De la perte et du pardon

IntricationQ

وَقُولُوا لِلنَّاسِ حُسْنًا
VIB
Il vous est déjà arrivé de vous sentir dans un état tellement indéfinissable que vous n'avez même pas les mots pour le décrire ... que vous n'avez même pas de larmes pour pleurer ... Ni votre cerveau, ni votre âme n'appréhendent ce qui se passe ... Vous êtes complètement perdus, vous n'avez plus rien ... Vous venez de vous perdre et de perdre tout ce qui vous restait ... Vous en pouvez plus. Vous pensez que c'est fini ... Vous vous demandez comment on peut se relever d'une telle chose ...

Vous ouvrez les yeux le lendemain et pendant un quart de seconde, vous vous demandez si c'était un cauchemar ... Vous croisez vos proches et dès qu'ils vous tournent le dos, votre corps saisit enfin l'insaisissable. Vous pouvez enfin soulager un peu cette douleur, de quelques larmes ... Pourquoi parler à ses proches, ensuite les laisser ... nous met-il dans cet état à ce moment précis ? Les images se succèdent, c'est un tourbillon d'émotions ... Le souvenir de l'écolier que j'étais refait surface ; le sentiment de devoir prendre soin des affaires scolaires que mes parents m'ont achetées à la sueur de leur front, sans quoi ce serait une forme de trahison ; ce sentiment d'amour que j'ai pour eux, cette incapacité à les trahir, ce devoir de les honorer, les remercier pour tout ce qu'ils ont fait pour nous ; cette éducation qu'ils nous ont donnée, ces valeurs ... Perdues ... Le sentiment de honte, de trahison, nous submerge ...

Avec de la chance, vous réalisez assez vite qu'il vous faut du temps pour comprendre, prendre du recul, et être conscient que ça se cicatrisera avec le temps. La chance de l'expérience. Vous savez que le pardon et la patience forment la sortie de secours.

On m'a demandé de ne pas être aussi dur envers moi-même, on m'a fait prendre conscience du contexte, de mon vécu. On m'a aidé à prendre du recul, à me faire ouvrir les yeux. Quand la culpabilité vous ronge à un niveau irrationnel, aussi impalpable, que Dieu vous apaise en insufflant en vous un sentiment de compréhension, une mise en perspective de la gravité de vos actes. C'est ok tu sais, c'est ok ... Je ne trouve pas les mots pour exprimer ce sentiment ... C'est comme si vous vous détachiez de vous, que votre sortiez de votre corps et que vous constatiez objectivement que vous êtes sincères, que c'est ok maintenant, qu'il faut continuer, aller de l'avant ...

Je n'avais plus posté sur le forum depuis plus de deux ans. Rien ne semblait me destiner à reposter. Pourquoi après une telle secousse, m'y connecter paraissait comme un besoin quasi vital ? Comme un agneau cherchant à rejoindre le troupeau perdu de famille, d'amis ... C'est assez mystérieux, je n'arrive pas à saisir ... Il y a sans doute beaucoup d'éléments qui rentrent en compte, rien n'est simple ... Le coeur a ses raisons ... Même si je n'ai passé que la moitié du temps de mon inscription sur le forum, ce fut des moments très intenses et je tiens à remercier tout ceux qui m'ont témoigné ne fusse qu'un iota d'affection.

Je me suis inscrit il y a plus de cinq ans avec une multitude d'interrogations. Certaines ont eu une réponse entre temps ; on m'a confirmé officiellement que j'étais pourvu d'une neurologie autistique des plus pures. Un TSA, syndrome d'Asperger, donnant sens à tout ce vécu ... Comprendre comment ça se passe à l'intérieur, être au courant de cette mécanique permet d'accepter plus facilement notre rôle dans la société, ce qui nous a été destiné ...

Aussi étrange que cela puisse paraître à la lecture de ces mots, mon coeur s'est endurci. Il a muté et une coquille s'est formée. Elle ne s'ouvre que lors de rares occasions.

