Nesrine Slaoui: "Vous trouvez normal que votre fille ait eu 20?", ou comment chasser le stéréotype pour plus d'égalité femmes-hommes

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
Nesrine Slaoui, 25 ans, issue de l'immigration, diplômée de Sciences Po et journaliste, était samedi l'invitée du forum Mosaïc "Egalité femmes-hommes, mythe ou réalité?", samedi, à Clermont-Ferrand. "Je suis une anomalie sociologique", raconte-t-elle.

Nesrine Slaoui, jeune femme élégante de 25 ans, est diplômée de Sciences Po et journaliste. Une mère, femme de ménage, un père, ouvrier maçon, elle est née au Maroc, et a grandi en France, à Apt, ville de 10.000 habitants.

" Toute mon enfance, c'est de l'ennui et la culture de la vanne qui est celle qui fait le succès du stand-up aujourd'hui".

Nesrine Slaoui a toujours été une élève brillante et pourtant un jour un prof de lycée a brandi au nez de sa mère une copie parfaite en l'apostrophant : " vous trouvez normal que votre fille ait eu 20?"

Le comité régional Mosaïc se penche sur l'égalité femmes-hommes, à Clermont-Ferrand

"Ben oui, ma mère a trouvé ça normal. Je n'avais pas triché, j'étais tout le temps à la bibliothèque. À Apt, il n'y avait rien d'autre à faire en même temps ! Toute ma vie c'est ça, on me refuse même le bénéfice de mon travail, c'est d'une violence incroyable ! "



"Dès la 6e, je savais que voulais devenir journaliste sur une chaîne de télévision. Mais Sciences Po, ce n'était soi-disant pas pour les gens "comme moi". J'ai d'ailleurs beaucoup travaillé pour me débarasser de mon accent marseillais, et on m'a souvent reproché "d'en faire trop", chose qu'on ne dirait jamais à un homme ambitieux ! Puis on m'a dit que je réussirais parce que j'étais femme, arabe et jolie. Si j'avais été un homme blanc, j'aurais été le mec le plus populaire de ma promo mais pour les mêmes raisons, je suis la meuf la plus détestée. On me renvoie sans cesse que je suis une anomalie sociologique, mais je ne suis pas un quota".

https://www.lamontagne.fr/clermont-ferrand-63000/actualites/vous-trouvez-normal-que-votre-fille-ait-eu-20-ou-comment-chasser-le-stereotype-pour-plus-d-egalite-femmes-hommes_13681414/
 

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
Ou celà n'a pas du être facile c'est se débarrasser de son accent marseillais lol...même moi quand je descend sur Marseille je le chope cet accent après ça reste 2/3 jours quand je remonte en Normandie mais il est si chantant cet accent ...

Bravo à toi Nesrine , tu as beaucoup de mérite
 

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
@Yoel1 elle est issue de l'immigration, a grandi en France, fait ses études en France et a eu beaucoup de mal à s'affranchir de son accent marseillais....:D
 

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
Nesrine Slaoui, la richesse des transfuges de classe

L’invitée de ce 22ème épisode du podcast est la journaliste Nesrine Slaoui. Quelle fierté de vous présenter le parcours de cette jeune femme qui rayonne de détermination et de conviction ! Nesrine est issue d’un milieu populaire, rural et immigré. Petite, elle rêvait d’intégrer Sciences Po et de devenir journaliste. Et, comme vous le découvrirez au cours de l’interview, c’est avec ténacité qu’elle atteindra finalement cet objectif. La prise de parole de Nesrine est importante. Les mots de Nesrine disent beaucoup des maux dont souffre encore la société française.

Ensemble, nous avons abordé des notions aussi cruciales que l’ascension sociale, le sentiment de l’imposteur, la culture générale, l’accessibilité des grandes écoles. Le cheminement de Nesrine donne de l’espoir à celles et ceux issus de milieux populaires, qu’il s’agisse de la banlieue, de la périphérie ou encore de la campagne, et qui ont envie de réussir. Et pas seulement. Son discours touche à toutes les formes de diversité, et en valorise la richesse.

Sciences Po comme rêve de petite fille

Être issue d’un milieu populaire et intégrer Sciences Po, il ne s’agit pas d’une évidence. Mes premières questions à Nesrine sont donc celles de la naissance d’un tel projet. À l’origine, c’est son papa, qui en regardant un reportage sur France 3, l’encourage à intégrer cette grande école. En effet, il y voit une élève d’origine marocaine. Et cela tombe bien, car Nesrine éprouve une véritable fascination pour le journalisme. Elle participe à l’époque au journal du collège. Intégrer un Institut d’Études Politiques est donc un bon moyen de satisfaire son désir et celui de son père. La réaction de ses professeurs se traduit à l’époque par beaucoup de « tu ne vas pas y arriver ». Nesrine est certes une élève un peu dissipée, qui s’ennuie en classe. Mais, contrairement à ce que le corps enseignant pouvait penser, cela traduisait surtout un besoin de faire des longues études pour être stimulée. Au final, la motivation de Nesrine à réussir le fameux concours d’entrée ne s’en trouve que renforcée.

