Le paradoxe théologique de la miséricorde de Dieu

sansblague

Cent blagues
@TIGELLIUS

Tu ne fais que repeter des propositions dogmatiques, ton attitude est reactive,
Ici on debat d'un probleme connu des philosophes et theologiens depuis les grecs !
Essaie de faire un effort d'argumentation si tu veux defendre tes croyances et les rendre intelligibles pas simplement nous reciter des morceaux des textes sacres
On est la pour comprendre non pour convertir les gens.
Exactement
 

TIGELLIUS

Allah la seule REALITE, le reste n'est que VIRTUEL
VIB
Bien sur que non mais si on affirme au meme temps que Dieu est Tout Misericordieux on tombe sur un paradoxe.
D'un cote la justice divine signifie que Dieu doit punir ceux qui meritent la punition, d'ou que l'enfer doit exister
d'un autre cote La misericorde de Dieu est incompatible avec l'existence de l'enfer
Il n'y a pas de paradoxe. La Miséricorde divine ne signifie pas qu'elle sera appliquée à tout le monde et cela rentre dans la logique de notre compréhension, du moment que la Justice doit aussi faire son travail concernant les injustes qui meritent d'aller en Enfer.
 

godless

On est bien peu de chose.
VIB
Alors tu es athée, le spinozisme est une forme d'atheisme, la nature nest pas un dieu
Il nya pas de dieu 'ex machina' dans cette conception, cest la nature, tout ce qui existe, le reel se suffit.
Ça dépend. Pourquoi la nature ne serait pas dieu, ou plus largement, pourquoi le TOUT (à savoir tout ce qui existe) ne serait pas dieu? Quitte à ce que quelques cellules de ce dieu (nous en l'occurence) ne le sachent pas...🤓
Ça peut ne pas l'être, tout comme ça peut l'être.🤷🏽‍♂️
 
@yasstyme85
c'est long mais ca me ferais plaisir que tu le lis

La Miséricorde d'Allah

L'homme est une créature avec ses forces et faiblesses. En perpétuelle évolution, il trouve toujours près de lui, Allah, présent en toute circonstance. Et en ce sens, il est important pour tout musulman de ne jamais désespérer de la Miséricorde d'Allah.
Ne jamais désespérer de la Miséricorde de Dieu
Hadith de l'homme qui a tué 99 personnes
Selon Abou Sa'îd Al Khoudrî, le Messager De Dieu a dit : "Parmi ceux qui vivaient avant vous, il y avait un homme qui avait tué 99 personnes et cherché à rencontrer le plus grand savant sur terre pour se repentir. On lui indiqua un moine. Il se rendit auprès de lui et lui dit :
« J’ai tué 99 personnes et voudrais savoir si je peux me repentir ».
Le moine lui répondit négativement. Alors, il le tua pour porter le nombre de ses victimes à 100.
Ensuite il demanda à rencontrer le plus savant sur terre. Orienté vers ce dernier, il lui dit avoir tué 100 personnes et demanda s’il pouvait se repentir. Le savant lui dit :
« Oui, et qu'est-ce qui pourrait vous en empêcher ? ».
Ensuite, il lui donna l’ordre de se rendre vers une terre où se trouvaient des gens qui adoraient Dieu afin de faire comme eux. Et il lui dit de ne plus retourner dans son pays qui est une terre du mal.
L'homme se mit donc en route. Quand il arriva à mi-chemin, la mort le saisit. Les anges de la miséricorde et ceux chargés du châtiment se le disputèrent.
Les premiers dirent :
"Il (le mort) s’était repenti et était résolument orienté vers Dieu".
Les seconds dirent :
"Il n’a rien fait de bon dans sa vie !"
C’est alors que se présenta un ange sous la forme humaine et les deux parties (des anges) acceptèrent son arbitrage. Et il dit :
"Mesurez la distance qui sépare l’endroit où il est mort de son point de départ et de sa destination. Il sera traité (dans l’au-delà) selon la terre à laquelle il est le plus proche".
Quand ils mesurèrent (la distance parcourue par le mort) on trouva qu’il était plus proche de sa destination. Aussi fut-il saisi par les anges de la miséricorde."

