Votre musique dzairiya préférée

Alkhanafous

Mieux vaut être fou avec tous que sage tout seul.
J'ai besoin de constituer un album de musique algérienne, pas de chanson en français ou de mixte francarabe. Pas de chants des enragés et des blingbing.

Autre chose 7oulo lina l7doud et pas de nudes :D
 
Et pour continuer dans les plus grandes chansons d'amour Algériennes
La poésie d'un homme concernant la beauté de la femme Arabe décrite dans toute sa splendeur
Pour ceux qui comprennent les paroles
 

Sharm

لَا يَحِيقُ ٱلْمَكْرُ ٱلسَّيِّئُ إِلَّا بِأَهْلِهِ
VIB

BAKHTA est une histoire vraie
Un homme malade d'amour :love:
J'ai appris l'histoire de Bakhta il y a quelques semaines en lisant un commentaire en bas d'une reprise de la même chanson.

بختة هي واحد السيدة كانت زوينة بزاااف و كان واحد السيد سميتو الشيخ الخالدي ( فالاغنية كيقول حسنو عون الخالدي ) كيبغيها و كان ديما كيكتب عليها لدرجة انه كتب عليها 196 بيت شعري و الشاب خالد خدا 3 بيوت شعرية منهم و هاد بختة هي و الشيخ الخالدي كانو تخاصمو و هي مشات لبلادها و هو ما قدرش ينساها و كان كل يوم يجلس فالمقهى و يبقى يكتب عليها و دازت 6 اشهر بلا ما يسولو على بعضياتهم و هي قررت ترجع لعندو ل وهران و منين وصلت بمحطة القطار شافها واحد الرجل و مشا للقهوة عند الشيخ الخالدي باش يقولها ليه و تما فين كيقول " جاني رجل بشار لقاتو بختة في لاكار رسلاتو يجي عندي للدار يبلغ لي لخبار بالخفية ... جاني على نص نهار صابني مهموم و مضرار بالمحنة و التفكار خاطري عند اللي بيا" و منين تلاقتها كيحكي و كيقول " جاية في كاليش ( كوتشي بالمغربية ) مراسية كي امير الجيش الرقبة كي الطرنيش صافية و الوجه مراية

 

Alkhanafous

Mieux vaut être fou avec tous que sage tout seul.
@Sharm j'ai appris ma leçon, je fais connaissance et après je parle de musique , ze3ma je cache des choses lol.

Une fois, avec mon anglais ki taye7 sarsour men fou9 sour, bghayt n3i9 3la festiniya, smeytha Rita, j'allume mon mobile et je lui fait écouter la chanson de Marcel Khalifa: Rita. Elle me dit d'après ce que j'ai compris: très jolie, je ne la connais pas. Kharejet 3ayni o b9ayt o n7anzez. 9el ma waklach had lkhouta.
😂😂😂
 

Sharm

لَا يَحِيقُ ٱلْمَكْرُ ٱلسَّيِّئُ إِلَّا بِأَهْلِهِ
VIB
@Sharm j'ai appris ma leçon, je fais connaissance et après je parle de musique , ze3ma je cache des choses lol.

Une fois, avec mon anglais ki taye7 sarsour men fou9 sour, bghayt n3i9 3la festiniya, smeytha Rita, j'allume mon mobile et je lui fait écouter la chanson de Marcel Khalifa: Rita. Elle me dit d'après ce que j'ai compris: très jolie, je ne la connais pas. Kharejet 3ayni o b9ayt o n7anzez. 9el ma waklach had lkhouta.
😂😂😂
Mdrrrr t9ouliba m9owwda :D Koun dmasstha montassiba l9amati amchi, marfou3a l8amati amchi, rfa3 chi d3wa b ta7rir filistin o ji galeb :D
 
J'ai appris l'histoire de Bakhta il y a quelques semaines en lisant un commentaire en bas d'une reprise de la même chanson.

بختة هي واحد السيدة كانت زوينة بزاااف و كان واحد السيد سميتو الشيخ الخالدي ( فالاغنية كيقول حسنو عون الخالدي ) كيبغيها و كان ديما كيكتب عليها لدرجة انه كتب عليها 196 بيت شعري و الشاب خالد خدا 3 بيوت شعرية منهم و هاد بختة هي و الشيخ الخالدي كانو تخاصمو و هي مشات لبلادها و هو ما قدرش ينساها و كان كل يوم يجلس فالمقهى و يبقى يكتب عليها و دازت 6 اشهر بلا ما يسولو على بعضياتهم و هي قررت ترجع لعندو ل وهران و منين وصلت بمحطة القطار شافها واحد الرجل و مشا للقهوة عند الشيخ الخالدي باش يقولها ليه و تما فين كيقول " جاني رجل بشار لقاتو بختة في لاكار رسلاتو يجي عندي للدار يبلغ لي لخبار بالخفية ... جاني على نص نهار صابني مهموم و مضرار بالمحنة و التفكار خاطري عند اللي بيا" و منين تلاقتها كيحكي و كيقول " جاية في كاليش ( كوتشي بالمغربية ) مراسية كي امير الجيش الرقبة كي الطرنيش صافية و الوجه مراية

Magnifique reprise de Bakhta à la guitare ! Accompagnée par une femme occidentale avec une légère nuance flamenco, c’est juste PARFAIT.

