Les prestations limitées d'une cité géante de la banlieue d'Alger

Pour se rendre au centre d’Alger, il faut attendre le bus pendant au moins une heure. Il démarre toujours plein à craquer.» C’est la triste réalité racontée par un habitant de la cité AADL de Sidi Abdellah.

Le manque de transport ne concerne pas que cette destination. «Il y a des bus de l’Etusa et quelques privés, mais leur nombre est loin de satisfaire les besoins des milliers d’habitants de cette cité géante», ajoute, amer, notre interlocuteur. Pour remédier à cette situation, des taxis existent ainsi que beaucoup de transporteurs clandestins. Mais à quel prix ? «Prendre un taxi clandestin de la station du train vers la cité coûte 200 DA.

Le tarif augmente selon les destinations, Zéralda, Douéra, etc.», se lamente un résident, qui habite le site depuis 2016. Au premier abord, la cité paraît attrayante et beaucoup de commerces et autres services ont ouvert, hélas, sans que tous les besoins ne soient satisfaits.

Jeudi, tout comme les autres jours de la semaine, une file d’attente s’est formée sur le trottoir longeant l’unique boulangerie. Elle vient d’ouvrir et travaille sans arrêt. «Ouvrir deux ou trois autres boulangeries est une urgence, d’autant que des milliers d’autres habitants y seront affectés prochainement», estime une mère de famille.

Selon elle, les enfants sont scolarisés sur place, deux pharmacies, un bureau de poste et bien d’autres prestations sont assurées, mais cela demeure de loin insuffisant. «C’était compréhensible dès notre arrivée, mais trois ans après, il faut régler ces lacunes qui rendent la vie des habitants difficile», ajoute notre interlocutrice.

Pour beaucoup de résidants, bénéficier d’un logement «inespéré» après une attente d’une vingtaine d’années est une aubaine, mais il ne suffit plus d’avoir un toit. L’ouverture d’un service d’état civil est une priorité. De nombreux habitants sont dans l’obligation de se déplacer dans leurs anciennes communes de résidence pour établir des documents administratifs.

Selon elle, les enfants sont scolarisés sur place, deux pharmacies, un bureau de poste et bien d’autres prestations sont assurées, mais cela demeure de loin insuffisant. «C’était compréhensible dès notre arrivée, mais trois ans après, il faut régler ces lacunes qui rendent la vie des habitants difficile», ajoute notre interlocutrice.

Pour beaucoup de résidants, bénéficier d’un logement «inespéré» après une attente d’une vingtaine d’années est une aubaine, mais il ne suffit plus d’avoir un toit. L’ouverture d’un service d’état civil est une priorité. De nombreux habitants sont dans l’obligation de se déplacer dans leurs anciennes communes de résidence pour établir des documents administratifs.

Pis encore, les responsables de la wilaya d’Alger semblent oublier de prévoir un des principaux services dans un pôle urbain aussi grand que la cité AADL de Sidi Abdellah. En fait, cette dernière n’est toujours pas dotée de dispensaire ou d’une polyclinique pour la prise en charge médicale des habitants ! «Des urgences, de nuit ont dû être évacuées dans les infrastructures sanitaires des communes limitrophes. Les personnes non véhiculées se retrouvent souvent dans l’embarras ou carrément livrées à elles-mêmes», racontent, offusqués, des habitants.

Sur le papier, cette nouvelle cité est desservie par bus et par trains, tous les services publics existent et le cadre de vie est bon. Mais en y habitant, l’on découvre énormément d’insuffisances. Les résidants, qui se disent compréhensifs les premiers temps, affirment ne plus pouvoir attendre. «Il s’agit d’une ville et non pas d’une cité.

Les autorités publiques se doivent de prendre des mesures dans les meilleurs délais», réclame un fonctionnaire, tout en exprimant des appréhensions pour l’avenir. «Pas moins de 5000 logements devraient être attribués prochainement. Avec le peu de prestations existantes, la cité risque de devenir invivable», s’indigne-t-il.
222965

 

Morad

Modérateur
Modérateur
Pour se rendre au centre d’Alger, il faut attendre le bus pendant au moins une heure. Il démarre toujours plein à craquer.» C’est la triste réalité racontée par un habitant de la cité AADL de Sidi Abdellah.

Le manque de transport ne concerne pas que cette destination. «Il y a des bus de l’Etusa et quelques privés, mais leur nombre est loin de satisfaire les besoins des milliers d’habitants de cette cité géante», ajoute, amer, notre interlocuteur. Pour remédier à cette situation, des taxis existent ainsi que beaucoup de transporteurs clandestins. Mais à quel prix ? «Prendre un taxi clandestin de la station du train vers la cité coûte 200 DA.

Le tarif augmente selon les destinations, Zéralda, Douéra, etc.», se lamente un résident, qui habite le site depuis 2016. Au premier abord, la cité paraît attrayante et beaucoup de commerces et autres services ont ouvert, hélas, sans que tous les besoins ne soient satisfaits.

Jeudi, tout comme les autres jours de la semaine, une file d’attente s’est formée sur le trottoir longeant l’unique boulangerie. Elle vient d’ouvrir et travaille sans arrêt. «Ouvrir deux ou trois autres boulangeries est une urgence, d’autant que des milliers d’autres habitants y seront affectés prochainement», estime une mère de famille.