J'ai espoir que Dieu me pardonnera ; l'espoir fait vivre, c'est pourquoi je vous rassure, je me sens apaisé et heureux aujourd'hui.

Ca m'a fait du bien de pouvoir réécrire alors merci à tout ceux qui m'ont lu ou qui ont essayé de me lire.
 

Milamber

Soyez bon envers chacun ~
VIB
Il vous est déjà arrivé de vous sentir dans un état tellement indéfinissable que vous n'avez même pas les mots pour le décrire ... que vous n'avez même pas de larmes pour pleurer ... Ni votre cerveau, ni votre âme n'appréhendent ce qui se passe ... Vous êtes complètement perdus, vous n'avez plus rien ... Vous venez de vous perdre et de perdre tout ce qui vous restait ... Vous en pouvez plus. Vous pensez que c'est fini ... Vous vous demandez comment on peut se relever d'une telle chose ...

Vous ouvrez les yeux le lendemain et pendant un quart de seconde, vous vous demandez si c'était un cauchemar ... Vous croisez vos proches et dès qu'ils vous tournent le dos, votre corps saisit enfin l'insaisissable. Vous pouvez enfin soulager un peu cette douleur, de quelques larmes ... Pourquoi parler à ses proches, ensuite les laisser ... nous met-il dans cet état à ce moment précis ? Les images se succèdent, c'est un tourbillon d'émotions ... Le souvenir de l'écolier que j'étais refait surface ; le sentiment de devoir prendre soin des affaires scolaires que mes parents m'ont achetées à la sueur de leur front, sans quoi ce serait une forme de trahison ; ce sentiment d'amour que j'ai pour eux, cette incapacité à les trahir, ce devoir de les honorer, les remercier pour tout ce qu'ils ont fait pour nous ; cette éducation qu'ils nous ont donnée, ces valeurs ... Perdues ... Le sentiment de honte, de trahison, nous submerge ...
Salam alaykoum intriQ

Quand on est fracassé mentalement par quelque chose, on est pétrifié. On est pétrifié parce qu'on est pas capable d'accuser le coup sur l'instant... Ni même les suivants. On se sent très mal après avoir parler à nos proches car on a fait masque, masque du tout va bien.
Cela nous mets dans un état encore plus peinant parce que ce qui nous a touché, figé, et bien malgré lui et ce qu'il nous fait, on vit et on fait semblant un instant qu'il n'existe pas. On prends conscience encore plus que justement, il est là.

Avec de la chance, vous réalisez assez vite qu'il vous faut du temps pour comprendre, prendre du recul, et être conscient que ça se cicatrisera avec le temps. La chance de l'expérience. Vous savez que le pardon et la patience forment la sortie de secours.

On m'a demandé de ne pas être aussi dur envers moi-même, on m'a fait prendre conscience du contexte, de mon vécu. On m'a aidé à prendre du recul, à me faire ouvrir les yeux. Quand la culpabilité vous ronge à un niveau irrationnel, aussi impalpable, que Dieu vous apaise en insufflant en vous un sentiment de compréhension, une mise en perspective de la gravité de vos actes. C'est ok tu sais, c'est ok ... Je ne trouve pas les mots pour exprimer ce sentiment ... C'est comme si vous vous détachiez de vous, que votre sortiez de votre corps et que vous constatiez objectivement que vous êtes sincères, que c'est ok maintenant, qu'il faut continuer, aller de l'avant ...

Aussi étrange que cela puisse paraître à la lecture de ces mots, mon coeur s'est endurci. Il a muté et une coquille s'est formée. Elle ne s'ouvre que lors de rares occasions.

J'ai espoir que Dieu me pardonnera ; l'espoir fait vivre, c'est pourquoi je vous rassure, je me sens apaisé et heureux aujourd'hui.