Et dans un autre version : "Dieu exalté inspira à la terre du mal de s’éloigner et à celle du bien de se rapprocher. Puis Il dit: "Mesurez la distance qui les sépare". Ils trouvèrent qu’il était plus proche d’une palme de la cité du bien. Aussi fut-il absout de ses péchés".

Analyse
Ce genre de récit peut nous paraître assez lointain, voire dépassé. D'ailleurs, même le Prophète commence par dire : « il y avait parmi ceux qui vivaient avant vous », c'est-à-dire un homme d’une époque lointaine. Cependant, dans ces récits, que nous trouvons dans le Coran et la Sunna, ce ne sont pas les détails historiques qui doivent attirer notre attention, mais les faits et enseignements qu’ils contiennent.
Ici, il faut tout de suite s’arrêter sur la personne décrite par le Prophète : c’est un homme qui a tué 99 personnes ! Imaginez comment cela doit résonner dans nos oreilles, lorsque nous lisons dans le Coran que le tueur d'une seule personne est le tueur de toute l'humanité (Coran, 5 : 32) ! Que dire alors de 99 personnes ?
Cela nous renvoie à nous-mêmes : parfois, certains de nos actes nous paraissent tellement importants, gênants vis-à-vis de Dieu, que cela ouvre la porte à shaytan pour nous faire désespérer de la Miséricorde Divine. Or, après avoir tué 99 personnes, cet individu pense encore au repentir. Pour nous, c’est un message d’espoir : quel que soit l’acte commis, l’obligation délaissée, à partir du moment où il y a une sincérité et une réelle volonté, les portes de Dieu sont ouvertes.
Cet homme qui décide de se repentir, va s’orienter vers un moine (ra’ib), c'est-à-dire quelqu’un qui s’isole de la société pour se consacrer à l’adoration de Dieu. Avec ses crimes, il va voir quelqu’un qui se consacre à l’adoration de Dieu et lui demande s’il lui est possible de se repentir après tout cela. Évidemment, que peut bien lui répondre une personne qui est dans cet état d’adoration quotidienne, qui ne voit pas ni n'entend de choses interdites, bref, qui vit dans son petit univers ? Tuer une personne est déjà quelque chose d’énorme et lui arrive avec 99 personnes ! Bien sûr, elle lui répond que non, le repentir n’est pas possible pour lui !
Sur ce point, il est important de savoir à qui l'on demande conseil, qui l'on interroge, surtout sur des questions aussi délicates. Une réponse comme celle du moine aurait pu le faire passer dans un pessimisme total. D’ailleurs, c’est ce qu’il a ressenti. Quant il lui a répondu non, il s’est dit : « pourquoi continuer ? » Il l’a tué et a complété le nombre à 100.
 
