1. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences
    Rejeter la notice

Mobilisation des lycéens : plusieurs élèves blessés lors d'affrontements avec la police

Discussion dans 'Actualités françaises' créé par remake, 5 Décembre 2018, à 20:46.

Nouvelle journée de mobilisation émaillée de violences dans les lycées, mercredi 5 décembre, pour protester contre la réforme du baccalauréat et de...

  1. remake

    remake

    Inscrit:
    13 Février 2011
    Messages:
    20 306
    Likes:
    3 144
    Nouvelle journée de mobilisation émaillée de violences dans les lycées, mercredi 5 décembre, pour protester contre la réforme du baccalauréat et de Parcoursup mais aussi, pour certains, en soutien aux "gilets jaunes". Dans le Loiret, un élève de seconde du lycée Jacques-Monod de Saint-Jean-de-Braye a été blessé lors d'affrontements avec la police. Il a été hospitalisé mais son pronostic vital n'est pas engagé, selon la préfecture. Un jeune homme de 17 ans a été aussi été blessé au visage mercredi après avoir été touché par un tir de flashball à la tête devant le lycée Simone-de-Beauvoir de Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise), rapporte France Bleu Paris. La veille, une lycéenne de 16 ans a été atteinte "par un tir de flash-ball venant d'une unité de CRS", selon le témoignage au Dauphiné libéré de sa famille, qui a porté plainte mercredi. Lundi, un lycéen de 18 ans, en terminale, a été touché à l'entrejambe à Meaux, selon Le Parisien, et a lui aussi déposé plainte.

    Des facultés perturbées. Deux sites d'universités parisiennes ont été gagnés par les perturbations, mercredi. Des étudiants ont voté un "blocus" des sites de Censier (Paris-3) et Tolbiac (Paris-1), pour protester contre la hausse des frais d'inscription pour les jeunes venus de pays hors de l'Union européenne.

    "Ce mouvement est extrêmement violent", s'est inquiété le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer. "Dans certains endroits, à Marseille et à Toulouse, on constate les problèmes les plus forts et surtout avec une violence qu'on n'a jamais vue", a-t-il ajouté.
     
  2. Hibou57

    Hibou57 VIB

    Inscrit:
    13 Février 2006
    Messages:
    44 519
    Likes:
    27 233
    Ce pays part en cacahuète ; lamentable. Si maintenant des lycéens pas frais (*) s’y mettent, on est pas sorti du bourbier.


    (*) Je ne me fais pas d’illusion, je me souviens trop bien des grèves et manifestations au lycée.
     
  3. Yoel1

    Yoel1 VIB

    Inscrit:
    9 Février 2015
    Messages:
    6 956
    Likes:
    6 612
    Tu débarques cela fait depuis vendredi qu'ils sont dans la rue et c'est aussi violents qu'a Paris
     
  4. remake

    remake

    Inscrit:
    13 Février 2011
    Messages:
    20 306
    Likes:
    3 144
  5. lacerise

    lacerise VIB

    Inscrit:
    30 Septembre 2005
    Messages:
    19 735
    Likes:
    10 654
    Les grands perdants de l'histoire.
     
  6. VeraBien

    VeraBien VIB

    Inscrit:
    13 Décembre 2014
    Messages:
    7 098
    Likes:
    11 292
    Les lycéens de mon quartier ont incendié la porte en bois du lycée... Porte qui avait été incendiée il y a 2 ans et remplacée à grands frais par des ébénistes qui avaient refait à l'identique (un an et demi de boulot).

    Merci à ces débilos, donc... C'est qui qui paye leurs "émois" ? Moi et les autres contribuables...
    Je préconise de remplacer la porte, vandalisée pour la seconde fois donc, par une porte en métal façon porte de prison. Marre à la fin !
     
  7. VeraBien

    VeraBien VIB

    Inscrit:
    13 Décembre 2014
    Messages:
    7 098
    Likes:
    11 292
    Tout à l'heure, en allant déposer mon fils à l'école, ce sont les lycées du deuxième lycée de mon quartier qui étaient en train d'essayer de cramer la porte de leur bahut (bah oui, ceux du lycée d'à côté ont réussi hier, ça créé l'émulation :claque:)
    Savent-ils au moins pourquoi ils manifestent ?
     