Ca m'a fait du bien de pouvoir réécrire alors merci à tout ceux qui m'ont lu ou qui ont essayé de me lire.
J'ignore ce qui s'est passé pour toi qui ait pu te fendre ainsi le coeur.
Mais tu te fais toi même ton diagnostic: te donner du temps, tout ce que l'on fait est fait sous le prisme de nos intentions, et de ce qui résidait dans notre coeur quand on a agi. Tu as le droit d'être dur envers toi même, mais cette dureté ne doit pas être à ton propre détriment au passage. Elle doit te pousser à améliorer ce qui te semble bien chez toi et diminuer ce qui te semble moins bien, mais elle ne doit pas te peser sur les poumons jusqu'à t'empêcher de respirer.
On apprends par l'erreur, et personne n'en est exempt, du Prophète à l'enfant.

Ce qui t'est destiné est aussi ce que tu choisis comme direction, ton syndrôme ne doit pas t'empêcher de faire ce que tu voudrais faire, il est là, il a ses inconvénients, et il a aussi des avantages, le mode de pensée n'est simplement pas le même.

Vouloir se protéger n'est pas un mal, et tu ne t'ouvres qu'à ceux auxquels tu le souhaites.

Je ne sais pas ce que tu veux qu'IL te pardonne, mais Il est le Plus Grand des Pardonneurs, et Il pardonnera toujours à celui qui lui demande, et qui regrette.
Prends soin de toi :)

N'hésite pas si tu veux parler en privé de quoique ce soit.
 
C'est un texte beau mais difficile à suivre pour un neurotypique :pleurs::D (humour^^)

Sortir de la confusion et trouver les réponses , même si elles sont parfois vaines te porteront j'espère vers un avenir meilleur .

Je n'ai pas suivi ton parcours mais comprendre son fonctionnement, ses difficultés, ses points forts, c'est un travail dont personne ne devrait faire l'économie. Et sache qu'on est tous différent, incompétent dans certains domaines, masquant nos propres incompétences en mettant en avant nos facultés lacunaires.

Autiste ou pas, handicap ou pas, tu as ta place dans la société des hommes.
Peace
 

Themis

🗡 Poupée Wasabi Misophone 🗡
VIB
Il vous est déjà arrivé de vous sentir dans un état tellement indéfinissable que vous n'avez même pas les mots pour le décrire ... que vous n'avez même pas de larmes pour pleurer ... Ni votre cerveau, ni votre âme n'appréhendent ce qui se passe ... Vous êtes complètement perdus, vous n'avez plus rien ... Vous venez de vous perdre et de perdre tout ce qui vous restait ... Vous en pouvez plus. Vous pensez que c'est fini ... Vous vous demandez comment on peut se relever d'une telle chose ...

Vous ouvrez les yeux le lendemain et pendant un quart de seconde, vous vous demandez si c'était un cauchemar ... Vous croisez vos proches et dès qu'ils vous tournent le dos, votre corps saisit enfin l'insaisissable. Vous pouvez enfin soulager un peu cette douleur, de quelques larmes ... Pourquoi parler à ses proches, ensuite les laisser ... nous met-il dans cet état à ce moment précis ? Les images se succèdent, c'est un tourbillon d'émotions ... Le souvenir de l'écolier que j'étais refait surface ; le sentiment de devoir prendre soin des affaires scolaires que mes parents m'ont achetées à la sueur de leur front, sans quoi ce serait une forme de trahison ; ce sentiment d'amour que j'ai pour eux, cette incapacité à les trahir, ce devoir de les honorer, les remercier pour tout ce qu'ils ont fait pour nous ; cette éducation qu'ils nous ont donnée, ces valeurs ... Perdues ... Le sentiment de honte, de trahison, nous submerge ...
Coucou Intrication,

C'est Belisama ;).

Ce sentiment de vide intérieur est atroce. On passe son temps à se demander comment tout a pu nous échapper, comment se relever.
On ne dit rien car on culpabilise d'aller mal, chaque jour un peu plus. Il y a quelques éclaircis dans tout ça, de rares moments d'insouciance. Puis, il y a toujours cette parole, ce regard qui nous ramènent sans cesse à nos manquements, nos échecs. Comme dans un film, on se remémore chaque instant crucial, chaque chance qu'on a laissée passer. On rembobine le film. On se questionne, se demande quand, comment, qu'aurait-on pu changer. Et si, et si, des mots qui nous deviennent familiers.