suite

On voit ici où peut mener une réponse. D’où l’importance de savoir à qui l’on s’adresse. Parfois, une réponse venant d’un ignorant peut causer sa mort ou celle d’autrui. Dans ce hadith, nous avons l’exemple du moine qui répond sans connaissance et provoque sa mort.
Dans un autre hadith, le Prophète nous parle d’un compagnon qui, pendant une bataille, se lève en état d’impureté majeure (janâba). Or, il faisait trop froid pour faire les grandes ablutions (ghusl). Il demande alors aux autres compagnons s’il peut faire le tayyamum (ablutions sèches) au lieu du ghusl, ce à quoi ils répondent non. Il fait donc ses grandes ablutions avec de l’eau froide et il meurt suite à cela ! Cela provoqua la colère du Prophète qui leur dit :
« Ils l’ont tué, que Dieu les tue ! Ils auraient dû demander avant de lui répondre ». Donc, c’est quelque chose de très important de répondre en ayant le savoir, surtout dans ce genre de situation où quelqu’un cherche à revenir vers Dieu. La personne qui est en état d’adoration n’a pas forcément la réponse à ce genre de question, car c’est une question qui demande un savoir.
Ensuite, cet homme s’oriente vers un savant et lui pose la même question : il lui dit qu’il a tué 99 personnes, qu’il a été voir une autre personne pour se repentir mais qu’il l’a aussi tuée, et veut savoir si avec tout cela, il lui est encore possible de se repentir. Et le savant lui répond oui : « Qu’est-ce qui pourrait s’interposer entre toi et le repentir ? »
On voit la différence entre les simples actes d’adoration et leur compréhension : peut-être que ce savant n’avait pas le même degré que le moine quant à ses actes d’adoration, mais il avait la connaissance de Dieu. Il savait qui était Dieu. Il savait qu'Allah s’était qualifié comme étant Celui qui Pardonne.
Il lui indique alors deux choses :
Tout d'abord, de quitter l’endroit où il vit, car il y avait de mauvaises personnes dans cet endroit et l’oriente vers un autre lieu où il y a des gens de bien.
Ensuite, il lui dit d’adorer Dieu avec ces gens.
Être prêt à faire des efforts pour satisfaire Dieu...
Quitter l’endroit où il vit, puis se consacrer à l’adoration avec les gens qu’il trouvera n'est pas chose aisée ! Ainsi, le repentir passe parfois par des étapes difficiles et il faut donc être prêt à fournir ces efforts, être prêt à couper court à certaines situations qui nous éloignent de Dieu.
Comme on dit, « le meilleur moyen de sortir d’un endroit, c’est de ne pas y entrer ! » Par exemple, si nous avons un problème avec la télévision ou internet, nous allons peut être devoir l’enlever complètement. Si nous savons que lorsque nous nous rendons dans tel endroit, avec telle personne, cela va nous rappeler de mauvais souvenirs ou nos mauvaises habitudes, il va falloir couper l’accès à cet endroit et à ces personnes.
Un espoir actif...
Il y a donc le premier effort, qui est de quitter l’endroit où il est. Et le deuxième effort, c’est d’agir. Ce hadith nous montre qu’il faut garder l’espoir, quoi que nous ayons pu faire. Mais l’espoir vient avec l’action. D'autres hadiths nous invitent à la même chose : « fais suivre la mauvaise action par une bonne, elle l’effacera ». Nous voyons ce souci de l’islam de faire de nous des gens actifs, et non des gens passifs. Des gens qui sont optimistes, pas pessimistes. Dans cette situation, malgré les mauvaises actions, il faut redoubler de bonnes actions. Un verset va dans le même sens, en disant que les bonnes actions dissipent les mauvaises. L’imam Al Ghazali disait en ce sens : « faites en sorte que vos bonnes actions soient l’équivalent de vos mauvaises actions ». Cela veut dire que, par exemple, celui qui s’est mal comporté envers ses parents – et qui commet l'un des plus grands pêchés – doit faire suivre cette mauvaise action par une bonne, en se comportant bien avec ses parents. Que celui qui avait l’habitude de faire de la médisance sur quelqu’un en public, doit prendre l’habitude de dire du bien sur lui en public. Que celui qui a été injuste avec son frère et sa sœur doit se comporter avec justice et ainsi de suite.
Le repentir passe aussi par la réflexion...
En effet, il faut d’abord réfléchir : on comprend qu’on est dans une mauvaise situation, on se dit qu’on doit changer. Après cette réflexion, il faut agir. C’est pourquoi le compagnon Abu Dharr Al-Ghifâri dit dans un hadith que celui qui fait le bien dans ce qui lui reste à vivre, il lui sera pardonné ce qui est passé (c'est-à-dire ses mauvaises actions passées). On voit donc ce côté optimiste que l’islam cherche à nous transmettre, pour ne pas que nous tombions dans un pessimisme paralysant, en se disant : « C’est bon, c’est fini pour moi. Il n'y a plus d'espoir alors je vais attendre la fin de mes jours !».
 