    Hibou57 apprécie ceci.
  8. hadkourt

    hadkourt

    Inscrit:
    29 Mai 2017
    Messages:
    3 816
    Likes:
    2 182
    700 jeunes lycéens arrêtés en 1 journée ?!!!

    à quand une alerte de voyager vers la France ? que fait Amnesty international ? :D
     
  9. VeraBien

    VeraBien VIB

    Inscrit:
    13 Décembre 2014
    Messages:
    7 098
    Likes:
    11 292
    Dernière édition: 7 Décembre 2018, à 14:28
    compteblad apprécie ceci.
  10. compteblad

    compteblad VIB

    Inscrit:
    22 Mai 2008
    Messages:
    20 691
    Likes:
    11 360

    il y a évidemment des fauteurs de troubles chez les gilets jaunes aussi.... ca c est sur

    Mais dans la video on ne montre pas si le gars se fait tabasser kand il tombe de sa moto....

    :)
     
  11. compteblad

    compteblad VIB

    Inscrit:
    22 Mai 2008
    Messages:
    20 691
    Likes:
    11 360
    Ce sont les réseaux sociaux ?

    Cela veut dire que si il n y avait pas internet il n y aurait jamais eu de mouvement gilet jaune ?
     
  12. Personne2

    Personne2

    Inscrit:
    28 Septembre 2014
    Messages:
    1 111
    Likes:
    930
    Quel courage ! Équipé, protégé et par derrière sur un gamin...
    Le sens de l'honneur et du devoir accompli !



    La vidéo a été postée sur le compte instagram youniverse.08
    Elle aurait été filmée à Toulouse, le 6 décembre 2018.
     
  13. Personne2

    Personne2

    Inscrit:
    28 Septembre 2014
    Messages:
    1 111
    Likes:
    930
  14. Personne2

    Personne2

    Inscrit:
    28 Septembre 2014
    Messages:
    1 111
    Likes:
    930
  15. Personne2

    Personne2

    Inscrit:
    28 Septembre 2014
    Messages:
    1 111
    Likes:
    930
    Mantes-la-Jolie : des mineurs ont été entendus en garde à vue sans avocat
    Publié le vendredi 7.12


    Au-delà de l’indignation suscitée par les images de l’interpellation de lycéens, ce jeudi, des avocats du barreau de Versailles s’indignent des conditions dans lesquelles se sont déroulées les gardes à vue de mineurs. Leurs droits n’auraient pas été respectés.

    J’en suis restée abasourdie", raconte Leïla Volle, avocate au barreau de Versailles. Ce jeudi, elle est appelée pour assurer la défense d’adolescents qui viennent d’être interpellés à Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines. Au vu de l’ampleur des arrestations, ses confrères de permanence ont besoin de renfort. "J’ai été appelée à 16h30. A 16h40, j’étais au commissariat de Versailles", souligne-t-elle. Alors qu’elle se trouve à l'accueil, elle apprend que l’un de ses clients, âgé de 15 ans, est entendu sans elle, contrairement à ce que prévoit la loi. Au téléphone, l'officier de police judiciaire promet de s'interrompre et de l'attendre. Le temps qu'elle s'entretienne avec son deuxième client, on lui annonce que l'audition est finalement terminée, d'après son récit. Deuxième surprise : le procès-verbal qui rend compte de cette audition affirme qu’elle s’est bien déroulée en présence d’un avocat. Furieuse, elle s’empresse de faire corriger le document.

    Un nombre "important" de gardes à vue irrégulières

    Le phénomène ne serait pas isolé. Plusieurs de ses confrères rapportent les mêmes faits : des mineurs entendus seuls, alors que leur avocat commis d'office se trouvait dans l'enceinte du commissariat. En outre, certains n’auraient pas été présentés à un médecin. Le barreau de Versailles est en train de réaliser un état des lieux pour prendre la mesure du phénomène, d'après nos informations. S’il est encore trop tôt pour avancer un chiffre, le nombre de ces gardes à vue irrégulières serait "important" et traduit au moins un affolement du ministère public face à la vague d’interpellations. De son côté, le parquet explique avoir donné des instructions pour faire appliquer les dispositions prévues par la loi. Ces dernières sont claires: une audition peut commencer deux heures après l'appel à un avocat, même si celui-ci n'est pas sur place. Ce n'est pas ce qui s'est passé d'après les témoignages recueillis. Autre irrégularité signalée : plusieurs mineurs n'auraient pas pu être examinés par un médecin. Autant d'éléments qui fragilisent les procédures, les avocats ayant ensuite beau jeu de déposer des requêtes en nullité.