C’est le genre de son qui fait frissonner la peau et remonte le moral
Merci

Pour la p'tit histoire :
Le poète s'est donc marié avec Baktha hé! hé !:)
cette chanson à eu tellement d'impact dans le Maghreb que leurs enfants et petits enfants habitant Oran
témoignent encore de l'amour que cet homme éprouvait pour cette femme, à une époque ou les sentiments devaient être étouffés par pudeur. Surtout chez le "Rajel B Chlèghem" "L'homme viril"
 

Sharm

لَا يَحِيقُ ٱلْمَكْرُ ٱلسَّيِّئُ إِلَّا بِأَهْلِهِ
VIB
Magnifique reprise de Bakhta à la guitare ! Accompagnée par une femme occidentale avec une légère nuance flamenco, c’est juste PARFAIT.

C’est le genre de son qui fait frissonner la peau et remonte le moral
Merci

Pour la p'tit histoire :
Le poète s'est donc marié avec Baktha hé! hé !:)
cette chanson à eu tellement d'impact dans le Maghreb que leurs enfants et petits enfants habitant Oran
témoignent encore de l'amour que cet homme éprouvait pour cette femme, à une époque ou les sentiments devaient être étouffés par pudeur. Surtout chez le "Rajel B Chlèghem" "L'homme viril"
Un hommes épris d'une femme vit son amour, ou deviendra poète dépressif (Qayss, 3antar...). Je doute que Cheikh Khaldi ait écrit quelque chose après son union avec Bakhta.

Un détail remarquable dans son poème. La métaphore "comme un chef d'armée" (Amir l Jaych) me fait penser à une autre métaphore employée par mon arrière grand mère qui parlait d'une belle femme renvoyée par son mari. Elle a dit "comment a-t-il osé la renvoyer alors qu'elle était aussi belle qu'un archer" (zina ki errami). L'uniforme du guerrier était connu pour son élégance d'où ces métaphores. Aujourd'hui, un grade militaire est devenu péjoratif en parlant d'une femme comme le fameux "komandar" (commandant) pour désigner une femme difficile à vivre et qui aime prendre les commandes.

Dans mon entourage, les gens se mariaient pour éviter les conflits d'héritage, recherche d'alliance ou de protection. On n'avait même pas besoin de voir la femme, mais il y avait des "codes" qui dictent ce choix comme la réputation des femmes au niveau tribal (on disait chri khwal wladek men essou9). La seule histoire d'amour dont j'étais témoin est celle de mon oncle. Mes grand-parents se sont opposés à son mariage avec sa cousine dont il était amoureux. Il travaillait à Fès et rentrait à Oujda toutes les semaines de peur qu'on la marie à qqn d'autre. Il en est devenu malade et c'est mon père qui l'emmenait à son taf. Après quelque temps on l'a marié à une autre femme qu'il n'a pas pu toucher durant 6 mois après son mariage.

 
Dernière édition:
Un hommes épris d'une femme vit son amour, ou deviendra poète dépressif (Qayss, 3antar...). Je doute que Cheikh Khaldi ait écrit quelque chose après son union avec Bakhta.

Un détail remarquable dans son poème. La métaphore "comme un chef d'armée" (Amir l Jaych) me fait penser à une autre métaphore employée par mon arrière grand mère qui parlait d'une belle femme renvoyée par son mari. Elle a dit "comment a-t-il osé la renvoyer alors qu'elle était aussi belle qu'un archer" (zina ki errami). L'uniforme du guerrier était connu pour son élégance d'où ces métaphores. Aujourd'hui, un grade militaire est devenu péjoratif en parlant d'une femme comme le fameux "komandar" (commandant) pour désigner une femme difficile à vivre et qui aime prendre les commandes.

Dans mon entourage, les gens se mariaient pour éviter les conflits d'héritage, recherche d'alliance ou de protection. On n'avait même pas besoin de voir la femme, mais il y avait des "codes" qui dictent ce choix comme la réputation des femmes au niveau tribal (on disait chri khwal wladek men essou9). La seule histoire d'amour dont j'étais témoin est celle de mon oncle. Mes grand-parents se sont opposés à son mariage avec sa cousine dont il était amoureux. Il travaillait à Fès et rentrait à Oujda toutes les semaines de peur qu'on la marie à qqn d'autre. Il en est devenu malade et c'est mon père qui l'emmenait à son taf. Après quelque temps on l'a marié à une autre femme qu'il n'a pas pu toucher durant 6 mois après son mariage.