Selon elle, les enfants sont scolarisés sur place, deux pharmacies, un bureau de poste et bien d’autres prestations sont assurées, mais cela demeure de loin insuffisant. «C’était compréhensible dès notre arrivée, mais trois ans après, il faut régler ces lacunes qui rendent la vie des habitants difficile», ajoute notre interlocutrice.

Pour beaucoup de résidants, bénéficier d’un logement «inespéré» après une attente d’une vingtaine d’années est une aubaine, mais il ne suffit plus d’avoir un toit. L’ouverture d’un service d’état civil est une priorité. De nombreux habitants sont dans l’obligation de se déplacer dans leurs anciennes communes de résidence pour établir des documents administratifs.

Selon elle, les enfants sont scolarisés sur place, deux pharmacies, un bureau de poste et bien d’autres prestations sont assurées, mais cela demeure de loin insuffisant. «C’était compréhensible dès notre arrivée, mais trois ans après, il faut régler ces lacunes qui rendent la vie des habitants difficile», ajoute notre interlocutrice.

Pour beaucoup de résidants, bénéficier d’un logement «inespéré» après une attente d’une vingtaine d’années est une aubaine, mais il ne suffit plus d’avoir un toit. L’ouverture d’un service d’état civil est une priorité. De nombreux habitants sont dans l’obligation de se déplacer dans leurs anciennes communes de résidence pour établir des documents administratifs.

Pis encore, les responsables de la wilaya d’Alger semblent oublier de prévoir un des principaux services dans un pôle urbain aussi grand que la cité AADL de Sidi Abdellah. En fait, cette dernière n’est toujours pas dotée de dispensaire ou d’une polyclinique pour la prise en charge médicale des habitants ! «Des urgences, de nuit ont dû être évacuées dans les infrastructures sanitaires des communes limitrophes. Les personnes non véhiculées se retrouvent souvent dans l’embarras ou carrément livrées à elles-mêmes», racontent, offusqués, des habitants.

Sur le papier, cette nouvelle cité est desservie par bus et par trains, tous les services publics existent et le cadre de vie est bon. Mais en y habitant, l’on découvre énormément d’insuffisances. Les résidants, qui se disent compréhensifs les premiers temps, affirment ne plus pouvoir attendre. «Il s’agit d’une ville et non pas d’une cité.

Les autorités publiques se doivent de prendre des mesures dans les meilleurs délais», réclame un fonctionnaire, tout en exprimant des appréhensions pour l’avenir. «Pas moins de 5000 logements devraient être attribués prochainement. Avec le peu de prestations existantes, la cité risque de devenir invivable», s’indigne-t-il.
Regarde la pièce jointe 222965

Salam, si tu as d' autres photos n' hésites pas, sinon ça ressemble étrangement au Maroc :D:D
 

Morad

Modérateur
Modérateur
salam, regarde grande borne dans le 91 ..je pensais que c' était un truc de fou...quand j' ai vu de mes yeux j' ai été choquée on dirait une résidence pour retraités de le truc :D:D
 
C vrai que les transports publics en Algérie c la misère...

Même à l aéroport d'Alger,quasiment pas de bus.
il y a peut etre longtemps que tu n'as pas été a Alger.voir jamais..:sournois:..sinon en plus du bus qui part devant le siege Air algerie hotel Es saphir ex Aletti..chaque 1/2 h....le tram qui arrive a bab Ezzouar , le train au depart de l'Agha.metro avec correspondance aux fusilles...bien sur cela ne resoud pas le probleme de ces cites dortoirs qui poussent en périphérie..sans aucune commodité pour les habitants..sinon pour ce qui est des transports publics a Alger comme ailleurs en principe c'est la misere..peut etre moins a Casa ou Rabat..là aucune idee

NTF : le train Agha - aéroport d'Alger opérationnel lundi 29 ...
https://www.autonews-dz.com › Actualités
 
salam, regarde grande borne dans le 91 ..je pensais que c' était un truc de fou...quand j' ai vu de mes yeux j' ai été choquée on dirait une résidence pour retraités de le truc :D:D
la grande borne est en plein changement pas mal d'immeubles ont été demolis et sont en pleine rénovation..
L'urbanisme en Algérie est une vraie catastrophe.
c'est le resultat de la x demographique..meme les ruraux veulent profiter du bien fait urbanistique...des barres hlm partout..apparts qu'ils habiterons quelques mois avec un loyer entre 15/20 euros /mois qu'ils ne paieront jamais, puis feront une cessions contre argent sonnant trebuchant..a d'autres campagnards..et s'inscriront dans une nouvelles liste d'attente...
 
il y a peut etre longtemps que tu n'as pas été a Alger.voir jamais..:sournois:..sinon en plus du bus qui part devant le siege Air algerie hotel Es saphir ex Aletti..chaque 1/2 h....le tram qui arrive a bab Ezzouar , le train au depart de l'Agha.metro avec correspondance aux fusilles...bien sur cela ne resoud pas le probleme de ces cites dortoirs qui poussent en périphérie..sans aucune commodité pour les habitants..sinon pour ce qui est des transports publics a Alger comme ailleurs en principe c'est la misere..peut etre moins a Casa ou Rabat..là aucune idee

NTF : le train Agha - aéroport d'Alger opérationnel lundi 29 ...
https://www.autonews-dz.com › Actualités

Janvier 2019
Dernier séjour à Alger
 
Haut