    https://www.franceinter.fr/justice/...s-ont-ete-entendus-en-garde-a-vue-sans-avocat

    La police détient une parcelle de la violence légitime de l’État, mais à la condition d’utiliser dans le cadre de sa propre légalité. À défaut cette violence devient illégitime
     
    Yoel1 apprécie ceci.
  16. mam80

    mam80 Modérateur

    Inscrit:
    23 Septembre 2009
    Messages:
    35 708
    Likes:
    26 304

    Les mouvements lycéens existaient déjà sous Jules Ferry
    A partir de la condamnation de certaines formes d »’action » qui peuvent être effectivement inacceptables, certains en viennent à s’en prendre à la légitimité même de l’existence d’organisations lycéennes en croyant sans doute que c’est l’effet d’un laxisme actuel post-soixante-huitard. Bien à tort!

    Par exemple, en réponse à un tweet de Luc Cédelle (journaliste au « Monde ») qui réagissait à juste titre à l’annonce d’un incendie dans un lycée lors d’une manifestation près de Toulouse : « un jour ou l’autre un drame peut advenir du fait de cette forme de »lutte » qui rencontre une complaisance insensée », René Chiche (un dirigeant du syndicat d’enseignant nouveau venu « Action et Démocratie ») n’a pas hésité à tweeter : « ce qui est insensé, c’est d’encourager les lycéens à manifester au lieu d’étudier; ce qui est insensé et même ridicule, c’est de leur faire croire qu’il y a un syndicalisme lycéen« .

    Eh bien ce qui est d’abord frappant en l’occurrence, c’est l’absence (ridicule?) de recul historique de René Chiche

    Pages 34 et 35 de mon livre « Histoires vraies des violences à l’école » (paru chez Fayard en 2007):

    « Quelques mois avant la grande révolte du lycée Louis-le-Grand de janvier 1883, le premier congrès des lycéens du Sud de la France se tint à Albi, à la suite des révoltes des lycées de Toulouse et Montpellier d’avril 1882. Des représentants de ces deux établissements, mais aussi des lycées d’Albi, Avignon, Béziers, Bordeaux, Carcassonne, Lyon, Macon, Mende, Nantes, Nevers et Nîmes, y élaborèrent un « Manifeste » qui demandait une révision du régime disciplinaire, la mise en place – pour les classes supérieures – d’ une commission d’élèves (qui puisse émettre des vœux sur le fonctionnement du lycée) et l’amnistie pour les élèves qui avaient pris part aux révoltes de Toulouse et Montpellier

    Durant cette période, la presse conservatrice anti-républicaine ne manque évidemment pas de s’en prendre au nouveau régime républicain qui engendre le désordre et le laxisme dans les établissements scolaires par manque congénital d’autorité. « Comment pourrait-on se montrer inflexible », demande le « Moniteur universel » du 1° avril 1882, « pour ces radicaux en bas âge, quand Jules Ferry – le Président du Conseil lui-même – est si gracieux et si tendre avec les radicaux qui ont barbe au menton ? C’est dans la logique du régime sous lequel nous vivons : pourquoi, en effet, y aurait-il encore de la discipline dans le lycée quand il n’y a plus d’autorité dans l’Etat ? ».