Une seule histoire d'amour dans ton entourage ? o_O

Tu étais donc d'une grande innocence à l'époque pour ne pas dire naïveté.

Nous connaissons tous la poésie et les textes sur le thème de la femme et de l'amour
qui a était inspirée par beaucoup d'hommes dans notre communauté.

La femme était considérée comme un joyau car elle caché son corps et sa voix
on n'avait parfois même pas le droit d'entendre le bruit de ses pas.
Cela a généré une grande frustration qui à l'époque donnée toute ses lettres de noblesses aux voiles des femmes.
C'était aussi malheureusement le temps des crimes d'honneur

L'amour était bien présent mais il était souvent étouffé, caché, détourné, parce que l'honneur d'une famille ne reposait que sur un seul piler --> la pudeur.
Le mot "3Achakte", "je suis amoureux" était considéré comme indécent

En d'autres termes les gens étaient amoureux, mais l'amour était invisible.

Un de mes écrivains préférés Malek Chebel
ses oeuvres :
1984 : Le corps en Islam,
• 1986 : Le livre des séductions suivi de Dix Aphorismes sur l'amour, 1997.
• 1988 : L'Esprit de sérail, mythes et pratiques sexuelles au Maghreb,
• 1993 : L'imaginaire arabo-musulman,
• 1995 : Dictionnaire des symboles musulmans,
• 1995 : Encyclopédie de l'amour en Islam. Érotisme, beauté et sexualité dans le monde arabe, en Perse et en Turquie,
• 1996 : Psychanalyse des Mille et Une Nuits,
• 1998 : Préface de Coran,
• 1999 : Traité du raffinement
• 2000 : Du Désir,
• 2001 : Les cent noms de l'amour,
• 2002 : Le Sujet en Islam
• 2003 : Islam et Libre arbitre, la tentation de l'insolence
• 2004 : Dictionnaire amoureux de l'islam,
 

Sharm

لَا يَحِيقُ ٱلْمَكْرُ ٱلسَّيِّئُ إِلَّا بِأَهْلِهِ
VIB
Une seule histoire d'amour dans ton entourage ? o_O

Tu étais donc d'une grande innocence à l'époque pour ne pas dire naïveté.

Nous connaissons tous la poésie et les textes sur le thème de la femme et de l'amour
qui a était inspirée par beaucoup d'hommes dans notre communauté.

La femme était considérée comme un joyau car elle caché son corps et sa voix
on n'avait parfois même pas le droit d'entendre le bruit de ses pas.
Cela a généré une grande frustration qui à l'époque donnée toute ses lettres de noblesses aux voiles des femmes.
C'était aussi malheureusement le temps des crimes d'honneur

L'amour était bien présent mais il était souvent étouffé, caché, détourné, parce que l'honneur d'une famille ne reposait que sur un seul piler --> la pudeur.
Le mot "3Achakte", "je suis amoureux" était considéré comme indécent

En d'autres termes les gens étaient amoureux, mais l'amour était invisible.

Un de mes écrivains préférés Malek Chebel
ses oeuvres :
1984 : Le corps en Islam,
• 1986 : Le livre des séductions suivi de Dix Aphorismes sur l'amour, 1997.
• 1988 : L'Esprit de sérail, mythes et pratiques sexuelles au Maghreb,
• 1993 : L'imaginaire arabo-musulman,
• 1995 : Dictionnaire des symboles musulmans,
• 1995 : Encyclopédie de l'amour en Islam. Érotisme, beauté et sexualité dans le monde arabe, en Perse et en Turquie,
• 1996 : Psychanalyse des Mille et Une Nuits,
• 1998 : Préface de Coran,
• 1999 : Traité du raffinement
• 2000 : Du Désir,
• 2001 : Les cent noms de l'amour,
• 2002 : Le Sujet en Islam
• 2003 : Islam et Libre arbitre, la tentation de l'insolence
• 2004 : Dictionnaire amoureux de l'islam,
Les histoires d'amour étaient vécues clandestinement. Personne n'en parlait sauf si l'on se retrouvait au pied du mur et qu'on est contraint d'en parler à la recherche de conseil ou pour évacuer après une grosse déception. Les tabous d'hier ne sont pas ceux d'aujourd'hui. Nos grand-parents avaient un rapport plus facile avec l'alcool qu'avec l'amour comparés à leurs descendants (Merci à Hassane II qui a remplacé la viticulture par la culture des agrumes dans la région de l'oriental). C'était déshonorant d'avoir un instrument de musique chez soi et le mot "3ich9" avait une connotation impudique. J'ai entendu beaucoup d'histoires sur des femmes belles, pieuses, guerrières, mais jamais de femmes amoureuses. Idem pour les mecs. En même temps, il est difficile d'écrire des poèmes d'amour par des temps difficiles (guerres, famine...). Jusqu'au jour d'aujourd'hui on traine toujours avec nous ce "nihilisme sentimental". Quand on parle des prétendants au sein de sa famille, on ne dit pas "Ils se plaisent", mais plutôt "Ils s'entendent bien".