suite et fin
Quelle que soit sa situation vis-à-vis de Dieu, le musulman a du bien en lui. A partir du moment où il fait cet effort pour revenir vers Dieu, il trouvera son Seigneur qui lui ouvrira les portes de la miséricorde.
Et ce hadith se finit ainsi : l’homme écoute le savant et va vers cet endroit qu’il lui a indiqué. Mais il meurt sur le chemin. Il décède à mi-chemin entre l’endroit qu’il a quitté et l’endroit de destination. Les Anges de la Miséricorde et les Anges du châtiment descendent. Ils ne savent pas qui doit le prendre : les Anges du châtiment disent qu’il n’est pas arrivé à l’endroit où il devait aller et donc que son repentir n’est pas complet. Les Anges de la miséricorde disent qu’il avait commencé son travail de repentir par cet acte, en quittant cet endroit et donc que c’est à eux de le prendre. Ils demandent à Dieu de juger. Et Dieu rallonge les pas de l’homme, de sorte qu’il soit plus proche de sa destination que de son point de départ. Dieu leur demande de compter les pas qui sépare l’homme des deux endroits. Ils comptent donc et voient qu’il est plus proche de l’endroit de destination que de celui du départ. Alors, Dieu lui pardonne.

En conséquence, quelle que soit l’intensité du pêché, tant qu’il y a de la sincérité, de la volonté et de l’acte, Dieu pardonne.
Pour finir, soulignons donc qu’après avoir pris conscience de la nécessité de se repentir (après la réflexion), il faut agir.
Toujours être optimiste, car le pessimisme n’est pas une des qualités du musulman. D’ailleurs, quand nous lisons l’histoire de Yusuf dans le Coran, Ya’qub dit à ses enfants, en les envoyant à la recherche de Yusuf « Ne désespérez pas de la Miséricorde de Dieu, car seul les mécréants désespèrent de la Miséricorde de Dieu » (Coran, 12 : 87). Ceux qui ne connaissent pas Dieu désespèrent de Sa Miséricorde, mais ceux qui sont convaincus que Dieu est Pardonneur, Miséricordieux..., ne désespèrent pas. Et si nous regardons tous les attributs de Dieu qui tournent autour de la Miséricorde, ils sont très nombreux...

Que Dieu nous pardonne nos fautes et nous aide à être parmi Ses adorateurs sincères.

Amîne
 

sansblague

Cent blagues
Ça dépend. Pourquoi la nature ne serait pas dieu, ou plus largement, pourquoi le TOUT (à savoir tout ce qui existe) ne serait pas dieu? Quitte à ce que quelques cellules de ce dieu (nous en l'occurence) ne le sachent pas...🤓
Ça peut ne pas l'être, tout comme ça peut l'être.🤷🏽‍♂️
si tu veux appeler ça dieu ok mais cest quelle religion qui adore la nature ? l'ecologie ? La science ?
 

yasstyme85

I smell the storms of heresey brewing
Il n'y a pas de paradoxe. La Miséricorde divine ne signifie pas qu'elle sera appliquée à tout le monde et cela rentre dans la logique de notre compréhension, du moment que la Justice doit aussi faire son travail concernant les injustes qui meritent d'aller en Enfer.
Dans ce cas la misericorde n'est pas absolue et serait semblable a celle des humains qui elle est finie et ne peut s'appliquer a tout le monde.
Paradoxe puisque tu postule au meme temps que Dieu est l'etre supreme ayant des attributs infinis
 

yasstyme85

I smell the storms of heresey brewing
Oui mais la volonte divine n'est pas arbitraire, elle aussi est infinie en son genre.
Je m'explique :
La volonte de Dieu exclue que que Dieu ait voulu le mal..ou qu'il ait a choisir entre deux options, Dieu n'a pas a operer un choix, cela est valable pour les humains qui peuvent choisir telle ou telle chose selon des criteres. Pour Dieu c'est inconcevale rien exterieur a lui ne pourrait l'obliger.
Volonte et necessite se confondent chez Dieu
 

godless

On est bien peu de chose.
VIB
ça cest deiste non ? cest plutot le naturalisme qui correspondrait
Il y a des intersections entre ces notions. Certains déismes sont à tendance panthéistes, ou vice-versa.😁
Mais globalement, voir dieu en la nature ou la nature en dieu, c'est du panthéisme. Il y a d'autres termes pour désigner certaines formes de panthéismes ou se rapprochant du panthéisme.
Mais tout ça peut nous embrouiller (ou m'embrouiller), donc je reste sur mon petit terme générique.😁
 