    Un second congrès, qui se tient à Bordeaux en août 1883 après la grande révolte de Louis-le-Grand, accueille des délégués en provenance des lycées et collèges d’Agen, Albi, Angoulême, Barbezieux, Béziers, Blaye, Bordeaux, Dax, La Rochelle, Libourne, Lons-le-Saunier, Louis-le-Grand, Marseille, Mont-de-Marsan, Montpellier, Nancy, Nice, Nîmes, Périgueux, Rochefort, Sarlat, Toulouse, Versailles. Selon l’historien Jean-François Condette qui a mené une enquête approfondie sur cet épisode, « les résolutions votées ressemblent beaucoup à celles du congrès d’Albi avec quelques exigences supplémentaires […] : supprimer le provisorat et le remplacer par un conseil d’administration devant lequel comparaîtraient les élèves ; créer un jury pour contrôler les examens et rendre impossible toute partialité. C’est l’arbitraire du règlement disciplinaire ( le pouvoir discrétionnaire du proviseur ), la possible partialité des examens et l’amélioration de la vie quotidienne qui dominent les préoccupations des élèves » ( « Les lycéens revendiquent le droit à la parole » in »Les sciences de l’éducation pour l’ère nouvelle », vol.37, n°4, 2004).

    http://blog.educpros.fr/claudelelie...nts-lyceens-existaient-deja-sous-jules-ferry/

    ;) mam
     
    Personne2 et Yoel1 aiment ça.
  17. Hibou57

    Hibou57 VIB

    Inscrit:
    13 Février 2006
    Messages:
    44 519
    Likes:
    27 233
    On ne peut pas interdire aux lycéens de s’impliquer dans la politique du lycée, d’ailleurs il y a des délégués de classe à partir de l’école primaire, donc on ne peut pas dire que ça leur soit interdit. Je crois que même le plus ou moins réac’ qui est cité, ne s’y serait pas opposé. Mais le syndicalisme, c’est autre chose, il a ses racines dans le monde du travail, et l’école n’est pas le même monde : l’élève étudie pour lui, il ne travail pas pour un patron. Aussi, au lycée, la plupart sont encore mineurs (encore plus probable depuis que les redoublements ont été abolis, je crois), n’ont pas le droit de vote (même si les écologistes parlent du droit de vote à 15 ans, n’importe quoi, je trouve que 18 ans c’est même trop tôt), et sont normalement encore sous la responsabilité de leurs parents. Il y a effectivement quelque chose de suspect à leur faire croire le contraire.

    Le syndicalisme est typiquement de gauche, et la gauche aime l’agitation et le conflit. Les adolescents sont un cible de choix pour la gauche, parce qu’ils sont généralement sans mesure, ont souvent des tendances impulsives, et ont une tendance naturelle au conflit opportuniste avec les plus âgés qu’eux représentant une autorité (pas tous, mais beaucoup). Cette gauche n’est probablement pas étrangère à ces violences dans les lycées, il n’y a qu’à voir les mots de Mélenchon qui leur suggéraient l’action violente.

    Au lycée, ce ne sont plus des enfants, mais pas encore des adultes, même s’ils aiment se faire croire le contraire.

    Je me souviens qu’il y avait beaucoup de manipulation de l’information pendant les grèves au lycée ; beaucoup ne savaient même pas contre quoi ils manifestaient (ce qui n’empêchait pas de répéter les slogans que tout le monde répétait … suivisme tribale), pourvu que ça ressemble à un conflit, ça leur convenait.
     
    Dernière édition: 8 Décembre 2018, à 17:27
  18. BloodySunday

    BloodySunday

    Inscrit:
    3 Juillet 2018
    Messages:
    859
    Likes:
    667
    Tandis que la droite aime l'ordre et la paix des bourgeois.

    Qu'est-ce qu'on est tranquille quand tout le monde ferme sa g..... et marche au pas.
     
    mam80 apprécie ceci.
  19. lacerise

    lacerise VIB

    Inscrit:
    30 Septembre 2005
    Messages:
    19 735
    Likes:
    10 654
    .....Ça profite des acquis sociaux durement arrachés et ça crache sur la gauche et le syndicalisme...
     
    Personne2 apprécie ceci.
  20. Personne2

    Personne2

    Inscrit:
    28 Septembre 2014
    Messages:
    1 111
    Likes:
    930
    Il ne faut pas trop lui en vouloir il a beaucoup trop de trou dans sa culture politique et historique!

    Bon je ne sais pas si la mobilisation des Lycéens sera un bon exemple pour Hibou , comme il a des sympathies pour l'ancien régime et que l'aristocratie bourgeoise l'émoustille , peut-être en a-t-il pour la collaboration?
     
    lacerise apprécie ceci.