Puis, il y a toute cette colère en nous, ce sentiment d'isolement, la solitude. C'est l'implosion. On accumule la rancoeur surtout vis-à-vis de nous-même. C'est une tempête intérieure, qu'on passe son temps à cacher derrière des sourires factices. Peut-être parce qu'on s'est enfermé dans un rôle, celui d'aller toujours bien malgré tout.

Heureusement, on croise parfois des gens sur notre route qui loin de nous juger, nous aident à comprendre, à dompter cette colère. Ils nous font comprendre qu'il est normal parfois d'aller mal mais que maintenant il est temps de se battre.
 
Salut,

C'est sans doute déjà le cas mais ton diagnostic a dû/devrait t'aider à relativiser les choses. Tu as un trouble, une maladie. Et qui dit malade dit pas ou peu responsable - à quel degré, c'est la grande question. Toujours est-il que si tu penses que tu as eu des écarts de comportement, tu ne dois pas te juger ou être jugé de la même façon que quelqu'un de ""normalement"" constitué.

Tous le monde est pardonnable et certaines personnes encore plus que d'autres.
 
Oh petit poussin tu es la ça fait du bien de te lire avais manqué ici

Je suis ma mp si tu as besoin et essaye de faire le vide car à trop réfléchir ça nous ronge de l'intérieur et ça rend malade
Prend la vie comme elle vient

N'hésite pas si tu as besoin 😘
 

Lilyla

VIB
Il vous est déjà arrivé de vous sentir dans un état tellement indéfinissable que vous n'avez même pas les mots pour le décrire ... que vous n'avez même pas de larmes pour pleurer ... Ni votre cerveau, ni votre âme n'appréhendent ce qui se passe ... Vous êtes complètement perdus, vous n'avez plus rien ... Vous venez de vous perdre et de perdre tout ce qui vous restait ... Vous en pouvez plus. Vous pensez que c'est fini ... Vous vous demandez comment on peut se relever d'une telle chose ...

Vous ouvrez les yeux le lendemain et pendant un quart de seconde, vous vous demandez si c'était un cauchemar ... Vous croisez vos proches et dès qu'ils vous tournent le dos, votre corps saisit enfin l'insaisissable. Vous pouvez enfin soulager un peu cette douleur, de quelques larmes ... Pourquoi parler à ses proches, ensuite les laisser ... nous met-il dans cet état à ce moment précis ? Les images se succèdent, c'est un tourbillon d'émotions ... Le souvenir de l'écolier que j'étais refait surface ; le sentiment de devoir prendre soin des affaires scolaires que mes parents m'ont achetées à la sueur de leur front, sans quoi ce serait une forme de trahison ; ce sentiment d'amour que j'ai pour eux, cette incapacité à les trahir, ce devoir de les honorer, les remercier pour tout ce qu'ils ont fait pour nous ; cette éducation qu'ils nous ont donnée, ces valeurs ... Perdues ... Le sentiment de honte, de trahison, nous submerge ...

Avec de la chance, vous réalisez assez vite qu'il vous faut du temps pour comprendre, prendre du recul, et être conscient que ça se cicatrisera avec le temps. La chance de l'expérience. Vous savez que le pardon et la patience forment la sortie de secours.

On m'a demandé de ne pas être aussi dur envers moi-même, on m'a fait prendre conscience du contexte, de mon vécu. On m'a aidé à prendre du recul, à me faire ouvrir les yeux. Quand la culpabilité vous ronge à un niveau irrationnel, aussi impalpable, que Dieu vous apaise en insufflant en vous un sentiment de compréhension, une mise en perspective de la gravité de vos actes. C'est ok tu sais, c'est ok ... Je ne trouve pas les mots pour exprimer ce sentiment ... C'est comme si vous vous détachiez de vous, que votre sortiez de votre corps et que vous constatiez objectivement que vous êtes sincères, que c'est ok maintenant, qu'il faut continuer, aller de l'avant ...