godless

On est bien peu de chose.
VIB
Dieu crée le Bien et le Mal et il dit au genre humain de ne pas faire le mal.
Une question (sans arrière pensée): qu'est-ce que créer le bien, créer le mal?
Est-ce juste définir ce qui est bien et ce qui ne l'est pas? Ou bien c'est une quasi personnification de ces notions?
Faut-il créer le bien pour qu'on puisse se dire que sauver la vie de quelqu'un, aider quelqu'un, c'est bien?
 

de passage

I'm just passing through
Oui ils meriteront un chatiment mais un chatiment proportionne a leurs actes, c'est ca la justice, c'est comme cela que nous la concevons.
La damnation eternelle est un chatiment disproprtionne et cela est en contradiction avec la justice

Si en plus de la justice on admet que Dieu est Misericordieux ou Bon, mettre ne serait-ce un seul homme en enfer pendant une fraction de seconde sans meme parler d'eternite est en contradiction avec la Misericorde de Dieu

La Misericorde ici est cense etre un attribut divin (absolu) donc il ne faut pas la confondre avec celle des humains, une misericorde (ou bonte) absolue est inconciliable avec l'existence de l'enfer.
Qui t as dit que le châtiment n est pas proportionné a leur actes et péchés ?
tu n as pas tous les éléments pour en juger !

en gros , il y a ceux qui vont au paradis et les autres vont a l enfer éternellement ! Et puisque Dieu est miséricordieux donc contradiction !
c est ca ton analyse ? un raisonnement simpliste , tu trouves pas ?


on juge pas un voleur de pain comme on juge un criminel qui lui,passe a la cour d assise pour de lourde peine !
les peines sont donc en fonction des délits commis .
si il y a la meme sanction pour tout le monde ou pas de sanction la y a peut etre miséricorde mais surement pas de justice !ok

Il faut savoir qu il y ait plusieurs enfer de differents niveaux en fonction des actes mais pas forcément étérnellement pour tout le monde
Dieu pourra sauver ceux qui veut a n importe quel moment
il y a d autres éléements qui peuvent plaider en faveur de la personne : ses bonnes oeuvres , ses prieres ,des personnes qu il a aidé de son vivant meme des animaux peuvent temoigner ...
Comme a été rapporté du prophéte paix sur lui :qu une femme qui devait aller a l enfer et grace a un chat qu elle avait sauvé est entreé au paradis ...
un compagnon de prophéte qui avait 120 ans et priait encore et se force de faire les nawaféls , ses enfants leur a dit ; tu n as pas besoin de te forcer tu es deja le plus pieux de tout le tribu
il répondit : je ne fais pas cela pour moi mais pour vous ...
car ceux qui sont tres pieux acquièrent un niveau ou ils auront le droit de sauver de l enfer une , deux voire 10 personnes de leur choix !
y a tellement de facteurs et possibilité qu il ne restera en enfer que les vrais tyrans et les diaboliques car Dieu est mésiricordieux et JUSTE
 
Dernière édition:

de passage

I'm just passing through
@de passage

Je crois que le raionnement est clair !
Si tu veux je reprends en d'autre termes : Le mecreant qui assume sa position est exclu de la misericorde de Dieu CQFD
ton raisonnement est clair certes mais pas logique .
le mécréant s exclu volontairement de la miséricorde de Dieu !
Dieu est miséricordieux mais aussi il est juste
il n y a pas de miséricorde sans justice !je ne pense pas !
 

godless

On est bien peu de chose.
VIB
ton raisonnement est clair certes mais pas logique .
le mécréant s exclu volontairement de la miséricorde de Dieu !
Dieu est miséricordieux mais aussi il est juste
il n y a pas de miséricorde sans justice !je ne pense pas !
Pas forcément "volontairement".
Car ne pas croire, si rien ne m'incline à croire ou alors si rien ne m'incline à croire au bon dieu ou au bons dieux, n'est pas nécessairement un choix.
Et si ce n'est pas un choix, ce n'est pas volontaire.
 

