Le principe anthropique

Bonjour :joueur:

Je regarde ça bientôt et je commenterai.
Bonsoir😊 alors t'as t-il convaincu?
Moi j'avoue que les simulations par ordinateur qui montre que la vie n'est pas forcément le résultat d'un reglage mais pourrrait exister assez facilement et avec des constantes differentes voir avec l'absence de certaines forces, me laisse perplexe, mais on pourrait répondre, que la vie est une nécessité de l'existance quelques que soient les lois de la Nature et ça ne valide ni invalide l'idée d'une certain finalité dans la nature (hubert reeves parles de principe de complexité qui selon lui nous montre que la nature "veut" avancer vers la complexité)
 

Ebion

serial salueur
VIB
@Cammix ,

Voilà j’ai lu. C’est pas un article très agréable à lire en raison du pédantisme de l’auteur et d’un style parfois un peu maladroit... je peux pas juger de la partie scientifique du texte, parce que j’ai pas des connaissances avancées en physique, loin de là. Je peux pas dire si l’auteur maîtrise bien les notions scientifiques, ou si c’est de la poudre aux yeux façon Bogdanov.

Le point principal de l’article, d’ordre philosophique, est cependant valide : l’idée derrière le principe anthropique (utilisé pour « prouver » l’existence d’un dieu créateur) est que la grande majorité des valeurs théoriquement possibles des constantes de la nature ne produiraient qu’un univers stérile sans rien de très intéressant. Souvent, les partisans du principe anthropique disent des choses du genre « si la force gravitationnelle avait été 0,000000001 plus forte ou plus faible, cela aurait empêché l’évolution des conditions physiques, chimiques et astronomiques essentielles à la vie ». Sous-entendu à la vie telle que nous la connaissons.

Dans la mesure où des physiciens arrivent peu à peu à montrer qu’il y a pas de contraintes physiques aussi extrêmes à l’émergence de la vie, cela affaiblit évidemment la puissance de l’argument tiré du principe anthropique. Si c’est pas un hasard particulièrement improbable que la vie ait émergé, alors cela conforte une vision athée du monde, qui fait de la vie une propriété banale de l’univers.

Par contre, certains croyants peuvent être à l’aise avec l’idée que la vie émerge facilement dans l’univers. On peut penser que Dieu crée de préférence un monde relativement hospitalier pour la vie, justement parce que la vie est importante pour lui. Selon la vision du principe anthropique, les forces de la nature en soi sont a priori hostiles à la vie, et il faut que Dieu les ajuste avec une finesse extrême pour que la vie émerge quand même... d’une certaine manière, les humains peuvent se sentir un peu étrangers à un univers dans lequel leur présence défie toute probabilité, au point d’avoir exigé une intervention divine. D’une autre côté, il faut avouer que si l’argument anthropique est valide, il révèle plus clairement et nettement l’existence de Dieu. Si la vie, au contraire, est un produit naturel et banal de l’univers, certains pourraient adhérer à une mystique panthéiste...

L’article (je reviens à lui) met en lumière un point : les coïncidences anthropiques ne sont pas forcément des faits bruts. Le progrès des connaissances en physique peut mener à l’adoption de théories générales sur l’univers qui expliqueraient de façon satisfaisante et naturelle pourquoi les constantes physiques sont ce qu’elles sont. Ou, alternativement, les théoriciens peuvent élaborer des simulations mathématiques et informatiques plus perfectionnées d’univers parallèles, qui feraient peut-être voir que bien d’autres combinaisons de constantes et forces physiques rendraient la vie possible. Autrement dit, on pourrait finir par se rendre compte que cette notion de principe anthropique ne devait sa puissance d’envoûtement qu’à notre ignorance actuelle de la physique, d’un manque de sophistication de notre science. Cela est aussi arrivé à d’autres « preuves » scientifiques de Dieu dans l’histoire, comme celles de Newton!
 
Haut