Je n'avais plus posté sur le forum depuis plus de deux ans. Rien ne semblait me destiner à reposter. Pourquoi après une telle secousse, m'y connecter paraissait comme un besoin quasi vital ? Comme un agneau cherchant à rejoindre le troupeau perdu de famille, d'amis ... C'est assez mystérieux, je n'arrive pas à saisir ... Il y a sans doute beaucoup d'éléments qui rentrent en compte, rien n'est simple ... Le coeur a ses raisons ... Même si je n'ai passé que la moitié du temps de mon inscription sur le forum, ce fut des moments très intenses et je tiens à remercier tout ceux qui m'ont témoigné ne fusse qu'un iota d'affection.

Je me suis inscrit il y a plus de cinq ans avec une multitude d'interrogations. Certaines ont eu une réponse entre temps ; on m'a confirmé officiellement que j'étais pourvu d'une neurologie autistique des plus pures. Un TSA, syndrome d'Asperger, donnant sens à tout ce vécu ... Comprendre comment ça se passe à l'intérieur, être au courant de cette mécanique permet d'accepter plus facilement notre rôle dans la société, ce qui nous a été destiné ...

Aussi étrange que cela puisse paraître à la lecture de ces mots, mon coeur s'est endurci. Il a muté et une coquille s'est formée. Elle ne s'ouvre que lors de rares occasions.

J'ai espoir que Dieu me pardonnera ; l'espoir fait vivre, c'est pourquoi je vous rassure, je me sens apaisé et heureux aujourd'hui.

Ca m'a fait du bien de pouvoir réécrire alors merci à tout ceux qui m'ont lu ou qui ont essayé de me lire.
Désolée que tu aies été et que peut être tu sois encore en souffrance.
Ton texte est touchant
Tu es une belle personne pour t'avoir lu ici tout le monde te le dira
J'espére que ton coeur s'apaisera
Prends soin de toi
kheir inchAllah
 
Dernière édition:
Un de mes proches est Asperger
On dit que ces gens là ont une âme pure... c'est le cas pour lui.

J'aime donc penser que si les gens te tourne le dos, ce n'est pas parce que tu aurais fait du mal à une personne vulnérable...
Dieu pardonne, il est le Pardonateur Suprême : Ghafour Rahim

Mais il est difficile de se faire pardonner une souffrance infligée à un être.

Allah y 'Adina
 
Il vous est déjà arrivé de vous sentir dans un état tellement indéfinissable que vous n'avez même pas les mots pour le décrire ... que vous n'avez même pas de larmes pour pleurer ... Ni votre cerveau, ni votre âme n'appréhendent ce qui se passe ... Vous êtes complètement perdus, vous n'avez plus rien ... Vous venez de vous perdre et de perdre tout ce qui vous restait ... Vous en pouvez plus. Vous pensez que c'est fini ... Vous vous demandez comment on peut se relever d'une telle chose ...

Vous ouvrez les yeux le lendemain et pendant un quart de seconde, vous vous demandez si c'était un cauchemar ... Vous croisez vos proches et dès qu'ils vous tournent le dos, votre corps saisit enfin l'insaisissable. Vous pouvez enfin soulager un peu cette douleur, de quelques larmes ... Pourquoi parler à ses proches, ensuite les laisser ... nous met-il dans cet état à ce moment précis ? Les images se succèdent, c'est un tourbillon d'émotions ... Le souvenir de l'écolier que j'étais refait surface ; le sentiment de devoir prendre soin des affaires scolaires que mes parents m'ont achetées à la sueur de leur front, sans quoi ce serait une forme de trahison ; ce sentiment d'amour que j'ai pour eux, cette incapacité à les trahir, ce devoir de les honorer, les remercier pour tout ce qu'ils ont fait pour nous ; cette éducation qu'ils nous ont donnée, ces valeurs ... Perdues ... Le sentiment de honte, de trahison, nous submerge ...