yasstyme85

I smell the storms of heresey brewing
ton raisonnement est clair certes mais pas logique .
le mécréant s exclu volontairement de la miséricorde de Dieu !
Dieu est miséricordieux mais aussi il est juste
il n y a pas de miséricorde sans justice !je ne pense pas !
Mais si tu pousse le raisonnement plus loin tu trouvera que les attributs divins JUSTE et MISERICORDIEUX sont incompatibles car:
Dieu Juste => l'enfer doit exister
Dieu Misericordieux => l'enfer ne doit pas exister (sinon sa misericorde n'est pas absolue)
 

de passage

I'm just passing through
j ai donné l exemple d un ptit voleur et un criminel
que suggères tu !
au nom de la miséricorde on pardonne tout le monde ! donc pas de sanction d ou pas de justice ce qui pourra génerer l anarchie et l'arbitraire ? tu reponds pas la dessus ?
si tout le monde va au paradis ce ne sera pas juste
tu etais d accord avec moi que c est injuste que les bons , qui n on fait du mal a personne se retrouvent au paradis avec des criminel et les diabliques
si comme au nom: de la miséricorde on delivres les diplome a tout le mode mème ceux qui n ont jamais été present
tout le monde devient diplomés
imagine si on fait cela en medecine au nom de ta théorie de miséricorde tout le monde devient docteur en medecine
c est beau , mais tu te rend compte des dégats que cela pourrait engendrer
 

yasstyme85

I smell the storms of heresey brewing
j ai donné l exemple d un ptit voleur et un criminel
que suggères tu !
au nom de la miséricorde on pardonne tout le monde ! donc pas de sanction d ou pas de justice ce qui pourra génerer l anarchie et l'arbitraire ? tu reponds pas la dessus ?
si tout le monde va au paradis ce ne sera pas juste
tu etais d accord avec moi que c est injuste que les bons , qui n on fait du mal a personne se retrouvent au paradis avec des criminel et les diabliques
si comme au nom: de la miséricorde on delivres les diplome a tout le mode mème ceux qui n ont jamais été present
tout le monde devient diplomés
imagine si on fait cela en medecine au nom de ta théorie de miséricorde tout le monde devient docteur en medecine
c est beau , mais tu te rend compte des dégats que cela pourrait engendrer
Oui je suis d'accord cela conduit a des incoherences et impasses
Pour remedier a ces difficultes il faut trouver une solution qui reconcilie Justice et Misericorde sans porter atteinte au concept d'un Dieu etre supreme.
 
pas tous les éléments pour en juger !
Ici le prétendu "paradoxe" n'est en fait que le produit d'un sophisme béant (comparaison de deux élements théologiques incomparables).

Sa manipulation intellectuelle consiste ici à amalgamer ce qui relève de la "contradiction" et ce qui relève du "paradoxe".
Le prétendu "paradoxe" n'est en fait que l'expression d'une "contradiction" révélatrice d'un raisonnement défaillant.
Pour ne pas contrarier son raisonnement, elle travestie sa contradiction en paradoxe qui est moins connoté péjorativement. Un paradoxe n'est que l'expression d'une vérité troublée par la présence d'une autre vérité.

Or comme je l'expliquai précédemment :
  • elle emploie des éléments théologiques pour justifier son affirmation,
  • tout en disqualifiant ses contradicteurs quand ils en font autant en les invectivant (religieux, intégristes, ...),
Ces méthodes malhonnêtes me font penser à une certaine forme de mentalité de néo-colonialiste qui consiste à asseoir une forme d'autorité sur des affirmations / accusations gratuites par le biais d'interrogations orientées.
 

Ebion

gentil salutateur
VIB
Voudrais-tu dire que tu ne te considères pas comme gentil?