Je n'ai jamais entendu parler de crime d'honneur. Je présume qu'il y avait assez de contraintes pour en arriver là, notamment le mariage à un très jeune âge. Un algérien croisé dans un avion m'a parlé de sa fille qu'il venait de marier, et a ajouté "khle3ha 9bel ma tkhel3ek". C'était extrêmement rare de vivre des choses hors mariage au risque de se taper un gros scandale, comme dans cette chanson qui raconte l'histoire de Milouda, une femme qui aurait tué ou abandonné son enfant dans une forêt après une relation hors mariage.

Version 1 :
ميلوده قصتها قصه مسكينه ولدة طفل غير شرعي و قتلاتو و فاقت بها الحكومه و دخلوها لسجن

Version 2 :
الأغنية تروي قصة حقيقية لإمرأة المذكور إسمها "ميلودة" و الملفت أن قصتها سمع بها كل الناس في ذاك الوقت آنداك بحكم أن المجتمع كان محافظ جدا في تلك الحقبة و نادرا ما تحدت هكذا قصص ميلودة كانت مع إبنها و ذهبت في موعد مع رجل إلى الغابة و يقال أنه أعطاها الخمر حتى فقدت الوعي تم إغتصبها حتى نست إبنها الصغير الذي وجدوه مقتولا من طرف الحيوانات الموجودة في تلك الغابة و الذي وجد لاحقا من طرف عناصر الأمن ليتم التحقيق معها و دخلت للسجن




Pas très joyeux tout ça. Cela servait de leçon peut être... Une chanson de rimitti pour changer de cette ambiance maussade.

 
Dernière édition:
Les histoires d'amour étaient vécues clandestinement. Personne n'en parlait sauf si l'on se retrouvait au pied du mur et qu'on est contraint d'en parler à la recherche de conseil ou pour évacuer après une grosse déception. Les tabous d'hier ne sont pas ceux d'aujourd'hui. Nos grand-parents avaient un rapport plus facile avec l'alcool qu'avec l'amour comparés à leurs descendants (Merci à Hassane II qui a remplacé la viticulture par la culture des agrumes dans la région de l'oriental). C'était déshonorant d'avoir un instrument de musique chez soi et le mot "3ich9" avait une connotation impudique. J'ai entendu beaucoup d'histoires sur des femmes belles, pieuses, guerrières, mais jamais de femmes amoureuses. Idem pour les mecs. En même temps, il est difficile d'écrire des poèmes d'amour par des temps difficiles (guerres, famine...). Jusqu'au jour d'aujourd'hui on traine toujours avec nous ce "nihilisme sentimental". Quand on parle des prétendants au sein de sa famille, on ne dit pas "Ils se plaisent", mais plutôt "Ils s'entendent bien".

Je n'ai jamais entendu parler de crime d'honneur. Je présume qu'il y avait assez de contraintes pour en arriver là, notamment le mariage à un très jeune âge. Un algérien croisé dans un avion m'a parlé de sa fille qu'il venait de marier, et a ajouté "khle3ha 9bel ma tkhel3ek". C'était extrêmement rare de vivre des choses hors mariage au risque de se taper un gros scandale, comme dans cette chanson qui raconte l'histoire de Milouda, une femme qui aurait tué ou abandonné son enfant dans une forêt après une relation hors mariage.

Version 1 :
ميلوده قصتها قصه مسكينه ولدة طفل غير شرعي و قتلاتو و فاقت بها الحكومه و دخلوها لسجن

Version 2 :
الأغنية تروي قصة حقيقية لإمرأة المذكور إسمها "ميلودة" و الملفت أن قصتها سمع بها كل الناس في ذاك الوقت آنداك بحكم أن المجتمع كان محافظ جدا في تلك الحقبة و نادرا ما تحدت هكذا قصص ميلودة كانت مع إبنها و ذهبت في موعد مع رجل إلى الغابة و يقال أنه أعطاها الخمر حتى فقدت الوعي تم إغتصبها حتى نست إبنها الصغير الذي وجدوه مقتولا من طرف الحيوانات الموجودة في تلك الغابة و الذي وجد لاحقا من طرف عناصر الأمن ليتم التحقيق معها و دخلت للسجن




Pas très joyeux tout ça. Cela servait de leçon peut être... Une chanson de rimitti pour changer de cette ambiance maussade.

Je te laisse le dernier mot.
HONNEUR AUX HOMMES ! :cool:
 
Haut