qui reprennent des méthodes(lecture, calcule et autre matière qui repose sur la communication) et permettent à ces enfants d’évoluer à leur rythme. Malheureusement,chez nous en Belgique ces classes sont très peu nombreuses et organisées exclusivement dans le primaire. Certains parents préfèrent le maintien dans l’enseignement traditionnel ( grave erreur)ce qui entraînent certaines difficultés puisque la scolarisation y est essentiellement basée sur l’oral. En faite tout dépend de la prise en compte du handicap et du degré de dysphasie…. A suivre l’avenir de ces enfants
 
Haut