Et modeste, en plus...😊
Ce que je dis, c’est que je m’en fiche un peu qu’on me crie des insultes. Ce n’est qu’un forum. En plus, quand je dis une brokonnerie, c’est normal que les bladinautes me fassent des reproches, et ça fait partie de l’apprentissage. Quand on m’insulte, je me demande avant tout si je l’aurais pas un peu mérité!!

Par contre, insulter des bonnes personnes sur ce site, c’est inacceptable, et il faut dire non. De plus, on sait pas comment les autres vont encaisser les insultes. On ne connaît pas toute leur vie. Certains peuvent être dépressifs, suicidaires, psychotiques... :(
 

Ebion

gentil salutateur
VIB
Alors tu es athée, le spinozisme est une forme d'atheisme, la nature nest pas un dieu
Il nya pas de dieu 'ex machina' dans cette conception, cest la nature, tout ce qui existe, le reel se suffit.
Je suis pas « religieux », mais pas matérialiste athée non plus, comme on comprend ce mot actuellement. J’estime que sur le plan métaphysique, l’athéisme est peu satisfaisant. La plupart des athées actuellement sont pas métaphysiciens. Par contre, les notions de providence spéciale, de révélations à des prophètes, le Messie, les démons, les miracles, les rituels, les prières de demande, les prophéties, la fin du monde proche, j’en ai pas besoin. Ceux qui en ont besoin, c’est leur affaire à eux, et c’est pas à moi de les en empêcher. L’important est de coexister le moins mal possible.

Par contre, je te donne un peu raison : Spinoza est plus proche de l’athéisme que des grandes religions. Malgré tout, Spinoza avait une fibre mystique.
 

Ebion

gentil salutateur
VIB
Tu fais une confusion entre la justice humaine et la Justice divine. Tu voudrais que la Justice divine soit la même que la justice humaine, alors que ce n'est pas le cas car la Justice divine prend en compte d'autres paramètres que la justice humaine n'a pas.
Une précision sur les mots : si on parle de « justice » divine et de « justice » humaine, il doit bien y avoir un rapport entre les deux emplois de ce mot. Sinon pourquoi, justement, avoir choisi ce mot, déjà en usage dans les langues humaines?

Sinon on emploie des mots qui sont identiques à l’écrit par hasard, mais dont les sens n’ont rien à voir. Ce qu’on appelle des mots équivoques. Par exemple un « banc » de parc et un « banc » de poissons. Mais je crois pas que les croyants parlent de la justice de Dieu comme cela. Sinon aussi bien parlerait-on de la « justice » de Satan. Si on se permet d’utiliser ce mot sans lui donner un contenu reconnaissable pour nous, on peut l’appliquer à n’importe quoi. ;)
 

TIGELLIUS

Allah la seule REALITE, le reste n'est que VIRTUEL
VIB
Une précision sur les mots : si on parle de « justice » divine et de « justice » humaine, il doit bien y avoir un rapport entre les deux emplois de ce mot. Sinon pourquoi, justement, avoir choisi ce mot, déjà en usage dans les langues humaines?

Sinon on emploie des mots qui sont identiques à l’écrit par hasard, mais dont les sens n’ont rien à voir. Ce qu’on appelle des mots équivoques. Par exemple un « banc » de parc et un « banc » de poissons. Mais je crois pas que les croyants parlent de la justice de Dieu comme cela. Sinon aussi bien parlerait-on de la « justice » de Satan. Si on se permet d’utiliser ce mot sans lui donner un contenu reconnaissable pour nous, on peut l’appliquer à n’importe quoi. ;)
La justice humaine est celle pratiquée par l'être humain en ce monde durant cette vie. Il y a des trangressions dans la société humaine et donc une justice qui donne un jugement sur les faits constatés avec des preuves. Par conséquent, la justice humaine agit avec les moyens dont elle dispose en ce monde et ces moyens sont limités.

Or la Justice divine depasse largement les possibilités et les moyens humains car le Créateur est Omniscient, il sait donc en totalité ce qui se passe et dans les moindres détails. La justice humaine est imparfaite et n'a pas cette capacité de comprendre la totalité de ce qui peut arriver alors que le Créateur oui.



L
 
Dernière édition:
Haut