Avec de la chance, vous réalisez assez vite qu'il vous faut du temps pour comprendre, prendre du recul, et être conscient que ça se cicatrisera avec le temps. La chance de l'expérience. Vous savez que le pardon et la patience forment la sortie de secours.

On m'a demandé de ne pas être aussi dur envers moi-même, on m'a fait prendre conscience du contexte, de mon vécu. On m'a aidé à prendre du recul, à me faire ouvrir les yeux. Quand la culpabilité vous ronge à un niveau irrationnel, aussi impalpable, que Dieu vous apaise en insufflant en vous un sentiment de compréhension, une mise en perspective de la gravité de vos actes. C'est ok tu sais, c'est ok ... Je ne trouve pas les mots pour exprimer ce sentiment ... C'est comme si vous vous détachiez de vous, que votre sortiez de votre corps et que vous constatiez objectivement que vous êtes sincères, que c'est ok maintenant, qu'il faut continuer, aller de l'avant ...

Je n'avais plus posté sur le forum depuis plus de deux ans. Rien ne semblait me destiner à reposter. Pourquoi après une telle secousse, m'y connecter paraissait comme un besoin quasi vital ? Comme un agneau cherchant à rejoindre le troupeau perdu de famille, d'amis ... C'est assez mystérieux, je n'arrive pas à saisir ... Il y a sans doute beaucoup d'éléments qui rentrent en compte, rien n'est simple ... Le coeur a ses raisons ... Même si je n'ai passé que la moitié du temps de mon inscription sur le forum, ce fut des moments très intenses et je tiens à remercier tout ceux qui m'ont témoigné ne fusse qu'un iota d'affection.

Je me suis inscrit il y a plus de cinq ans avec une multitude d'interrogations. Certaines ont eu une réponse entre temps ; on m'a confirmé officiellement que j'étais pourvu d'une neurologie autistique des plus pures. Un TSA, syndrome d'Asperger, donnant sens à tout ce vécu ... Comprendre comment ça se passe à l'intérieur, être au courant de cette mécanique permet d'accepter plus facilement notre rôle dans la société, ce qui nous a été destiné ...

Aussi étrange que cela puisse paraître à la lecture de ces mots, mon coeur s'est endurci. Il a muté et une coquille s'est formée. Elle ne s'ouvre que lors de rares occasions.

J'ai espoir que Dieu me pardonnera ; l'espoir fait vivre, c'est pourquoi je vous rassure, je me sens apaisé et heureux aujourd'hui.

Ca m'a fait du bien de pouvoir réécrire alors merci à tout ceux qui m'ont lu ou qui ont essayé de me lire.
Hey ca fait longtemps akhi
 
Il vous est déjà arrivé de vous sentir dans un état tellement indéfinissable que vous n'avez même pas les mots pour le décrire ... que vous n'avez même pas de larmes pour pleurer ... Ni votre cerveau, ni votre âme n'appréhendent ce qui se passe ... Vous êtes complètement perdus, vous n'avez plus rien ... Vous venez de vous perdre et de perdre tout ce qui vous restait ... Vous en pouvez plus. Vous pensez que c'est fini ... Vous vous demandez comment on peut se relever d'une telle chose ...

Vous ouvrez les yeux le lendemain et pendant un quart de seconde, vous vous demandez si c'était un cauchemar ... Vous croisez vos proches et dès qu'ils vous tournent le dos, votre corps saisit enfin l'insaisissable. Vous pouvez enfin soulager un peu cette douleur, de quelques larmes ... Pourquoi parler à ses proches, ensuite les laisser ... nous met-il dans cet état à ce moment précis ? Les images se succèdent, c'est un tourbillon d'émotions ... Le souvenir de l'écolier que j'étais refait surface ; le sentiment de devoir prendre soin des affaires scolaires que mes parents m'ont achetées à la sueur de leur front, sans quoi ce serait une forme de trahison ; ce sentiment d'amour que j'ai pour eux, cette incapacité à les trahir, ce devoir de les honorer, les remercier pour tout ce qu'ils ont fait pour nous ; cette éducation qu'ils nous ont donnée, ces valeurs ... Perdues ... Le sentiment de honte, de trahison, nous submerge ...

