• En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

La nomination prochaine du grand rabbin du maroc fait débat au sein de la communauté juive

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
JUDAISME - Depuis quelques jours, une pétition autour de la nomination prochaine du Grand Rabbin du Maroc circule sur les réseaux sociaux. Repérée par Hespress et signée par près de 300 personnes, elle a été lancée par le groupe “Engagement et renouveau de la communauté juive de Casablanca” pour soutenir la nomination, à ce poste, du Rabbi Rav Israel.

Dans le texte l’accompagnant, les signataires affirment que la communauté juive “dans sa grande majorité connaît et apprécie énormément le Rabbin Rav Israel. Celui-ci remplit les conditions nécessaires pour nous accompagner dans les années qui viennent”.

Ces derniers craignent cependant de voir le rabbin Yoshiyahu Pinto, nommé Av Beth Din en avril dernier, candidat à ce poste. En effet, dans ce même texte, les signataires disent avoir eu “des échos inquiétants concernant la tentative de présenter à Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que dieu le protège, le Rabbi Yoshiyahu Pinto pour ce poste très important pour notre communauté”.
“Yoshiyahu Pinto cumule de nombreux désavantages pour ce poste: il est israélien, ne parle pas l’arabe, n’est pas dayan (juge d’un tribunal rabbinique, ndlr)”, considère le groupe. Ces derniers rappellent également le passé controversé du rabbin, mis en cause dans une affaire de corruption, qui lui a valu dix mois de prison en Israël.

Le CCIM dément formellement

Une présumée nomination que réfute totalement le secrétaire général du Conseil des communautés israélites du Maroc (CCIM), Serge Berdugo. Contacté par le HuffPost Maroc, ce dernier affirme qu’il est impossible pour Yoshiyahu Pinto d’occuper le poste de Grand Rabbin, puisqu’il occupe déjà la charge d’Av Beth Din. Une nouvelle institution de la communauté juive marocaine dont la tâche est essentiellement la mise en place d’une cacheroute (code alimentaire prescrit aux personnes de confession juive, ndlr). Selon Serge Berdugo, le rôle du Grand Rabbin sera différent de celui d’Av Beth Din “assumé par Rav Yoshiyahu Pinto, lequel n’est pas candidat pour ce poste (de Grand Rabbin du Maroc, ndlr)”.

Concernant les points d’opposition formulés par la pétition, le fait que Pinto ne parle pas arabe et ne soit pas un résident permanent du royaume “n’importe pas puisqu’il ne sera pas Grand Rabbin du Maroc” martèle Serge Berdugo, qui rappelle qu’il est d’origine marocaine.
Quant au fait que le rabbin Pinto ne soit pas dayan, le CCIM affirme dans un communiqué que “le rôle du Grand Rabbin du Maroc étant different de celui de président de la cour de justice rabbinique, il n’est pas nécessaire qu’il soit dayan, ce qui était d’ailleurs le cas du regretté Rabbi Aaron Monsonego ZL”, ancien Grand Rabbin du Maroc mort en août 2018.

L’organisation juive insiste également sur le fait que le futur Grand Rabbin sera “un résident du Maroc”. “Dans ce contexte, la désignation d’un Grand Rabbin du Maroc auprès du CCIM sera effectuée sur la base d’une liste de candidatures sérieuses de Grands Rabbins marocains ou d’origine marocaine et selon des critères de compétence, d’expérience et de solides références”, conclut le communiqué.

 
Haut