Les transfuges de classe, ou l’ambivalence de l’ascension sociale

Là où je trouve le discours de Nesrine encore plus riche, c’est qu’elle met en avant les milieux populaires dans toute leur richesse. Il peut s’agir de la banlieue, mais pas uniquement. La ruralité et toutes les formes de périphéries en font également parties. Autant de profils de transfuges de classe que Nesrine raconte au travers de son propre parcours. Et son ascension sociale ne s’est pas faite sans ruptures. Au fur et à mesure que Nesrine côtoie des milieux plus aisés et cultivés en prépa ou à Sciences Po, elle va évoluer. Gommer son accent du sud, modifier la manière dont elle s’habille, prendre conscience que son alimentation est symptomatique du milieu dont elle est issue.

Pour autant, il n’a jamais été question de renier son enfance ou de mépriser son origine sociale. Nesrine a réalisé un important travail d’introspection pour rester fidèle à elle-même. Dès lors, elle décide d’intégrer Sciences Po avec ce qui constitue sa singularité. Elle y entre avec son origine immigrée, son bilinguisme français/arabe si peu reconnu ainsi qu’avec sa passion pour la culture rap. Mais le tiraillement entre ces deux mondes est bel et bien présent. D’ailleurs Bourdieu l’a aidée à mettre des mots sur ce qu’elle vivait, sur les raisons pour lesquelles « elle n’allait pas au théâtre et ne prenait pas de taxi ». C’est grâce à une professeure de SES particulièrement bienveillante qu’elle comprend qu’elle est un transfuge de classe, et que c’est une richesse de savoir jongler avec les codes de milieux aussi différents.

Pour une ouverture de la culture générale

Sciences Po ne serait pas Sciences Po sans la place prépondérante qui y est accordée à la culture générale. Mais qu’est-ce que la culture générale exactement ? Ce corpus de références canoniques dont tout bon gentilhomme devrait être doté ? Humanités, sciences, loisirs adoubés par la bienséance en seraient dès lors les piliers constitutifs. Or, et je n’écris rien de très nouveaux par ces lignes, on sait parfaitement que ce bagage aussi flou que difficile à acquérir, si l’on n’est pas né avec, est particulièrement discriminant.
.......................

https://grainesdoriente.com/nesrine-slaoui/
 

UNIVERSAL

---lcdcjve---
VIB
tu devrais lire le sujet non?
Salam Drianke :)
Rassure moi le titre n'a rien à voir avec la vidéo ?
Combien de fois on m'a accusé de tricheries, je m'en foutais royalement et qd quelqu'un a des préjugés je lui remets les idées en place.
Chacun tient sno destin entre ces mains. J'ai horreur des pleurnicheurs.
Boussa 7louwa :love:
 

UNIVERSAL

---lcdcjve---
VIB
Elle a un beau parcours je trouve et méritante une jeune française issue de l'immigration et des quartiers populaires !!! moi je la félicite plutôt!!!
j'ai pas été clair. bien-sur que je la félicite et suis très content pour elle :)
Je voulais dire que son parcours plaide contre les discours victimaires. Quand on s'en donne les moyens on réussi.
Pour conclure la victimisation (société raciste etc.) sauf très rare exception n'est qu'une excuse pour les gens médiocres.
 

Vomito

VIB
j'ai pas été clair. bien-sur que je la félicite et suis très content pour elle :)
Je voulais dire que son parcours plaide contre les discours victimaires. Quand on s'en donne les moyens on réussi.
Pour conclure la victimisation (société raciste etc.) sauf très rare exception n'est qu'une excuse pour les gens médiocres.
et pour la majorité c'est à dire les gens moyens?:rolleyes:
 

Mohammad

hein + hein = euh
VIB
Vraiment bravo pour le beau parcours, et surtout bravo pour l'hommage aux parents, ça nous change des ces ingrat(e)s qui crachent sur leurs origines dès qu'ils savent alignés deux mots.

Sinon, j'ai adoré le jeu de mot involontaire : "Jacques à dit" :D.
 
Belle réussite, bravo.

Il faut savoir que Sciences Po est une école qui s'est ouverte aux classes populaires, à travers un quota important pour les élèves boursiers, et une procédure d'accès spécifique pour les élèves issus de lycées de quartiers défavorisés.

il existe donc beaucoup d'aides pour les élèves méritants et travailleurs pour intégrer cette école.
 
Haut