Avec de la chance, vous réalisez assez vite qu'il vous faut du temps pour comprendre, prendre du recul, et être conscient que ça se cicatrisera avec le temps. La chance de l'expérience. Vous savez que le pardon et la patience forment la sortie de secours.

On m'a demandé de ne pas être aussi dur envers moi-même, on m'a fait prendre conscience du contexte, de mon vécu. On m'a aidé à prendre du recul, à me faire ouvrir les yeux. Quand la culpabilité vous ronge à un niveau irrationnel, aussi impalpable, que Dieu vous apaise en insufflant en vous un sentiment de compréhension, une mise en perspective de la gravité de vos actes. C'est ok tu sais, c'est ok ... Je ne trouve pas les mots pour exprimer ce sentiment ... C'est comme si vous vous détachiez de vous, que votre sortiez de votre corps et que vous constatiez objectivement que vous êtes sincères, que c'est ok maintenant, qu'il faut continuer, aller de l'avant ...

Je n'avais plus posté sur le forum depuis plus de deux ans. Rien ne semblait me destiner à reposter. Pourquoi après une telle secousse, m'y connecter paraissait comme un besoin quasi vital ? Comme un agneau cherchant à rejoindre le troupeau perdu de famille, d'amis ... C'est assez mystérieux, je n'arrive pas à saisir ... Il y a sans doute beaucoup d'éléments qui rentrent en compte, rien n'est simple ... Le coeur a ses raisons ... Même si je n'ai passé que la moitié du temps de mon inscription sur le forum, ce fut des moments très intenses et je tiens à remercier tout ceux qui m'ont témoigné ne fusse qu'un iota d'affection.

Je me suis inscrit il y a plus de cinq ans avec une multitude d'interrogations. Certaines ont eu une réponse entre temps ; on m'a confirmé officiellement que j'étais pourvu d'une neurologie autistique des plus pures. Un TSA, syndrome d'Asperger, donnant sens à tout ce vécu ... Comprendre comment ça se passe à l'intérieur, être au courant de cette mécanique permet d'accepter plus facilement notre rôle dans la société, ce qui nous a été destiné ...

Aussi étrange que cela puisse paraître à la lecture de ces mots, mon coeur s'est endurci. Il a muté et une coquille s'est formée. Elle ne s'ouvre que lors de rares occasions.

J'ai espoir que Dieu me pardonnera ; l'espoir fait vivre, c'est pourquoi je vous rassure, je me sens apaisé et heureux aujourd'hui.

Ca m'a fait du bien de pouvoir réécrire alors merci à tout ceux qui m'ont lu ou qui ont essayé de me lire.
Coucou @IntricationQ
Je suis ravie de te relire parmi nous
Quoi que tu ais fait, quoi que tu ais dit : tu es un ÊTRE HUMAIN comme nous tous
Avec tes forces et tes faiblesses
Je sais ce que c'est d'être dur envers soi même

Il faut un lâcher prise ,
Souffle
Respire

Tu as le DROIT de faire des erreurs comme nous tous et c'est comme ça qu'on évolue et qu'on apprend

Je te souhaite apaisement et un bon rétablissement
:timide:
 

sempro

VIB
Il vous est déjà arrivé de vous sentir dans un état tellement indéfinissable que vous n'avez même pas les mots pour le décrire ... que vous n'avez même pas de larmes pour pleurer ... Ni votre cerveau, ni votre âme n'appréhendent ce qui se passe ... Vous êtes complètement perdus, vous n'avez plus rien ... Vous venez de vous perdre et de perdre tout ce qui vous restait ... Vous en pouvez plus. Vous pensez que c'est fini ... Vous vous demandez comment on peut se relever d'une telle chose ...

