Les origines de l'ange Gabriel et du panthéon angélique musulman

L’archange Gabriel fait partie des trois religions du Livre.
Il a, entre autres hauts faits, annoncé Jésus à Marie, insufflé le Coran à Mahomet pendant vingt-deux ans.
Il date de la plus haute antiquité, âgé de cinq mille ans et il est d’origine sumérienne.
À Ur, les archéologues ont découvert, gravé dans la pierre un échanson ailé.
Son nom était Gabr ou Gibor extrait de la racine gbr. Cela signifiait gouvernorat avec une nuance de puissance et de force.
C’était un esprit, assujetti à la déesse de la vie, Ninhursag.
Résolue a créer un jardin dans la prairie d’Edinu, la déesse demanda au dieu des ténèbres de fendre le sol pour y couler l’eau afin d’y fertiliser huit graines d’humains.
Suivant une mésaventure identique à celle, bilbique, de la pomme du jardin d’Éden, la déesse confia à Gabr la surveillance d’Edinu.
On voit par là combien la Bible et le Coran suivent de près la religion sumérienne.


À suivre.
 
La racine gbr passa dans les autres langues sémitiques qui succédèrent au Proche-Orient.
D’ailleurs, la lecture des dictionnaires araméens indique l’acception « devenir fort » ou « être fort » pour gbr : ce qui suggère irrésistiblement à l’esprit le « Dieu est ma force » de « Gabriel ».

En Babylonie, on vénérait aussi les esprit tutélaires tels que Micha-El et Rapha-El –le premier ayant été presque mis au rang des dieux.
Les archéologues ont retrouvé, à Babylone, des coupes incantatoires sur lesquelles leurs noms figurent.
Ces esprits tutélaires, protecteurs et anges gardiens, furent ensuite absorbés par le panthéon angélique juif.
La fortune de Gabriel dans les religions monothéistes repose sur le fait qu’il est un esprit pur, sans affiliation divine qui peut le rendre ou humain ou divin.
 
en hebreu, la racine gbr donne:
gavar(en hebreu, le v et b sont une seule et meme lettre)= vaincre, croitre
gévér= homme
gavrout= masculinité
gavri= viril
gveret= dame
gvartan= homme robuste
gibor= heros, homme courageux, vaillant
 
la racine gbr hebraique correspond a la racine jbr en arabe (gabriel=jibril)
en classique on trouve:
jabra= un bandage
ajbara ou jabara 3la= forcer à
tajbara= etre orgueilleux
ijbari= obligatoire
jabarout= tte puissance
jbbar= puissant, geant
aljbbar= le tt puissant
jabria= fatalisme
 
Une précision omise par votre incompétent serviteur: gabr, en sumérien, signifie gouvernorat; et gibor gourvernorat avec une nuance de force et de puissance.

pocoloco a écrit :
L’archange Gabriel fait partie des trois religions du Livre.
Il a, entre autres hauts faits, annoncé Jésus à Marie, insufflé le Coran à Mahomet pendant vingt-deux ans.
Il date de la plus haute antiquité, âgé de cinq mille ans et il est d’origine sumérienne.
À Ur, les archéologues ont découvert, gravé dans la pierre un échanson ailé.
Son nom était Gabr ou Gibor extrait de la racine gbr. Cela signifiait gouvernorat avec une nuance de puissance et de force.
C’était un esprit, assujetti à la déesse de la vie, Ninhursag.
Résolue a créer un jardin dans la prairie d’Edinu, la déesse demanda au dieu des ténèbres de fendre le sol pour y couler l’eau afin d’y fertiliser huit graines d’humains.
Suivant une mésaventure identique à celle, bilbique, de la pomme du jardin d’Éden, la déesse confia à Gabr la surveillance d’Edinu.
On voit par là combien la Bible et le Coran suivent de près la religion sumérienne.


À suivre.
 
L’Enfer est gardé par des anges , et on y mentionne Mâlik.
« Ils [les damnés] crient : « Ô Mâlik! Que ton Seigneur nous achève! » Il répond : « vous allez y demeurer! » (43,77)
Le paradis signale aussi un Mâlik présent au Paradis (54, 54-55), habituellement identifié avec Allah, mais il est tentant de croire qu’il est le même personnage que le Mâlik infernal.
La double tâche de Malik est signalé par la Bible : Ezechiel narre la chute d’un roi tyrien, nommé Melqart, lequel, après avoir vécu au Ciel, fut précipité dans la fosse pour s’être enorgueilli.
On retrouve le même terme coranique, Mâlikû, à Mari, pour désigner l’oblation funéraire, et, de plus, l’expression « ana mâlikî » pour les esprits infernaux.
À Babylone, un Mal(i)ku siégeait avec les divinités infernales.
En Syrie, le dieu Mlk et ses inférieurs (mlkm) sont placés aux enfers.
 
jme suis interressé a la religion sumerienne la religion des trois livre na rien a voir avec cette religion ..ex la religion sumerienne parle dun bateau qui a coulé et direct on fait allusion a l arche de noé :lol: :lol: :lol:
 
Je suis le premier a etre passioné par les similitudes evidentes qui unissent les langues de la region.
Tu aurais pu citer aussi le mot "el" qui designe dieu, que l'on retrouve dans babel (porte de dieu) et dans les prenoms en -el (israel)
d'ailleurs gabriel pourrait signifier "fort avec dieu".
On retrouve le mot "el" dans elohim, et dans allah

Cependant, aussi interessante qu'elle soit ton etude cher poco ne prouve en rien que l'islam s'est contenté de reprendre a son profit en les modifiant des traditions polytheiste.
Symetriquement il st tout aussi legitime de penser que ce sont ces religions polytheistes qui sont une deviation de l'islam (au lieu de l'inverse)
L'islam reconnait des messages anterieurs qui se sont adressé a different peuples, dont ceux de sumer abraham lui meme n'etait il pas originaire de la ville summerienne d'our?
 
Loin de moi l'idée de faire une polémique ennuyeuse basée sur un recensement d'emprunts (sic) au polythéisme.

Il y a une continuité spirituelle, idéologique du monde mésopotamien antique à l'Arabie du VIIème siècle.
L'islam est le descendant naturel et légitime d'institutions et de croyances millénaires.
 
Haut