Vous ouvrez les yeux le lendemain et pendant un quart de seconde, vous vous demandez si c'était un cauchemar ... Vous croisez vos proches et dès qu'ils vous tournent le dos, votre corps saisit enfin l'insaisissable. Vous pouvez enfin soulager un peu cette douleur, de quelques larmes ... Pourquoi parler à ses proches, ensuite les laisser ... nous met-il dans cet état à ce moment précis ? Les images se succèdent, c'est un tourbillon d'émotions ... Le souvenir de l'écolier que j'étais refait surface ; le sentiment de devoir prendre soin des affaires scolaires que mes parents m'ont achetées à la sueur de leur front, sans quoi ce serait une forme de trahison ; ce sentiment d'amour que j'ai pour eux, cette incapacité à les trahir, ce devoir de les honorer, les remercier pour tout ce qu'ils ont fait pour nous ; cette éducation qu'ils nous ont donnée, ces valeurs ... Perdues ... Le sentiment de honte, de trahison, nous submerge ...

Avec de la chance, vous réalisez assez vite qu'il vous faut du temps pour comprendre, prendre du recul, et être conscient que ça se cicatrisera avec le temps. La chance de l'expérience. Vous savez que le pardon et la patience forment la sortie de secours.

On m'a demandé de ne pas être aussi dur envers moi-même, on m'a fait prendre conscience du contexte, de mon vécu. On m'a aidé à prendre du recul, à me faire ouvrir les yeux. Quand la culpabilité vous ronge à un niveau irrationnel, aussi impalpable, que Dieu vous apaise en insufflant en vous un sentiment de compréhension, une mise en perspective de la gravité de vos actes. C'est ok tu sais, c'est ok ... Je ne trouve pas les mots pour exprimer ce sentiment ... C'est comme si vous vous détachiez de vous, que votre sortiez de votre corps et que vous constatiez objectivement que vous êtes sincères, que c'est ok maintenant, qu'il faut continuer, aller de l'avant ...

Je n'avais plus posté sur le forum depuis plus de deux ans. Rien ne semblait me destiner à reposter. Pourquoi après une telle secousse, m'y connecter paraissait comme un besoin quasi vital ? Comme un agneau cherchant à rejoindre le troupeau perdu de famille, d'amis ... C'est assez mystérieux, je n'arrive pas à saisir ... Il y a sans doute beaucoup d'éléments qui rentrent en compte, rien n'est simple ... Le coeur a ses raisons ... Même si je n'ai passé que la moitié du temps de mon inscription sur le forum, ce fut des moments très intenses et je tiens à remercier tout ceux qui m'ont témoigné ne fusse qu'un iota d'affection.

Je me suis inscrit il y a plus de cinq ans avec une multitude d'interrogations. Certaines ont eu une réponse entre temps ; on m'a confirmé officiellement que j'étais pourvu d'une neurologie autistique des plus pures. Un TSA, syndrome d'Asperger, donnant sens à tout ce vécu ... Comprendre comment ça se passe à l'intérieur, être au courant de cette mécanique permet d'accepter plus facilement notre rôle dans la société, ce qui nous a été destiné ...

Aussi étrange que cela puisse paraître à la lecture de ces mots, mon coeur s'est endurci. Il a muté et une coquille s'est formée. Elle ne s'ouvre que lors de rares occasions.

J'ai espoir que Dieu me pardonnera ; l'espoir fait vivre, c'est pourquoi je vous rassure, je me sens apaisé et heureux aujourd'hui.

Ca m'a fait du bien de pouvoir réécrire alors merci à tout ceux qui m'ont lu ou qui ont essayé de me lire.
Moi en tout cas je te pardonne... Mais il faut que tu me pardonne aussi...

On est entouré de "faux"... Les biens, les proches, la santé, la jeunesse... On garde rien de tout ca... On repart à vide...
Alors si tu veux que ca aille bien autour de toi, concentre toi sur toi, sur ta foi, prends soin de toi, de ta foi...

Et tout s'arrangera incha Allah...
 
Auteur Discussions similaires Forum Réponses Date
V Histoires de coeur 157
M Histoires de coeur 80
Haut